L’arche du néant

 

Je le sais, ce n’est pas supportable… ce n’est pas recevable… ce n’est pas acceptable de commettre le pire pour promettre le meilleur… de mêler Dieu à un dessein si odieux, à un acte aussi répugnant qu’un attentat qui s’en prend à des innocents, le concept d’un destin qui égorge aveuglément et impunément ne peut être le fruit d’une conception aboutie mais forcément le fruit d’une déception… tout le contraire d’un projet.

C’est un rejet radical du bien par le mal… lié à un désordre affectif et mental.

Le kamikaze oppose le sommet à la base avant de faire des deux, table rase.

C’est physique et chimique à la fois, la somme arithmétique de toutes ses métastases. Il se décompose avant de poser sa bombe, il est déjà mort lorsqu’il creuse votre tombe.

Sa logique est pathologique : il ne peut concevoir que l’inconcevable, promouvoir que l’effroyable. Son remède, il le trouve en provoquant l’irrémédiable.

Il n’a plus de raison de vivre, mais une raison de mourir : donner la mort sans raison. Paranoïa d’une fourmi qui se croit capable de détruire l’Himalaya, juste en claquant des doigts…

Dans tout attentat, il y a cette folie des horreurs… et il n’y a peut être que cela.

Moi aussi, je peux le jurer devant Dieu : ce sous-homme qui s’apprête à m’égorger n’a pas la foi. Il n’est pas croyant, il croit au néant… pour lui, il n’y a plus d’être mais un trou béant… un abîme qui lui sert de moi intime.

 

Le 20ème siècle avait ses nihilistes, le 21ème n’aura que ce genre de morts vivants dont le seul espoir est de nous désespérer, la seule crainte : qu’on ne les craigne pas.

Dès lors comment faire pour prévenir un attentat et contenir tous ces êtres en mauvais état qui peuvent à tout moment nous exploser à la figure ou nous trancher la tête ?

Pour nous épargner les divisions, il faudrait peut être réformer notre vision, les voir autrement, se focaliser sur leur véritable tourment au lieu de diaboliser la religion. Ça leur en donne une alors qu’ils n’en ont pas.

 

Je le répète pour tous les malentendants, leur mal n’est pas religieux, sans partie liée avec Dieu. Il est plutôt en rapport avec l’état des lieux, l’état du monde.

Ce n’est pas une idéologie de la mort, comme on le croit çà et là… mais la mort de l’idéologie.

 

Pour tous ces damnés de la terre, qui se radicalisent en 3 secondes, il n’y a plus d’enracinement, plus d’ancrage possible, ni crédible…

Seul l’injustifiable les apaise… ils disent que Dieu est grand pour que l’on se taise… cri de douleur pour que l’on meurt aussi et en même temps… de la même mort.

Rugissement sans foi, ni loi, qui exprime leur volonté d’anéantissement.

 

Ce ne sont pas nos politiques opiniâtres qui peuvent les cerner, mais nos psychiatres qui doivent les discerner.

Il y a trois façons d’examiner cette monstruosité qui nous empêcher de dormir en paix :

 

– le premier est tragique : on se dit qu’il n’y a rien à faire… que nous pouvons à tout moment être défaits.

 

– la seconde est dramatique : on se dit que le mal est là, on ne peut en ignorer la réalité, mais on peut s’attaquer à ses conditions de possibilité.

 

– la troisième est comique : on se dit que le mal est étroitement lié à une race, à une religion… et qu’il suffit… de quoi ? De supprimer la race ? De supprimer la religion ?

Mêmes les régimes les plus totalitaires n’y sont pas parvenus…

Et c’est même à cause de ce genre de projection qu’ils ont tout perdu.

 

https://www.lejournaldepersonne.com/2018/04/larche-du-neant/

 
Personne est sur un nouveau projet, un nouveau film long métrage est en cours de préparation, pour contribuer à sa réalisation, rendez-vous sur la page de soutien : https://www.lejournaldepersonne.com/soutien-journal-de-personne/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

2 pensées sur “L’arche du néant

  • avatar
    11 avril 2018 à 21 09 29 04294
    Permalink

    L’auteur écrit : « Dès lors comment faire pour prévenir un attentat et contenir tous ces êtres en mauvais état qui peuvent à tout moment nous exploser à la figure ou nous trancher la tête ?
    Pour nous épargner les divisions, il faudrait peut être réformer notre vision, les voir autrement, se focaliser sur leur véritable tourment au lieu de diaboliser la religion. Ça leur en donne une alors qu’ils n’en ont pas.
    Je le répète pour tous les malentendants, leur mal n’est pas religieux, sans partie liée avec Dieu. Il est plutôt en rapport avec l’état des lieux, l’état du monde. »
    Rappelons que tous les peuples ont le même fonds commun de croyances, puisque tous ont commencé par adorer un même principe divin, tous lui ont rendu un culte qui n’a pas beaucoup varié d’un endroit à l’autre. Les doctrines naissent les unes des autres, mais d’abord elles ne sont toutes qu’une seule doctrine.
    Ce sont les diverses formes dissidentes qui, pour les hommes, sont devenues « l’orthodoxie ».
    A mesure que la doctrine fondamentale se revêt de formules conventionnelles qui la dévient du sens primitif, sous prétexte de la rendre plus conforme aux conditions nouvelles ou locales, c’est-à-dire aux intérêts masculins des prêtres, une réaction se produit, la contradiction naît, c’est-à-dire l’effort pour renverser l’interprétation nouvelle et ramener l’idée à son origine, et ce n’est que sous l’oppression que la pensée s’éteint, s’arrête, hésite, du reste pour reprendre son élan aussitôt que la liberté renaît.
    Au moyen-âge, l’ismaélisme enseignait une doctrines dans laquelle on apprenait que toutes les religions des hommes étaient des chimères et qu’il fallait revenir à la Nature.
    Nous qui venons à la fin des temps, nous avons sous les yeux la multitude innombrable de débris dont l’histoire est jonchée : débris de livres, débris de monuments, de traditions, de langues, de rites et d’institutions. Notre tâche est d’en comprendre la signification morale et d’en extraire la Science des Religions qui n’a pas été faite jusqu’ici .
    Et c’est cela qui remettra la paix dans le monde, car c’est autour du mot Religion que toutes les passions humaines se sont déchaînées. Les discussions, les luttes, les guerres ont, presque toutes, été provoquées par un mot dont, aujourd’hui, on ne comprend plus la signification.
    https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.fr/
    Cordialement.

    Répondre
  • avatar
    12 avril 2018 à 8 08 19 04194
    Permalink

    @ Anwen

    Vous écrivez ceci : « aux intérêts masculins des prêtres, une réaction se produit, la contradiction naît, c’est-à-dire l’effort pour renverser l’interprétation nouvelle et ramener l’idée à son origine, et ce n’est que sous l’oppression que la pensée s’éteint, s’arrête, hésite, du reste pour reprendre son élan aussitôt que la liberté renaît. »

    1) N’y a-t-il que des hommes prêtres – dévots – croyants – pratiquants – aliénés ? Non assurément ! Cette affaire de religion n’est pas le fait d’un sexe non plus que d’une race comme vous le dites vous-mêmes mais une question D’INTÉRÊTS – l’intérêt étant indifférent au sexe distrayant – faux drapeau.

    2) Vous parlez d’une oppression totalitaire – anti-libertaire – qui serait suivi on ne sait trop pourquoi ni commente d’une période de LIBERTÉ qui renait ??? Quelle sont les forces qui impulsent ces phases de « totalitarisme » et de « libertinage » ???

    3) En quoi ces deux temps-période dialectiques d’évolution historique (selon vous) diffèrent – elles (concrètement pour que nous puissions reconnaitre que nous sommes passés de l’une à l’autre) ???

    4) Ainsi, diriez-vous que l’Arabie Saoudite avec MBS passe en ce moment d’une phase de totalitarisme à une phase libérale ??? Libérale signifierait alors l’instauration de nouvelles normes sociales, d’une nouvelle codification de l’acceptable (intégrisme relâché) et de l’inacceptable (intégrisme en parti maintenu – reformulée – pouvant aller comme au Canada jusqu’a l’intégrisme laïc?)

    Merci de votre post madame Anwen

    robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *