LE PÈRE DU MENSONGE

PLUS QUE JAMAIS LE MENSONGE ET LES DEMI-VÉRITÉS S’EMPARENT DE NOS ESPRITS ET FONT DE NOUS DES COMPLICES DE CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ. UN SURVOL DANS LE TEMPS NOUS EN RÉVÈLE LE VISAGE. 

SA NATURE 

Le père du mensonge est un « esprit » qui passe plus ou moins inaperçu du fait de sa nature même qui lui assure un maquillage lui donnant toute l’apparence de la « vérité ». Il a le charme, la finesse, la ruse, la séduction, les subtilités circonstancielles pour mieux séduire, calomnier, tromper, dissimuler, tuer et taire, si besoin est, tout ce qui peut le trahir. Il est le maître de l’illusionnisme, le promoteur par excellence de ses intérêts comme étant les nôtres, le récupérateur de toutes les valeurs qui nourrissent l’humain pour en faire la substitution au profit de valeurs qui détruisent tout ce qu’il y d’humain. Il n’a rien à voir avec le visage défiguré, les cornes sur la tête et des griffes qui lui sortent des doigts. Il est plutôt un grand charmeur.

SA PRÉSENCE DANS LA BIBLE 

Jésus de Nazareth, selon l’Évangéliste Saint Jean, a eu ces propos à l’endroit des pharisiens qui ne cessaient de lui tendre des pièges pour le discréditer auprès des foules : « Vous êtes du « calomniateur », votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui : quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur et père du mensonge. » Jn.8, 44 

La tradition chrétienne a donné à ce personnage le nom de « SATAN », qui veut dire « ADVERSAIRE », ou de DIABLE, qui veut dire CALOMNIATEUR. Il agit dans le monde par personnes interposées. Ce sont les « fourbes » qui se réfugient dans le mensonge, s’y attachent et refusent toute remise en question.., ce sont les guides trompeurs qui se font passer pour prophètes, envoyés de Dieu, porteurs d’une mission divine, ce sont ces milliers de témoins anonymes qui inventent les histoires à la carte contre rémunération. 

L’Ancien Testament connaît de ces prophètes de mensonge qui apportent au peuple, non pas la Parole de Dieu, mais des messages frelatés. 

« Jérémie, 5 »

26 Oui, il se trouve en mon peuple des malfaisants, ils guettent comme des oiseleurs à l’affût; ils posent des pièges et ils attrapent des hommes.

31. Les prophètes prophétisent le mensonge, les prêtres font du profit. Et mon peuple aime cela! 

« Ézéchiel, 13,3 »

19. Vous me déshonorez devant mon peuple pour quelques poignées d’orge et quelques morceaux de pain, en faisant mourir des gens qui ne doivent pas mourir, en épargnant ceux qui ne doivent pas vivre, et en mentant à mon peuple qui écoute le mensonge. 

Dans le Nouveau Testament, Jésus lui-même dénonce avec autorité les guides aveugles du peuple juif (Mt. 23,16). Ces hypocrites qui refusent de croire en lui sont des menteurs (Jn 8,55). Ils préludent aux autres menteurs qui surgiront dans tous les siècles pour détourner les hommes du véritable Évangile : Anti-Christ (1 Jn 2, 18-28), faux apôtres (Ap 2,2), faux prophètes (Mt 7,15), faux messies, faux docteurs. 

SA PRÉSENCE DANS LE MONDE D’AUJOURD’HUI 

À l’ère où l’information ne circule plus de bouche à oreille, mais nous arrive directement de satellites, toute digérée à l’avance par les grandes agences de nouvelle, il ne fait pas de doute que le Père du Mensonge, s’y est taillé une place de choix. 

Il est là où se fait le traitement tant des informations à transmettre que de celles à modifier ou à taire. Il sait choisir ses spécialistes : journalistes, analystes, enquêteurs qui sauront assumer avec convictions leurs tâches et convaincre leurs auditoires du bien fondé des jugements émis et des décisions prises. Ainsi, en les écoutant et en les lisant, le bon peuple saura reconnaître ceux qui appartiennent à l’axe du mal et ceux qui appartiennent à l’axe du bien. Ils seront en mesure de reconnaître le diable dans les dirigeants de l’axe du mal et Dieu dans ceux de l’axe du bien. Le père du mensonge, revêtu, du pouvoir de Dieu, fera ainsi son œuvre d’éducation et d’information. Une visite au lien qui suit vous en donnera une idée.

http://humanisme.over-blog.com/article-3088818.html 

Sur ce lien, il s’agit de Condoleezza Rice, mais elle n’est pas la seule à se réclamer de Dieu. Tout récemment encore, le candidat à la Présidence des Etats-Unis, Mitt Romney, multimilliardaire et tout enveloppé de sa foi mormone, en remet. 

http://humanisme.blogspot.com/2011/10/comment-le-dieu-des-pauvres-devient-le.html  »

« Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon. » Mt. 6,24

Qu’il suffise de penser à tous ces mensonges qui ont servi à couvrir la guerre en Irak et l’intervention militaire en Libye, et à ceux qui servent actuellement à couvrir l’invasion de la Syrie.  Dans ce dernier cas, depuis le veto russe et chinois à une résolution d’invasion, les médias nous parlent de crimes et de tueries, tous attribués aux forces gouvernementales, alors que des observateurs sur le terrain nous disent le contraire. Que dire de la machine médiatique mise en place pour diaboliser Fidel Castro, Hugo Chavez et tout adversaire non soumis aux volontés des forces de l’Empire ? 

Tout cela nous permet de réaliser jusqu’où le Père du mensonge est prêt à aller pour atteindre ses fins. Voici un texte qui en dit long sur cet esprit de la tricherie. Texte cité par Denis Gélinas dans un de ses commentaires.

* Les sept règles de la malignité pure

–       Ne dis jamais la vérité, mais donne-toi l’air de la dire. En effet, si tu dis la vérité, les autres peuvent compter sur toi ; tu leur sers donc à quelque chose et ils ne te servent à rien.
-–        

–       Ne respecte aucun droit de propriété, mais affirme que la propriété est sacrée et inviolable, et approprie-toi tout ce que tu pourras. Si tu veux tout posséder, comme ton bien incontesté tout dépendra de toi.
-–        

–       Sers-toi de la moralité des autres comme d’une faiblesse que tu utiliseras à tes fins.
- Incite ton semblable au péché, et cependant feins de reconnaître la moralité comme nécessaire.
-–        

–       N’aime personne.
- Rends malheureux quiconque ne veut pas dépendre de toi.
-–        

–       Sois pleinement cohérent et ne te repens jamais de rien. Ce que tu as résolu, fais le sans hésiter, et advienne que pourra. Ainsi tu montreras ta pleine indépendance et, grâce à l’égalité de tes procédés, tu auras l’air d’un homme juste, ce qui fournira un habile moyen de faire des autres tes esclaves avant qu’ils s’en aperçoivent. 

Apologie du diable, Benjamin Erhard (1766-1827) 

CONCLUSION 

Le Bien et la Vérité marchent ensemble. Le Mal et le Mensonge se tiennent compagnie. À vous, à moi, à nous tous de discerner là où se trouvent les forces du vrai et du bien et là où se trouvent les forces du mensonge et du mal. On ne peut plus se fier à nos médias officiels, pas plus qu’à nos représentants politiques et même religieux. Leur fiabilité est trop souvent mise en cause pour être des références crédibles. Il faut aller à toutes les formes d’information et apprendre à discerner les intérêts qui se cachent derrières les belles histoires qui nous sont racontées.  Le « malin » est vraiment « malin » et ses astuces sont des plus raffinées. Sauf que son masque s’évapore progressivement sous les rayons toujours plus percutants de la vérité. À nous d’y voir de plus près. Le mensonge est un véritable cancer qui contamine l’esprit et détruit les relations humaines.

Oscar Fortin

12 février 2012

http://humanisme.blogspot.com

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l’humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d’une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu’en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l’écoute des évènements et de ce qu’ils m’inspirent.

34 pensées sur “LE PÈRE DU MENSONGE

  • avatar
    12 février 2012 à 2 02 13 02132
    Permalink

    JE suis 100% d’accord avec vous ,vous pouvez dire un mensonge le plus invraisemblable on vous croira ,dites la vérité on nous considérera comme un vulgaire menteur ,
    Aujourd’hui ,comme l’a dit Paul Morand ,les machines , les ont dépassé ,je le constate avec mon fils , heureusement il lit beaucoup ,ce qui lui laisse une petite ouverture ,Mais il est assez influençable ,à la télévision ,I-phone ,il critiquait ceux qui l’avaient toujours dans les mains ,aujourd’hui c’est lui ,où l’ordinateur je vois par ses jugements ,ne serait-ce que pour les faits divers ,l’année dernière ,toute une famille de 5 personnes très chrétienne traditionnelle ,la mère et les 3 enfants,ont été tué ,retrouvé,sous le perron ,pas le père ,,les deux chiens qui avaient aboyé toute une nuit ,tué aussi par balles ,donc 14 balles de tirées ,pas un seul impact dans la maison ,pas une seule goutte de sang ,Les Médias notre in-justice ont prétendu que c’était le père , recherché,avec son portrait vu de partout ,De plus il avait soit-disant après son forfait d’avoir massacré sa famille s’est enfui a,prit une Suite dans le Midi ,puis le lendemain un hôtel simple ,comme une femme avait disparue le lendemain ,on lui a mis sur son compte ,Mais c’est l’acharnement qu’ils ont fait sur cet homme et sa Famille Chrétienne ,que sa soeur était enceinte de Lucifer ,(rien-que cela) ,sa mère qui organisait des réunions chrétienne , sont devenues des prières à Satan ,
    Pour moi il a avaient vécu un certain temps en Amérique ,il a dû s’inscrire ,dans une secte ,sans connaître les aboutissants comme cette famille était très unie , elle se savait menacée,changé de numéro de téléphone ,adresse Email ,
    Pour mon fils c’est le père ,combien de crimes impunis incroyable en décembre 2010 17,;jeunes gens ont trouvé la mort par noyade ,ils sont tombés par inattention dans un fleuve où,canal retrouvé 10à 3 semaines après,,dans tous les coins de France où alors( elle trouve un pigeon ),si je vous raconte cela pour vous confirmer vos écrits même à la base ,que des familles sont prises dans cette machine machiavélique à broyer les esprits ,,
    que des personnes les plus sensées arrivent à avaler ,peut-être pour ne pas se fatiguer
    Nous vivons une fin d’époque ,comme Grecs Rome ,nous n’avons plus le Sens Morale ,d’Honneur ,Dignité ,de Respect ,de Conscience
    Mon père traitait ses affaires, tapait dans la main ( parole d’ honneur ) les Duels d’Honneur ,de faillite ,de pris la main dans sac se suicidaient ,aujourd’hui on revotent pour celui qui a ruiné sa ville, son Pays ,la Moralité a foutue partie ,avec l’appât du GAIN

    Répondre
  • avatar
    12 février 2012 à 6 06 01 02012
    Permalink

    Effectivement nous sommes dans une « tour de Babel » informatique et il est très difficile de discerner la vérité à travers tous les discours médiatiques et alternatifs contradictoires qui nous martèlent les tympans et la pensée. Malgré cet état de fait, je crois qu’il est toujours possible de distiller l’information et rejeter le « marc du vrai jus ». Celui qui vit dans l’Être plus que dans l’avoir, qui apprend à simplifier sa vie, qui prend le temps de méditer et de prier, qui se lie avec gratitude à la Nature vivante et qui recherche l’équilibre dans tout développe une forme de guidance (Intuition) qui l’avertit , l’informe et le protège. A mon avis, c’est le meilleur Filtre. Voilà ce qu’il faut acquérir de toute urgence si nous voulons traverser le chaos actuel: Un I-Phone Spirituel. Merci! pour vos recherches sincères et bien documentées.

    Répondre
  • avatar
    12 février 2012 à 7 07 41 02412
    Permalink

    Avec la rapidité de la vie ,mon fils Généalogiste ,le dossier arrive il faudrait qu’il soit à jour le lendemain l’ordinateur, le GPS ? le téléphone portable ,pendant que vous êtes là allez a cette adresse ,même si cela se trouve dans les parages, la circulation ext ,le Rendement on abruti complètement les personnes ,l’esclavage intellectuel ,heureusement qu’il se plonge dans la lecture ,pour sortir de cette folie ,

    Répondre
  • avatar
    12 février 2012 à 10 10 53 02532
    Permalink

    J’ai tout d’abord envoyé ce commentaire à Vigile.net suite à la lecture de votre: L’Holocauste et les négationnistes, publié hier et que l’on retrouve à:
    http://www.vigile.net/L-Holocauste-et-les-negationnistes .
    Mais comme il me semble de plus en plus certain qu’il sera refusé, pour des raisons qui appartiennent à Vigile et que je respecte. je me permets donc de vous le faire parvenir ici. D’autant, que le sujet que vous abordez est en lein avec celui de Vigile.net, à savoir la vérité.
    Le voici:
    Vous et votre grand-mère avez bien raison M. Fortin, le savoir ne prend pas de place. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle chacun doit , dans sa vie, la lui faire la plus grande possible, la place.
    Plus tôt cette semaine, je surfais d’un lien à l’autre vers lesquels les textes que je lisais me dirigeaient et, le hasard faisant souvent, bien les choses, il y en a deux (liens) qui étaient en droite ligne avec ce que vous écrivez.
    Je parle ici de la récupération faite par l’État d’Israël du « génocide ».
    Dans un premier que l’on retrouve à : http://www.alterinfo.net/TOUT-VA-BIEN-Aux-defenseurs-du-Grand-Israel_a70655.html , on parle avec une ironie cynique du comment se perpétue cette récupération.
    On peut y lire, à titre d’exemple de mon propos :  » Là, Ben Gourion a été génial!
    Lui qui, en 1942 (!), disait que « le désastre qu’affronte le Judaïsme européen n’est pas mon affaire! » a su merveilleusement utiliser le sentiment de culpabilité provoqué par le génocide hitlérien pour emporter le morceau à l’ONU « .
    Dans ce même texte on parle de Shlomo Sand, un inconnu pour moi, que l’on cite comme étant un de ceux :  » qui ont admis que nous sommes tous ( les juifs)* essentiellement les enfants d’Européens, d’Orientaux et de Nord-africains convertis à la religion juive « .
    J’ai donc effectué une recherche sur le Shlomo en question pour découvrir que cet historien, professeur à l’université de Tel-Aviv, est l’auteur du livre Comment a été inventé le peuple juif, paru chez Fayard en 2008.
    J’ai trouvé à : http://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/SAND/16205 un texte où ce monsieur nous présente son étude et, force nous est faite de convenir de sa possible, très possible pertinence.
    À vous de jugez
    André Lemay
    * La parenthèse est de moi.

    Répondre
  • avatar
    13 février 2012 à 14 02 59 02592
    Permalink

    Bonjour Oscar,

    Excellent article encore une fois, comme le sont tous les articles que j’ai lu de toi.

    Le problème avec la Bible c’est que c’est un tissu de contradictions et d’aberrations. Dieu y est un assassin, un guerrier, qui accepte les sacrifices humains, etc. Ce livre accepte le viol, l’escalavage et rabaisse les femmes.

    On pense souvent que Jésus et le nouveau testament y font exception. Ce n’est pourtant pas le cas. Il a dit qu’il n’est pas venu apporter la paix sur la Terre, mais le glaive. (matt 10:34) Cela est répété ailleurs : « Penses-vous que je sois paru pour donner la paix sur la terre? Non, je vous le dis, mais la division. (Luc 12:51) Jésus justifie la violence envers les esclaves. (Luc 12:47-48) Jésus affirme : « Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règue sur eux, ammenez-les ici et égorgez-les tous devant moi. » (Luc 19:27) Jésus dit que si quelqu’un ne croit pas en lui, il doit être brûlé. (Jean 15:6) Il dit que saluer un non-chrétien est participer à ses oeuvres mauvaises. (2 Jean 1:10-11) Ce qui est du fanatisme. Il y a d’autres citations de ce genre faites par Jésus. En ce sens, je comprends pourquoi Condalezza Rice se revendique de lui, ainsi que plein de fanatiques religieux.

    Selon la Bible Jésus est clairement un imposteur, si jamais il a vraiment existé. Mais nous ne le connaissons que par la Bible. Je me demande donc comment les gens ont pu s’en faire une image positive, sinon par lavage de cerveau. On cite souvent des passages positifs de la Bible le concernant, mais on occulte toujours ces passages qui le discrédite.

    Les religions et leurs livres sacrés sont un tissu de mensonges, de contradictions, d’appels à la soumission et souvent à la haine et à la violence. D’ou toutes les guerres, les croisades, les génocides, la violence et les souffrances qu’elles ont causées.

    Voici un aperçu encore plus complet des aberrations contenues dans la Bible :

    http://freethoughtnation.com/contributing-writers/74-barbara-g-walker/649-bible-morality-or-depravity.html

    Cordialement,

    Nicolas

    Répondre
    • avatar
      13 février 2012 à 18 06 27 02272
      Permalink

      Nicolas, vos interrogations sont plus que pertinentes. Elles nous obligent à aller plus à fond dans la compréhension des éléments les plus fondamentaux et essentiels du message de Jésus de Nazareth. Les exégètes qui ont scruté et continuent de scruter les paroles qui peuvent être attribuées directement à Jésus de Nazareth n’en sont encore qu’à des discussions. Personnellement je m’approche du personnage à travers son vécu et les pièces maitresses qui se présentent comme des colonnes sur lesquelles reposent son témoignage et ses enseignements. Pour moi comme pour de nombreux exégètes le sermon sur la montagne ou celui dit des béatitudes fait partie de ces bases. Il en va de même, peu de temps avant sa passion, de sa sortie contre les docteurs de la loi et des pharisiens, La mise en scène du jugement dernier est également une révélation des éléments les plus importants à prendre en compte dans nos vies sur terre. Ces trois grandes références rejoignent l’essentiel des grands prophètes de l’Ancien Testament et se démarquent de tout ce qui se prêtent de multiples interprétations. Je n’ai évidemment pas réponse à toutes vos questions, mais je partage avec vous les principales références sur la base desquelles reposent ma foi et ma compréhension. Je vous laisse avec quelques références.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Quêtes_du_Jésus_historique

      L’évangile selon Thomas

      http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Besson/Articles2/thomas.html

      82% des paroles attribuées à Jésus ne seraient pas de lui

      http://www.bladi.net/forum/293591-82-paroles-attribuer-jesus-bible-reviennent/

      http://translate.google.ca/translate?hl=fr&langpair=en%7Cfr&u=http://www.gci.org/jesus/realwords

      http://translate.google.ca/translate?hl=fr&langpair=en%7Cfr&u=http://en.wikipedia.org/wiki/Sayings_of_Jesus_on_the_cross

      Répondre
      • avatar
        14 février 2012 à 0 12 02 02022
        Permalink

        Oscar,

        J’admet que le vrai Jésus puisse être différent du Jésus du nouveau testament. C’est vrai qu’il y a d’autres textes qui en parle, des écrits gnostiques et des textes apocryphes. Mais le sermon sur la montagne ne m’aide pas à l’apprécier, au contraire. Il reprend les commandements de Moïse en les rigidifiant encore plus. Par exemple, il dit que non seulement tu ne dois pas commettre l’adultère, mais le simple fait de désirer une autre femme ou la femme d’un autre c’est commettre l’adultère. Excelllente méthode de culpabilisation, comme si on avait un pouvoir absolu sur ce qu’on ressent. De plus, pourquoi un couple ne pourrait pas être pour l’amour libre? La jalousie est clairement plus probématique que la liberté.

        Sénèque était un contemporain de Jésus (-4 à 65 ap. J-C) Pourtant il ne parle jamais de lui dans ses lettres à Lucilius écrite à la fin de sa vie, même s’il affirme souvent qu’il est bon de se choisir un modèle spirituel afin d’ajuster sa conduite en le prenant en exemple. Il nomme plusieurs Maîtres de vertu de son époque, mais jamais Jésus. C’est bizarre, mais ça ne prouve pas son inexistence. Les écrivains de cette époque ne parle presque jamais de lui, je sais même pas si certains l’ont déjà fait?

        Si Jésus a vraiment existé et qu’il est un modèle spirituel de vertu, alors ce n’est pas d’après le témoignage de la Bible qu’on peut le conclure, au contraire.

        Cordialement,

        Nicolas

        Répondre
  • avatar
    13 février 2012 à 18 06 15 02152
    Permalink

    Nicolas,

    À force de souligner les contradictions dans la Bible, ou de vouloir démontrer l’imposibilité d’un miracle ou d’un autre phénomène qui y est décrit , vous manquez l’essentiel.

    L’essentiel, et l’utilité de la Bible, est que Dieu est suprême.

    C’est ça qui est important, parce que si Dieu est suprême, l’état ne l’est pas.

    Et si vous avez été créé par Dieu, la loi de la création fait que vous êtes soumis à votre créateur, et non à l’état.

    C’est pourquoi les lois (de l’état) ne s’appliquent qu’aux personnes, créées par l’état, par l’émission d’un ‘certificat’ de naissance, et non aux hommes et aux femmes créés par Dieu.

    C’est ça (et la règle d’or) qui est important de comprendre à propos de la Bible.

    Répondre
    • avatar
      13 février 2012 à 18 06 53 02532
      Permalink

      C’est exactement ce qui me dérange dans le fait d’accepter que dieu soit suprême.

      Comme vous le dites il est donc au-dessus de l’État et moi…je m’écrase devant tout ça. Du moins c’est le conditionnement qui en découle.

      D’où la mentalité de mouton qui accepte tout sans rien dire ou seulement en bêêêêlant.

      Je refuse.

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
      • avatar
        13 février 2012 à 19 07 27 02272
        Permalink

        Elie,

        Toi et les autres, malheureusement, ne semblent pas comprendre que ce dont je parle, ce n’est pas mes convictions religieuses, mais la structure de l’autorité, aux fins du système.

        L’état lui-même reconnaît la suprématie de Dieu, car le souverain tire son pouvoir de Dieu lui-même (supposémment). Dans les faits, personne ne peut prouver quoi que ce soit par rapport à Dieu. Qu’il existe ou non, personne ne peut le démontrer, positivement ou négativement. C’est une preuve impossible à faire, scientifiquement, d’un bord comme de l’autre. Tu comprends ce que je dis?

        Mais ce n’est pas ça qui est important. Ce qui compte, c’est qu’il existe quelque chose qui limite effectivement l’autorité de l’état, et qui dit que les hommes sont souverains (donc ont les pleins pouvoirs), et que cela est accepté par l’état dans sa propre constitution comme étant le pouvoir suprême.

        Il me semble que c’est évident.

        Mais si tu préfères dire que c’est des niaiseries et que ça n’existe pas, tu n’auras d’autre choix que de reconnaître l’autorité suprême de l’état.

        Désolé, mais la ‘loi’ est faite comme ça.

        C’est pourquoi le Uniform Commercial Code, qui est la loi fondamentale qui régit tous les échanges commerciaux à travers le monde, te permet, en tant qu’homme en chair et en os, d’enregistrer des droits contre ta ‘personne’ (ton nom légal), te permettant ainsi de devenir créamcier de ta ‘personne, plutôt que de demeurer caution, comme c’est le cas présentement, chaque fois que tu reconnais être ÉLIE L’ARTISTE (en majuscules).

        Les lois ne s’appliquent pas aux hommes et aux femmes. Rentrez vous ça dans la tête. C’est un fait indiscutable. Montrez moi une seule loi du Québec ou du Canada qui s’applique à autre chose que des ‘personnes’.

        Seules des ‘personnes’ sont régies par les ‘lois’ des états. Pas les hommes et les femmes. Les lois du Québec ne parlent jamais d’hommes et de femmes, seulement des ‘personnes’.

        Les hommes et les femmes sont les créatures de Dieu.

        Les ‘personnes’ sont les créatures de l’état.

        À vous de choisir. (&)

        Répondre
      • avatar
        13 février 2012 à 20 08 18 02182
        Permalink

        Elie,

        La Bible ne te dit pas de t’écraser devant qui que ce soit.

        Au contraire.

        Le 1er commandement est de n’avoir qu’un seul Dieu, soit Dieu lui-même. Donc, l’état ne peux pas être ton maître. C’est pas compliqué.

        La toute première page de la Bible dit que dieu a créé l’homme et la femme ‘à son image’ pour être souverain sur Terre (‘to have dominion on Earth’) et sur toutes les créatures etc.

        Le prêtre à l’église te dit et te répète continuellement de présenter l’autre joue et d’être un bon petit soumis.

        Ce n’est pas la Bible qui te répète continuellement çela. J’imagine que ça dépend comment tu comprends ce que tu lis, mais la plupart des gens qui sont anti Dieu (je ne dis pas que c’est ton cas) n’ont jamais lu la Bible ou même quelques pages.

        Les contradictions sont plus apparentes que réelles, à mon avis.

        La Bible discute en profondeur des notions comme le bien et le mal, le contrôle, la domination, la servitude, la jalousie, la manipulation, etc.

        C’est une fantastique étude sur le comportement humain. Il a beaucoup de choses dans la Bible, que les gens ne réalisent pas, et ne verront jamais, parce qu’ils sont brainwashés pour rejeter tout ce qui est relié à Dieu, de près ou de loin.

        La Bible explique plsieurs principes du système dans lequel on vit, comme les ‘personnes’.

        Un passage dans James dit ‘show no respect to persons’. N’ayez aucun respect pour les personnes. Je vous dis ça, parce que les dirigeants n’ont aucun respect pour les ‘personnes’.

        Donc, il ne faut pas s’attendre à des lois ‘justes’. Des personnes sont des corporations, créées avec un bout de papier à votre naissance, pour grever la personne d’obligations légales et ainsi vous sucer votre énergie (la seule chose qui vous appartient vraiment et que vous pouvez vendre)avec votre consentement, parce que vous ne portez pas attention comment fonctionne vraiment le système.

        Vous savez ce qu’est une ‘personne’? Une personne est un homme ou une femme qui ne sait pas ce qu’il/elle est.

        Vous avez la liberté de consentir ou de refuser de consentir à quoi que ce soit. Vous avez une liberté illimité de contracter ou de faire quoi que ce soit, qui ne cause pas un dommage à autrui.

        Ça, c’est la Bible, et la Common Law et le système qui existait avent que l’état deviennent l’État, quand les bébés naissaient et que leur nom était inscrit dans la Bible familiale, que la monnaie était sonnante et trébuchante, et que l’impôt sur le revenu n’existait pas.

        Maintenant, les bébés naissent à l’hôpital et sont ‘enregistrés’, comme du bétail, et une nouvelle ‘personne’ qui deviendra un ‘contribuable’ est ainsi créée.

        Mais le bébé qui deviendra un homme est encore un homme, qui ne sait pas qui il est, et qui croit être une personne.

        Unnom en majuscules indique toujours une personne morale, c.-à-d. une fiction juridique.

        Une personne est une fiction juridique, qui n’existe que dans votre esprit, parce que vous le désirez.

        (&)

        Répondre
        • avatar
          13 février 2012 à 23 11 09 02092
          Permalink

          « La Bible ne te dit pas de t’écraser devant qui que ce soit. »

          Elle n’a pas besoin de le dire; elle installe l’échelle et mets Dieu sur le barreau le plus haut.

          Et cela ne s’adresse pas à une personne « fictive » mais bien à toi et moi, avant même notre nom, no d’assurance sociale etc…

          Répondre
          • avatar
            13 février 2012 à 23 11 35 02352
            Permalink

            Aimé,

            « La Bible ne te dit pas de t’écraser devant qui que ce soit. »

            C’est faux! La Bible c’est un livre qui prône l’obéissance d’un bout à l’autre. L’obéissance à un Dieu personnel meurtrier, génocidaire qui prône la violence, qui a un peuple élu, qui est fanatique, etc. L’obéissance aux autorités, car les dirigeants sont les reprsésentants de Dieu sur Terre. Tu dois obéir aux autorités en payant tes impôts aussi. Tu dois obéir à une loi morale extérieure à ta conscience, et qui est souvent haineuse, etc. C’est tellement évident en plus, veux-tu des références précises?

            Cordialement,

            Nicolas

          • avatar
            16 février 2012 à 15 03 58 02582
            Permalink

            Elie,

            ‘Elle n’a pas besoin de le dire; elle installe l’échelle et mets Dieu sur le barreau le plus haut.’

            Évidemment.

            Deux possiblités existent.

            1) Dieu existe, et il est certainement supérieur à toi. moi, et les autres hommes/femmes.

            2) Dieu n’existe pas, mais on ne le saura jamais, et il te permet de te soustraire à l’État qui voudrait bien être ton ‘dieu’ et avoir droit de vie et de mort sur toi.

            D’une façon comme de l’autre, t’es gagnant.

            Mais je sais d’avance que tu ne seras pas d’accord, même si c’est l’évidence.

  • avatar
    13 février 2012 à 19 07 59 02592
    Permalink

    Le dieu hérité de l’histoire est facilement récupérable par ceux et celles qui veulent bien s’en servir. Il y a dans les principes gérant le travail des exégètes celui qui dit que lorsque l’interprétation de l’Écriture ou des Écritures entrent en contradiction avec les données de la science, ce ne sont pas les données de la science qui doivent être modifiées, mais la compréhension que l’on donne aux textes sacrés. Cela vaut également avec le sens commun des grandes valeurs humaines qui inspirent l’humanité à savoir la vérité, la justice, la tolérance, la compassion et la solidarité qui doivent prédominer sur toute interprétation de la bible qui irait en en sens contraire. Le Dieu de la foi chrétienne ne peut s’imposer à l’encontre de l’intelligence humaine dont lui-même en est le créateur.

    Répondre
    • avatar
      13 février 2012 à 22 10 06 02062
      Permalink

      Oscar,

      C’est certain que tout cela est récupérable, et a été récupéré. Il n’y a aucun doute là-dessus.

      Mais tout est toujours récupéré et récupérable pour les mêmes raisons : l’igorance, la dépendance, la négligence, l’insouciance, la paresse, le manque de courage et de convictions, etc.

      Parfois, le diable que tu connais et mieux que le diable que tu ne connais pas.

      La connaissez-vous celle là?

      (&)

      Répondre
  • avatar
    14 février 2012 à 3 03 21 02212
    Permalink

    Tous vos commentaires m’interpellent. Ils m’inspirent la réflexion et le témoignage qui suit:

    Tous les textes, quels qu’ils soient, pour être bien compris doivent être soumis à quelques principes exégétiques qui permettent de le retrouver dans sa langue originale, dans l’esprit de celui qui le dit ou l’écrit et dans le contexte social, politique, religieux de ceux et celles à qui il est destiné. Parlant de la Bible, il est évident qu’ont ne peut la lire ni comme un livre d’histoire ni comme un livre scientifique. Il en va tout à fait de même pour l’étude des textes qui se sont additionnés tout au long des deux mille ans de l’histoire de l’Église pour en constituer une doctrine. Dans tous les cas, l’esprit humain, avec ses lois de connaissance et ses convictions intuitives profondes demeure maitre du jeu, en ce sens qu’il demeure toujours libre et que la vérité qui s’impose à lui est celle qui le nourrit et lui apporte lumière et paix. Les lois profondes de la nature ne peuvent être abdiquées au profit d’autres lois reposant davantage sur des cultures, des intérêts particuliers ou autres. Je pars du principe, en tant que croyant, qu’il ne peut y avoir contradiction entre le créateur et son œuvre de sorte que tout ce qui conduit à les opposer doit nous obliger à repenser soit l’un, soit l’autre ou encore les deux à la fois. Il y a le dieu qui nait de notre imaginaire, il y a celui qui se laisse découvrir à travers la vie, les évènements, les personnes. C’est à celui-là que je m’attarde et que je laisse vivre en moi. C’est en sa compagnie que je lis les Évangiles et que je regarde le monde dans lequel je vis. La vérité, la justice, la solidarité, la compassion, la paix que recherche mon être trouvent leur inspiration dans l’un et dans l’autre. Briser les chaines du mensonge, des injustices, de la cupidité, de l’intolérance, des guerres devient un impératif de vie.

    Répondre
    • avatar
      14 février 2012 à 14 02 30 02302
      Permalink

      Oscar,

      « La vérité, la justice, la solidarité, la compassion, la paix que recherche mon être trouvent leur inspiration dans l’un et dans l’autre. Briser les chaines du mensonge, des injustices, de la cupidité, de l’intolérance, des guerres devient un impératif de vie. »

      Je suis d’accord qu’il y a des passages de la Bible qui sont inspirants et en faveur de l’amour et de la paix. Comme tu l’écris, c’est notre conscience qui doit choisir ce qui nous plait. Le problème c’est de penser que la Bible est la parole de Dieu et qu’elle est infaillible et absolument vraie, ce qui mène au fanatisme et à la guerre sous toutes ses formes.

      Personnellement je sais que Dieu existe, je suis panthéiste, Dieu c’est le Tout (Dieu est en tout et tout est en Dieu) et certainement pas une personne. Il est immanent, il n’est pas un créateur, mais tout ce qui existe. Ce qu’exprime Jean, d’ailleurs quand il écrit que Dieu demeure en nous et que nous demeurons en Dieu.

      Mais comme disait Spinoza, peu importe nos croyances, l’essentiel est la joie et l’application de la vertu qu’elles nous procurent. C’est l’amour de soi et des autres qui nous apportent la paix intérieure et extérieure. L’amour de tout de qui est (ce qui ne veut pas dire approuver n’importe quoi, être fataliste et ne pas agir pour améliorer les choses, mais être en paix avec tout ce qui est) et la confiance en soi sont essentiels, le reste est secondaire.

      Cordialement,

      Nicolas

      Répondre
      • avatar
        14 février 2012 à 16 04 39 02392
        Permalink

        Jésus a dit que toutes les lois reposait sur une seule règle, soit d’aimer ton prochain.

        Ce n’est pas compliqué, et c’Est une bonne ligne de conduite pour vivre en paix.

        Répondre
        • avatar
          14 février 2012 à 16 04 53 02532
          Permalink

          Aimé,

          C’est un autre problème de la Bible justement, et la manipulation la plus destructrice, car elle mélange les gens de bonne foi. Il faut d’abord s’aimer soi-même, car tout part de l’intérieur et va vers l’extérieur. Si tu t’aimes toi-même, tu aimeras automatiquement les autres. Mais le fait de mettre l’accent sur l’amour des autres avant l’amour de soi est une grande catastrophe qui mène à la dépendance affective, à l’ascétisme, à l’attente d’être aimer en retour, à l’irresponsabilité, à l’égoïsme, car on vit pour les autres et dans l’opinion des autres.

          C’est pourquoi ce message est un échec total, même si c’est ce que les gens ont le plus reconnus dans la Bible.

          Mais le pire c’est que la Bible propose souvent la haine en contradiction avec ce faux message d’amour.

          Cordialement,

          Nicolas

          Répondre
          • avatar
            14 février 2012 à 20 08 42 02422
            Permalink

            Nicolas,

            Je ne crois pas que le fait d’aimer ton prochain fasse en sorte qu’on ‘vit pour les autres’ comme tu dis.

            Ça ressemble plutôt à de l’adoration de fausses idoles ce dont tu parles.

            En tout cas, je ne me sens pas menacé par une règle d’or qui dit de traiter ton prochain comme tu voudrais être toi-même traité.

            La Bible ne propose pas ‘la haine’ comme tu dis.

            Va lire les 10 commandements et dis-moi ou on te dit d’hair ton voisin.

            En quoi la règle d’or te propose la haine?

            Les gens disent toutes sortes de choses à propos de la Bible et attribue toutes sortes d’événements à la ‘parole de Dieu’, mais je suis certain qu’ils n’ont jamais lu la Bible ou essayé de vraiment comprendre.

            Pour moi, il ne fait aucun doute que la Bible a été utilisée pour manipuler les masses.

            Je dirais même que la Bible est un scénario à suivre pour ceux qui dirigent. Parce qu’au bout du compte, les gens ont deux choix dans la Bible (1) accepter la marque de la bête ou (2) être chrétien et se faire couper la tête.

            Tout un choix! J’ai choisi de ne pas choisir.

            Mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de bonnes leçons ou de grandes vérités dans la Bible. Mais je n’essaye pas de vous convaincre de quoi que ce soit. Vous avez certainemnt le droit à vos opinions.

            (C)

          • avatar
            15 février 2012 à 2 02 03 02032
            Permalink

            Aimé,

            Le fait d’aimer ton prochain n’est pas un problème, si tu t’aimes d’abord toi-même. La Bible dit : « Aime ton prochain comme toi-même ». Elle met l’accent sur l’amour du prochain et prend pour acquis l’amour de soi. Pourtant c’est l’amour de soi qu’il faut développer. Elle devrait dire : « Apprends à t’aimer et tu aimeras automatiquement les autres », ce qui est très différent. Je préfère donc la formule de Socrate : « Connais-toi toi-même ». Autrement dit apprends à te connaître afin de développer l’amour de soi.

            Il faut renverser les valeurs comme dirait Nietzsche. La culture et la religion (avec leurs soi-disant textes sacrés) nous ont assez trompées jusqu’à présent. Voici deux citations qui expliquent bien cette idée :

            « Il vous a été démontré de toujours donner aux autres, sinon vous faisiez preuve d’égoïsme. C’est la plus grande foutaise qui existe! Vous ne pouvez pas donner ce que vous n’avez pas, aussi bien des sous que de l’amour. L’égoïsme, au contraire, c’est de toujours aller vers les autres et de vous oublier, parce que la personne qui fait cela attend quelque chose en retour, ne serait-ce que de l’attention. Il va falloir que vous appreniez le contraire, à vous aimer, pour ceux qui ne le savent pas encore, et à faire des choix, pour ceux qui l’ont oublié et qui se laissent mener par le bout du nez par les autres. À force de ne pas utiliser leurs vies, plusieurs les ont remises dans les mains des autres. Il faut réapprendre le contraire. »

            « L’égoïsme, c’est l’oubli de soi. L’égoïsme, c’est de passer en deuxième. L’égoïsme, c’est de croire futilement au don total à son prochain, que ce soit le conjoint, des enfants, des gens au travail, peu importe. Le prochain n’est pas vous-même, c’est celui qui vient après vous. Vous même, c’est vous; le prochain, c’est l’autre. Si vous vivez seulement dans le but d’être des mères Teresa, il y aura des gens qui se plaindront autour de vous et vous sentirez votre corps vieillir rapidement. Personne ne peut s’oublier. Vivre pour les autres est une erreur parce que cela implique de se mettre soi-même sur une tablette et de prendre ses énergies pour essayer de rendre les autres heureux, mais pas soi-même. (…) Si vous êtes heureux vraiment pour vous, si vous vous comblez vraiment tous les jours, ceux qui sont à vos côté le vivront et c’est ainsi que vous pourrez les aider à vivre eux-mêmes.(…) Faire de l’égoïsme pur, c’est de ne pas pouvoir mettre ses priorités aux bons endroits. »

            Voici toutes les citations (selon la Bible King James, la version que tu préfères) qui démontrent que la Bible proposent souvent la haine :

            http://freethoughtnation.com/contributing-writers/74-barbara-g-walker/649-bible-morality-or-depravity.html

            Cordialement,

            Nicolas

          • avatar
            15 février 2012 à 3 03 37 02372
            Permalink

            Aimé,

            « En tout cas, je ne me sens pas menacé par une règle d’or qui dit de traiter ton prochain comme tu voudrais être toi-même traité. »

            Ce n’est pas menaçant, mais c’est inutile et ça ne te rendra pas heureux. Ça met l’accent sur une fausse piste, l’autre au lieu de soi-même. Ce qui fait que ça produit le contraire de ce que ça dit, car l’amour des autres sans l’amour de soi n’est pas vraiment de l’amour et n’apporte donc pas le bonheur aux autres ni à soi. Seul l’amour de soi nous apporte le bonheur et contribue à le favoriser chez les autres.

            La formule que tu donnes devrait être : « traite-toi toi-même comme tu voudrais qu’on te traite et tu traiteras automatiquement les autres comme tu voudrais qu’on te traite. » Sinon ta formule est belle en apparence, mais inapliccable, car comment veux-tu traiter les autres comme tu voudrais être traiter si tu ne te traite pas toi-même de cette façon? L’esprit est créateur et on attire les situations selon ce qu’on est et ce qu’on fait et non selon ce qu’on veut rationnellement sans le vivre et l’intérioriser. Notre désir ne peut se réaliser qu’une fois qu’il est intériorisé, donc vécu de façon conséquente. Si je me déteste, même si je veux l’amour des autres, je récolterai le mépris. J’attirerai des gens qui se détestent et qui m’aimeront selon leurs faiblesses. Ce ne sera pas un amour véritable.

            Concernant la haine sous-jacente, par la culpabilisation, aux commandements en voici un exemple :

            Jésus reprend les commandements de Moïse en les rigidifiant encore plus. Par exemple, il dit que non seulement tu ne dois pas commettre l’adultère, mais le simple fait de désirer une autre femme ou la femme d’un autre c’est commettre l’adultère. Excelllente méthode de culpabilisation, comme si on avait un pouvoir absolu sur ce qu’on ressent. De plus, pourquoi un couple ne pourrait pas être pour l’amour libre? La jalousie est clairement plus probématique que la liberté.

            Cordialement,

            Nicolas

  • avatar
    14 février 2012 à 12 12 17 02172
    Permalink

    Nicolas,

    ‘La Bible c’est un livre qui prône l’obéissance d’un bout à l’autre.’

    Oui, mais l’obéissance à Dieu, pas l’obéissance aux hommes. Tout est là, il me semble.

    C’est exactement ce que je disais.

    Si t’es soumis à l’autorité de Dieu, tu n’es pas soumis à l’autorité des hommes.

    (I)

    Répondre
    • avatar
      14 février 2012 à 13 01 12 02122
      Permalink

      Sauf que si tu t’habitue à être soumis, tu finis par être soumis à n’importe qui. 😉

      Répondre
      • avatar
        14 février 2012 à 14 02 09 02092
        Permalink

        Aimé,

        La Bible prône l’obéissance à un dieu extérieur et non à notre propre conscience. L’obéissance à des hommes, des politiciens au pouvoir en l’occurence, car ils sont les représentants de dieu sur terre. L’obéissance à des commandements moraux extérieurs à notre conscience. L’obéissance à des règles absurdes, à des incitations aux meurtres, à l’acceptation de l’esclavage et du viol, au rabaissement des femmes, etc.

        L’autorité suprême ce n’est pas un dieu extérieur, c’est notre propre conscience.

        Cordialement,

        Nicolas

        Répondre
  • avatar
    14 février 2012 à 13 01 44 02442
    Permalink

    Je pense que nous arrivons au moment où l’éveil de la conscience nous obligera de plus en plus à nous référer à ce qu’elle nous dictera. Cette dernière n’est-elle pas l’autorité suprême sur laquelle se greffe notre responsabilité et notre liberté. Philosophes et théologiens ont depuis longtemps mis en évidence le fait qu’aucun ordre allant à l’encontre de notre conscience ne pouvait s’imposer à cette dernière. La conscience est au coeur de notre personne et en fonde la responsabilité et liberté.

    On peut évidemment parler de l’obéissance à Dieu, mais Dieu n’a jamais rien écrit de sa main et personne ne l’a jamais vu dans sa divinité. Tout ce qui nous arrive de lui passe par des intermédiaires et c’est là que le discernement s’impose.

    Personnellement, je suis d’avis et crois que la conscience et Dieu se voisinent de très près et que la bonne foi est cette porte par où il la rejoint.Il m’arrive souvent de citer ce passage du prophète Jérémie 31,31
    « Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l’écrirai sur leur cœur. Alors je serai leur Dieu et eux seront mon peuple. »

    Répondre
  • avatar
    15 février 2012 à 2 02 46 02462
    Permalink

    Aimé,

    Voici mes raisons, dites autrement, pourquoi l’amour le plus pur dans la Bible, c’est-à-dire la charité chrétienne, est problématique.

    La morale chrétienne a du bon, mais je considère que sa plus grande erreur, ou manipulation, est de considérer l’amour des autres plus important que l’amour de soi. Pourtant tout part de l’intérieur et va vers l’extérieur. Celui qui s’aime vraiment aimera automatiquement les autres. Mais celui qui cherche à aimer les autres mais qui ne s’aime pas lui-même, celui-là ne pourra pas aimer véritablement les autres. Aimer les autres plus que soi est un besoin d’être aimer, mais nous n’avons du pouvoir que sur soi, pas sur les autres.

    Le véritable amour est amour de soi et par extension de tout ce qui est. Cela ne veut pas dire de tout approuver ou de laisser faire n’importe quoi. Ça veut seulement dire de tout accepter ce qui est parce que cela a un sens selon les lois universelles de la Nature et les causes qui ont précédées, et que cela ne pouvait pas être autrement. Résister à ce qui est nous fait automatiquement souffrir.

    Sacrifier son plaisir, ses intérêts, son bien être, s’oublier, limiter sa force, son pouvoir et son être ne sont en rien de l’amour, car un être aimant limiterait ainsi son amour, sa puissance d’amour et sa joie. C’est ici que Nietzsche a raison, la vie et l’amour tendent vers l’expansion et non vers la contraction. Le Sage est en expansion et celle-ci ne peut être que bénéfique pour les autres, la limiter serait une erreur.

    Je conserve toutefois l’idée de donner en pure perte sans rien attendre en retour, car celui qui s’aime vraiment n’attend rien de l’extérieur, car cela ne dépend pas de lui, et que son manque le ferait souffrir. Il a confiance en lui-même et en la vie, c’est pourquoi il ne manque jamais de ce dont il a véritablement besoin.

    Cordialement,

    Nicolas

    Répondre
  • avatar
    15 février 2012 à 4 04 40 02402
    Permalink

    Nicolas: Tu dis que la morale chrétienne nous incite à considérer l’amour des autres plus important que l’amour de soi. Ce que je lis dans les Évangiles c’est plutôt d’aimer les autres COMME SOI-MÊME, tout comme ne pas faire aux autres ce que nous n’aimerions pas qu’on nous fasse ou encore de faire pour les autres ce que nous aimerions qu’ils fassent pour nous. Ce n’est tout de même pas si mal comme approche.

    Bonne journée et merci pour tous ces commentaires qui interpellent et font réfléchir.

    Répondre
    • avatar
      15 février 2012 à 14 02 03 02032
      Permalink

      Oscar,

      Cette façon d’enseigner n’a pas de pouvoir sur les actions comme on le voit dans notre monde, même si le livre le plus lu et le plus connu est la Bible. Car comme je l’ai expliqué plus haut à Aimé, l’accent est mis sur l’amour des autres et prend pour acquis l’amour de soi, alors qu’il faut apprendre à s’aimer soi-même et l’amour des autres viendra automatiquement. Tout part de l’intérieur et va vers l’extérieur. Notre monde extérieur est le reflet de notre monde intérieur, puisque notre esprit est créateur. Celui qui s’aime lui-même aimera les autres. Alors quel est l’intérêt de tant nous parler de l’amour des autres? C’est de nous dévier de la voie qui mène à la réussite de cet amour. L’idée est séduisante, mais la méthode est mauvaise. Je l’explique encore davantage à Aimé à 3 endroits plus haut.

      Dans le Bible on ne met jamais l’emphase sur le fait de s’aimer soi-même, comment le faire, de se connaître soi-même, que nous devons donner à nous-mêmes avant de donner aux autres, autrement dit que charité bien ordonné commence par soi-même, etc. La charité chrétienne c’est plutôt l’abnégation, l’oubli de soi, sacrifier son bien-être, son plaisir et ses intérêts pour les autres, etc. Et cette charité est la plus haute valeur morale chrétienne. C’est pour ça que les gens pensent que s’occuper de soi d’abord c’est de l’égoïsme. Cette méthode sournoise a apporter beaucoup de souffrance à l’humanité.

      Cordialement,

      Nicolas

      Répondre
  • avatar
    16 février 2012 à 3 03 37 02372
    Permalink

    Cette réflexion sur le Père du mensonge n’avait pas pour objectif d’en fonder l’existence en référence à la bible mais d’en décoder les astuces qui enveloppent ceux et celles dont l’objectif premier est de tromper pour mieux régner. Je pense que la réalité comporte suffisamment d’exemples pour en illustrer toutes les subtilités. Mes références à la Bible viennent confirmer que ces manipulateurs sont actives dans l’histoire humaine depuis bien longtemps. Si aujourd’hui nous en saisissons mieux les mascarades c’est sans doute en raison, entre autres, du décloisonnement des moyens de communication et une préoccupation première d’en dénoncer les effets dévastateurs.

    Je pense que les commentaires portant sur la bible et ses contenus souvent contradictoires sont très pertinents et j’espère que l’occasion nous sera donner d’en débattre plus longuement. Merci pour votre intérêt et participation

    Répondre
    • avatar
      16 février 2012 à 15 03 18 02182
      Permalink

      Oscar,

      Je suis d’accord avec toi sur toute la ligne, sur la politique, les médias, etc. et dans tous les textes que j’ai lu de toi, ainsi que ton dernier commentaire, sauf sur certaines interprétations de la Bible. Mais mon but était en ligne droite avec ton article : traquer le mensonge, même dans la Bible. Et c’est vrai que la Bible démontre que la manipulation remonte au moins à cette époque et même avant.

      Cordialement,

      Nicolas

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *