L’effroyable imposture « sabbataïste » de Salim Laïbi

images

CHARLES TREMBLAY : Après la parution de l’article L’effroyable imposture « frankiste » de Salim Laïbi la semaine dernière, je ne pouvais cette semaine que faire paraître sa suite, L’effroyable imposture « sabbataïste » de Salim Laïbi. D’autant plus que dans sa dernière « soraloscopie », à bout de souffle dans sa charge contre Alain Soral, le dentiste marseillais se remis dans son prêche zozotérique « Guénon/Evola contre les méchants magiciens-comploteurs judéo-maçonniques », là où interviennent ses fameux « sabbataïstes » et « frankistes ».

Le premier article avait paru en mars de cette année sur la Jérusalem des Terres Froides. Au mois de juin, le dentiste anti-saTÂNistes a répondu indirectement, sans mentionner la JTF. Promptement dans les jours qui ont suivi, je lui ai répondu avec un second article qui est celui que je présente ici aujourd’hui. Il inclut mon propos, la reproduction du mot de Laïbi et la reprise du passage du livre de Frédéric Haziza concernant les attaques soraliennes contre Maïmonide et le Talmud.

Dans sa réponse plus que maladroite, le responsable des éditions Fiat Lux avait dit qu’il existe des dizaines de livres sur le frankisme et qu’il s’était tout procuré. Sachant par mes propres études universitaires que c’est faux, qu’il n’y en a pas tant que ça, j’ai invité Laïbi à faire paraître sur son site sa bibliographie concernant le sujet. Après tout, s’il y a bel et bien un groupe de magiciens noirs qabalistes juifs qui contrôlent la politique mondiale, il est nécessaire qu’il n’y ait pas que Laïbi qui fasse des recherches sur la question, un maximum de gens doivent savoir par eux-même, pas par les capsules-Youtube d’un mec qui a une business à entretenir. Dans ce contexte, donner la liste des livres qui en parle n’est pas un luxe superflu, c’est une nécessité fondamentale. Avant même de commencer ses discours, le « Llp » devrait nous partager sa bibliographie, ou au minimum filmer avec sa caméra le rayon de sa bibliothèque où se trouvent ses bouquins, question de montrer qu’il dit vrai avec ses « dizaines ». Nous sommes actuellement 6 mois plus tard et il ne l’a toujours pas fait.

Bien sûr, dans l’article qui suit, Laïbi est amalgamé avec le reste du soralisme. Même si aujourd’hui c’est la guerre ouverte entre le « dentiste anti-moderne » et le « sociologue-boxeur », je considère toujours que le premier fait partie de la sphère soralienne. C’est bien par E&R que Laïbi doit sa visibilité actuelle sur le ouèbe et son public chevauche celui du grand chauve, que ça lui plaise ou non. Et dans sa réponse au premier article, Laïbi affirmait qu’il fait le « distinguo » entre le judaïsme et « l’hérésie folle et criminelle sabbataïste » mais il n’en est rien. En plus de l’article présenté ici, j’invite les gens à cette autre page de la JTF, La judéophobie manifeste de Salim Laïbi

 

—L’effroyable imposture « sabbataïste » de Salim Laïbi—

Au solstice d’été dernier, il y a quatre jours, le « bon docteur » Salim Laïbi tentait défendre ses conneries de « frankisme » et de « sabbataïsme » pour pouvoir continuer ses discours zozotériques de « sorcellerie des élites ». C’est que le 12 mars 2014, votre serviteur le responsable de la Jérusalem des Terres Froides avait porté un coup sérieux aux délires magiques du gros Marseillais avec son article L’effroyable imposture « frankiste » de Salim Laïbi (repris le lendemain par le blog de L’Heure Asie). Cela aura pris 3 mois et 9 jours avant que « la libre panse » bouffeur de MacDo s’essaye enfin de revenir à la charge sur le sujet.

Il avait été expliqué à l’article L’effroyable imposture… que Laïbi ne dispose que d’une seule source pour relancer ses histoires de « magie noire kabbaliste illuminati », à savoir le livre de Charles Novak sur Jacob Frank. Aujourd’hui, le lieutenant sémite de Soral tente de nous faire croire qu’il n’y a pas que le seul livre de Novak sur le sujet, qu’il y en aurait encore « des dizaines » d’autres qui en parlerait et que l’arracheur de dents se serait tout procuré. Le problème avec son affirmation, c’est qu’il aurait dû présenter ces autres ouvrages en même temps que le livre de Novak, ce qu’il n’a pas fait. Il aurait dû présenter cette liste de « dizaines » de titres immédiatement après la parution de L’effroyable imposture… ou au moins mentionner quelques uns de ces « dizaines » de bouquins dans sa réponse du 21 juin dernier, question de montrer qu’il est sérieux et avisé. Mais que nenni, il nous dit qu’il a des « dizaines » (donc 20-30 au minimum) de livres sur Jacob Frank dans sa bibliothèque et il faut le croire sur parole, un point c’est tout. Comme quand il avait tenté de faire croire à l’auteur de ces lignes qu’il avait fait « des centaines de lectures (de traditions différentes) ».

Bien sûr, lorsqu’il parle ainsi de « dizaines de livres sur le sabbataïste/frankiste », Laïbi bluffe. Car il n’y en a pas tant que ça de disponible sur le marché et c’est justement en raison de la rareté du sujet que Laïbi est incapable d’en fournir une bibliographie. On se souviendra qu’il avait fait ce même genre de bluff par rapport à René Guénon, où il affirmait qu’il avait tout lu l’oeuvre du natif de Blois (ainsi que l’a rapporté « Oeuvre de René Guénon » le 20 juillet 2013 dans son article Les positionnements pseudo-guénoniens de LLP 6 – Pour en finir avec le soi-disant antimaçonnisme de René Guénon). C’est évident que « la libre panse » n’a pas lu toute l’oeuvre de Guénon car autrement il serait tombé tôt ou tard sur le livre Symboles fondamentaux de la science sacrée où Guénon explique en détail le symbolisme maçonnique et où il témoigne le plus grand respect pour le symbole de « L’oeil dans le triangle qui voit tout » (Gallimard, 1962, p. 430-432). Ou encore Laïbi l’a lu mais le passe sous silence car cet ouvrage contredit trop ses histoires de Guénon anti-maçons…

Laïbi n’est pas le seul au sein du soralisme à faire ce genre de bluff littéraire. Lorsque le « mystique authentique » Soral avait parlé du Talmud et de Maïmonide dans une de ses vidéos mensuelles, il avait dit « Lisez l’introduction au Talmud d’Adin Steinsaltz ». Or, si vous avez un jour ce livre entre les mains (il est facile de se le procurer, il est publié chez Albin Michel dans la collection Spiritualités vivantes), pour peu que vous soyez honnête et non-contaminé par l’idéologie soralienne, vous verrez qu’il n’y a rien dans cet ouvrage fort érudit qui va dans le sens du gourou d’Égalité et Réconciliation, ni directement, ni indirectement. Lorsqu’il a dit ça, Soral était en plein bluff (lui, le menteur qui affirme lire près de 6 heures par jour) et Laïbi reprend le même genre de pratique, fidèle comme un chien à son maître. D’ailleurs, pour ce qui est du Talmud et de Maïmonide vus par le soralisme, le responsable de la JTF vous le promet, il reviendra sur ce sujet dans un prochain article.

Pour finir avec le cas qui nous concerne, après que la JTF ait démontrée que M. Novak est Juif sioniste, Laïbi n’avait pas d’autres choix que de « fusiller son témoin » (pour le reprendre le mot de Faurisson à propos de Vrba au procès torontois de 1988), d’où le relai de cette vidéo d’un quart d’heure de Jacques Halbronn que « le bon docteur » estime être « pleine de contradictions assez énormes ! » Évidemment, là encore aucune justification de la part du « dénonciateur de saTÂNiques », il faut le croire sur parole car il est LE GRAND SALIM LAÏBI, L’AMI D’ALAIN SORAL ET DIEUDONNÉ M’BALA M’BALA, un point c’est tout. Après ces quelques lignes que votre serviteur vient d’écrire, le lieutenant du « queutard » osera-t-il publier sa « bibliographie » ? En tout cas, qu’il ne s’avise pas à mentionner le Sabbataï Tsevi de Gershom Scholem (Verdier, 1983) car il n’y a rien dans ce volumineux ouvrage de près d’un millier de pages qui puisse valider les délires laïbesques. Sauf si bien sûr on prend un tout petit passage et qu’on se met à l’extrapoler à outrance pour lui faire dire ce qu’on veut qu’il dise, ce qu’on appelle dans les milieux universitaires intègres la « méthode de la camisole de force », une pratique que connaît bien le petit milieu soralien.

Qu’il ne cite pas non plus Les grands courants de la mystique juive du même Scholem car il n’y a rien de probant là non plus pour justifier une invasion de mages noirs présente dans tous les lieux de pouvoir. Quand au vieux La Kabbale d’Henri Sérouya (1947), qui aborde le sujet aux pages 419 à 443, il faut absolument cette « méthode de la camisole de force »  pour en faire une source crédible car il est y bien expliqué qu’autant Tsevi que Frank se sont écroulés sous leur propre charlatanisme (en fait, Laïbi vise probablement Isaac Louria, grand penseur qabalistique, avec ses histoires de « sabbataïsme/franquisme ». Mais il oublie que les qabalistes ont toujours été extrêmement minoritaires dans les communautés juives). Dans son petit 600 caractères, Laïbi a le culot d’affirmer qu’il fait le « distinguo » entre ce qu’il appelle d’une part « le judaïsme » et de l’autre « l’hérésie folle et criminelle sabbataïste » alors qu’en réalité, son discours « sabbataïste » sert précisément à diaboliser l’ensemble du judaïsme. Car je rappelle les dogmes soraliens auxquelles Laïbi n’a pas le droit se soustraire, à savoir que :

1 : L’Ancien Testament est une machine de guerre pour conquérir le monde. Soral l’a affirmer tel quel et il est même allé jusqu’à dire à la caméra de Franck Abed que « l’Église se trompe ». Le « grand analyste » si admiré par Laïbi appelle ça le « projet vétéro-testamentaire ».

2 : Le companion guide de cet Ancien Testament est le Talmud. Non pas le Talmud tel que vous pouvez le trouver à l’UQAM, à Concordia ou à la Grande Bibliothèque du Québec sous le nom de « Talmud de Jérusalem » ou « Talmud de Babylone » mais bien le « Talmud » tel que fantasmé par l’évêque chrétien intégriste Pranaïstis, à savoir deux pages invérifiables dans les textes d’origines sur les pires horreurs que l’on puisse imaginer (Mein Kampf puissance 1000), où pour conquérir le pouvoir tout est permis à ceux qui en ont le droit.

3 : Le grand théologien aristotélicien Maïmonide est à ce « Talmud » du point 2 ce que Moïse est à la Torah Torah » soralienne c’est-à-dire le coeur du « projet de conquête vétéro-testamentaire »). Donc la théologie rabbinique (la majeure partie de la théologie juive) est du pilpoul (« saucissonnage ») pour réaliser le projet du point 1. Et comme l’a rappelé à plusieurs reprises le « mystique authentique », à l’endroit et à l’envers, « 99 % des rabbins sont sionistes » (une phrase si importante et si sacrée dans le soralisme qu’elle doit mener à réduire au silence ceux qui oseraient lui porter atteinte).

4 : Depuis la grande scission d’avec les « anti-sionistes belges » en 2011 (évènement auquel a participé Salim Laïbi avec sa vidéo Le cas Collon – Bricmont – Chomsky), il est formellement interdit de distinguer le judaïsme et le sionisme. L’un et l’autre s’équivaut. Cela a été proclamé par « le grand gourou crâne d’oeuf » à partir d’Israël Shahak et c’est là que Gilad Atzmon est arrivé dans le panthéon de la mythologie soralienne.

5 : Le mot goy signifie « sous-humains » ou « animaux à visage humain », même si les meilleurs historiens de la langue hébraïque (Juifs ou non-Juifs) affirment que ça signifie autre chose comme « nation » (dans l’original de l’Exode 19, 6, « goy » est appliqué aux Hébreux). Soral ne se trompe jamais, les autres sont toujours forcément des pions de l’Empire et ce, même si Salim Laïbi sait parfaitement que le « goy » hébraïque est de même racine que le qawm arabe ( قوم qawm, « groupe, groupe humain, gens, ethnie, nation, peuple, peuplade, tribu », d’où goum en Algérie, qui a donné le dérivé goumier. Voir le mot du jour goum).

6 : La seule raison pour laquelle les histoires de « sabbataïsme » et de « frankisme » de Laïbi sont acceptés dans le soralisme, c’est qu’elles permettent de renforcer la « cohésion » des points 1, 2, 3, 4 et 5 au sein de la mouvance. Dans le cas où ces mêmes histoires iraient à l’encontre des points 1, 2, 3, 4et 5, « la libre panse » se verrait excommunié du soralisme comme le fut Marc George.

Conclusion : l’affirmation du « bon docteur » selon laquelle il fait le « distinguo » entre « le judaïsme et l’hérésie folle et criminelle sabbataïste » est fausse. Car suivant la « logique » des dogmes soraliens explicités ci-dessus, tout « Juif du petit peuple » qui se met à pratiquer sa religion tombe automatiquement dans « l’hérésie folle et criminelle sabbataïste » car la base-même de sa foi juive est l’Ancien Testament, et celui-ci est le « projet vétéro-testamentaire » de conquête du monde. Si ce même « Juif du quotidien » s’intéresse à ce qui a pu se dire de l’Ancien Testament dans sa tradition entre l’an 0 et l’an 500 (5 siècles, c’est beaucoup), il est obligé de s’en référer au Talmud, et bien sûr les seules vérités par rapport à cette oeuvre d’une bonne cinquantaine de volumes sont les deux pages invérifiables de Pranaïtis. Et s’il s’intéresse à la théologie juive, il tombe automatiquement sur le « gros méchant Maïmonide qui n’aimait pas les noirs » (citation que Soral a pris de Serge de Beketch et non dans un ouvrage du Rabbi), l’ « esprit machiavélique derrière la machine de guerre talmudique ». Par conséquent, le seul bon Juif selon Salim Laïbi et l’ensemble du soralisme, c’est celui qui ne pratique aucunement sa religion juive, point barre. Pour eux le judaïsme EST « l’hérésie folle et criminelle sabbataïste ». Même la mystique juive n’y échappe pas car tout ce que relève de la qabale est de la « magie noire » (Laïbi nous l’a rappelé assez souvent dans ses vidéos) et Soral le confirme avec son histoire de « projet kabbaliste des élites » (sur ce dernier point, tout comme sur le Talmud et Maïmonide mentionné précédemment, il y aura bientôt un article de la JTF qui lui sera spécialement consacré). D’ailleurs, pour être bien sûr qu’il n’y ait pas le moindre échappatoire, la mystique juive étant « la plus pure magie noire démoniaque », l’ensemble du corpus du Zohar (compilation en plusieurs volumes de divers textes hautement symboliques réalisée à la fin du quatorzième siècle dans le nord de la Péninsule Ibérique) en est réduit à n’être qu’une partie de ce Talmud tel qu’existant dans l’esprit soralien, à savoir l’ultime machine de guerre contre l’ensemble de l’Humanité.

Arrêtons-nous ici pour le moment. Votre serviteur reste attentif à ce que va nous sortir bouffe-MacDo comme « bibliographie du sabbataïsme/frankisme », ce dernier a qui a déjà reçu une leçon d’histoire de Marion Sigaut. Pour l’heure, cet article va se conclure avec deux extraits. D’abord la petite réponse de quelques lignes de Laïbi de ce 21 juin dernier sur son site puis un extrait du livre de Frédéric Haziza Vol au-dessus d’un nid de fachos où ce dernier parle du rapport de Soral envers les écrits de la tradition juive. Frédéric Haziza est une journalope atlantiste/sioniste, la JTF le reconnaît, et Fayard est un éditeur mondialiste, la JTF le reconnaît également, mais il n’empêche que sur ce point précis des relations du « mystique authentique » envers l’Ancien Testament (de son vrai nom, TaNaK), le Talmud, le Zohar et la Qabale, Frédéric Haziza a parfaitement raison. Votre serviteur avait prit la peine de recopier les quelques pages de ce passage pour un éventuel article exhaustif sur Soral et son escroquerie « talmudique » mais puisque ça s’insère bien dans le propos actuel, le passage est présenté ici à la toute fin de l’article. Il s’agit des pages 69 à 73, ayant pour sous-titre Le protocole Soral.

 

Sabbataïsme : Charles Novak s’exprime sur l’accueil de son livre sur Jacob Frank—

Par Salim Laïbi
Paru sur Lelibrepenseur.org
Le 21 juin 2014

Très curieuse vidéo pleine de contradictions assez énormes ! Nous tenons à rassurer monsieur Novak que bien évidemment, il n’y a pas lieu de confondre le judaïsme et l’hérésie folle et criminelle sabbataïste, c’est un fait bien établi et on ne l’a pas attendu pour faire ce distinguo. Par contre, il faudrait qu’il cesse de croire que son livre est la seule source d’information sur le sujet, car il y en a des dizaines qui en parlent et que je me suis procurés. In fine, l’idéologie sabbataïste messianique est toujours présente au quotidien dans nos vies aussi bien dans les films hollywoodiens qu’en politique internationale… On reconnaît un arbre à ses fruits et non aux théories vaseuses des uns et des autres.

(Vidéo de l’entrevue de Charles Novak :

http://www.youtube.com/watch?v=ZnlWwk_Bbls)

Salim Laïbi

—Le protocole Soral—

Par Frédéric Haziza
Extrait du livre Vol au-dessus d’un nid de fachos (Fayard, p. 69-73)
Le 15 janvier 2014

Soral et ses amis, ceux du net et ceux du premier cercle « soralien », ne connaissent rien à l’histoire du peuple juif. Ils n’en ont qu’une mémoire kitsch, caricaturale à souhait. Le rapport à la culture juive de ces gens-là, citant le Talmud « écrit par Monsieur Maïmonide », comme s’il s’agissait d’une de leurs connaissances, et comme s’ils avaient lu ne serait-ce qu’un paragraphe des 7000 pages de ce texte, est réducteur et négationniste. Un exemple ? Lorsque Soral dit dans l’une de ses vidéos : « Maïmonide, qui est au Talmud ce que Moïse est à la Torah », suggérant que le philosophe de Cordoue, auteur du Guide des égarés et du Mishné Torah, est l’auteur du Talmud, il expose l’abîme de son esprit d’à-peu-près. Tout simplement parce que Maïmonide est mort en 1204, tandis que l’écriture du Talmud fut clôturée vers l’an 500. Maïmonide commenta le Talmud, parmi des milliers d’autres rabbins jusqu’à nos jours. Et son florilège de citations rabbiniques, Soral l’a constitué avec la même méconnaissance. Citations réelles ou controuvées, parfois tirées de leur contexte, passant d’un site à l’autre. Le pire dans cette histoire, c’est que Soral, le maître de pacotille, est peut-être encore plus sincère que méchant, ce qui le rend d’autant plus dangereux. Il croit à ses inepties : le « Juif talmudique » est à ses yeux un vrai danger. Dans le monde de Soral, les Juifs haïssent vraiment les « goyim », les non-Juifs. Et quand les Juifs parlent de la Shoah, c’est pour escroquer les non-Juifs. Ainsi quand il m’a accusé d’avoir menti en évoquant la déportation de mon grand-père, arguant qu’il n’y avait pas de Haziza à Auschwitz et que les Soral ont plus souffert que les Juifs d’Afrique du Nord.

Je le crois, sinon sincère, du moins assez intoxiqué par un antisémitisme viscéral pour penser dire la vérité. Son cerveau ne peut manifestement pas imaginer qu’il faut, comme le disaient les militants de la Manif pour tous, un père et une mère, et donc quatre grand-parents, pour concevoir un enfant, et qu’un Haziza ait épousé une Lancner en 1960, qu’un séfarade ait pu rencontrer à Paris une ashkénaze qui l’a ensuite suivi dans ce qui était à l’époque un département français d’Algérie. Quelle schématique image des Juifs ces gens ont-ils ! Ayant vaguement appris de Wikipédia ou de La vérité si je mens ! ce qu’étaient un séfarade et un ashkénaze, ils doivent penser qu’il est impossible d’appartenir à ces deux communautés à la fois. Pour un Juif de ma génération et d’après, c’est pourtant chose assez courante. Au-delà de cette banale ignorance, quelle idée se font-ils des Juifs quand ils imaginent que ceux-ci puissent être assez pervers pour s’inventer des ancêtres déportés ?

Cens gens-là sont dangereux mais sincères. Et d’autant plus dangereux qu’ils sont sincères. D’ailleurs, d’autres antisémites l’ont peut-être été. Pétain, après tout, devait vraiment penser que le Juif Blum avait détruit la France. Et Poujade aussi quand il traitait Pierre Mendès France de « raciste » parce que sa famille ne s’était pas mélangée aux autres.

Pour ne rien arranger, Soral pioche la plupart de ses clichés antisémites dans un faux, un livre publié à la fin du XIXe siècle par le prêtre catholique lithuanien Justin Bonaventure Pranaitis : Le Talmud démasqué. Les enseignements rabbiniques secrets concernant les chrétiens. Un faux rédigé à l’époque des pogromes tsaristes dans le but de justifier, d’attiser et de raviver l’antisémitisme. Ce que Pranaitis a fait, c’est-à-dire démontrer aux peuples slaves que c’étaient les Juifs qui détestaient les chrétiens et non l’inverse, qu’ils étaient l’incarnation du Mal absolu à travers le Talmud, Soral le fait aujourd’hui, vidéo après vidéo, écrit après écrit, conférence après conférence. Pranaitis, qui présente son livre comme une enquête sur les enseignements juifs relatifs au christianisme, entend révéler ce que le Talmud comprend d’enseignements authentiquement antichrétiens et racistes.

L’infâme manipulation, l’incompétence crasse, l’idéologie criminelle sont ainsi passées d’un cerveau antisémite à un autre. De celui de Pranaitis à celui de Soral. Mais le Talmud de Soral tient en deux pages. Un peu court pour plus de 30 volumes étudiés jour et nuit depuis 1500 ans par le peuple juif. En ce sens, on a bien raison de s’intéresser au Talmud, qui a certainement façonné l’âme juive, mais on ne saurait en parler en s’appuyant comme hier Pranaitis et aujourd’hui Soral sur des traductions de traductions. Quinze phrases en tout et pour tout, recyclées de site en site et de tweet en tweet : c’est peu. Une étude rapide de ce lamentable florilège permet de distinguer des « citations » de traités qui n’existent pas, des pages imaginaires, des livres comme le Zohar que l’on présente comme une partie du Talmud alors que c’est un livre de mystique, remontant à l’Espagne du XIIIe siècle, et d’autres aberrations de même nature.

Parfois, hors contexte, on trouvera des phrases choquantes qui figurent en effet dans le Talmud. Ce sont les scories d’une pensée avec ses préjugés aussi douteux que ceux de la mystique chrétienne médiévale ou certaines parties agressives du Coran. Comme si toutes nos attitudes étaient contenues dans les phrases de nos ancêtres. Il ne faut jamais être pusillanime avec la culture, pas plus qu’avec l’histoire, et Soral ne l’est d’ailleurs que quand ça l’arrange, lui qui dénonce sans cesse la « bien-pensance de la gauche » judéo-maçonnique ou de cette bourgeoisie parisienne qui aimerait plus les « enculés » que les ouvriers.

Frédéric Haziza

Lien vers l’article original : http://jerusalemdesterresfroides.blogspot.ca/2014/06/leffroyable-imposture-sabbataiste-de.html

avatar

Charles Tremblay

Fondateur de la revue La Jérusalem des Terres Froides.

blog : http://jerusalemdesterresfroides.blogspot.ca/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *