Le désastre appréhendé

Message de l’administration: À cause d’un conflit avec le service d’hébergement du site, Centpapiers est présentement hors-ligne. Nous sommes présentement en train de transférer le site sur un autre serveur plus performant et nous espérons pouvoir rétablir le site d’ici demain. Nous sommes désolés des inconvénients.

 

Vous allez encore me traiter d’oiseau de malheur et de trouble-fête, en particulier pendant que les génies de la haute finance font la fête à Davos, mais demandez-vous, depuis 2009, qu’est-ce qui a vraiment changé? Du point de vue fondamental, tout ce qui a causé la crise en 2007 et 2008 est encore là, mais en pire.

À Davos, le 29 janvier dernier, le Ministre des Finances, Jim Flaherty, a déclaré que les choses étaient très différentes maintenant. Les banques sont mieux capitalisées et mieux règlementées. Vraiment? Les taux d’intérêts étaient déjà trop bas à 1% en 2004 alors que les américains gonflaient leur bulle immobilière, ils sont à ou près de zéro depuis près de deux ans. Les banques centrales pompent sans cesse de l’argent facile dans l’économie par centaines de milliards. Les nouvelles règlementations n’auront servi qu’à canaliser cet argent vers d’autres véhicules d’investissement comme les denrées et les « Hedge Funds » et même si on voulait règlementer ceux là, les investisseurs sont toujours en avance sur les régulateurs et ils trouveront toujours un truc quelconque pour les contourner.

Les états sont hyper endettés. Lors de la dernière crise, ils sont venus à la rescousse des banques, mais quand arrivera la prochaine crise, qui sauvera les états? Déjà plusieurs pays d’Europe on frappé le mur. Bientôt le Canada, l’Australie et la Chine verront l’éclatement de leur propres bulles immobilières qui auront des proportions gargantuesques. D’autres dominos tomberont.

La dernière crise avait été causée par trop d’argent facile, créant un boum artificiel qui devait, un jour ou l’autre, finir par une correction. L’économie était ivre, mais au lieu de lui laisser faire sa cuite, on a plutôt décidé de continuer à la gaver d’alcool. Mais alors que l’alcool maintient notre patient dans un état d’euphorie, ses reins et son foie sont sur le point de flancher. Bientôt, le remède ne sera pas une simple cuite, mais une cure de désintoxication. Ceux qui ont déjà vécu ce genre de traitement attesteront certainement que c’est loin d’être une partie de plaisir. Peut-être verrons-nous un effondrement du système monétaire? Rien n’est impossible. En attendant, je vous laisse avec un rap qu’ils devraient faire jouer dans les parties à Davos…

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=O1EtFZ1AgyU&fs=1&hl=fr_FR&rel=0]

34 pensées sur “Le désastre appréhendé

  • avatar
    4 février 2011 à 0 12 29 02292
    Permalink

    Vous avez raison prévenir c’est mieux que guérir ,Malheureusement ils sont encore dans un profond sommeil ,quant-ils en sortiront les poches vides ,Un Pays devrait être géré comme un foyer ,pas dépasser un certain plafond ,Comme à Paris ils veulent faire le Grand PARIS ?alors que tous les jours de plus en plus des français font les poubelles,n’ont plus les moyens de se loger ,dans ma ville en banlieue il y a 500 logements HLM vide ,le Maire veut démolir 350 logements construit voila à peine 40 ans ,des travaux tout azimut ,les locataires ne peuvent plus arriver à payer les charges,
    J’ai la nette impression de vivre sur la planète des Singes ,,,encore QUE les Singes sont peut-être plus intelligent ,moins Orgueilleux ,Vaniteux superficiel ,ils s’occupent plus de leurs prochains

    Répondre
  • avatar
    4 février 2011 à 6 06 07 02072
    Permalink

    L’auteur,
    Un article à la hauteur du réalisme, il ne faut surtout pas laisser passer ce type de leurres en se masquant.
    Nous avons le sentiment d’êtres pour la majorité dans une autre « Galaxie » que la planéte terre.
    C’est avec plaisr que j’aurai rapporté cet article sur Les Voix du Panda pour en débattre avec toutes les équipes, j’attends le cas échéant votre accord, pour vous créer un « avatar » si vous le souhaitez cela và de soit évidement.

    Ce type de phénomémes ne se passent pas uniquement que de l’autre côté des océans chez nous nous avons divers témoignages qui vont tout à fait dans le même sens.
    A vous lire nous osons le croire dans le bon sens.
    Cordialement,
    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre
  • avatar
    4 février 2011 à 6 06 50 02502
    Permalink

    La série Krach à Radio-Canada est vraiment un excellent résumé de tout ce qui s’est produit depuis 2008. Dernier épisode ce soir.

    Rien n’a changé sauf qu’à la place de Wall Street, c’est le pays au complet via le BON gouvernement qui se propose toujours de foncer tête baissée dans le mur. Quelle grandeur d’âme !!! Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. C’est Jésus qui l’a dit, mais le gouvernement l’interprète dans une optique bien précise…

    Répondre
  • avatar
    4 février 2011 à 13 01 53 02532
    Permalink

    @ Claudius

    Désolé de vous l’apprendre, mais la série Krach est tout sauf informative sur ce sujet. Elle néglige totalement le rôle de la Fed, de Fanny Mae et Freddie Mac et de législations comme le Community Reinvestment act.

    Ce documentaire donne de meilleurs informations sur les causes de la crise et ce qui s’en vient:

    http://www.youtube.com/watch?v=4ECi6WJpbzE

    Répondre
  • avatar
    4 février 2011 à 18 06 58 02582
    Permalink

    @ Philippe
    Merci pour ta mise au point sur la série Krach. Cest intéressant de bien comprendre la mécanique réelle de la crise. Est-ce qu’on peut dire que la série n’est qu’un bon divertissement ? Instructif, mais partiel. C’est certain que ce n’est pas sur les grands réseaux qu’on va aller chercher une information pointue sur le sujet.

    Répondre
  • avatar
    4 février 2011 à 19 07 44 02442
    Permalink

    La mini-série Krach n’est qu’un diaporama multimédia ayant la prétention annoncée d’aller au fonds de l’affaire alors qu’elle ne fait qu’un résumé des grands titres des principaux journaux financiers de cette période.
    Un documentaire propagande pour préparer la masse à ce qui va suivre.

    Et l’opinion de Mlle Nathalie Elgrably-Lévy est du même ordre que celle des juniors à l’emploi des firmes, en 2007, discutant en pause café.
    Pas étonnant qu’il faille reprendre depuis le début en salle de conférence (pendant 2 ou 3 ans) ces jeunes diplomés fraichement sortis des HEC et les mettre au parfum des réelles transactions financières et leurs théorèmes face au théories fumeuses apprises sur le banc d’école.
    Et encore là , un apprentissage par la pratique au premier échelon de l’efficacité, sans vraiment en connaitre les grands rouages.

    Les promotions se font parmis ceux qui ont la perspicacité d’en déceler certaines facettes sur le tas.

    DG

    Répondre
  • avatar
    5 février 2011 à 3 03 57 02572
    Permalink

    @Philippe David,
    Mille excuses de ne pas avoir eu de réponse à mon commentaire plus haut.
    A ma proposotion dans un sens ou dans l’autre, à vous lire peut-être si vous le souhaitez.
    Cordialement
    ma bal:
    patrick.juan@panda-france.net
    Le Panda

    Patrick Juan

    Répondre
  • avatar
    5 février 2011 à 3 03 58 02582
    Permalink

    @Philippe David,
    Mille excuses de ne pas avoir eu de réponse à mon commentaire plus haut.
    A ma proposotion dans un sens ou dans l’autre, à vous lire peut-être si vous le souhaitez.
    Cordialement
    ma bal:
    patrick.juan@panda-france.net
    Le Panda

    Patrick Juan

    Répondre
  • avatar
    5 février 2011 à 4 04 01 02012
    Permalink

    @Philippe David,
    Mille excuses de ne pas avoir eu de réponse à ma proposition et de ne pas avoir eu non plus de réactions à mon modeste commentaire.
    Mon adresse courriel:
    patrick.juan@panda-france.net
    Cordialement à vous lire dans un sens ou l’autre si vous le souhaitez.
    Cordialement,
    Bonne journée

    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre
  • avatar
    5 février 2011 à 8 08 00 02002
    Permalink

    @ Patrick Juan

    Milles excuses de ne pas vous avoir répondu, mais comme vous avez pu le constater, j’ai beaucoup de pain sur la planche présentement.

    Merci de l’offre, vous avez ma permission de reproduire cet article sur Le Panda si vous voulez.

    Répondre
  • avatar
    6 février 2011 à 9 09 54 02542
    Permalink

    Krach répète ce que tous savent.
    On ne dit pas la vérité parce que les maîtres ne veulent pas dire la « VÉRITÉ » (denrée rare maintenant) au peuple.
    Nous allons vers la « PIRE CRISE » que cette terre n’aura jamais connue.
    La fin du monde prévue, par certains, en 2012 serait moins pire parce que plus rapide………………………………………………………………………………………
    Fernand Cloutier
    Val-d’or

    Répondre
  • avatar
    7 février 2011 à 5 05 35 02352
    Permalink

    «même si on voulait règlementer ceux là, les investisseurs sont toujours en avance sur les régulateurs et ils trouveront toujours un truc quelconque pour les contourner.»

    Voilà. Des crosseurs, ça reste des crosseurs. Ils sont bons à ça, même très bons.

    «Les états sont hyper endettés. Lors de la dernière crise, ils sont venus à la rescousse des banques, mais quand arrivera la prochaine crise, qui sauvera les états?»

    Mais les endettements sont relatifs aux dogmes du capitalisme, il faut se poser des questions un moment donné, quand toutes les roues de toutes vos voitures sont carrées.

    Les dogmes du capitalisme auront sinon, raison de l’humanité, au profit des parasites qui l’imposent là-haut.

    «Peut-être verrons-nous un effondrement du système monétaire? Rien n’est impossible.»

    Et la guerre, car certains n’accepteront pas leur nouvelle position dans la course effrénée. Et des populistes feront tout pour que cela arrive, et le peuple en redemandera, comme un troupeau de mouton prêt à brouter là où on lui indique.

    Répondre
    • avatar
      7 février 2011 à 7 07 50 02502
      Permalink

      @ Sylvain Guillemette

      Pour une fois, nous ne sommes pas si éloignés.

      Voilà. Des crosseurs, ça reste des crosseurs. Ils sont bons à ça, même très bons.

      Il y aura toujours des crosseurs. Ce qui empire la situation, ce sont les banques centrale qui baissent les taux d’intérêt trop bas, rendant l’endettement et l’effet de levier trop facile et les états qui s’appliquent à renflouer les irresponsables, ce qui enlève complètement l’incitatif à la prudence. Dans l’environnement actuel, les crosseurs n’ont rien à perdre et tout à gagner. Mais les interventions des banques centrales et des états n’ont rien à voir avec un marché libre.

      Mais les endettements sont relatifs aux dogmes du capitalisme, il faut se poser des questions un moment donné, quand toutes les roues de toutes vos voitures sont carrées.

      Il y a des bons endettements et des mauvais endettements. S’endetter pour investir dans quelque chose de productif est un bon endettement. S’endetter pour payer l’épicerie est un mauvais endettement. Présentement, beaucoup d’états, incluant le Québec, empruntent pour payer les comptes courants. Et l’endettement excessif n’est jamais bon. Le marché a un mécanisme de frein, c’est le taux d’intérêt. Un taux d’intérêt élevé va automatiquement freiner la demande de crédit. Quand les taux d’intérêts sont maintenus artificiellement bas, le mécanisme de freinage ne peut pas fonctionner.

      Et la guerre, car certains n’accepteront pas leur nouvelle position dans la course effrénée. Et des populistes feront tout pour que cela arrive, et le peuple en redemandera, comme un troupeau de mouton prêt à brouter là où on lui indique.

      La guerre sera certainement au menu, simplement parce que les politiciens ont découvert qu’une menace extérieure est la meilleure diversion pour faire oublier les problèmes domestiques.

      Répondre
      • avatar
        7 février 2011 à 8 08 04 02042
        Permalink

        ET s’il n’y avait pas d’intérêt du tout…jamais?

        Amicalement

        Elie l’Artiste

        Répondre
        • avatar
          7 février 2011 à 8 08 33 02332
          Permalink

          @Lartiste

          Présentement, les taux d’intérêts sont nominalement à zéro. En termes réel, ils sont négatifs. Autant dire qu’ils n’existent pas. L’intérêt est un régulateur du marché. Il coordonne l’activité économique dans le temps en fixant le coût du crédit. Nous avons toujours le choix entre faire des choses tout de suite ou plus tard. Le taux d’intérêt existe pour nous inciter à reporter certaines choses à plus tard. S’il n’existait pas, tout le monde voudrait tout faire tout de suite, mais in ne peut pas y avoir assez de ressources pour tout soutenir. C’est pour ça que nous avons des problèmes présentement.

          Répondre
      • avatar
        8 février 2011 à 5 05 34 02342
        Permalink

        «Il y aura toujours des crosseurs. Ce qui empire la situation, ce sont les banques centrale qui baissent les taux d’intérêt trop bas, rendant l’endettement et l’effet de levier trop facile et les états qui s’appliquent à renflouer les irresponsables, ce qui enlève complètement l’incitatif à la prudence. Dans l’environnement actuel, les crosseurs n’ont rien à perdre et tout à gagner. Mais les interventions des banques centrales et des états n’ont rien à voir avec un marché libre.»

        Ni vous, ni moi ne sommes devins, et ne savons s’il y aura toujours des crosseurs en fait.

        Effectivement, les actions des banques centrales et des États n’ont rien à voir avec un véritable marché libre, mais le marché libre lui-même suppose que la richesse soit partagée d’abord, pour appliquer cette droite morale économique. Mais ce n’est pas le cas, le marché libre ou non, il s’en balance du partage de la richesse et forcément, nous constaterons que l’homme aux pommiers aura plus de pommes que l’homme sans terre. Ainsi de suite.

        Le marché-libre n’est pas applicable et, et les États, et les banques centrales n’y peuvent rien.

        Maintenant, les États, ils sont gouvernés par des sbires de la bourgeoisie, leurs valets, des gens près du milieu des affaires. On a tous vu Harper aller négocier les ententes avec l’Union Européenne, sans regard sur les intérêts des Canadiens, mais tout en regardant les intérêts des pharmaceutiques.

        Alors certes, je vous l’accorde, tout est facilité pour l’endettement, mais ne vaut-il pas ici la peine de se questionner à savoir si ce ne sont pas des dogmes capitalistes qui mènent tout droit à la faillite, une majorité contre une minorité qui en profite?

        «Il y a des bons endettements et des mauvais endettements. S’endetter pour investir dans quelque chose de productif est un bon endettement. S’endetter pour payer l’épicerie est un mauvais endettement.»

        Effectivement, selon les dogmes du système du libre-marché, vous avez raison, mais les dogmes du système capitaliste ne tiennent donc pas compte de la faim des gens, incapables de s’attarder aux principes de base et aux besoins de base de ces gens, qui n’ont pas goûté la richesse et qui ne savent pas gérer le capital pour beaucoup d’entre eux, faute de pratique minimale.

        Mais plus sérieusement, entre vous et moi, qu’est-ce qui prime entre investir –des capitaux qu’il faut préalablement détenir- et manger?

        «Présentement, beaucoup d’états, incluant le Québec, empruntent pour payer les comptes courants. Et l’endettement excessif n’est jamais bon. Le marché a un mécanisme de frein, c’est le taux d’intérêt. Un taux d’intérêt élevé va automatiquement freiner la demande de crédit. Quand les taux d’intérêts sont maintenus artificiellement bas, le mécanisme de freinage ne peut pas fonctionner.»

        Nous comprenons ces points Philippe, mais je tiens tout de même à redire que ces lois économiques ne sont respectées par personne sur ce caillou. Et qui si nous devions respecter ces dogmes, beaucoup de gens ne pourraient même pas faire leur épicerie.

        D’autre part, ça arrange les bourgeois en haut, de nous savoir «enlaissés» à des dettes, qui ne cessent de grossir, car cela ne peut que leur assurer une prédominance au courant des siècles prochains, si nous nous y rendons.

        Je comprends les lois économiques, mais lorsque l’on perçoit qu’il y a des tricheurs, et des gens là-haut qui en profitent, on ne peut que dénoncer cette comédie corrosive, qu’est le capitalisme.

        Ça ne fonctionne pas Philippe. Et la solution n’est certainement pas d’appliquer demain, les règles à la lettre, faisant ainsi fi des gens qui voudraient se faire une épicerie justifiée par la faim. En tout respect.

        «La guerre sera certainement au menu, simplement parce que les politiciens ont découvert qu’une menace extérieure est la meilleure diversion pour faire oublier les problèmes domestiques.»

        Évidemment, et que lorsqu’il y a guerre, tout l’aspect social de notre émancipation prend le bord. Les syndicats, etc.. On «reset» la partie…, mais eux, ils demeurent en haut de cette pyramide économique, et nous en bas, tant de l’économie que de la société.

        C’est une mascarade monumentale. Il faut s’en départir, tout en prônant un entreprenariat social, et oui, quitte à donner des bonus (sans droit d’exploiter le labeur, les besoins et les maux d’autrui) aux bons entrepreneurs. Et il faut revenir à l’essentiel, à la base, à notre épicerie, et à des investissements de capital humain dans des domaines qui nous seront collectivement favorables. Ou, faire chacun pour soi, et revenir ainsi, à la meute de loups, avec le plus fort en haut.

        Philippe, si nous pouvons tous les deux préserver ce ton, ce serait bon pour nous, et pour tout le monde.

        Répondre
  • avatar
    7 février 2011 à 8 08 41 02412
    Permalink

    « L’intérêt est un régulateur du marché. Il coordonne l’activité économique dans le temps en fixant le coût du crédit. Nous avons toujours le choix entre faire des choses tout de suite ou plus tard. Le taux d’intérêt existe pour nous inciter à reporter certaines choses à plus tard. S’il n’existait pas, tout le monde voudrait tout faire tout de suite, mais in ne peut pas y avoir assez de ressources pour tout soutenir »

    Et moi qui croyait que l’intérêt existait pour que les banques fassent des profits?

    C’est drôle comme je peux être naïf parfois? 😉

    Est-ce vrai que lorsque la banque centrale imprime un billet de 100.00 dollars, il imprime une reconnaissance de dette de 100.00 $ ?

    Amicalement

    Élie l’Artiste

    Répondre
    • avatar
      7 février 2011 à 12 12 23 02232
      Permalink

      @ Lartiste

      Et moi qui croyait que l’intérêt existait pour que les banques fassent des profits?

      Il faut bien que les banquiers puissent gagner leur croute, sinon il n’y aurait plus de banquiers. Mais présentement, les intérêts ne représentent qu’une infime partie du revenu des banques. Leur véritable source de revenu provient d’une fraude légalisée qui s’appelle les réserves fractionnaires et qui permet aux banques de prêter jusqu’à dix fois les montants de leurs dépôts.

      Est-ce vrai que lorsque la banque centrale imprime un billet de 100.00 dollars, il imprime une reconnaissance de dette de 100.00 $ ?

      Il fût une époque où un billet de banque représentait une quantité d’or ou d’argent. Depuis 1971, ce n’est plus le cas. C’est la raison pour laquelle le dollar autant canadien qu’américain a perdu 95% de son pouvoir d’achat original. La plus grande partie de cette perte s’est produite depuis 1971. (Quelle coincidence!)

      Répondre
      • avatar
        7 février 2011 à 14 02 32 02322
        Permalink

        « Il faut bien que les banquiers puissent gagner leur croute, sinon il n’y aurait plus de banquiers. »

        Bof! On pourrait nationaliser les banques et il y aurait toujours des comptables pour saliver devant la « job ». :-S

        « Il fût une époque où un billet de banque représentait une quantité d’or ou d’argent.  »

        Oui je sais; mais tu ne réponds pas à ma question. ;-(

        Un billet de 100.00 4 est-il une reconnaissance de dette?

        Remarque que si un billet de cent dollars permet d’imprimer 900.00 $, on n’est pas sorti du bois et les banquiers gagnent plus qu’une croûte. De plus, pas surprenant que cent dollars ne vaille pas cent dollars. (D)

        Amicalement

        Elie l’Artiste

        Répondre
        • avatar
          7 février 2011 à 15 03 35 02352
          Permalink

          @ Lartiste

          Oui je sais; mais tu ne réponds pas à ma question. ;-(

          Un billet de 100.00 4 est-il une reconnaissance de dette?

          Depuis 1971, oui!

          Bof! On pourrait nationaliser les banques et il y aurait toujours des comptables pour saliver devant la « job ». :-S

          T’as vu ce qu’ils ont fait avec la Caisse de dépôt? Tu cros vraiment que les bureaucrates du gouvenement sont capables de gérer une banque? Ils ne seraient même pas capable de gérer un bordel pour camionneurs dans le désert!

          Meilleure idée, abolissons la Banque du Canada et laissons les banques faire faillite quand elles se comportent de façon irresponsable et voyons combien de temps ça prendra pour qu’ils abandonnent les réserves fractionnaires et qu’ils recommencent à simplement se comporter en intermédiaire entre prêteurs et emprunteurs comme ils sont supposés.

          Répondre
          • avatar
            7 février 2011 à 16 04 01 02012
            Permalink

            « Depuis 1971, oui! »

            Donc, si c’éatit le gouvernement qui imprimait les billets, ils n’auraient pas de dettes; non?

            :-S

            « T’as vu ce qu’ils ont fait avec la Caisse de dépôt? Tu cros vraiment que les bureaucrates du gouvenement sont capables de gérer une banque? »

            La « gérance de la Caisse de Dépot était celles de « placements ».

            Celle des banques « gouvernementales » serait d’imprimer des 100.00 $ et de les mettre en circulation. C’est pas tellement difficile.

            Ils pourraient évidemment voler quelques billets de temps à autre, mais c’est moins dommageable que de faire monter le prix de la nourriture pour générer des dividendes.

            Amicalement

            Elie l’Artiste

          • avatar
            7 février 2011 à 16 04 53 02532
            Permalink

            @ Lartiste

            Celle des banques « gouvernementales » serait d’imprimer des 100.00 $ et de les mettre en circulation. C’est pas tellement difficile.

            Le rôle des banques n’est justement pas de créer de la monnaie, et donner le contrôle de l’impression de la monnaie au gouvernement ne changerait rien si le gouvernement continue d’imprimer des billets et créer de l’argent ex nihilo. Ce n’est pas qui imprime les billets qui a de l’importance. Le rôle d’une banque est de sauvegarder l’argent de ses déposants et de faire des prêts avec de l’argent qui leur a été « prêté » par des particuliers à cette fin par l’achat de certificats de dépot ou de débentures.

        • avatar
          8 février 2011 à 5 05 42 02422
          Permalink

          «Bof! On pourrait nationaliser les banques et il y aurait toujours des comptables pour saliver devant la « job ». :-S»

          Quelle bonne idée!

          Répondre
  • avatar
    7 février 2011 à 17 05 50 02502
    Permalink

    « Le rôle d’une banque est de sauvegarder l’argent de ses déposants et de faire des prêts avec de l’argent qui leur a été « prêté » par des particuliers à cette fin par l’achat de certificats de dépot ou de débentures. »

    Moi je veux bien, mais tu as dis plus haut:

    « Leur véritable source de revenu provient d’une fraude légalisée qui s’appelle les réserves fractionnaires et qui permet aux banques de prêter jusqu’à dix fois les montants de leurs dépôts. »

    Donc, ils ne prêtent pas l’argent des « particuliers » mais de l’argent imaginaire créée, dont 10% seulement est « réel ». Et cet argent « irréel » porte à intérêt.

    Tout ça disparaîtrait si le gouvernement imprimait les devises nécessaires à l’échange des « denrées ».

    Enfin, c’est ce qui me semble. :-$

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
    • avatar
      7 février 2011 à 20 08 33 02332
      Permalink

      @ Lartiste

      « Le rôle d’une banque est de sauvegarder l’argent de ses déposants et de faire des prêts avec de l’argent qui leur a été « prêté » par des particuliers à cette fin par l’achat de certificats de dépot ou de débentures. »

      Moi je veux bien, mais tu as dis plus haut:

      « Leur véritable source de revenu provient d’une fraude légalisée qui s’appelle les réserves fractionnaires et qui permet aux banques de prêter jusqu’à dix fois les montants de leurs dépôts. »

      La citation la plus haute est ce qui devrait être, la plus basse, ce qui se passe maintenant. Pour démontrer que la les banques commettent une fraude, il faut expliquer ce qu’elle devraient vraiment être en train de faire.

      Donc, ils ne prêtent pas l’argent des « particuliers » mais de l’argent imaginaire créée, dont 10% seulement est « réel ». Et cet argent « irréel » porte à intérêt.

      C’est pourquoi je qualifie ça de fraude, mais c’est fait avec l’aval de tous les gouvernements. Le problème n’est pas si nous payons de l’intérêt. Comme j’ai expliqué, l’intérêt joue un rôle de régulateur sur le marché. En premier lieu, quand on n’essaie pas de le contrôler, il est supposé signaler la disponibilité de fonds prêtables réels, c’est à dire alimenté par l’épargne plutôt que la création ex nihilo. En l’absence d’épargne, il freine l’ardeur des emprunteurs. Plus les gens épargnent et plus le taux baissera, plus les réserves d’épargnes baissent, plus les taux montent. Quelle différence que ça fait que l’argent prêté provienne de l’épargne plutôt que de l’argent imprimé à partir de rien? L’argent accumulé par l’épargne provient de ressources déjà produites, l’argent ex nihilo n’es supporté par absolument aucune ressource. Ce n’est pas parce qu’on a imprimé quelques billets qu’on a magiquement créé plus de ressources. On n’a réussi effectivement réussi qu’à diluer ces ressources par l’inflation.

      Maintenant, imaginez que la planche à billet soit sous le contrôle de politiciens. Croyez-vous un instant que ceux-ci seront assez responsables pour ne pas imprimer de l’argent à outrance et causer une inflation gallopante quand ils savent qu’ils peuvent tout financer de cette façon? Combien de bonbons électoraux iraient-ils distribuer s’il ne leur suffisait qu’imprimer quelques billets de plus?

      Le contrôle de la monnaie ne devrait aller ni aux banques, ni au gouvernements.

      Répondre
      • avatar
        8 février 2011 à 5 05 55 02552
        Permalink

        «C’est pourquoi je qualifie ça de fraude, mais c’est fait avec l’aval de tous les gouvernements. Le problème n’est pas si nous payons de l’intérêt. Comme j’ai expliqué, l’intérêt joue un rôle de régulateur sur le marché. En premier lieu, quand on n’essaie pas de le contrôler, il est supposé signaler la disponibilité de fonds prêtables réels, c’est à dire alimenté par l’épargne plutôt que la création ex nihilo.»

        Mais Philippe, ils ne respecteront jamais ces règles, ce ne sont que les pantins de ceux qui en profitent. Et quand même, d’appliquer le système à la lettre ne changerait rien au partage de la richesse, qui est, voire impossible dans ce contexte. Comme je le disais plus haut, c’est avec du fric qu’on fait du fric, et quand on en possède pas, faut l’emprunter, mais parfois, y a aussi l’épicerie qui prime sur les entreprenariats qui en ce sens, passent en deuxième, que celui qui ait faim ait une bonne idée d’entreprise ou non.

        Le système est fait pour avantager une minorité élitiste. Même si nous voyons comme vous les tricheurs là-haut, le système capitaliste est lui-même un conditionnement pour créer des conditions, où la nature humaine est relative à ce mauvais partage de la richesse, car pour moi, la nature humaine n’existe que sous la forme qu’on veut bien la voir. La nature humaine de quelqu’un qui a toujours vécu dans un monde où la richesse est mal répartie, se dira, «c’est eux ou c’est moi». Alors que celui qui s’émancipera dans un monde où l’accès à tout cela sera universel, aura une toute autre nature humaine, relative à ses conditionnements (Précision : Je ne dis pas que nous pouvons changer la nature humaine en claquant des doigts, et en moins d’un siècle…., mais bien qu’il est possible de la conditionner et de la modeler telle qu’on la voudrait, en beaucoup de temps cela dit.).

        «Le contrôle de la monnaie ne devrait aller ni aux banques, ni au gouvernements.»

        Au peuple, c’est au peuple qu’elles doivent aller. Alors pour moi, oui à la nationalisation, mais dans un contexte où le national, c’est le peuple démocratique. Ce qui n’est pas le cas en ce moment. Comme pour Hydro-Québec, qui est gérée pour des intérêts mercantiles de certains y travaillant.

        Répondre
  • avatar
    7 février 2011 à 20 08 50 02502
    Permalink

    « Maintenant, imaginez que la planche à billet soit sous le contrôle de politiciens. Croyez-vous un instant que ceux-ci seront assez responsables pour ne pas imprimer de l’argent à outrance et causer une inflation gallopante quand ils savent qu’ils peuvent tout financer de cette façon? »

    Je ne sais pas; mais s’il n’y a pas d’intérêt, parce que les banquiers n’ont plus à gagner leur croute, je ne vois pas pourquoi, ils n’imprimeraient pas tout ce que le peuple à besoin pour opérer.

    Ce ne serait plus du « financement » mais de l’investissement sans intérêts dans le développement des ressources.

    Et il n’y aurait pas 90% d’argent « irréel » en circulation.

    Le papier monnaie deviendrait ce qu’il doit être: la représentation d’une quantité des ressources.

    « Le contrôle de la monnaie ne devrait aller ni aux banques, ni au gouvernements. »

    Parce que nous avons des gouvernements irresponsables et des banquiers avides.

    On n’a qu’à donner l’emploi à un ordinateur qui détermine la valeur de l’argent selon la quantité et la qualité des ressources.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
    • avatar
      8 février 2011 à 6 06 00 02002
      Permalink

      «On n’a qu’à donner l’emploi à un ordinateur qui détermine la valeur de l’argent selon la quantité et la qualité des ressources.»

      Mais l’ordinateur n’a aucun sentiment et se fiche éperdument de celui qui met son épicerie, faute de moyens, sur sa carte de crédit. C’est le système qui ne partage pas la richesse, bien que moi, je me débrouille avec si peu, alors que j’ai une hypothèque, une voiture neuve et trois enfants.

      Les conditions de chacun sont différentes, je n’ai pas choisi ma santé de fer, ni celle de mes enfants. Nous aurions pu avoir une toute autre santé…, et je ne prends là que l’exemple de la santé.

      Répondre
  • avatar
    8 février 2011 à 7 07 10 02102
    Permalink

     » je n’ai pas choisi ma santé de fer, ni celle de mes enfants. Nous aurions pu avoir une toute autre santé… »

    Je pense plutôt qu’en étant « réfractère » à tout le système depuis longtemps, tu as « choisis » ta santé et celle de tes enfants.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
  • avatar
    10 février 2011 à 17 05 12 02122
    Permalink

    http://www.panda-france.net/filmfest_2011/2011/gallery4/
    Bonjour à tous,

    Désolé trés prenant ce Festival du Court Métrage, nous rentrons tard, certaines prises de vues seront éliminées mais en l’instant du live, voici les derniers clichés mits en ligne ce jour.
    http://www.panda-france.net/filmfest_2011/2011/gallery3/

    Le Panda

    Patrick Juan

    Les 4 galeries en exclusivités pour le journal du Québec en même temps que les Voix du Panda

    Avec Toutes mes amitiés.

    Un cadeau pour vous malgré l’heure en France et je rencontre tous les jours des gens du Québec et du Canada, je suis fier d’être votre au maximum je l’espére.
    Le Panda
    Patrick Juan

    😀 (G)

    Répondre
  • avatar
    12 juillet 2011 à 13 01 04 07047
    Permalink

    Singes sont peut-être plus intelligent ,moins Orgueilleux ,Vaniteux superficiel ,ils s’occupent plus de leurs prochains

    Répondre
  • avatar
    2 août 2011 à 22 10 01 08018
    Permalink

    Forum économique mondial d’influence, d’abord comme une «classe mondiale» plate-forme pour l’échange d’idées sur le rôle et l’impact de l’opinion publique mondiale. Forum depuis sa création, notamment par des réunions annuelles, y compris la forme, que des dignitaires étrangers, chefs d’entreprises, dirigeants d’organisations internationales, des experts et des universitaires pour échanger des vues sur les grandes questions du monde une plateforme importante. Plus important encore, Davos discuteront des questions chaudes sont des problèmes mondiaux ou les tendances, avoir un impact significatif sur l’opinion publique mondiale.
    L’influence du Forum économique mondial se reflète également dans sa composition dans le monde entier et son réseau de relations. Forum économique mondial est une organisation dont les membres proviennent de toutes les régions du monde plus de 1.100 grandes entreprises multinationales, y compris la plupart des meilleurs du monde 500 entreprises. En plus de la communauté des affaires, le Forum a également des politiques dans le monde, universitaires responsables de médias, a établi un vaste réseau de relations.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *