Le truisme de Greta la pétroleuse…changements climatiques!

Par Nuevo Curso. Traduction

 

En mai dernier, au beau milieu de la campagne mondiale «Des jeunes pour le climat», Greta Thunberg et 46 membres de son mouvement ont publié un appel à la presse appelant les «adultes» à « une semaine d’action contre le climat avec une grève mondiale pour la météo »qui devait commencer le 20 et se terminer par une grève générale le 27 de ce mois (voir l’article sur ce sujet sur Les7duquebec.com NdT).

L’histoire d’un mouvement adolescent auto-organisé qui « réprimande les adultes » pour leur passivité et les conduit à une action nécessaire mais qu’ils préfèrent éviter, touche un nerf sensible: la pureté de la jeunesse contre la paresse et les concessions de l’âge adulte , le sentiment de culpabilité, etc. En Allemagne et dans les pays d’Europe du Nord, il s’inscrit également dans le schéma d’un vieux mythe politique qui commence par la « croisade des enfants » et atteint les mouvements de jeunes nationalistes et Wandervogel. Mais les mythes politiques ne sont en réalité que des sous-genres littéraires, des moyens délibérés dans « l’histoire » pour affaiblir la résistance et susciter la sympathie pour l’association. Et « les jeunes pour la cause du climat » ne font pas exception.

 


Pourquoi les « jeunes pour le climat » sont-ils des médias si pertinents?

GRETA THORNBERG SE DIRIGE VERS LE SOMMET MONDIAL DES NATIONS UNIES SUR LE CLIMAT À KATOVICE.

Greta Thunberg n’est pas à la tête d’un mouvement de jeunesse auto-organisé, mais le moteur d’une mobilisation – les « Vendredis pour le futur » – qui, à l’origine et où il a pris des teintes particulières, l’a fait comme une mobilisation scolaire organisée par l’ État : la même presse nous a dit sans honte que les professeurs suédois et belges ont donné des cours sur le changement climatique au cours de la semaine et organisé des débats entre les étudiants qui ont abouti vendredi à une activité extra-scolaire … une concertation.

 

LES MANIFESTANTS BELGES PRENNENT UN SELFIE AVEC ANUNA DE WEVER SOUS LE SLOGAN « DES ENFANTS COOL, SAUVER UNE PLANÈTE BRÛLANTE »

 

Il est fort possible, ainsi que la presse le dénonce à présent, que les premiers à voir le potentiel médiatique et l’activisme de Greta soient des lobbys des énergies propres et des entreprises « vertes » suédoises , mais cela a depuis longtemps cessé d’être le principal vecteur de développement. La tournée d’invitations  des organisations internationales dans laquelle, nous a-t-on dit, «elle a pris les couleurs du puissant», qu’elle a été proposé au prix Nobel de la paix et que la Belgique ou l’Allemagne ont essayé de créer leurs propres «Gretas» à l’ initiative de Merkel elle-même a formé un tableau qui a révélé que l’utilité politique de ses actes avait échappée à la volonté de son créateur et de son soutien initial.

JEUNESSE POUR LE CLIMAT EN GRANDE-BRETAGNE.


Les « jeunes par la météo » ont attiré l’attention de Merkel, Macron et d’autres chefs d’État, au lieu de promouvoir la rébellion de la petite bourgeoisie européenne . Le mouvement « émerge » dans une Europe dans laquelle la révolte de la petite bourgeoisie – des gilets jaunes au nationalisme – met un frein à la « préparation » à la crise de certains Etats européens qui ne savent pas se renouveler. Votre appareil politique. Par conséquent, au début de la bulle médiatique centrée sur Greta et « les jeunes », toutes étaient des comparaisons entre la « violence et le caractère déraisonnable » des vestes jaunes et la grave sérénité des revendications environnementales . Ne pas oublier que « les gilets » ont commencé précisément comme une réponse de l’impact social en France  des taxes vertes de Macron .

 

Les résultats des élections bavaroises, avec la montée des verts et le nationalisme xénophobe de l’AfD avec des résultats pires que prévu, ont immédiatement généré la même vision dans l’Allemagne de Merkelian. Les bons résultats des Verts luxembourgeois et belges ne sont pas passés inaperçus à Paris et à Berlin.

Lire aussi  « Les Verts et le prochain éco-impérialisme européen »

 

CONCENTRATION DU «VENDREDI POUR LE FUTUR» À BERLIN, ORGANISÉ EN ALLEMAGNE SOUS LA MARQUE «JEUNES POUR LE FUTUR»


 

Une nouvelle expérience sur le modèle des mouvements mondiaux créée de haut en bas par les États et les médias. Mais si « les Verts » sont une structure formelle, une option entre les différentes formes de l’appareil politique bourgeois, sous réserve de ses limitations, les démonstrations scolaires sont un autre élément d’un nouveau modèle qui a servi partiellement et efficacement à intégrer une fraction. de la petite bourgeoisie en rébellion « enrichissant » l’appareil politique avec une nouvelle idéologie de l‘État interclassiste: la « grève féministe » du 8 mars. Le mouvement, né en Argentine et expérimenté pendant deux ans en Espagne, matérialise l’État capitaliste en endossant une « nouvelle » idéologie visant à faire face à un problème social qu’il nourrit, en faisant une source stable de revenus et d’emplois pour les petits-bourgeois dans l’État. la petite bourgeoisie en vert ressemble au féminisme: nous verrons des maîtres et la légion de « techniciens de la sensibilisation » et des rapports obligatoires sur l’impact environnemental, même pour de petites réformes intérieures. Et ce qui n’est pas moins important: être la représentation pure de la nation – la bourgeoisie de l’État dirigeant efficacement le corps social -, toutes ces causes (environnemental, féminisme, LGBT, antiracisme, antifascisme, etc.) se présentent  comme des mouvements mondiaux, État par État.

 

MACRON RÉPÈTE L’ARGUMENT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE COMME UNE ARME CONTRE LES ÉTATS-UNIS DANS LA GUERRE COMMERCIALE.


Mais c’est aussi que, comme nous l’avons vu ces dernières semaines dans les tensions franco-brésiliennes, l’idéologie de « l’urgence écologique » n’est pas seulement interclassique, blâmant les travailleurs et leurs « excès » de consommation, mais renforce également l’État sur un aspect particulièrement important à l’heure actuelle: la guerre commerciale internationale. La bourgeoisie européenne est de plus en plus claire sur le fait que, dans l’environnementalisme, elle est et sera de plus en plus importante en tant que drapeau permettant de se différencier dans la bataille impérialiste. Se mobiliser pour soutenir la « fermeté européenne » contre le changement climatique et « l’irresponsabilité » des États-Unis (et de la Chine NdT), mettre en mouvement tout l’appareil des médias mondiaux, n’est rien de plus qu’un test général d’une nouvelle forme de cadre: une nouvelle « union sacrée du climat » avec lequel la bourgeoisie vise à mobiliser et orienter l’ensemble de la société vers la défense de ses intérêts impérialistes en créant l’illusion que lui  (le grand capital européen)  représente l’intérêt universel (comme il en fut des alliés démocratiques et libéraux lors de la seconde guerre mondiale. NdT).

 

Qu’est-ce que la grève pour le climat signifie?

Comme le dit l’affiche qui ouvre cet article, ils veulent nous faire peur. Peur et culpabilité : les mobilisations sont précédées par une micro-campagne, lancée en Allemagne, pour augmenter les prix de la viande par le biais de taxes. Les « excès » de travailleurs qui mangent « trop ​​de viande à bas prix » sont présentés – et non pas le capitalisme et ses formes d’exploitation des ressources naturelles et du travail humain – comme des causes de destruction de l’environnement. Le discours végétalien et moral qui conduit au maximum de splendeur (sic).

Il n’est pas surprenant que la presse anglo-saxonne commence ces jours-ci à nous dire comment les entreprises elles-mêmes encouragent le chômage, lorsqu’elles ne ferment pas directement, voire même pour gratifier les travailleurs qui ne vont pas au travail . C’est seulement le début. Sûrement au centre de l’Europe, la machine à propagande démarre aussi. L’Allemagne a découvert lors des élections à l’Est les limites de l’engagement en faveur des « Verts » en tant que vecteur du renouvellement de l’appareil politique. Son public se situe dans la petite bourgeoisie urbaine des grandes villes. La petite bourgeoisie agraire et les classes moyennes des petites villes et villages des zones rurales ont voté pour AfD.  À ce stade, ils découvrent que la seule base réellement solide de l’environnementalisme est… Berlin. Il est donc temps de redoubler d’efforts si vous voulez vraiment parier sur une nouvelle idéologie d’État et la présenter comme un « mouvement de renouveau à partir de la base ».  En France, véritable avant-garde de L’éco-impérialisme qu’il utilise maintenant contre la « Route de la soie » chinoise est plus prévisible que la sympathie pour les médias et l’État.

Dans d’autres pays européens – Italie, Espagne, Portugal – l’instabilité de l’appareil politique, les élections et les premiers symptômes de la récession vont sûrement faire oublier la bourgeoisie nationale et ne pas mettre le mécanisme de propagande à son meilleur. Au mieux, les étudiants n’iront pas en classe, ce qui est très différent d’une grève. Le contraste avec les pays que les bourgeoisies s’engagent à promouvoir la grève climatique (sic) sera alors doublement intéressant: d’une part, il montrera qui « est derrière tout cela », d’autre part, dans quelle mesure « l’union climatique sacrée » est viable pour eux grâce à laquelle elle déjà aujourd’hui, la principale campagne d’encadrement social pour le conflit impérialiste de la bourgeoisie mondiale.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

4 pensées sur “Le truisme de Greta la pétroleuse…changements climatiques!

  • avatar
    9 septembre 2019 à 17 05 32 09329
    Permalink

    @ tous

    Les camarades de Nuevo Curso ont mis le doigt sur une hypothèse plausible qui mérite un examen sérieux de la part des prolétaires révolutionnaires.

    Ils écrivent : « Dès le départ, le changement climatique offre un drapeau différenciant et relativement confortable à l’impérialisme européen. Macron l’utilisait déjà comme bélier pour créer un front qui expulserait les États-Unis du G7 . Cela permet également une approche prudente de la Chine . Mais des mesures sont déjà suggérées qui permettent des positions beaucoup plus agressives. Le rapport du GIEC a ouvert tout un débat en Allemagne sur la nécessité d’une « dictature climatique mondiale » . Une dictature mondiale ou un impérialisme mondial alternatif avec une excuse climatique à laquelle l’intelligence française, main dans la main, rien de plus et rien de moins que Bruno Latour… et ils ajoutent :  » La voie est donc ouverte pour un renouvellement de l’appareil politique de la bourgeoisie allemande aligné avec la France et articulé sur un nouveau discours impérialiste universel. Si la tendance se confirme, nous avons des années de farce cruelle: l’impérialisme franco-allemand prétendant « sauver le monde », vêtu de supériorité morale et prenant une position de plus en plus agressive pour « l’urgence » et « l’urgence mondiale » . »

    Le seul problème du grand capital européen est de savoir s’il sera capable: A) de forger son UNITÉ continental car la France + L’Allemagne seuls ne feront pas le poids face aux USA ou face à l’immense Chine de 1,3 milliard de consommateurs ???
    B) Cette unité européenne construite contre les deux concurrents – l’Europe pourra-t-elle se réarmer pour les affronter OU fera-t-elle alliance avec l’un des deux belligérants Contre le second ??

    La réponse à cette dernière question ne SE TROUVE PAS DANS LE CLIMAT MAIS DANS LA PROCHAINE ÉLECTION AMÉRICAINE

    rOBERT Bibeau http://WWW.LES7DUQUEBEC.COM

    Répondre
  • avatar
    12 septembre 2019 à 2 02 05 09059
    Permalink

    L’écologie est effectivement le prétexte pour servir à unifier les pays dans un gouvernement mondial. C’est le principal danger de notre époque. Et le réchauffement ou changements (peu importe) climatique(s) est le prétexte de l’écologie officielle (imposture). L’urgence climatique est un mensonge comme l’a dit Françaois Gervais, entre autres.

    Répondre
    • avatar
      12 septembre 2019 à 10 10 55 09559
      Permalink

      @ Nicolas

      Personnellement je le dirais autrement

      1) L’écologie n’est pas une force sociale et le grand capital international ne cherche pas à créer UN VASTE GOUVERNEMENT MONDIAL – il sait qu’il ne le peut pas car les intérêts des différentes factions du GRAND CAPITAL INTERNATIONAL sont trop divergents (exemple USA vis-à-vis Chine vis-à-vis Europe – vis-à-vis Russie vis-à-vis Inde vis-à-vis Brésil pour ne mentionner que les plus grandes puissances impérialistes).

      2) L’écologie et l’urgence climatique – l’éco-socialisme et toute cette fumisterie environnementale sont les thèmes que le grand capital européen a choisit pour regrouper le plus grand nombre de puissances impérialistes dans son camp et pour se lancer à l’assaut – de ses concurrents des autres clans = CLANS capitalistes qui se forgent sous nos yeux en ce moment et nous préparent à la guerre mondiale.

      3) D’ailleurs, il suffit d’examiner les chiffres de la pollution, du CO2, du recyclage, des émanations toxiques, de l’épandage des produits chimiques, de la déforestation etc. pour constater que malgré leurs accords BIDON – et sommets écologistes spectacles ridicules – TOUS les chiffres sont en hausse et qu’aucun pays ne respecte sa signature des accords de Kyoto – Paris – Copenhague et les autres. Tout cela n’est que propagande et conditionnement de l’opinion publique – dont la petite-bourgeoisie forme les petites-mains exécutives. (Greta pauvre petite fille manipulée).

      4) Les seules choses qui augmentent ce sont les subventions aux entreprises capitalistes et les taxes vertes imposées aux prolétaires et le prix des biens de première nécessité et les taux de chômage RÉELS des salariés (à ce propos = se méfier des statistiques frauduleuses émises par les États bourgeois).

      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
  • avatar
    12 septembre 2019 à 12 12 44 09449
    Permalink

    Robert Bibeau

    Je suis d’accord avec toi. C’est vrai qu’ils ne sont pas prêt pour établir un gouvernement mondial, c’est pourquoi il devront déclencher une guerre mondiale. Mais le mensonge du réchauffement climatique qui sert à endormir les masses, est aussi un essai pour regrouper le plus de pays possible afin d’agir mondialement pour la cause, étant donné que le climat n’a pas de frontière. L’écologie est donc la cause parfaite pour agir globalement à travers l’O.N.U. par exemple. C’est une tentative à long terme, mais qui n’est pas sûre de réussir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *