L’AMÉRIQUE LATINE ET LES CARAÏBES SANS L’ « ONCLE SAM » ?

Pendant que les forces impériales des Etats-Unis et de l’OTAN sont à la conquête du Moyen Orient et de l’Afrique avec la puissance des armes, celle de la corruption et l’usage systématique de la désinformation, les pays de l’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) se concertent, pour leur part, sur la base d’idées et d’intérêts communs pour favoriser leur intégration et leur développement.  Déjà nous connaissons l’Union des nations de l’Amérique du Sud (UNASUR) ainsi que l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (l’ALBA). Ils marquent un pas important dans l’intégration  régionale.

La prochaine étape va se jouer les 2 et 3 décembre 2011. Il s’agira de la création d’un Forum de concertation politique continental de manière à faire converger les accords historiques et favoriser le développement de complémentarités. 

Ce projet remonte à juillet 2008. C’est le président du Brésil, Ignacio Lula,  qui prit l’initiative de convoquer tous les pays de la région des Caraïbes et de l’Amérique latine, excluant les Etats-Unis et le Canada, à une première rencontre, pour les 16 et 17 décembre 2008, à Salvador de Bahia (Brésil). Il y a eu consensus sur la nécessité d’avoir un Forum continental de concertation politique et économique.

Le 6 novembre 2009, a lieu à Montego Bay (Jamaïque) une première réunion ministérielle où est approuvé un plan d’action en 9 points: coopération entre les mécanismes d’intégration ; crise financière internationale ; énergie ; infrastructure ; développement social et éradication de la pauvreté et de la faim ; sécurité alimentaire et nutritionnelle ; développement durable ; désastres naturels ; changement climatique.
Quatre thèmes prioritaires sont dégagés : économico-commercial ; productif ; social et institutionnel ; culture.

Le 23 février 2010, Cancún (Mexique), se tient un second Sommet des Présidents, au cours duquel ils décident la création d’une Communauté d’Etats latino-américains et caribéens (CELAC), sur la base d’une convergence/complémentarité entre les accords existants.
Le Venezuela en prend la présidence avec mandat de diriger les travaux et d’être en mesure de soumettre un document créant cette Communauté d’États pour la prochaine rencontre  des Présidents fixée au 5 juillet 2011. Cette date a dû être déplacée aux 2 et 3 décembre 2011, en raison de la maladie du président Chavez Les travaux de préparation sont terminés et tous les Présidents ont confirmé, à ce jour, leur présence à Caracas pour ces dates.

Ce projet est loin de plaire à Washington qui se voit exclu, avec son acolyte canadien, du CELAC. Bien plus, ce nouveau forum conduira inévitablement à poser la question de la pertinence de l’Organisation des États Américains (OEA), devenue superflue dans le contexte de cette nouvelle union continentale des pays de l’Amérique latine et des Caraïbes.

Il ne fait pas de doute que les forces occultes de l’Empire sont actuellement à l’œuvre et qu’elles déploient tous les moyens possibles pour qu’un tel projet n’aboutisse pas.  Les campagnes de désinformation et de dénigrement qui se sont accentuées ces derniers mois, contre Chavez et le Venezuela, ne sont pas étrangères à cet objectif. Leur politique, visant à diviser pour régner, est à l’œuvre dans tous les pays du Continent. Il faut s’attendre à ce qu’il y ait des actions de déstabilisation qui se produisent au Venezuela d’ici les 2 et 3 décembre prochain.

Le 9 novembre dernier, le président Chavez, lors d’une conférence de presse, informe qu’un sous-marin à propulsion nucléaire avait été localisé dans les eaux territoriales vénézuéliennes et pris en chasse par les sous-marins de la Marine vénézuélienne. Toutefois, ces derniers, plus lents, n’ont pu l’identifier. Par la même occasion, le Président a dû de nouveau repousser avec fermeté les dernières déclarations du sous secrétaire d’État adjoint pour les Narcotiques et la Sécurité des Etats-Unis, William Brownfiels, qui déclara, mardi, le 8 novembre, « que son pays considère comme explosive la situation du passage de la drogue à travers le Venezuela. » Une accusation, sans fondement, qui revient constamment dans le seul but de discréditer le Venezuela et de trouver prétexte à une intervention.

Ces derniers évènements confirment le fait que l’Oncle Sam fera tout ce qui est en son pouvoir pour que la CELAC ne puisse voir le jour. Jusqu’à la toute dernière fin il s’acharnera à provoquer des incidents diplomatiques et à trouver des prétextes pour intervenir directement au Venezuela ou encore pour créer des divisions au sein de la coalition.

Ceux et celles qui pensent encore que l’Oncle Sam est ce bon père de famille qui se réjouit du bonheur de tous ses enfants et que son souhait le plus cher est que tous s’entendent et vivent en paix, doivent  se préparer à une grande désillusion. Sa consigne est plutôt: « MOI, PREMIER SERVI, MES INTÉRÊTS AVANT TOUT », « GOD BLESS ME ».

Seuls le courage et l’indépendance de ces peuples pourront avoir raison de ce dernier.

Oscar Fortin

Québec, le 20 novembre 2011

http://humanisme.blogspot.com

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l’humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d’une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu’en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l’écoute des évènements et de ce qu’ils m’inspirent.

3 pensées sur “L’AMÉRIQUE LATINE ET LES CARAÏBES SANS L’ « ONCLE SAM » ?

  • avatar
    20 novembre 2011 à 8 08 52 115211
    Permalink

    Washington viole encore les frontières des pays souverains étrangers… Là encore, l’ONU ne fait pas son travail et pour cause, elle ne peut pas le faire avec les droits de véto!

    Si Washington devait payer pour chacun de ses crimes de guerre et/ou de ses crimes contre l’humanité, les États-Unis d’Amérique seraient en bien pire posture économique que la Grèce et se taperaient une faillite bien méritée!

    Les États-Unis d’Amérique sont quasiment tout le contraire de ce qu’ils prétendent être! Des criminels! Des putschistes! Des dictateurs! Des tueurs de masse! Des tortionnaires! Des impérialistes! Des terroristes! Mais ils ne paieront pas de sitôt, leurs crimes dégueulasses et pourront continuer de les vanter via les jeux vidéo par lesquels ils font passer leur propagande. À titre d’exemple, «Call of Duty Black Ops» vous invite à rien de moins que de tenter d’assassiner Fidel Castro dès le début du jeu! Tous les récents «Call of Duty» vantent le travail des terroristes de la CIA, sans farce! On y incarne souvent des agents de la CIA, maquillés en bons pères de famille…

    Basta! Washington go home!

    Répondre
    • avatar
      20 novembre 2011 à 9 09 47 114711
      Permalink

      Vous avez raison de dire Sylvain que s’il fallait que les États-Unis remettent juste la partie de trop qu’ils ont dérobée à l’Amérique latin, leur économie ne saurait survivre, ce qui est déjà pratiquement le cas. Elle vit sous respirateur artificiel.

      Seulement Cuba, évalue à plus de 100 milliards de dollars les pertes encourus suite au blocus économique qui cherche à miner par tous les moyens, et cela depuis 50 ans, l’économie chilienne. Ce n’est pas rien pour un petit pays du Tiers-Monde dont les défis à relever sont énormes.

      Répondre
  • avatar
    25 janvier 2012 à 2 02 22 01221
    Permalink

    Bonjour merci de m’envoyer les nouvelles infos. Bonne journée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *