L’avenir de Scotstown : ensemble ou chacun pour soi?

Unknown-1

 

DOMINIQUE BOISVERT :

(Texte d’un article publié dans le journal local L’événement en février 2015)

Il a été question, à l’automne, d’un café communautaire dans la petite église St-Andrews. Un petit groupe de citoyens a acheté l’ancienne banque pour lui redonner une vocation collective. Depuis juin dernier, Scotstown a de nouveau un restaurant de village, en plus de la cantine Lamy. Et récemment, un nouveau « bed and breakfast »,  Le Bonheur, a ouvert ses portes sur la rue Union.

Cela pourrait être le signe d’un renouveau, d’une relance, après toutes les mauvaises nouvelles des dernières années : fermetures d’usines, départ de la caisse populaire, des religieuses qui animaient la paroisse, disparition de l’hôtel, du foyer Sherman, etc.

Scotstown, comme tous les petits villages des alentours, a-t-elle un avenir? Ou est-elle condamnée à vivoter de plus en plus rétrécie à mesure que ses jeunes s’en vont et que sa population vieillit?

À mon avis, la réponse dépend essentiellement de NOUS, de notre volonté, ou pas, de nous retrousser les manches et de notre capacité, ou pas, à travailler ENSEMBLE.

Nous vivons, de plus en plus, dans une société individualiste où chacun est en compétition avec les autres pour essayer de « tirer son épingle du jeu ». C’est la logique d’une société « riche » et capitaliste. Mais dans un village de 500 personnes, cette logique du « chacun pour soi » n’a AUCUNE CHANCE de réussir. Nous n’avons tout simplement pas la « masse critique » suffisante pour jouer le jeu de la compétition. Seule la coopération peut nous permettre non seulement de survivre mais aussi, si nous le voulons, de nous développer graduellement.

Nous le constatons tous les jours : nous aimerions avoir plus de choix et de fraîcheur dans les fruits et légumes de l’épicerie; mais nous allons faire notre marché à Mégantic, East Angus ou Sherbrooke! Nous voulons garder notre école ouverte; mais nous refusons de regrouper les élèves avec le village voisin (je sais, ce sont « les autres » qui ont refusé!). Nous aimerions développer le tourisme, mais nous sommes incapables d’accommoder à la fois les VTT et les skieurs de fond. Nous avons un beau petit restaurant; mais il sert le même menu que la cantine, avec plus d’espace et de choix. Nous aimerions avoir plus d’activités, plus de services, plus d’attraits pour le village; mais nous sommes bien peu nombreux à nous impliquer pour les organiser, et trop souvent peu nombreux à en profiter quand ils existent!

Je ne critique personne en particulier : je constate que nous avons TOUS, moi le premier, notre responsabilité dans la situation actuelle. ENSEMBLE, nous avons les compétences, les idées, les énergies et les ressources nécessaires pour nous en sortir. Mais il faut pour cela le vouloir vraiment, et être prêts à « mettre la main à la pâte ». C’était le principe des « corvées » que nous avons bien connues dans nos villages. Elles sont encore possibles, et nécessaires, même si c’est sous une forme différente, si nous voulons que Scotstown cesse de dépérir pour réapprendre à vivre et à grandir. Le voulons-nous vraiment?

Regardez les photos

 

 

avatar

Dominique Boisvert

Membre du Barreau pendant 20 ans, Dominique Boisvert a choisi de travailler essentiellement en milieux populaires dans les domaines de la solidarité internationale, des droits humains, des immigrants et des réfugiés, de l'analyse sociale, de la paix et de la nonviolence et des questions spirituelles. Co-fondateur du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV) en 2000, il a publié aux éditions Écosociété L'ABC de la simplicité volontaire (2005) et ROMPRE! ou Le cri des « indignés » ( 2012). Il a également publié aux Éditions Novalis, Québec, « tu négliges un trésor ! Foi, religion et spiritualité dans le Québec d'aujourd'hui » (2015) et La « pauvreté » vous rendra libres !, Essai sur la vie simple et son urgente actualité (2015). Il anime, depuis 2010, le blogue du RQSV (www.carnet.simplicitevolontaire.org) et il a aussi son propre site (www.dominiqueboisvert.ca) depuis le printemps 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *