L’arnaque

Philippe David.

Il n’y a pas très longtemps, dans mon billet «Le pays de la responsabilité fiscale», je dépeignait un tableau plutôt alarmant de l’endettement des ménages au Canada. Dans sa chronique, Richard Martineau fait un constat similaire, tout en concluant:

La vérité est que nous sommes extrêmement mal placés pour faire la leçon aux gouvernements. Comme eux, nous dépensons trop, sommes beaucoup trop endettés et avons les yeux plus gros que la panse…

Jusqu’à un certain point, il a raison. Nous surconsommons et nous nous endettons pour le faire. Si nous sommes conséquents, nous reconnaitrons notre part de responsabilité dans la chose. Mais il existe tout de même une bonne explication pourquoi collectivement nous agissons ainsi. C’est parce que l’élite dirigeante le veut ainsi.

Pensez-y. Combien de fois entend-on les politiciens nous encourager à consommer pour faire tourner l’économie? Lorsque nous tombons en récession, ils sont là à nous dire: «Dépensez, dépensez, dépensez!» Cette mentalité provient de la croyance erronée que les récessions sont causée par une baisse de la demande agrégée et que nous devons absolument renflouer cette demande coûte que coûte. Les politiciens adorent ce genre de chose parce que ça leur permet de passer pour des héros avec leurs plans de relance. La réalité est que la reprise éventuelle dont ils s’accaparent le mérite aurait eu lieu de toute façon. Même qu’elle aurait probablement eu lieu plus tôt.

La seconde raison est que les taux d’intérêts sont artificiellement bas. Ils sont particulièrement bas présentement, mais ils ont presque toujours été plus bas qu’ils ne l’auraient normalement été si les banques centrales de ce monde cessaient de les manipuler pour «stimuler» l’économie. Cette stimulation artificielle par le crédit facile encourage justement l’endettement et décourage l’épargne. À quoi bon épargner si les taux d’intérêt sont dérisoires et que par opposition, le crédit est relativement peu coûteux? Dans un marché libre, les taux d’intérêt seraient fixés selon la disponibilité d’épargnes réelles pour financer les crédit, ce qui naturellement donnerait des taux plus élevés qui stimulerait l’épargne et limiterait la demande de crédit à ceux qui en ont vraiment besoin. En effet quel mal y a-t-il à économiser un peu avant de se payer quelque chose? Pourquoi doit-on essayer de tout avoir tout de suite? Si les taux d’intérêt étaient plus élevés, la question ne se poserait pas.

Est-ce que l’économie souffrirait si on changeait cette façon de faire? Il y aurait très certainement des répercussions à court-terme pendant que l’économie se réajuste, mais à long-terme, une économie fondée sur l’épargne aurait une base plus solide qu’une économie gonflée au crédit facile de l’argent créé à partir de rien. Nos politiciens, guidés par certains idiots avec des prix Nobel, croient que l’économie doit être constamment stimulée un peu comme un athlète qu’on pompe aux stéroïdes. Sauf qu’à la longue, l’athlète finit par claquer. Bientôt, il sera au bord de l’overdose.

54 pensées sur “L’arnaque

  • avatar
    1 avril 2010 à 4 04 54 04544
    Permalink

    Effectivement, si les politiciens s’enlevaient du chemin, nos marchands pourraient enfin diffuser les publicités qui appellent les gens à épargner au lieu de dépenser…

    En augmentant les frais de scolarité et, idéalement en privatisant les institutions d’enseignement supérieur, les étudiants des familles les moins fortunées auront droit aux « prêts » et bourses et devront rembourser une dette de… combien au juste? Dix mille, vingt mille, trente? T’as pas épargné pour aller à l’université? Oublies ça, va traviller chez Tim Horton’s ou chez Wal-Mart à $5,00 l’heure. Car, enfin, le salaire minimum aura disparu et la paie dépendra de l’offre et la demande…

    Répondre
    • avatar
      1 avril 2010 à 7 07 41 04414
      Permalink

      @ Lutopium

      En augmentant les frais de scolarité et, idéalement en privatisant les institutions d’enseignement supérieur, les étudiants des familles les moins fortunées auront droit aux « prêts » et bourses et devront rembourser une dette de… combien au juste? Dix mille, vingt mille, trente? T’as pas épargné pour aller à l’université? Oublies ça, va traviller chez Tim Horton’s ou chez Wal-Mart à $5,00 l’heure.

      Qui dit qu’il n’y a que le choix entre étudier à l’université et travailler chez Walmart? Quoi? on a plus besoin de plombiers, d’électriciens, de plâtriers, de maçons et de machinistes? Ce sont des carrières toutes aussi valables. Pour les hautes études, tu ne pense pas que si le gouvernement ne les finançait pas, des compagnies privées le feraient? Après tout, ce sont eux qui ont besoin de main d’œuvre qualifiée.

      Car, enfin, le salaire minimum aura disparu et la paie dépendra de l’offre et la demande…

      Est-pire que de décider qu’en dessous d’un certain niveau de salaire, les travailleurs non-qualifiés sont mieux d’aller sur le BS en permanence?

      Effectivement, si les politiciens s’enlevaient du chemin, nos marchands pourraient enfin diffuser les publicités qui appellent les gens à épargner au lieu de dépenser…

      Avec des taux d’intérêt au dessus de 10%, aucune publicité n’aurait le pouvoir de t’encourager à t’endetter pour surconsommer. N’est-ce pas ce que vous déplorez souvent du coté gauche? Pourtant la solution au problème de surconsommation est si simple! Ça s’appelle le libre-marché.

      @ François M.

      D’accord avec toi sur le fond. Mon explication était très simplifié pour ceux qui ne comprennent pas trop l’économie, c’est pourquoi je n’ai pas mentionné que la plupart des recettes économiques désastreuses de nos politiciens proviennent de la théorie générale de Keynes, mais essentiellement le problème provient en grande mesure de l’inflation créée par le système de réserves fractionnaires des banques.

      Ainsi, mes parents qui avaient acheté un bungalow sur la Rive-sud de Montréal dans les années 70, avaient payé de $30 000. 40 ans plus tard, la même maison, même matériaux dans les murs, même terrain, etc, en vaut plus de $200 000. Je vous pose une question? Est-ce vraiment la maison qui a pris de la valeur? Non, c’est votre argent qui a perdu de la valeur, parce qu’on ne cesse d’enfler la masse monétaire d’argent-dette. Alors il faut dépenser plus de billets pour acheter la MÊME maison.

      Attention, petit bémol: le marché immobilier est plutôt sensible au crédit facile et aux taux d’intérêts artificiellement bas. C’est pourquoi depuis 2001 les prix immobiliers ont plus que doublé au Canada. Quand on offre des hypothèques à 3 ou 4% sans mises de fond, il ne faut pas se surprendre si on se réveille avec une bulle immobilière. Nous en avons justement une qui est près d’éclater au Canada.

      Ce qui m’amène à mon point de départ. C’est un peu un mythe cette histoire de surconsommation. Nous sommes en fait tous quasiment obligés de nous endetter pour assurer le minimum à notre famille. Tout coute bien plus cher, et spécialement les dépenses inévitables, celles qu’on ne peut pas beaucoup réduire, comme le logement, l’électricité, la nourriture. On peut couper, mais il y a carrément des limites aussi. Quand c’est rendu qu’une famille doit habiter à quatre personnes dans 2-1/2, à manger du Kraft dinner et du pain blanc avec du beurre de peanut en se servant de l’électricité que 4h par jour, on ne parle plus de luxe. Et c’est le cas pour un nombre grandissant de famille.

      Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce point. J’ai travaillé dans le commerce au détail pendant 13 ans. Je te dirais qu’il y a 10 ou 15 ans il n’y avait que dans le temps des fêtes qu’on devait passer 10 minutes à trouver une place de stationnement dans un mail, même à l’autre bout du stationnement. De nos jours, c’est monnaie courante les fins de semaines. Va faire un tour chez Best Buy et compte le nombre de TV géantes qui sortent dans une journée. On ne parle pas de denrées essentielles là. L’inconvénient avec le système actuel, c’est qu’il « fucke » nos priorités. Je me considère un représentant typique de la classe moyenne et j’ai une maison avec une piscine, une voiture familiale et nous ne manquons de rien coté bouffe, mais je n’ai pas encore d’écran géant.

      La classe moyenne est en train de disparaitre. Si on remboursait nos dettes ou commencions à épargner, le système s’écroulerait ou serait en une grande dépression, parce que la masse monétaire de contracterait.

      Si on montait les taux d’intérêts, le système ferait pareil, de par la nature même de ce système bancaire.

      C’est ce que je voulais dire par des bouleversements à court-terme. Sauf qu’après, l’économie reviendrait sur des bases beaucoup plus stables.

      Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 5 05 16 04164
    Permalink

    Effectivement, les sociétés occidentales seraient différentes s’il n’y aurait pas eu de crédit et d’endettement. Au lieu d’avoir un mode de vie austère, on est tombé dans la surconsommation des ressources et des biens de consommation. Bien sûr ça l’a donné de l’oxygène à l’économie, mais au prix aussi d’une asphyxie des particuliers par l’endettement. Beaucoup de corde pour se pendre avec… mais en fin de compte, l’argent encore en circulation finira dans les poches de quelques uns. Il y aura les quelques très riches, et la masse très pauvre. C’est la finalité du capitalisme, l’exploitation de l’homme par l’homme. D’autres systèmes offrent exactement le contraire; c’est-à-dire l’exploitation de l’homme par l’homme… Ça finit en cul-de-sac, mais au départ, les dés sont pipés. Les gouvernements doivent rembourser beaucoup plus que ce qu’ils ont emprunter au départ. Qui contrôle l’émission de la monnaie ? Les banques privées. Elles prêtent de l’argent qui n’existe pas et veulent se faire rembourser avec un montant additionnel qui n’a jamais été émis en même temps au départ. Au moins dans le total, ça aurait balancé quelque part, mais ça, vous n’en parlez pas. Comment rembourser « Y » quand on a eu « X » dans le jeu ??? Si on joue au monopoly de cette manière, on va frapper un mur, ça ne sera pas long.

    Un bon texte qui explique bien la cause du problème:
    http://www.alterinfo.net/AUX-SOURCES-DU-CHAOS-MONDIAL-ACTUEL_a42229.html

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 6 06 29 04294
    Permalink

    @Philippe et Claudius

    Nous n’avons pas un problème de liquidité, mais bien un problème de solvabilité.

    Jusqu’à un certain point, il a raison. Nous surconsommons et nous nous endettons pour le faire.

    Il faut faire la part des choses. Il y a certaines personnes qui dépensent beaucoup trop, c’est évident. Mais je ne pense pas que ça soit vrai pour la majorité.

    Je m’explique. Nous vivons dans un système fractionnaire bancaire qui fait en sorte que dès qu’il entre en fonction, il y a plus d’argent qui est dû qu’il n’en existe. C’est un système basé sur la dette. Et il fonction comme une pyramide de Ponzi. C’est-à-dire que pour continuer de fonctionner, on a besoin de créer toujours plus d’argent-dette à la base, d’où la raison pour laquelle on nous pousse constamment à dépenser plus, en fait, à s’endetter plus, d’où notre problème chronique de solvabilité.

    Même au lendemain d’une attaque terroriste sans précédent en sol américain lors du 9/11, Chrétien et Bush n’avaient qu’une chose à nous dire: ne cessez pas consommer, allez au centre d’achat demain et endettez-vous!

    Si on cesse de s’endetter et pire, qu’on commence tous à rembourser nos dettes, le système s’effondre, la masse monétaire se contracte. Idem si on monte les taux d’intérêts. La masse monétaire US s’était contractée de plus de 30% lors de la dépression des années 30.

    Ainsi, en contrôlant les taux d’intérêt et la création de l’argent-dette, les banquiers privés qui contrôlent nos banques centrales, font la pluie et le beau temps, en créant boum et crash économiques. En créant de la liquidité-argent-dette lorsque vous vous endettez, la masse monétaire enfle et entraine une inflation conséquente. L’inverse est aussi vrai lorsque les taux d’intérêt montent.

    Ainsi, mes parents qui avaient acheté un bungalow sur la Rive-sud de Montréal dans les années 70, avaient payé de $30 000. 40 ans plus tard, la même maison, même matériaux dans les murs, même terrain, etc, en vaut plus de $200 000. Je vous pose une question? Est-ce vraiment la maison qui a pris de la valeur? Non, c’est votre argent qui a perdu de la valeur, parce qu’on ne cesse d’enfler la masse monétaire d’argent-dette. Alors il faut dépenser plus de billets pour acheter la MÊME maison.

    Vous me direz alors que nos salaires ont suivi cette inflation. C’est en partie vrai, mais ce qui manque de vos analyses, messieurs, c’est le fait qu’on parle d’intérêts COMPOSÉS, et non simple. Alors calculez le prix final d’une maison de $30 000 avec des intérêts composés de 5% par exemple, et ce qu’il en coutera pour rembourser une maison de $250 000 plus 5%. On parle d’un gouffre ici.

    Ce qui m’amène à mon point de départ. C’est un peu un mythe cette histoire de surconsommation. Nous sommes en fait tous quasiment obligés de nous endetter pour assurer le minimum à notre famille. Tout coute bien plus cher, et spécialement les dépenses inévitables, celles qu’on ne peut pas beaucoup réduire, comme le logement, l’électricité, la nourriture. On peut couper, mais il y a carrément des limites aussi. Quand c’est rendu qu’une famille doit habiter à quatre personnes dans 2-1/2, à manger du Kraft dinner et du pain blanc avec du beurre de peanut en se servant de l’électricité que 4h par jour, on ne parle plus de luxe. Et c’est le cas pour un nombre grandissant de famille.

    La consommation de produits et services superflus sont en baisse depuis des décennies. Pour appuyer mes dires, je vous invite fortement à visionner cette vidéo d’une enseignante à Harvard qui explique comment et pourquoi la classe moyenne est en train de disparaitre. C’est ahurissant. Elle a analysé les données gouvernementales et ce qui en ressort est tout simplement renversant et surprenant.

    La famille d’une mère et d’un père avec deux enfants était beaucoup plus riche et stable financièrement que la même famille aujourd’hui. La consommation a drastiquement baissée dans presque tous les indices, à part les nettes augmentations des besoins de bases que la famille arrive à peine à couvrir sans s’endetter, alors que nous avons deux personnes sur le marché du travail au lieu d’une seule il y a 30-40 ans.

    [youtube=http://www.youtube.com/watch?v=akVL7QY0S8A&color1=0xb1b1b1&color2=0xcfcfcf&hl=en_US&feature=player_embedded&fs=1]

    La classe moyenne est en train de disparaitre. Si on remboursait nos dettes ou commencions à épargner, le système s’écroulerait ou serait en une grande dépression, parce que la masse monétaire de contracterait.

    Si on montait les taux d’intérêts, le système ferait pareil, de par la nature même de ce système bancaire.

    Voilà, à mon avis, l’Arnaque Suprême.

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 8 08 15 04154
    Permalink

    Richard Martineau est ce qu’on apelle un ‘sell-out’, c.-à-d. qu’il a renoncé à ces principes pour se mettre à la solde de la classe dirigeante.

    Il n’y a rien de plus lèche-cul, ou simplement ignorant, que de dire ‘les gens n’ont pas de leçons à faire au gouvernement’.

    Les gens sont conditionnés. à partir de la naissance, et à travers tout le système d’éducation (imposé par le gouvernement) à penser d’une certaine façon.

    Le gouvernement qui est chargé de l’éducation s’assure que les gens soient des illétrés économiques (et juridiques) tant qu’à y être.

    Vous ne me croyez pas?

    En 2008, j’ai rencontré un candidat du Parti Vert qui était aussi prof. d’économie à l’université.

    Nous avons eu une discussion au cours de laquelle je lui expliquai comment la bouirse allait crasher, ce qui est arrivé quelques mois plus tard. J’expliquais à ce mec, un prof. d’économie, comment le système financier était fondé sur le crédit, sur des dettes. Le gars me regardait avec des yeux gros comme des piastres, pour me demander finalement ou je prenais tout cela, ce que je lui racontais.

    Les gens sont victimes d’un conditionnement de masse. Donc, oui, on peut blâmer les gouvernements de nous avoir menti, et de nous avoir pillé pendant qu’ils nous mentaient.

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 8 08 51 04514
    Permalink

    Conditionnement de masse : On revient toujours au principe qu’un individu, qui a fait un bout de chemin dans sa réflexion, et qui fait quelques recherches/lectures, peut avoir les infos disponible pour se rendre compte de l’étendue de l’arnaque et peut donc prendre une décision pour être plus autonome …

    Ma question serait plutôt, pourquoi n’y a t il pas plus de gens qui font cette réflexion ??? c’est à croire que ceux qui font un choix conscient d’être relativement autonome sont principalement du type granole, survival, crackpot religieux … pourquoi monsieur tout-le-monde n’a pas ce réflexe alors que toutes les tites lumières clignotent sur la tableau de bord de sa société ???

    Répondre
    • avatar
      1 avril 2010 à 9 09 45 04454
      Permalink

      @ Marc

      Ma question serait plutôt, pourquoi n’y a t il pas plus de gens qui font cette réflexion ??? c’est à croire que ceux qui font un choix conscient d’être relativement autonome sont principalement du type granole, survival, crackpot religieux … pourquoi monsieur tout-le-monde n’a pas ce réflexe alors que toutes les tites lumières clignotent sur la tableau de bord de sa société ???

      Ma réponse à ça est que la plupart des gens sont endormis. Comme Aimé le dit si bien, c’est l’état qui contrôle l’éducation et il a tout intérêt à nous garder ignorant de certaines choses. J’ai passé une grande partie de ma vie adulte dans cette ignorance. Mon récent réveil est attribuable à ma curiosité et au fait que l’internet nous permet de contourner les contrôles de l’information par l’état. Sans l’internet, je serais toujours aussi ignorant.

      Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 9 09 15 04154
    Permalink

    Ouah, je décolle de ce blog et le 1er texte que je lis est justement là dessus , ça doit être dans l’air du temps :

    Washington – President Obama, U.S. congressmen and their aides held an emergency four hour-long meeting Wednesday to decide what action to take to stem a sudden and unprecedented mass enlightenment of the US population that threatens to destabilize the Government and create a fiscal crisis.

    Millions of citizens jubilantly celebrated their new awareness as they suddenly realized they have been lied to all their lives on just about everything by their psychopathic, conscienceless leaders of major corporations, government and security agencies.

    http://www.sott.net/articles/show/205894-Sudden-Mass-American-Enlightenment-Puzzles-Congress-and-Causes-National-Security-Alert

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 9 09 30 04304
    Permalink

    Lucien bouchard aussi a dit aux Québécois, à quelques reprises, ‘vous ne travaillez pas assez’.

    C’est-tu pas beau ça? Et on voulait suivre Lulu sur la route de l’indépendance. Un autre du parti conservateur, tiens, tiens!

    Je ne suis pas économiste ou analyste financier, mais je sais une chose, c’est que seul le capital de la dette est créé lorsque le crédit est émis, et que c’est mathématiquement IMPOSSIBLE de rembourser toute la dette, en capital et intérêts, avec le crédit émis, sans créer une somme correspondante en intérêts.

    La portion intérêts n’étant pas créée, il y a toujours beaucoup plus de dettes (en capital et intérêts) impayées, qu’il y a de billets de banque (ou crédit électronique) en circulation.

    Si tous les gens remboursaient toutes leurs dettes en même temps, ou tout ce qu’ils peuvent rembourser, il ne resterait plus un seul dollar de crédit en circulation, et la dette serait loin d’être remboursée en entier.

    Les visiteurs réguliers de ce blogue savent ceci, mais la population en général est dans le noir par rapport au système monétaire.

    À force d’en discuter, peut-être qu’un nombre croissant pourra mieux comprendre comment ce système fonctionne vraiement.

    Si on revient à la monnaie en soi, le système en place en est un de titres négociables (‘negotiable instruments’).

    Un ‘dollar’ en papier est un titre négociable.

    Les titres sont créés essentiellement par une première signature qui créé une obligation pour l’emprunteur, et une 2e signature (du créancier) qui accepte le titre, et qui le négocie à une 3e personne, en échange d’une autre forme de titre négociable (ou de crédit électronique constaté par une écriture comptable).

    Lorsque vous contractez un emprunt, vous signez un billet promissoire. Lorsque le banquier prend votre billet promissoire, vous venez de lui donner la valeur indiquée sur le billet. Comment ça? Vous venez de contracter une obligation de payer un certain montant. Le banquier prend votre billet, le contresigne, et le négocie à un tiers (banque, marché financier) enéchange d’un montant équivalent. Ce montant vous est prêté. Votre billet promissoire (un titre) a été converti en un autre titre (un montant en dollars, sous forme d’écriture comptable dans la colonne crédit de votre compte de banque). Le montant crédité à votre compte provient de VOUS, de votre billet promissoire, de votre signature. Concuremment à la signature du billet promissoire, vous signez un acte de prêt hypothécaire par lequel vous vous engagez en rembourser la somme créditée à votre compte par la négociation de votre billet promissoire. Vous contractez donc une seconde obligation, au même montant, pour laquelle vous n’avez reçu AUCUNE considération de la banque. Donc’c’est un prêt frauduleux, sans considération, fondé sur un tour de passe-passe comptable. Et ce prêt, vous allez le rembourser pendant 25 ans et travailler pour le rembourser, et payer des impôts à l’État sur les revenus générés par votre travail.

    Et c’est de cette façon que toute la population est dominée par le système monétaire en place.

    Et c’est pourquoi rien de ceci n’est enseigné à l’école ou même dans les universités.

    .

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 9 09 48 04484
    Permalink

    Votre pauvreté provient du fait que, sur le plan personnel (de notre personne), vous remboursez des dettes fictives avec le fruit de votre travail réel (effectué grâce à votre énergie réelle).

    En tant que ‘personnes’, vous garantissez également la dette fictive créée par une fiction juridique (l’État) avec le fruit de notre travail réel.

    Donc, vous êtes dominés par des fictions, des choses qui, par définition, n’existent que dans l’esprit et ne sont pas réelles.

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 10 10 03 04034
    Permalink

    Mon récent réveil est attribuable à ma curiosité et au fait que l’internet nous permet de contourner les contrôles de l’information par l’état. Sans l’internet, je serais toujours aussi ignorant.
    Me too, j’avais déjà décollé une démarche avant de connaitre internet mais avec cet outil là suis passé en accéléré coté connaissances tout azimut … si encore les problémes actuels et surtout ceux à venir étaient le résultat d’une action réfléchie de la part d’individus ( je consomme, j’assume ) , ben au moins tu peux en changer le cours ( j’ai fait ceci, les conséquences sont cela) , mais quand tu ne sais pas, tu ne t’informes pas, tu es le jouet des événements, t’es perdant… c’est là que j’achoppe dans ma compréhension du monde ..

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 10 10 10 04104
    Permalink

    Voici un vidéo d’une allocution prononcée en 1958 par le fondateur de la John Birch Society qui explique, en détails, tout ce que nous vivons présentement, et comment cela fut concocté par un petit groupe de conspirateurs internationaux.

    Ce vidéo devrait ouvrir les yeux de certains sceptiques.

    http://www.youtube.com/watch?v=AZU0c8DAIU4&feature=player_embedded#

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 10 10 28 04284
    Permalink

    arrrf Aimé … les Birch sont des reliquats de l’anti communisme des années 50 selon moi … et sûrement à l’origine des concepts de gouvernement mondial, suppression de la Fed etc ..leur anti communisme primaire et le coté religieux m’hérisse le poil , désolé , style milices chrétiennes comme les Hutaree dernièrement , a t on besoin d’extremes pour renverser la vapeur ? pourquoi n’y a t il pas plus de « modérés » dans ceux qui veulent décrocher du systéme ?

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 11 11 13 04134
    Permalink

    Marc,

    Je ne connais pas la John Birch Society, sauf le nom. Je trouve le discours du bonhomme plutot intéressant, parce qu’il décrit exactement ce qui se passe présentement, mais en 1958.

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 11 11 23 04234
    Permalink

    Tu demandais tantôt, pourquoi les gens ne décrochent pas s’ils ont aussi accès aux mêmes informations que nous.

    Personellement, je crois que le conditionnement à toujours penser en terme de collectivité, et de respect de l’autorité, fait que les gens ne pensent plus individuellement, pour eux-mêmes, et qu’ils sont incapables de prendre les décisions qui pourraient changer leur vie positivement.

    Un autre facteur, que j’ai lu dans les commentaires de Gaetan, c’est que l’on semble avoir réussi par l’enseignement et les gadgets électroniques, à réduire la capacité d’attention des jeunes, et leur capacité de réfléchir et de faire des raisonnements. Puis, il y a quelques millions de personnes au pays qui sont sur des anti-dépreseurs.

    Voilà certainement quelques facteurs qui expliquent la situation.

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 12 12 59 04594
    Permalink

    @Aimé,
    J’ai tenté un jour d’expliquer aux élèves toute les arnaques cachées dans le simple achat d’une voiture.
    Dans un coin de la classe…
    Je suis sorti vaincu après 1h30. Ils ne m’ont pas cru.
    Pour eux, une voiture, c’était 137$ par mois. Point.
    Je « cultivais » ceux qui réussissaient à penser différemment.
    Les « outsiders », comme moi 🙂
    Au grand désespoirs des dirigeants…
    La grande mission, pour certains, c’était de distribuer des condoms…
    C’est profond en titi!

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 14 02 04 04044
    Permalink

    Excellente explication des notes promissoire, Aimé. Merci.

    À lire attentivement.

    Pour ce qui est de la John Birch Society, voici ce qu’un ami me communiquait:

    La John Birch Society fait partie de ces organisations/revues « conservatrices anti-communistes », qui pourfendent les communistes, mais qui n’osent pas toucher à un cheveu des juifs sionistes!

    Piper a écrit un article sur la JBS, il expliquait que dans un numéro de la revue de la JBS portant sur « l’infiltration communiste selon les pays », ils nommaient plein de pays pas rapport (Argentine 70% infiltrés, Chili 90%, alors qu’en réalité ces pays étaient dirigés par des anti-communistes – d’ailleurs Eva Peron était fasciste – et les USA étaient selon eux extrêmement infiltrés! lol) mais ne mentionnaient même pas qu’Israël avait en réalité la plus forte concentration de partis communistes (les juifs socialistes-marxistes, comme Ben-Gourion, ont joué un grand rôle dans la fondation d’Israël) en fait ils plaçaient Israël en bas de la liste alors qu’il aurait dû être en haut. Bref, leur magazine nous induit en erreur sur un paquet d’affaires. Un autre exemple est qu’un infiltrateur du FBI dans le KKK, Delmar Dennis, a été embauché dans la JBS malgré que son rôle d’infiltrateur avait déjà été révélé au grand jour depuis longtemps! Plusieurs auteurs intéressants ont quitté l’organisation après avoir compris que la JBS était un défenseur du complexe américano-sioniste.

    Il y a même une « connexion Rockefeller » à la JBS!! Le boss Robert Welch a reçu des millions de la maison de Rockefeller! Welch possédait une industrie de biscuits et sucreries, racheté à 200 000 parts par Rockefeller, pour une valeur de plus de 10 800 000$!

    « …. To enable Robert Welch, a 32nd degree Mason, to devote all of his time to the John Birch Society, Nelson Rockefeller purchased his family firm, the Welch Candy Company, from him at a most handsome price. Welch chose the principal officers of the John Birch Society from his acquaintances at the Council on Foreign Relations… »

    And, for the record, in more recent years, famed populist historian Eustace Mullins, author of The Federal Reserve Conspiracy, The World Order and other classics, has said publicly-more than once-that his research led him to the conclusion that the Birch Society was indeed a creation of the Rockefeller empire, based on precisely the same data that led Bealle to reach his assessment. So Bealle was not standing alone, by any means, in making these allegations… »
    http://www.barnesreview.org/John_birch.htm

    Piper a découvert que Welch est un partisan de la commission Warren et de sa théorie de l’assassin solitaire! Les Birchers croient que Oswald était un agent communiste du KGB! C’est mot à mot la théorie promue par le traître pro-sioniste James Jesus Angleton (un Skull and Bones) qui était 3e en importance à la CIA et qui gérait le bureau du Mossad à la CIA.

    Bref, John Birch Society = Société des boucs de Judas!

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 14 02 31 04314
    Permalink

    Comme dit Max Keiser ,c’est la formule casino/goulag. Les banques perdent de l’argent à la bourse et le peuple du goulag en paye les frais. On socialisent les dettes mais on privatisent les profits

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 14 02 43 04434
    Permalink

    François,

    Je ne prétends pas le contraire. Mettons que le discours dans ce vidéo a été écrit par JD Rockefeller. lui-même. Ça démontre quand même que ce que nous vivons présentement était prévu longtemps d’avance et savamment calculé. C’est quand même la preuve (une preuve parmi tant d’autres) qu’il existe bel et bien une conspiration pour détruire les É-U, si on veut se limiter à ça.

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 15 03 26 04264
    Permalink

    @Philippe: entièrement d’accord avec toi. Tim Horton’s et Wal Mart connaissent actuellement une croissance extraordinaire, alors assurons-nous que les jeunes qui n’ont pas les moyens d’accéder aux études supérieures aillent y travailler le plus rapidement possible. Et abolissons le salaire minimum en laissant la rénumération se fixer elle-même par l’offre et la demande. C’est la loi naturelle du marché.

    Et tu as raison, aucune publicité ne parviendra à convaincre les gens d’accéder au crédit si le taux dépasse les 10%. Jamais les institutions financières n’oseraient émettre des cartes de crédit à 19%. Ne sommes-nous pas privilégiés de compter sur des entreprises autant responsables?

    Plus je lis « La révolte d’Atlas » d’Ayn Rand, plus je saisis ce qui se passe autour de moi. Merci.

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 15 03 30 04304
    Permalink

    @ François

    Belle analyse François. C’est juste qu’on est un peu à l’étroit sur un blog pour tout expliquer. Je ne prétendais pas faire d’analyse complète à l’heure où je me suis levé ce matin… D’ailleurs, c’est pourquoi j’ai inclus le lien d’une page dont j’ignore même si quelqu’un s’est donné la peine de le regarder, un petit peu du moins. Et puis je sais que tu est là aussi pour préciser des choses. Je suis aussi rassuré de savoir que Philippe n’a pas d’objections majeures sur la cause réelle du problème évoqué. Là-dessus, je crois que le problème est bien compris par tous.

    J’avais une petite réflexion cet après-midi à propos de l’économie; Si l’économie relève de la science, moi je crois plus qu’elle relève de la fumisterie. C’est l’art de fourrer quelqu’un sans lui dire qu’il se fait fourrer. Si on lui disait qu’il se fait fourrer, il chercherait à arrêter de se faire fourrer.
    La date clé que j’ai en tête; 23 Décembre 1913.

    Hier, j’ai évoqué comme solution éventuelle l’introduction d’une monnaie-troc comme 2′ devise légale en circulation dans le but stricte de compenser les milliards de dollars qui sortent de l’économie nationale comme une hémorragie. Le tout dans le but de continuer à faire fonctionner la machine dans l’échange de biens et services. Je comparais notre système déficit zéro à un moteur qui perd son huile. Ça finit par briser. Si on compense exactement tout se qui se perd dans l’économie via l’intérêt de la dette, bien au moins, le système resterait en équilibre n’est-ce pas ? On aurait un vrai équilibre budgétaire. Autrement dit, c’est très clair. On compense l’hémorragie de $ par une transfusion de $ troc. Pourtant c’est pas chinois ! 1+1=2

    Comme il y a quelques économistes présent ici, j’aimerais avoir un point de vue élaboré sur la monnaie-troc. De mémoire, je crois qu’il a fallu l’introduire en Argentine quand ils ont eu de gros problèmes en 2001 et les années suivantes.
    C’est mieux de faire ça que de laisser crever tout le monde par manque d’argent il me semble. Je ne vois aucun empêchement à fonctionner de la sorte. La monnaie, essentiellement, c’est un outil, et il faut que ça le demeure.

    Répondre
    • avatar
      1 avril 2010 à 17 05 26 04264
      Permalink

      @ Claudius

      J’avais une petite réflexion cet après-midi à propos de l’économie; Si l’économie relève de la science, moi je crois plus qu’elle relève de la fumisterie. C’est l’art de fourrer quelqu’un sans lui dire qu’il se fait fourrer. Si on lui disait qu’il se fait fourrer, il chercherait à arrêter de se faire fourrer.
      La date clé que j’ai en tête; 23 Décembre 1913.

      Toutes les écoles de pensée économique, sauf une sont infectées par le positivisme. Ils croient que l’économie est une science empirique qui peut se vérifier par calcul et expérimentation. L’école autrichienne par contre, croit que la science économique est plutôt l’étude de l’action humaine. Elle considère que l’activité économique est générée par des individus qui poursuivent chacun leurs propres buts et prennent leurs décisions en fonction de ces buts. Cet approche révèle beaucoup plus au sujet des vrais problèmes de l’économie et de son vrai fonctionnement que l’étude positiviste de données agrégées des autres écoles.

      Je n’ai pas assez de temps présentement, mais je vais revenir répondre au sujet de la monnaie un peu plus tard.

      Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 15 03 40 04404
    Permalink

    La monnaie-troc est une excellente et même plus, elle risque de devenir notre salut dans cette économie qui s’écroule. Ce serait une chose très intelligente à faire.

    Je parlais sous mon article de la semaine que l’Allemagne avait introduit la monnaie-travail pour régler le problème du système bancaire contrôlé par les banquiers privés de Londres et Wall Street. Conséquence: La Judée lui a déclaré la guerre. On connait le reste de l’histoire…

    http://les7duquebec.wordpress.com/2010/03/30/la-judee-declare-la-guerre-a-obama/

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 22 10 53 04534
    Permalink

    @ François M. (message du 1 avril 2010 à 06:29 ), Philippe (le texte principal), et Aimé, vos explications et échanges sur le système bancaire et monétaire, sont excellents. Beau travail de vulgarisation.

    @ Claudius:
    Ce n’est pas le libre marché qui exploite l’homme, c’est l’état qui légalise la fausse monnaie-dette. Vous le saviez peut-être déjà, mais en vous lisant, je n’étais pas certain.

    @Lutopium:
    Aux États-Unis, il a des milliers et des milliers de fondations et organismes qui offrent des bourses aux étudiants qui démontrent des aptitudes à aller à l’université. Mais les communistes de Québec solidaire(avec l’argent des autres et avec l’état dans nos bobettes) ou les lucides étatiques, n’aiment pas ça lorsque les individus sont libres et n’aiment pas les inégalités (pour avoir de « l’excellence », il FAUT des inégalités).

    Dans le restant de l’Occident, c’est l’égalité IMPOSÉ par l’état, et cela conduit toujours à un nivellement par le bas. Un diplôme universitaire d’hier, vaut -au moins- 2-3 bacc d’aujourd’hui. J’ai été à l’université, et il faut chercher longtemps avant de trouver des individus vraiment aptes à y être. Autant chez les étudiants que chez les profs. Ils ne savent/comprennent presque rien du monde dans lequel ils vivent ! Surtout les plus spécialisés.

    Finalement, des pays comme l’Allemagne et le Japon, encouragent moins leurs jeunes à aller faire des études ouniversousterres et ils encouragent moins à leur faire croire que c’est le nirvana. Des techniques, pour la majorité !

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 22 10 55 04554
    Permalink

    « et ils leurs font moins croire que c’est le nirvana ».

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 23 11 02 04024
    Permalink

    @ Claudius qui écrit:

    « Comme il y a quelques économistes présent ici, j’aimerais avoir un point de vue élaboré sur la monnaie-troc. »

    C’est LA solution, mais les communistes et les ‘drétistes’ adorent la fausse monnaie, car ils adorent l’État et les monopoles/oligopoles (étatiques ou privés).

    J’ai même écrit un texte de plusieurs dizaines de pages sur CE sujet.

    J’attends toujours que Dieu place sur ma route des individus qui veulent partir un tel projet, en région… 😉

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 23 11 26 04264
    Permalink

    @ Marc:

    Svp, lâchez « l’étiquetage » des personnes. Tous ceux qui ne veulent pas discuter d’idées ou de fond, ont recourt à cette tactique. Surtout dans les médias-du-troupeau-encore-endormi.

    Quelques idées en vrac:

    Je suis un chrétien et je n’aime pas la violence.

    Un chrétien qui fait de la violence, n’est PAS un chrétien.

    Je suis une personne -comme beaucoup d’autres croyants- qui est capable de faire une grande différence entre la réalité du monde matériel (celui accessible par nos 5 sens), et le monde spirituel. Je ne suis pas naïf, ni irrationnel. (au contraire!)

    Je ne veux pas/plus jouer à des jeu.

    Je n’ai pas insulté lutopium en disant qu’il était un communiste. Il EST un communiste. Presque toutes les mesures que proposent Québec Solidaire (avec l’argent des autres et avec l’état dans nos bobettes), sont effectivement des solutions communistes, en réponse aux exagérations du soi-disant libre-marché, qui lui n’existe presque plus. Jamais lutopium ne veut discuter du système monétaire, source de presque toutes les inégalités/injustices, car;

    « Dans son Manifeste du Parti communiste publié en 1848, Karl Marx proposait dix mesures devant être mises en vigueur après la prise du pouvoir par le prolétariat dans le but de centraliser tous les instruments de production aux mains de l’État. L’une d’entre elles, la cinquième, visait la « centralisation du crédit entre les mains de l’État, au moyen d’une banque nationale, dont le capital appartiendra à l’État et qui jouira d’un monopole exclusif « .

    Je suis aussi un libertarien. Si quelqu’un me ‘traite’ de libertarien anti-étatique 100% pour les droits sacrés des individus, j’assume. Mais aucun communiste ou « droitiste » monopolistique ne veut s’assumer ! Pourquoi???

    J’aime débusquer les conspirations. Elles sont partout. Mais les athées-des-conspirations, pour ne pas se poser de questions ou pour essayer de faire taire ces « chercheurs », vont faire les perroquets des médias-du-troupeau et vont sortir le « gros » mot: « conspirationnistes » ! Comme si c’était un argument intelligent ! Lutopium -et ses ti-namis- le font sans arrêt. De vrais enfants qui ne s’assument vraiment pas.

    Etc

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 23 11 58 04584
    Permalink

    Sébas,

    Ton commentaire sur l’idéologie communiste est identique à ce que j’ai dit plusieurs fois. La pensée collectiviste est ancrée profondément chez beaucoup de Québécois. Tu as raison à 100 % sur le manifeste communiste qui a été implanté graduellement et complètement aux USA, au Québec, au Canada et dans la plupart des autres pays également.

    Répondre
  • avatar
    1 avril 2010 à 23 11 58 04584
    Permalink

    Pardon…implanté presque complètement

    Répondre
  • avatar
    2 avril 2010 à 0 12 14 04144
    Permalink

    @ Aimé,

    Ouais, bien d’accord.

    Ce que je trouve désolant, c’est qu’aucun de ces communistes ne s’assument. Et pourtant presque toutes leurs idées sont issues du communisme.

    Parmi nos journalistes, je dirais que la majorité sont des communistes. Même chose chez nos universitaires ou politiciens. Mais souvent ils l’ignorent eux-mêmes. Mais la population en général, ne l’est PAS. Elle se laisse -souvent- séduire, mais si jamais tout le monde comprenait ce qui se discute ici, ils penseraient majoritairement comme nous.

    C’est comme http://www.antagoniste.net (David Gagnon), qui se dit libertarien, alors qu’il un demi-libertarien et un demi-droitistes, qui est en pâmoison devant les oligopoles « privés » (ou ce qui en reste). Le libre marché disparait lentement mais sûrement, dans presque tous les secteurs économiques. Quelques multinationales monopolisent tous les secteurs, les uns après les autres. Et lui il trouve ça normal ou pense que c’est du libre marché.

    Même chose pour Glenn Beck, Penn &Teller et http://reason.tv/

    Répondre
  • avatar
    2 avril 2010 à 5 05 19 04194
    Permalink

    @ Sébas

    Mais la fausse monnaie, c’est pas plutôt celle qui circule présentement ? La monnaie-troc a beau ne pas être reconnue en dehors des limites d’un état qui l’utilise pour un certain temps, mais au fond, c’est le peuple qui reconnait ses propres outils d’échange, comme n’importe quelle monnaie dans le monde, et quelque part, y faut bien que ses voisins se fasse à l’idée et respecte ces choix. Cette monnaie a la valeur qu’on veut bien lui donner !

    Continue Sébas, je suis derrière toi.
    Je n’écris pas beaucoup, mais j’essaie le plus possible de concentrer mes idées. C’est mon style.
    Je commence à me dégourdir sur ce blog-là…

    Répondre
    • avatar
      2 avril 2010 à 9 09 19 04194
      Permalink

      @Claudius

      Comme il y a quelques économistes présent ici, j’aimerais avoir un point de vue élaboré sur la monnaie-troc. De mémoire, je crois qu’il a fallu l’introduire en Argentine quand ils ont eu de gros problèmes en 2001 et les années suivantes.

      Sans vouloir écrire une traitise sur la monnaie, la monnaie-troc ou monnaie-denrée est la seule monnaie libre. Elle n’est pas imposée par la force de l’état, elle a émergé à travers des milliards d’échanges libres sur le marché. Elle a une valeur parce que les gens lui donnent une valeur, pas parce que l’état le dicte. Comme le disait Sébas, le retour à ce type de monnaie pourrait nous sauver à long-terme. Ce retour est inévitable. Lorsque le système actuel d’argent Monopoly s’effondrera, personne ne fera plus confiance à la monnaie de papier, et s’ils ont une once de gros bon sens, ils ne feront confiance qu’aux banques qui maintiendront 100% de réserve sur leurs dépots.

      Si l’état n’exerçait pas un monopole sur la monnaie et que nous retournions à une monnaie libre, ça mettrait fin à l’arnaque de l’inflation qui transfère la richesse des pauvres aux banques, politiciens et amis du pouvoir.

      Répondre
  • avatar
    2 avril 2010 à 11 11 13 04134
    Permalink

    Excellent Philippe !
    Je suis content de voir que l’idée a du poids !
    Merci !

    Répondre
    • avatar
      2 avril 2010 à 13 01 08 04084
      Permalink

      @ Claudius

      Excellent Philippe !
      Je suis content de voir que l’idée a du poids !
      Merci !

      L’idée a énormément de poids pour tous ceux qui rêvent d’une société vraiment libre.

      Répondre
  • avatar
    2 avril 2010 à 15 03 46 04464
    Permalink

    @sebas:
    @ Marc:

    Svp, lâchez « l’étiquetage » des personnes. Tous ceux qui ne veulent pas discuter d’idées ou de fond, ont recourt à cette tactique.
    Heu..les Birch sont ouvertement anti-communiste et chrétien, y a pas de manipulation, pas d’étiquette mise par qui que ce soit, c’est sur leur site !!!!

    Je suis un chrétien et je n’aime pas la violence.
    ??? pis ? kossé le rapport ? l’histoire de la chrétienté, du judaisme ou de l’islam est une histoire de violence et de soumission pour ceux qui doivent suivre les préceptes de ces religions montheistes.

    Un chrétien qui fait de la violence, n’est PAS un chrétien.
    Donc, l’église romaine catholique, avec sa longue histoire de violence n’est pas chrétienne ? donc ceux qui la suivent ne sont pas chrétiens ?

    Je ne suis pas naïf, ni irrationnel. (au contraire!)
    Je ne veux pas/plus jouer à des jeu.
    Je n’ai pas insulté lutopium en disant qu’il était un communiste. Il EST un communiste.

    Dis donc, y en a des Je dans ton truc… t’es complétement l’inverse de l’image d’un chrétien plein d’amour, tu me fais penser au MacCathysme de base des années 50 … t’es même pas capable de reconnaitre l’erreur de l’Église et du pape dans un scandale de pédophilie , tout ceux qui ne sont pas d’accord avec toi sont soit des communistes soit des âmes sensibles et blessées pour lesquelles tu vas prier et essayer de leur rentrer ta religion dans la gueule comme on gave un canard, t’es un crackpot …

    Répondre
  • avatar
    2 avril 2010 à 21 09 19 04194
    Permalink

    @ Claudius qui écrit:

    « Mais la fausse monnaie, c’est pas plutôt celle qui circule présentement ?

    Oui et c’est l’état qui force tout le monde à l’utiliser. Donc, le libre marché n’est pas un système où l’homme exploite l’homme, car il ne peut y avoir de libre marché lorsque l’état légalise la fraude de la fausse monnaie. Je fais référence à votre message du 1 avril 2010 à 05:16.

    ***

    Vous écrivez:

    « La monnaie-troc a beau ne pas être reconnue en dehors des limites d’un état qui l’utilise pour un certain temps, mais au fond, c’est le peuple qui reconnait ses propres outils d’échange, comme n’importe quelle monnaie dans le monde, et quelque part, y faut bien que ses voisins se fasse à l’idée et respecte ces choix. Cette monnaie a la valeur qu’on veut bien lui donner »

    Pas certain de comprendre, mais je m »essaye quand même. Si monnaie-troc est du métal, des pierres précieuses, etc, elle est reconnue partout.

    Et malheureusement, c’est rarement les peuples qui choisissent leur monnaies. Ce sont -plus souvent qu’autrement- les « rois » qui choisissent ça à notre place. Par contre, nous pouvons quand même faire fonctionner un système de troc à l’intérieur de ces paramètres. 😉

    Et finalement, selon mes analyses, la meilleure monnaie-troc est justement celle où sa valeur ne peut être manipulée, et celle où personne ne peut en inventer à partir de rien. Tout le contraire de notre monnaie. 😉

    ***

    Vous écrivez:

    « Continue Sébas, je suis derrière toi.
    Je n’écris pas beaucoup, mais j’essaie le plus possible de concentrer mes idées. C’est mon style.
    Je commence à me dégourdir sur ce blog-là… »

    Au contraire, svp, écrivez, c’est dans les discussions franches, que nous avançons le plus. J’aime beaucoup lire vos interventions. 😉

    @Marc,

    Je réponds à vos généralisations faciles et vos attaques , ici:

    http://les7duquebec.wordpress.com/invites/a-propos/comment-page-4/#comment-13772

    Répondre
  • avatar
    2 avril 2010 à 23 11 20 04204
    Permalink

    @ Sébas

    Oui j’aime écrire, mais PJCA a le don de me censurer… Il a retranché 3 commentaires sur 4 en fin de semaine dernière sur le billet à Philippe, que je salue en passant. Je ne l’ai pas digéré encore celle-là… C’est orwellien comme on dit !
    Au moins, s’il avait déplacé le tout ailleurs. Pantoutte ! Il y a une sélection qui se fait.
    Je te recommande de faire des sauvegarde de ce que tu écris. Des fois, tu pourrais avoir de la misère à retrouver le tout intacte…
    François a même commenté mon commentaire de Lundi matin, lequel a disparu, comme inexistant…
    C’est ben l’fun !
    Bonne nuit !

    Répondre
  • avatar
    2 avril 2010 à 23 11 35 04354
    Permalink

    @ Sébas

    Pour le passage où je disais que le capitalisme, c’est l’homme qui exploite l’homme. J’ai manqué ma boutage, désolé. C’est parce que j’avais déjà entendu un rigolo l’expliquer comme ça, et parlait aussi du communisme en disant que c’était exactement le contraire… De toute façon, ces système là vont se trouver à tomber chacun leur tour. J’espère seulement qu’on pourra vivre un jour dans un modèle de société dont les fondations seront sur le roc plutôt que sur le sable.
    Je suis sûr que tu comprends !

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 0 12 33 04334
    Permalink

    @Aimé

    Je ne prétends pas le contraire. Mettons que le discours dans ce vidéo a été écrit par JD Rockefeller. lui-même. Ça démontre quand même que ce que nous vivons présentement était prévu longtemps d’avance et savamment calculé. C’est quand même la preuve (une preuve parmi tant d’autres) qu’il existe bel et bien une conspiration pour détruire les É-U, si on veut se limiter à ça.

    Ça c’est clair, même que David Rockefeller, Sr. l’a avoué dans sa propre biographie!

    In 2002 Rockefeller authored his autobiography “Memoirs” wherein, on page 405, » Mr. Rockefeller writes: “For more than a century ideological extremists at either end of the political spectrum have seized upon well-publicized incidents such as my encounter with Castro to attack the Rockefeller family for the inordinate influence they claim we wield over American political and economic institutions. Some even believe we are part of a secret cabal working against the best interests of the United States, characterizing my family and me as « internationalists » and of conspiring with others around the world to build a more integrated global political and economic structure – one world, if you will. If that’s the charge, I stand guilty, and I am proud of it. »

    http://en.wikipedia.org/wiki/David_Rockefeller

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 4 04 35 04354
    Permalink

    @ Claudius.

    Les mots doivent servir à échanger des idées. Dire « communiste » ne signifie quoi que ce soit que si l’on est d’accord de part et d’autre sur cette signification, ce consensus sur le sens du signifiant n’impliquant en aucune façon un accord sur la valeur du signifié; on cesse simplement alors de parler pour rien.

    Même chose pour le mot « chrétien »… et d’ailleurs pour le mot « monnaie ». Entre deux choses – et entre deux denrées – il va normalement, dans une économie de marché, se créer des termes d’échange (terms of trade)…. Mais c’est une pure décision de l’autorité que de déclarer que l’une de ces denrées est une « monnaie ».

    Il n’y a dans ce genre d’échanges, aucune raison d’exprimer, par exemple, la valeur du pétrole en or, plutôt que la valeur de l’or en pétrole…

    Si vous pensez à une vraie « monnaie », c’est un médium qui n’a pas de valeur propre, mais met à profit cette décision de l’autorité pour établir les rapports de valeur entre LES AUTRES biens. Du moins, c’est l’opinion largement majoritaire chez les économistes orthodoxes…

    Concernant vos commentaires supprimés, j’ai fait ce que j’ai pu pour qu’ils ne se perdent pas… mais il était impensable de voir continuer cette logorrhée sur le fil de Philippe. C’eut été un manque de respect envers l’auteur et ceux qui veulent discuter du sujet qu’il évoque.

    Je vous souligne que j’ai déjà précisé à François – qui est je crois, en cette affaire, l’avocat du diable – que si Philippe David demande de remettre ces commentaires en ligne sur le fil de son article, je ne m’y opposerai pas.

    Je crois seulement que, le faisant, il en minerait le sérieux et la crédibilité. Il y a des milliers de gens qui n’associent pas les idées libertariennes à des spéculations religieuses.

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 7 07 12 04124
    Permalink

    Ok, dossier clos.
    Mais au lieu de supprimer, y aurait-il moyen de transférer les commentaires hors-sujet dans une page tampon spéciale l’espace d’une semaine avant de supprimer définitivement ?
    C’est une alternative qui me semble être un minimum. Ça éviterait de se mettre du monde à dos. J’ai moi-même proposé cette idée à François il y a 3 semaines avant de me raviser parce que ça aurait comme conséquence d’aller trop loin dans le choix de ce qui est bon et de ce qui n’est pas bon. Vous avez pris un autre chemin, sans compromis. Espérant seulement contribuer positivement au débat, mais parfois, je sens le besoin de remettre les pendules à l’heure. J’ai jamais si bien dit. Merci aussi d’avoir corrigé l’horloge du site à l’heure d’été.

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 9 09 45 04454
    Permalink

    @Sebas :
    Je n’ai aucun probléme avec le fait que les gens croient en quelque chose, que ce soit une religion, un type de politique ou un type d’économie , en autant que leurs croyances ne soient pas utilisées pour faire du mal aux autres, physiquement ou mentalement, ou leur piquer le fruit de leur travail, les soumettre ou déclencher des guerres …Or, l’Histoire démontre amplement que les religions sont des outils de soumission, de négation de soi même et de corruption … et les religions ont été très proche de l’État depuis bien longtemps , et l’impact sur nos cultures n’a pas été pas nécessairement positive…

    Que quelqu’un soit un pratiquant de ce type d’organisation et vive selon leurs rêgles, pas de trouble, c’est son probléme, mais quand la personne est incapable de voir les horreurs commises par son organisation , et qu’il applique un type d’obéissance aveugle demandée par ses « supérieurs » qui n’ont pas la morale de le justifier, ben je suis obligé de me demander dans quel type de raisonnement, quelle type de morale cette personne là vit , et surtout quel type d’exemple cela démontre ..

    Les preuves sont innombrables que ton église catholique a abusé de son pouvoir depuis des siécles … que ce soit par de lointains exemples historiques comme l’Inquisition, les croisades, les choix des papes, les dîmes sur les plus pauvres, les autodafés et vols des cultures envahies puis massacrées systématiquement, les arnaques financières, les Opus Dei, l’appui au régime nazie, et maintenant les viols d’enfants , comment quelqu’un de sensé peut il justifier que tout cela n’est que le reflet d’une église imparfaite et de croyants imparfaits ? Quelle empathie, quelle compassion !! Hey, ce sont des reflets de manipulation et de soumission sur les autres, voilà ce que c’est !! et l’histoire démontre clairement que c’est une pattern qui existe depuis longtemps dans cette organisation religieuse.. se ceindre immédiatement dans le drapeau des chrétiens c,est insultant pour ceux qui croient mais refusent l’image pourrie et corrompue que projette ton église …

    Au niveau échange sur ce blog, si je te soumets les centaines d’articles qui parlent de ces milliers d’enfants violés, sodomisés, meurtris, parce que les dirigeants de ton église ont soigneusement cachés /profités de cette situation, tu me réponds que c’est une conspiration médiatique … hey, quand la merde déborde de partout, que les témoins sont tellement nombreux que les lignes téléphoniques d’entraide explosent, que des milliers de dossiers sont en cour de justice, c’est qui ces gens là ?

    L’argument que cela ressemble à la propagande de recherche d’armes massives est vraiment nul, surtout quand on sait , ironie supréme, que cela a été lancé par une cabbale évangéliste protestant avec des judaistes comme noyau de dirigeants …

    Quand on te confronte sur le fait que l’anti communisme primaire est souvent associé à une droite religieuse, tu me réponds que je suis un perroquet des médias ..quand on argumente avec toi on est tous des gauchistes primaires qui ne s’assument face et tu es la lumière qui nous guide …. et quand je t’insultes , tu deviens littéralement un exalté qui va me rentrer la vérité de force si nécessaire…parfaitement à l’image de ton église qui n’a jamais été la transmission de rien de sacré mais juste un outil supplémentaire dans les tyrannies passées et présentes sur terre …en conclusion, je pense que t’es un crackpot.

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 12 12 01 04014
    Permalink

    @ Claudius

    « Mais au lieu de supprimer, y aurait-il moyen de transférer les commentaires hors-sujet dans une page tampon spéciale l’espace d’une semaine avant de supprimer définitivement ? »

    L’intention est bien de les transférer sur une autre page. PAS de les supprimer, ni dans une semaine, ni jamais, à moins que le contenu puisse nous exposer a des poursuites judiciaire. Si ce n’est pas ce qui s’est produit dans ce transfert, c’est au niveau de l’exécution que j’ai erré.

    Normalement, quand nous aurons terminé les ajustements techniques en cours sur le site, c’est l’auteur qui prendra cette décision de transfert.

    @ Marc:

    « quand je t’insultes , tu deviens littéralement un exalté qui va me rentrer la vérité de force si nécessaire »

    Pourquoi ne pas essayer la methode de ne PAS l’insulter ? :-))

    @ Tous

    L’opinions de tous et en particulier de chacun des 7 serait appréciée; je vous inviterais à nous la donner sur le babillard.

    VOYEZ SUR CE BABILLARD, MA NOTE QUANT À SA PROCHAINE ET IMMINENTE RÉFECTION

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 13 01 37 04374
    Permalink

    PJCA,

    Vous écrivez, en parlant de commentaires que vous avez supprimés :  »C’eut été un manque de respect envers l’auteur et ceux qui veulent discuter du sujet qu’il évoque. »

    Disons que je suis presque tombé en bas de ma chaise en lisant ce passage de votre commentaire.

    Je regrettte vraiment pour vous, malgré toutes vos connaissances et votre intelligence, que vous vous croyez ainsi autorisé à porter un tel jugement sur ce qui constitue ou non un manque de respect envers l’auteur de l’article, Philippe en l’occurence, lequel ne s’est nullement plaint du déroulement de la discussion.

    Si je comprends bien, vous avez décidé pour quelqu’un d’autre (Philippe) qu’il devrait être insulté parce que des lecteurs réguliers de ce blogue avait décidé de discuter autre chose pendant quelques instants, d’autant plus que le sujet de la discussion avait le potentiel d’être très instructif pour les autres lecteurs, y compris Philippe.

    Je dois dire que j’ai énormément de difficulté à suivre votre logique.

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 13 01 38 04384
    Permalink

    À qui appartient l’article de Philippe au juste, à Philippe ou à PJCA?

    Répondre
    • avatar
      3 avril 2010 à 14 02 26 04264
      Permalink

      @ Aimé

      À qui appartient l’article de Philippe au juste, à Philippe ou à PJCA?

      C’est une question difficile à répondre pour quelqu’un qui ne croit pas aux lois sur la propriété intellectuelle. 😉

      Je dirais que mes textes m’appartiennent, mais comme je suis un grand défenseur des droits de propriétés, je me dois de souligner que Pierre est quand même le propriétaire de ce blogue et que je ne suis qu’un collaborateur. Je considère donc qu’il a le droit d’y fixer les règles qu’il veut. Sur mon propre blogue, j’ai mes propres règles et en autant que les discussions se font dans le respect, je ne m’inquiète pas outre-mesure de la direction que prend le débat. Malgré tout, si je n’ai pas formulé de complainte sur la tournure du débat dans l’Âne de Troie, c’est en partie que j’ai été absent pendant la fin de semaine dernière et que le temps que je rattrape avec tous les commentaires, Pierre les avait déjà fait transférer au Babillard. J’aurais peut-être rappelé les gens à l’ordre autrement, mais sans plus. J’ai le pouvoir de modérer les commentaires dans mes propres billets et j’essaie de faire preuve de grande tolérance. Mais puisque c’est son blogue, Pierre en est l’autorité suprême. S’il décide que certains commentaires sont inappropriés, il en a parfaitement le droit. Par le fait même, il a même le droit de retirer un de mes textes s’il le jugeait inapproprié, mais ça je ne m’en inquiète pas du tout. Je n’ai aucun doute sur la tolérance de Pierre.

      Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 14 02 34 04344
    Permalink

    @Philippe David

    Je salue votre tolérance et votre sagesse. Longue vie à vous.

    @ Aimé

    Ce fut un épisode regrettable où nous avons tous pu apprendre. Espérons que cela ne se reproduise plus, en tous, pas de cette manière. Pierre JC a reconnu ses torts, donnons la chance au coureur. Vous pouvez demander à ce dernier de republier vos commentaires si vous le désirez. Cela peut être fait ici même ou sur le babillard.

    J’aurais aimé que ça se passe différemment, tout comme vous. Mais la bonne nouvelle, c’est que ces conversations vont être beaucoup plus possibles et encouragées dans le prochain format des 7 du Québec qui va bientôt être annoncé. Il y aura beaucoup plus de place pour tous les excellents intervenants comme vous même et les autres.

    Je vous remercie infiniment de votre présence et engagement.

    Sicnèrement,

    François Marginean

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 14 02 37 04374
    Permalink

    Philippe,

    Merci pour l’explication, même si je ne suis pas d’accord. Voici une courte liste de références qui fournit beaucoup de renseignements utiles sur le véritable statut des É-U.

    Joyeuses Pâques à tous.

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 14 02 41 04414
    Permalink

    Je n’en veux pas à PJCA, et je ne crois pas que c’est la fin du monde en soi. Je crois simplement qu’il est préférable de laisser débouler les commentaires comme ceux-ci survinnent, car c’est la nature humaine de partir parfois dans toutes sortes de direction. En autant que ce n’est pas de la mauvaise foi évidente pour court-circuiter la discussion, même si c’est parfois désordonné, c’est quand même qui on est, et pour cette raison, je n’y toucherais pas.

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 14 02 49 04494
    Permalink

    C’est exactement mon point de vue. C’est la vie et les conversations sont vivantes.

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2010 à 15 03 48 04484
    Permalink

    @ Marc:

    Je vous réponds ici:
    http://les7duquebec.wordpress.com/invites/a-propos/comment-page-4/#comment-13809

    @ PJCA:

    « Les mots doivent servir à échanger des idées. Dire « communiste » ne signifie quoi que ce soit que si l’on est d’accord de part et d’autre sur cette signification, ce consensus sur le sens du signifiant n’impliquant en aucune façon un accord sur la valeur du signifié; on cesse simplement alors de parler pour rien. »

    Ouais, c’est sage.
    Alors quel mot utiliser pour décrire ces idéaux qui consistent à voir l’état comme plus grand que chaque individu ? Quel mot pour décrire la pensée de ceux qui pensent que la somme des individus est plus importante que les droits sacrés de chacun de ces individus? Quel mot utiliser pour décrire l’idéologie de ceux qui croient que l’État peut et doit utiliser la violence pour arriver à ses fins ? Etc.

    ***

    « Mais c’est une pure décision de l’autorité que de déclarer que l’une de ces denrées est une « monnaie ».

    Les métaux, les pierres précieuses, ont une valeur en soit. « L’autorité » en question aurait beau déclarer que cela ne vaut plus rien, ça resterait faux.

    Répondre
  • avatar
    4 avril 2010 à 1 01 49 04494
    Permalink

    @ Philippe David & Aimé Laliberté

    Ne changeons pas la ligne d’autorité. Pour moi, sauf s’il y a une illégalité, c’est toujours l’auteur de l’article qui a l’autorité sur les commentaires postés sur son article.

    Je me suis permis d’intervenir sur la base des posts suivants de PD:

    ====

    Philippe David
    25 mars 2010 à 14:18 · Modifier
    @AL

    Mon billet, mes oignons. C’est moi qui agit comme modérateur sur mes propres billets. Je demande simplement d’être poli, c’est tout.

    et

    Philippe David
    25 mars 2010 à 15:16 · Modifier
    @AL

    Je sais, mais je dois quand même maintenir un certain décorum. Je ne dis pas que tu n’as pas raison, juste d’utiliser moins d’épithètes et peut-être un peu plus d’arguments.

    ==

    D’où ma remarque que je ne m’opposerais pas à ce que Philippe veuille remettre ces commentaires sur le fil, même si mon opinion personnelle est qu’il est plus intéressant que ces digressions restent ailleurs que sur un fil où ils ne contribuent rien au théme de l’auteur.

    PJCA

    Répondre

Répondre à Gaëtan Pelletier Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *