Le pays de la responsabilité fiscale

Nos politiciens ne cessent de nous dire que nous sommes plus responsables que nos voisins du sud. Ce qui leur est arrivé ne pourrait pas possiblement nous arriver à nous. Vraiment? Voici quelques graphiques qui font réfléchir du blogue de Jonathan Tonge.


Les soldes de cartes de crédit en hausse de 458% depuis 1999.






Les hypothèques résidentielles en hausse de 242% depuis 1999








Les marges de crédit personnelles en hausse de 820%






Et finalement l’endettement des ménages est passé de $669 milliards en 2002 à $1,41 billions en 2009.







D’ici la fin de 2010, le rapport d’endettement sur le revenu disponible des canadien sera environ 155%. Y en a-t-il encore qui croient que nous ne sommes pas dans une bulle de crédit? Gare à vous lorsque les taux d’intérêts commenceront à remonter.

26 pensées sur “Le pays de la responsabilité fiscale

  • avatar
    1 juillet 2010 à 7 07 12 07127
    Permalink

    Ces chiffres sont très percutant et nous devons en prendre conscience. L’économie à continué son essor artificiel lors de la dernière décennie grâce au crédit accordé à des taux historiquement bas. La FED a littéralement crée de toute pièce cette bulle pour répondre aux besoins de Wall Street, dont ce besoin absurde d’une croissance continue dans un monde ou les ressources sont finis.
    Inévitablement, les taux vont remonter en concert avec l’inflation rendu inévitable par la pression sur le coût des matières premières. Une guerre au moyen orient pourrait propulser le prix du baril de pétrole a des sommets stratosphériques. Les taux vont monter dans les deux chiffres comme lors de la crise du pétrole du début des années 80 et nous nous retrouverions alors les deux pieds dans une autre stagflation.

    Mais bon, l’humanité va survivre, encore un peu, mais moins longtemps que les fourmis et les scorpions.

    Répondre
    • avatar
      1 juillet 2010 à 10 10 04 07047
      Permalink

      @ Iota

      Ces chiffres sont très percutant et nous devons en prendre conscience. L’économie à continué son essor artificiel lors de la dernière décennie grâce au crédit accordé à des taux historiquement bas. La FED a littéralement crée de toute pièce cette bulle pour répondre aux besoins de Wall Street, dont ce besoin absurde d’une croissance continue dans un monde ou les ressources sont finis.

      Les chiffres que je présente ici sont des statistiques canadiennes et l’éclatement de notre bulle ne s’est pas encore produite. Nous sommes en train de reproduire les mêmes erreurs que les américains avec environs 3 ans de retard. En 2008, on se pétait les bretelles en disant comment nous étions tellement plus brillants que les américains, mais nous n’avons absolument rien appris de leurs erreurs. La Banque du Canada maintient ses taux près de zéro depuis plus de deux ans, nous reproduisons le même fiasco de Fannie Mae et Freddie Mac avec la SCHL qui assure maintenant 60% des hypothèques canadiennes et qui ultimement seront garantis par les contribuables. Bref, le Canada fonce à pleine vitesse vers un iceberg et l’impact aura des proportions spectaculaires.

      Essentiellement, vous avez raison quand vous dites que la bulle américaine a été fabriquée de toute pièce. Ce qui est le plus ironique est qu’après tout ça, le Dow Jones a fini la première décennie pratiquement au même niveau qu’il l’avait commencé. À toute fin pratique, les marchés boursiers ont eu une décennie perdue, pour les investisseurs du moins. Pour moi, c’est un argument de plus pour avoir une économie qui n’est pas contrôlée de façon centralisée et dont personne n’a accès aux leviers pour la manipuler. Une économie qui n’est pas artificiellement gonflée serait beaucoup plus soutenable.

      @ Le Gentil Astineux

      Faut toujours se méfier des banques. Souvenons-nous des années 1980, les taux d’intérêts hypothécaires sont passés d’environ 6% à plus de 16%, ce qui a fait doubler ou tripler les mensualités.

      Bonne raison pour être responsable dans notre utilisation du crédit, mais malheureusement nos élites se préoccuppent beaucoup plus à nous endoctriner au multiculturalisme gnan-gnan que de nous fournir les connaissances pour gérer nos finances convenablement.

      @ Aimé Laliberté

      Mais est-ce que ces dettes sont vraiment légitimes? Si l’argent est créé à partir de rien, et que seul un petit groupe d’individus possède le pouvoir de créer cet argent (et d’imposer des intérêts), la dette est-elle vraiment légitime? Si le billet promissoire que vous signez pour obtenir du crédit est lui-même un effet négociable qui est échangé par la banque contre un crédit équivalent en dollars (fictifs) canadiens, n’est-ce pas votre propre argent qu’on vous prête?

      Le système complet est une énorme arnaque, je vous le donne en mille. N’ayez crainte par contre, il s’écroulera bien assez tôt. Ultimement, Nous n’aurons pas l’hyperinflation que beaucoup craignent car la destruction monétaire qui sera alimentée par toutes les faillites qui s’en viennent va anihiler la création monétaire présente. Cette spirale déflationnaire mondiale est inévitable. Ceux qui sont endettés seront probablement ruinés, mais ils n’auront probablement pas à rembourser toute leur dette. Ils ne pourront tout simplemeent pas.

      Répondre
  • avatar
    1 juillet 2010 à 8 08 34 07347
    Permalink

    Faut toujours se méfier des banques. Souvenons-nous des années 1980, les taux d’intérêts hypothécaires sont passés d’environ 6% à plus de 16%, ce qui a fait doubler ou tripler les mensualités.
    C’est toujours comme ça avec les banques, à cette époque, elles avaient fait de mauvais placements à travers la planète et elles se sont remboursée chez ceux qui avaient le plus de moyens de rembourser leurs erreurs, c’est à dire nous.

    Répondre
  • avatar
    1 juillet 2010 à 8 08 48 07487
    Permalink

    Bonjour Philippe,

    Que dire de plus? À un certain moment, ce château de cartes va s’effondrer.

    Je crois comme Iota que le prix de pétrole va monter en flèche en raison du conflit armé imminent au moyen-orient suite à la décision des É-U d’inspecter les navires cargo iraniens dans le golfe persique, ce qui va avoir un impact sur le prix de toutes les marchandises.

    Combiné à l’évolution de la situation dans le golfe du Mexique qui pourrait entraîner l’évacuation de certains états, l’économie mondiale va planter, d’autant plus que le ratio d’endettement, à tous les niveaux, est beaucoup trop élevé.

    Rien de ceci n’est vraiment surprenant car, comme nous savons tous, la monnaie requise pour rembourser l’intérêt sur la dette n’est jamais émise dans notre système monétaire fictif. Il est donc inévitable qu’après un certain temps, tout le monde, sauf le banquier, soit en faillite.

    Mais est-ce que ces dettes sont vraiment légitimes? Si l’argent est créé à partir de rien, et que seul un petit groupe d’individus possède le pouvoir de créer cet argent (et d’imposer des intérêts), la dette est-elle vraiment légitime? Si le billet promissoire que vous signez pour obtenir du crédit est lui-même un effet négociable qui est échangé par la banque contre un crédit équivalent en dollars (fictifs) canadiens, n’est-ce pas votre propre argent qu’on vous prête?

    Les efforts consacrés à trouver des solutions à la crise financière permanente que nous vivons tous devraient être réorientés afin de comprendre pourquoi une dette ainsi contractée est fondamentalement illégitime.

    Les efforts consacrés pour améliorer la situation fincière sont inutiles car on sait, mathématiquement, qu’il n’y a pas assez d’argent en circulation pour rembourser le capital et les intérêts de toute la dette.

    Donc, la solution doit se trouver ailleurs.

    Répondre
    • avatar
      1 juillet 2010 à 10 10 20 07207
      Permalink

      @ Alain B.

      Seriez-vous surpris d’apprendre que Marc Carney, le gouverneur de la Banque du Canada est un ancien employé de Goldman Sachs?

      Répondre
  • avatar
    1 juillet 2010 à 9 09 50 07507
    Permalink

    Alain B.,

    Merci, j’avais déjà lu le premier article, lequel est très révélateur.

    Répondre
    • avatar
      1 juillet 2010 à 14 02 34 07347
      Permalink

      @ Alain B.

      Once a Goldman man, always a Goldman man… D’après ce que j’ai entendu…

      @ Le Gentil Astineux

      Nos ingénieurs sociaux bureaucratiques.

      Répondre
  • avatar
    1 juillet 2010 à 11 11 03 07037
    Permalink

    Nous sommes effectivement dans une bulle de crédit; mais aussi longtemps que c’est moi qui rembourse mon crédit, je ne vois pas l’impact que cela peut avoir sur le budget provincial ou fédéral. Donc les tableaux ci-dessus n’ont aucune signification pour l’endettement des gouvernements.
    La dette de la province est la dette des dépenses des gouvernements. Si notre dette est trop élevée, c’est simplement parce que nos gouvernements « gèrent et administrent au-dessus de leur moyens ».

    À une certaine époque, bien gérer signifiait de dépenser le budget sans le dépasser ou même sans y faire des économies. Si on fait des économies sur un budget, c’est qu’il a été mal fait; si on dépasse le budget, c’est qu’on a mal géré.

    C’est aussi simple que ça.

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    1 juillet 2010 à 18 06 49 07497
    Permalink

    L’endettement des particulierrs est aussi une décision de l’État et même la décision de l’individui dépend de ses attentes quant au comportement de l’État… tout est un jeu qui n’a plus aucun rapport avec l’évolution naturelle de l’offre et de la demande en fonction des disponibilités, ni pour la consommation finale, ni pour la consommation intermédiaire. La main invisible, c’est aujourd’hui celle d’un chef de bande

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    1 juillet 2010 à 19 07 16 07167
    Permalink

    Ce que je voulais signifier c’est que ce n’est pas le crédit du particulier qui a endetté la province ou le pays.

    Donc on ne peut pas culpabiliser le citoyen lorsqu’on parle de dette provinciale ou nationale. Ce ne sont pas les citoyens individuellement qui vivent au-dessus de leur moyen ce sont les gouvernements qui se permettent des dépenses trop grandes, même si cela améliore la qualité de vie des citoyens (ce qu’ils prétendent).

    C’est quand même évident que si le particulier n’avait pas accès à un tel crédit, il ne dépenserait pas autant. Mais ce n’est pas ce crédit qui endette la nation.

    La dette nationale est causée par le système d’assurance maladie, l’assurance automobile, assurance médicament etc… Et il ne faut surtout pas croire que ces « structures » furent instaurées pour augmemter la qualité de vie des citoyens. Sinon, on ne mourrait pas dans les corridors.

    Je préfère ne pas continuer dans cette analyse des différents « rackets » sociaux.

    André Lefebvre

    Répondre
  • Ping : La bulle de l’endettement

  • avatar
    1 juillet 2010 à 21 09 22 07227
    Permalink

    Philippe,
    Vous parlez d’hyperinflation, je me souviens d’en avoir discuté lors d’un billet ; l’hyperinflation pourrait avoir deux avantages majeurs pour nous, au Québec. L’hyperinflation, surtout sur une période de temps bien précise, a pour effet, la dépréciation de notre devise monétaire. Si notre devise avait à descendre sous les $0,75US, le secteur industriel québécois reprendrait du poil de la bête en exportant plus, les entreprises étrangères achèteraient donc davantage chez-nous (plus économique, plus compétitifs), et s’implanteraient également plus chez-nous. Plus d’entreprises de ce type sur notre territoire créerait une hausse du taux d’emploi, les gens d’ici seraient plus riches et pourraient voir la lumière au bout du tunnel concernant leur crédit. Le Québec revivrait de belles années économiques comme celles sous Lucien Bouchard (1996-2001), où les ménages vivaient plus selon leurs moyens et où le gouvernement était capable de rembourser une partie de notre dette publique, même après des coupures d’impôts de 3,2 milliards.

    Le deuxième grand avantage, c’est la discipline que causerait une forte hausse des prix. Souvent, c’est lorsque l’homme sent la lame sur sa gorge qu’il décide de bien se prendre en main …

    Fraddé
    P.S : «Reconnais le moment favorable» – Pittacos de Mytilène

    Répondre
  • avatar
    2 juillet 2010 à 9 09 11 07117
    Permalink

    @Gentil d’Astineux

    « Souvenons-nous des années 1980, les taux d’intérêts hypothécaires sont passés d’environ 6% à plus de 16%, ce qui a fait doubler ou tripler les mensualités. »

    Si les taux ont tant augmenté, ce n’est pas tant parce que les banques ont voulu « se rembourser », mais bien parce que le taux d’inflation était dans les deux chiffres.

    Il y a trois composantes d’un taux d’intérêt:

    1) Le taux sans risque (qui dépend de l’offre et la demande de crédit et d’épargne)

    2) La prime de risque (dépend de l’emprunteur)

    3) La prime d’inflation

    Si les banques avaient prêté de l’argent à 6% pendant que l’inflation roule à 12%, elles auraient fait faillite! C’est comme vendre à moins de 50% du prix coûtant.

    Dans les années 1980, l’inflation a été très élevée en raison de la création de monnaie engendrée par les programmes keynesiens des années 1970s.
    À cette époque, on visait le plus bas taux de chômage possible, sans se soucier de l’inflation.

    C’est Paul Volker qui a changé de politique et corrigé le tir à partir de 1980 en ralentissant le taux de croissance de la masse monétaire. Le taux d’inflation et les taux d’intérêt ont alors commencé à diminuer.

    Il y a de bonnes raisons de se révolter contre le système bancaire actuel, mais il y en a aussi de mauvaises…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *