Le sourire de Bouteflika!

 

On peut rire de tout, certes et certainement, mais peut-on faire rire de tout ? Telle est la bonne question.

Tout comique devrait se la poser, parce qu’elle est éminemment éthique. Même pour rire, il y a une limite qu’on n’est pas censés franchir. Le truc à ne pas dire, le machin à s’interdire, la chose qui ne doit pas faire rire… mais rougir.

On peut rire de tout, certes et certainement, mais on ne doit pas faire rire de tout. Telle est la bonne réponse à la question.

Pour ne pas en pâtir, il faut apprendre à distinguer entre la décence et l’indécence. Il y a des choses qu’on peut dire et des choses qu’on ne peut pas dire, il en va de notre intelligence. C’est le bon sens qui impose ou compose l’ordre à suivre en toutes circonstances.

L’ordre selon lequel aucune liberté n’a le droit de tourner en dérision une autre liberté. Les plus débiles ne l’ont toujours pas compris. Mais les plus habiles ont fini par le comprendre. Que seule l’autodérision est désormais autorisée.

Autrement dit : on peut faire rire de soi, mais on ne doit pas faire rire de l’autre. C’est le bon sens qui nous signifie d’emblée sa transcendance. C’est de l’autocensure, peut-être, mais c’est ce que l’intelligence nous recommande de plus sûr : d’épargner la honte à autrui et ne pas tenter de le rendre risible. C’est nuisible pour les deux.

Et même si la loi l’autorise, on peut tout de même retenir cette devise. L’exiger de soi et l’exiger des autres : on ne se ridiculise à aucun prix. Parce qu’autrui est hors de prix. Parce que toute géométrie est variable, alors que l’Absolu ne l’est pas. Finesse oblige. Foutaise désoblige.

Je peux te faire rire de moi, mais je ne dois pas faire rire de toi… parce que ma liberté n’a pas le droit d’altérer la tienne ou s’en moquer… même si tu es mon laquais. Je n’ai pas le droit de te croquer ou de te caricaturer juste pour le plaisir. Ce n’est pas juste de faire rire à tes dépends. Il n’y a pas pire comme vice : l’injustice. Il faudrait peut-être que nous réapprenions à rire de soi au point de ne plus avoir le temps de rire des autres.

Paix et respect !

 

https://www.lejournaldepersonne.com/2019/02/le-sourire-de-bouteflika/

 

Pour soutenir l’Artiste du journal de Personne, ses créations, le journal, voir un de ses films, demander le film de votre vie, sur œuvre ou sujet : https://www.lejournaldepersonne.com/soutien-journal-de-personne/

 

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *