Le pape François : deux livres récents

978284876440541Vu3x5DDiL._SX309_BO1,204,203,200_

DOMINIQUE BOISVERT :

La popularité du pape François ne se dément pas.

Depuis son élection, le 13 mars 2013, il a surpris non seulement l’Église catholique (dont les autorités voulaient du changement, mais sans doute pas tant que ça!), mais également tout le monde qui avait cessé de s’intéresser à l’Église. En fait, sa popularité est presque plus grande à l’extérieur de l’Église qu’à l’interne. Sa nomination comme personnalité de l’année par le magazine Times, ses nombreuses pages couvertures de revues peu catholiques, et ses 20 millions d’abonnés sur Twitter n’en sont que quelques exemples…

Le nombre de livres qui lui ont été consacrés depuis deux ans, dans bien des langues, en est un autre signe. Même si les nouveaux papes suscitent immanquablement quelques ouvrages qui cherchent à présenter le nouveau venu pas toujours bien connu, ce pape argentin bat tous les records: biographies, recueils de textes publiés avant son élection, entrevues dans les journaux, extraits de ses principaux discours ou homélies, analyses de ses faits et gestes, etc.

Mais parce que le pape François n’est vraiment pas « un pape comme les autres » (ça a commencé dès son élection, avec sa façon de s’adresser à la foule, son refus de la limousine ou des appartements papaux, son habitude de se mêler aux gens, etc.), bien des hauts responsables de l’Église commencent à regimber contre ses façons de faire et s’inquiètent pour les orientations que François veut donner à l’Église. Les surprises du début, quant aux comportements inhabituels de François pour un « souverain pontife », ont peu à peu laissé la place à des désaccords plus profonds quant au contenu même de la foi. Et plusieurs cardinaux ou évêques ont commencé à exprimer publiquement leurs malaises et à s’organiser pour contrecarrer ce qu’ils perçoivent comme des dangers ou des dérives par rapport à l’enseignement traditionnel de l’Église.

D’où les inquiétudes de nombreux croyants que le pape François a encouragés ou même réconciliés avec leur foi: aura-t-il le temps et la santé nécessaires pour mener à bien les énormes chantiers de réformes qu’il a entrepris?

À ce sujet, je voudrais présenter deux livres récents qui portent précisément sur ces tensions qui se manifestent graduellement dans l’Église:

Jusqu’où ira François? de Jean-Marie Guénois (Éditions JCLattès, 2014, 212 pages), qui a pour sous-titre Divorcés-remariés, réforme du Vatican, anticapitalisme… Ses défis, ses ennemis;

François parmi les loups de Marco Politi (Éditions Philippe Rey, 2015, 283 pages), que l’éditeur présente comme « les secrets d’une révolution au Vatican ». Jean-Marie Guénois est un journaliste français, spécialiste du Vatican qui a vécu dix ans à Rome en plus d’être responsable du service religion aussi bien au Figaro qu’au journal La Croix. Marco Politi, quant à lui, est l’un des vaticanistes italiens les plus réputés, travaillant à La Repubblica depuis une vingtaine d’années en plus de collaborer avec les principales chaînes de télévision dans le monde.

Les deux livres sont extrêmement instructifs en plus d’être complémentaires. Tous deux nous donnent accès à l’intérieur des coulisses de l’Église, là où se discutent les enjeux et les alliances, et là où se prennent les vraies décisions: toutes choses qui restent inconnues à l’immense majorité d’entre nous. Car l’Église a beau être « divine » (pour les croyants), elle n’en demeure pas moins aussi une institution tout à fait humaine, avec toutes les caractéristiques d’une énorme organisation implantée partout sur la planète (certainement l’une des plus grosses institutions humaine à l’échelle planétaire).

Si j’avais à distinguer les deux ouvrages, je dirais que le livre de Guénois est davantage centré sur les enjeux politico-spirituels de l’Église, les principaux débats et protagonistes, les rapports de force dans l’appareil ecclésial, et il inclut à la fois le pontificat de Benoît XVI et celui du pape François. Tandis que le livre de Politi, entièrement consacré au seul pontificat de François, donne un bien meilleur accès à la personne de Jorge Mario Bergoglio, à sa pensée, à son évolution, à ses ombres et lumières et à sa spiritualité. Tout en analysant les oppositions qui s’organisent face à la réforme entreprise par François, Politi trace un portrait beaucoup plus riche de celui qui représente, pour beaucoup, l’espoir d’une Église revenue aux sources de l’Évangile.

Bref, le premier livre se lit comme un grand reportage sur les débats internes de l’Église en ce début de troisième millénaire. Tandis que le second s’avère une analyse plus fouillée, à la fois des enjeux qui sont en cause, et surtout du principal acteur de cette profonde réforme entreprise.

Je regrette de ne pas en dire plus sur chacun des deux livres, mais leur rendre justice me demanderait beaucoup trop de temps. Cependant, il est clair pour moi que tous ceux qui s’intéressent aux enjeux actuels du catholicisme trouveront dans ces deux livres énormément d’informations utiles et d’analyses stimulantes. Bonne lecture!

Publié dans Livres / Films / Références, Spiritualité
Mots clés aggiornamento, courage, Église catholique, leadership, pape François, radicalité, religion

avatar

Dominique Boisvert

Membre du Barreau pendant 20 ans, Dominique Boisvert a choisi de travailler essentiellement en milieux populaires dans les domaines de la solidarité internationale, des droits humains, des immigrants et des réfugiés, de l’analyse sociale, de la paix et de la nonviolence et des questions spirituelles. Co-fondateur du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV) en 2000, il a publié aux éditions Écosociété L’ABC de la simplicité volontaire (2005) et ROMPRE! ou Le cri des « indignés » ( 2012). Il a également publié aux Éditions Novalis, Québec, « tu négliges un trésor ! Foi, religion et spiritualité dans le Québec d’aujourd’hui » (2015) et La « pauvreté » vous rendra libres !, Essai sur la vie simple et son urgente actualité (2015). Il anime, depuis 2010, le blogue du RQSV (www.carnet.simplicitevolontaire.org) et il a aussi son propre site (www.dominiqueboisvert.ca) depuis le printemps 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *