Les bien-pensants

Par Philippe David. Le Minarchiste Québécois.
Big Government

Laissez-moi vous poser une simple question. Si vous avez le choix entre faire vos propres choix et en accepter les conséquences, bonnes ou mauvaises, ou de laisser quelqu’un vous imposer un choix; lequel préférez vous?

Cette question est importante parce qu’il existe plein de gens qui croient que vous n’êtes pas capable de prendre vos propres décisions et donc qu’ils doivent prendre ces décisions à votre place pour votre plus grand bien. Ces personnes y croient tellement, qu’elle n’hésiteront pas à utiliser le gouvernement pour vous forcer à adopter un comportement qu’elles souhaitent vous voir adopter comme quoi manger, quelle genre d’éducation vos enfants devraient avoir, etc. Comme si vous n’étiez pas compétent pour prendre ces décisions et comme si eux savent ce qui est bon pour vous ou votre famille.

Je ne sais pas pour vous, mais ce genre de chose tend à m’irriter. Qui sont ces gens qui prétendent être mieux qualifiés que nous qu’ils croient avoir le droit de choisir à notre place et de nous imposer ce choix selon leur propres valeurs? Car selon eux le gouvernement peut tout faire. Peut tout solutionner. Vous allez avoir le sourire toute la journée parce que comme le Slap Chop, le gouvernement promet de régler tous vos problèmes! Parce que naturellement, vous êtes des incapables et sans lui, vous ne sauriez mettre un pied devant l’autre. Pendant que vous vivez sous l’illusion que ce gouvernement bienfaisant veille sur vous, il vous saigne à blanc.

Chaque fois que le gouvernement s’immisce dans nos vies, il nous prive de notre libre-choix. Parce que le gouvernement paie pour nos soins de santé, il a le droit de nous dicter ce que nous devons manger, où et quand nous pouvons fumer (si nous pouvons fumer), si nous devons porter des casques protecteurs, une ceinture de sécurité et naturellement, il doit contrôler la vente de boissons alcooliques et faire la guerre aux drogues. Le gouvernement doit aussi nous donner la permission de partir en affaires, de faire des rénovations sur notre propre propriété, même quand on peut ou ne peut pas tondre son gazon. Parce qu’il paie pour l’éducation de nos enfants, il dicte également ce que nos enfants doivent apprendre ou ne pas apprendre et quand ils iront à l’école (même la fin de semaine), peu importe que nous soyons d’accord ou non, parce que bien sûr, les bien pensants pensent que les enfants appartiennent à l’état et non à leur parents. Il peut également vous dicter avec qui vous pouvez vous marier. Bientôt, il viendront vous forcer à installer des fenêtres éco-énergétiques et poser des panneaux solaires et des éoliennes sur vos toits. Pourquoi pas? Ils veulent bien vous dicter quelles ampoules mettre dans vos lampes. Parce que le gouvernement doit absolument vous sauver de vous-même. Ils veulent votre bien et ils vont l’avoir.

Il n’y a que deux façons d’obtenir quelque chose de quelqu’un: par la coopération volontaire ou par la force. À mon sens, il n’y a qu’une seule de ces méthodes qui préserve les droits et libertés de l’individu. La force du gouvernement existe pour nous protéger des autres, pas de nous-même. La vie comporte toujours des risque et c’est à nous, pas au gouvernement d’évaluer si ces risques sont acceptables pour nous. Le gouvernement doit être notre serviteur et non notre maître. L’histoire a maintes fois démontré que les gouvernements sont de dangereux serviteurs et des maîtres impitoyables. Si vous les laissez gérer vos vies, vous deviendrez leurs esclaves. Nous avons plus besoin d’être protégés de notre propre gouvernement, que de nous-mêmes ou de toute menace extérieure. C’est pourquoi nous avons des chartes de droits et libertés et des constitutions. Mais même ces documents ne peuvent nous protéger si les politiciens cessent de les respecter et que la cour et la presse, leur chiens de garde, regardent de l’autre côté ou même se rangent de leur côté.

Une société juste ne peut pas reposer sur l’usage de la force pour imposer une vision des chose compatible avec la pensée de l’élite au détriment des masses. Une société juste doit au contraire promouvoir la coopération entre individus et non l’imposer. C’est d’ailleurs infiniment arrogant que de croire qu’une personne, ou une poignée de personnes puissent avoir LA solution pour tout le monde. La société est composée d’abord et avant tout d’individus ayant des besoins et des intérêts différents. Il n’existe pas de solutions qui puissent plaire à tous. Il n’est écrit nulle part non plus qu’on ne puisse pas appliquer plusieurs solutions différentes au même problème. Il existe d’ailleurs plein de gens qui s’appliquent à trouver ces solutions et qui n’ont pas voix au chapitre par ce qu’elles ne sont pas conformes aux désirs de l’élite. Nous devons donc redéfinir le gouvernement et limiter, et non étendre son pouvoir. L’état ne doit pas être l’outil de l’élite bien pensante, mais le protecteur du peuple.

36 pensées sur “Les bien-pensants

  • Ping : Les bien-pensants

  • avatar
    11 février 2010 à 6 06 22 02222
    Permalink

    @ Philippe David

    «Nous devons donc redéfinir le gouvernement et limiter, et non étendre son pouvoir. L’état ne doit pas être l’outil de l’élite bien pensante, mais le protecteur du peuple.» (Philippe David)

    C’est beau l’angélisme et la naïveté! On attend encore un parti politique libertarien capable de convaincre, un État libertarien, une ville libertarienne ou même un ensemble de condos libertarien. Mais à part de la rêverie et des clichés («Une société juste doit au contraire promouvoir la coopération entre individus et non l’imposer», «le gouvernement promet de régler tous vos problèmes», «La vie comporte toujours des risque [sic]», «Parce que le gouvernement doit absolument vous sauver de vous-même. Ils veulent votre bien et ils vont l’avoir.», etc.), il n’y a pas grand chose au menu.

    Mais voilà, nulle révolution en vue : le système que vous dénoncez fait l’affaire de la plupart. On le modifie par petite touche.

    Mais avec vos péchés («le gouvernement s’immisce dans nos vies», «imposer une vision»), vos croyances («Car selon eux le gouvernement peut tout faire. Peut tout solutionner.», «les gouvernements sont de dangereux serviteurs et des maîtres impitoyables»), votre apocalypse («vous deviendrez leurs esclaves») et votre satan («l’élite bien pensante»), vous présentez des analogies avec l’organisation de type sectaire. Et votre bible? Bastiat, bien sûr! Mort depuis 160 ans, quel prophète!

    Une idée comme ça : peut-être devriez vous développer un jeu de type «Second Life» que vous appelleriez «Le village libertarien» et qui permettrait de vivre le merveilleux monde de la collaboration idéale et de la société sans contraite!

    Répondre
    • avatar
      11 février 2010 à 7 07 12 02122
      Permalink

      @ Bertrand

      Mais voilà, nulle révolution en vue : le système que vous dénoncez fait l’affaire de la plupart. On le modifie par petite touche.

      Comment expliquez-vous le mouvement des tea parties aux É-U alors? Ce mouvement surpasse maintenant les deux partis en nombres. Ça commence à faire une méchante bande de mécontents du système, vous ne trouvez pas? À moins que vous ne compreniez toujours pas que c’est réellement un mouvement de protestation contre le système actuel et non juste une bande de rednecks qui en ont contre le président noir.

      Et avec un ministre des finances qui dit qu’il est plus important d’être heureux comme peuple que d’être fiscalement responsable, ce genre de mouvement ne tardera pas à arriver ici. Vous ne perdez rien pour attendre.

      Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 7 07 28 02282
    Permalink

    Tea Party… et voilà! Ce mouvement contestataire américain commence à se pointer le bout du nez chez nous. Qu’attendons-nous pour y saupoudrer une pincée de racisme et de religieux? Ça va être beau tout à l’heure!

    Supposons un instant que votre constat est la clé de tous les problèmes en éducation. Ne prenons que celui-là. Et allons maintenant un peu plus loin que le constat lui-même. Si vous voulez que j’adhère à votre proposition, celle qui suppose que le Ministère de l’Éducation et les commissions scolaires n’existent plus et que le financement des écoles est maintenant sous la seule responsabilités de ses utlisateurs. Et que les écoles sont dorénavant responsables de la conception des programmes. Donnez-moi les détails pour que je me fasse une idée sur cette proposition. Et expliquez-moi comment cette approche est équitable pour tous, sans exception.

    Répondre
    • avatar
      11 février 2010 à 10 10 32 02322
      Permalink

      @ Lutopium

      Tea Party… et voilà! Ce mouvement contestataire américain commence à se pointer le bout du nez chez nous. Qu’attendons-nous pour y saupoudrer une pincée de racisme et de religieux? Ça va être beau tout à l’heure!

      Ha! Pourquoi ne suis-je pas surpris de vous voir sortir la carte totalement gratuite et démagogique du racisme et du zélotisme religieux aussitôt qu’il est question du mouvement des tea parties. J’imagine que je ne peux attendre rien de mieux d’un gauchiste. Au fait croyez-vous donc que Lech Walesa, Prix Nobel de la Paix (mérité, celui-là) tombe aussi dans cette catégorie?

      Supposons un instant que votre constat est la clé de tous les problèmes en éducation. Ne prenons que celui-là. Et allons maintenant un peu plus loin que le constat lui-même. Si vous voulez que j’adhère à votre proposition, celle qui suppose que le Ministère de l’Éducation et les commissions scolaires n’existent plus et que le financement des écoles est maintenant sous la seule responsabilités de ses utlisateurs. Et que les écoles sont dorénavant responsables de la conception des programmes. Donnez-moi les détails pour que je me fasse une idée sur cette proposition. Et expliquez-moi comment cette approche est équitable pour tous, sans exception.

      Seul les étatistes de gauche ou de droite ont la prétention d’avoir la science infuse sur tout ce qui est bon pour tout le monde et ce serait trop long pour mettre dans un commentaire (peut-être que je pourrais faire un billet prochainement pour élaborer), mais voici quelque pistes: L’éducation à la maison, par internet, des écoles financées par contributions volontaires de leur communauté ou par l’industrie et le commerce local… Le problème avec les étatistes, c’est leur sérieux manque d’imagination.

      Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 9 09 20 02202
    Permalink

    Je suis d’accord avec l’idée de limiter la place du gouvernement, mais dans les faits c’est impossible. Peu de personnes sont capables de décider par elles-mêmes et nos décisions ont un impact sur les autres. On peut clairement voir en Occident ce qui arrive quand on laisse trop de liberté à un peuple…

    Les Tea Parties sont une vraie aberration. Avec les nouveaux médias une méga désinformation a lieu et actuellement la majorité des gens là-bas ont entendu du voisin qui a entendu de l’ami de cousin… que Obama allait euthanasier les vieux. Ces gens n’ont pas la moindre idée du merdier républicain démocratique dans lequel les USA sont depuis bien avant Obama. On s’entend pour dire que Fox News et Sarah Palin c’est de la grosse démagogie?

    Le gouvernement doit contrôler certains aspects de nos vies. Exemple:
    tu vis au québec donc tu as un accès à un système de santé publique et à de l’aide sociale. Tu peux alors décider de fumer, boire de l’alcool et du coke, manger du PFK / mc do, rester écrasé sur le fauteuil en écoutant Tévé Propagande et quand tu vas te chopper tout les problèmes de santés possibles: diabète, problème de pression, cholestérol, obésité qui va payer? La société. Je m’excuse mais je suis royalement tanné de payé pour ça.

    T’as le choix: soit le gouvernement se fou de toi et te laisse faire ce que tu veux ou soit qu’il te sort de la marde si nécessaire, te soigne et te protège donc c’est normal qu’il veuille protéger son investissement qu’il fait ainsi.

    Répondre
    • avatar
      11 février 2010 à 10 10 41 02412
      Permalink

      @ DeadlyPredator

      Le gouvernement doit contrôler certains aspects de nos vies. Exemple:
      tu vis au québec donc tu as un accès à un système de santé publique et à de l’aide sociale. Tu peux alors décider de fumer, boire de l’alcool et du coke, manger du PFK / mc do, rester écrasé sur le fauteuil en écoutant Tévé Propagande et quand tu vas te chopper tout les problèmes de santés possibles: diabète, problème de pression, cholestérol, obésité qui va payer? La société. Je m’excuse mais je suis royalement tanné de payé pour ça.

      Et n’est-ce pas un merveilleux argument contre la médecine socialisée?

      Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 10 10 01 02012
    Permalink

    Bonjour à tous,

    Philippe,

    Tu poses de bonnes questions, mais la réalité c’est que la majorité des gens ont besoin de ce gouvernement pcque, comme tu dis, il ne peuvent exercer leur libre choix. Ce sont des enfants, qui ont besoin qu’on les protège d’eux-même. La solution ne sera pas un autre parti, un meilleur parti, libertarien ou autre. Pour l’individu, la solution n’est pas collective, elle est individuelle.

    L’individu qui ne veut plus de ce système a un choix, mais son choix n’est pas de changer le système.

    Son choix est de sortir du système, et cela ne peut se faire qu’individuellement, avec la foi dans une force supérieure, une puissance suprême.

    Les gens sont pris dans le système, tout simplement parce qu’ils n’ont pas la foi, et parce qu’ils n’ont pas la foi, ils lisent un commentaire comme celui-ci, par exemple, et ils pensent qu’il n’a aucune pertinence.

    C’est comme ça, on n’y peut rien.

    Répondre
    • avatar
      11 février 2010 à 11 11 02 02022
      Permalink

      @ Aimé Laliberté

      Tu poses de bonnes questions, mais la réalité c’est que la majorité des gens ont besoin de ce gouvernement pcque, comme tu dis, il ne peuvent exercer leur libre choix. Ce sont des enfants, qui ont besoin qu’on les protège d’eux-même. La solution ne sera pas un autre parti, un meilleur parti, libertarien ou autre. Pour l’individu, la solution n’est pas collective, elle est individuelle.

      C’est justement ce genre de mentalité défaitiste qui fait partie du problème. Si on cessait d’infantiliser les gens, peut-être qu’ils agiraient comme des adultes.

      Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 10 10 45 02452
    Permalink

    «Souvent les gens prennent leurs propres lacunes pour celles de la société qui les entoure, et cherchent à réformer ladite société parce qu’ils sont incapables de se réformer eux-mêmes.» – Isaac Asimov

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 11 11 58 02582
    Permalink

    « Peu de personnes sont capables de décider par elles-mêmes »

    C’est drôle, mais les gens qui m’entourent me disent le contraire…

    Tout le monde est capable de mener sa vie pour le mieux. Si le gouvernement ne viendrait pas nous sauver quand on perd notre emploi, vous pouvez être sûr que la majorité des gens aurait de l’épargne pour prévoir le coup. Ce n’est qu’un exemple…

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 12 12 06 02062
    Permalink

    @Philippe,

    Il faut tout de même reconnaître que le mouvement Tea Party qui s’est récemment manifesté va beaucoup plus loin que de se révolter contre les impôts ou les taxes… D’après ce que j’en comprend, on se sert de ce soulèvement pour contester le président actuel et assurer des gains pour les républicains lors des prochaines élections de mi-mandat.

    Et jamais ai-je prétendu avoir la science infuse pour quoi que ce soit. Et c’est dans cette ouverture d’esprit que je vous demande de m’expliquer comment la disparition du Ministère de l’Éducation et des commissions scolaires serait avantageuse pour tous les québécois. C’est dans les détails que vous arriverez à me persuader et non sur des principes.

    Il y a une soixantaine d’années, mon père n’a pas pu aller plus loin qu’une septième année. À ce moment là, votre concept de liberté existait. Il n’y avait pas de Ministère, pas de commissions scolaires. Mais mon père n’avait aucune liberté, il fut obligé d’aller sur le marché du travail à l’âge de 15 ans.

    Répondre
    • avatar
      11 février 2010 à 14 02 12 02122
      Permalink

      @ Lutopium,

      Il faut tout de même reconnaître que le mouvement Tea Party qui s’est récemment manifesté va beaucoup plus loin que de se révolter contre les impôts ou les taxes… D’après ce que j’en comprend, on se sert de ce soulèvement pour contester le président actuel et assurer des gains pour les républicains lors des prochaines élections de mi-mandat.

      C’est exact, c’est un soulèvement populaire contre le système corporatiste. Il ne sont pas nécessairement anti-Obama, ils sont anti-Big Gorvernment. Ils veulent un retour aux valeurs des pères fondateurs. Et ce sont eux qui ont donné de la crédibilité à des candidats comme Rand Paul et Peter Schiff qui promettent un retour à ces valeurs. Dans le cas de Palin par contre, je suis relativement certain qu’elle tente de surfer la vague.

      Il y a une soixantaine d’années, mon père n’a pas pu aller plus loin qu’une septième année. À ce moment là, votre concept de liberté existait. Il n’y avait pas de Ministère, pas de commissions scolaires. Mais mon père n’avait aucune liberté, il fut obligé d’aller sur le marché du travail à l’âge de 15 ans.

      Mon Grand-père aussi n’a pas eu le bénéfice d’une bonne éducation, mais il a réussi quand même à faire suffisamment pour que tous ses 8 enfants puissent aller à l’école plus longtemps. Ils ont tous dû travailler pour gagner leurs études. Dans le cas de mon père, il est devenu médecin et c’était bien avant 1960.

      Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 12 12 27 02272
    Permalink

    N’importe qui qui a bouquiné sur le Tea Party voit bien que la majorité des gens qui y ont adhéré font partie de la « Jesus belt » et n’ont aucune réelle idée de ce pourquoi on les utilise, ils écoutent des Beck et des Limbaugh et applaudissent une conne comme Palin, franchement ça sonne creux l’affaire ..en plus, ils sont en train de se faire hijacker par les néocons républicains …

    You have to understand, most of these people are not ready to be unplugged. And many of them are so inured, so hopelessly dependent on the system, that they will fight to protect it.

    —Morpheus, The Matrix

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 12 12 47 02472
    Permalink

    @Lutopium

    Concernant ta question sur l’éducation, nous pourrions commencer par nous inspirer de l’état de la Virginie à cet égard:

     » La Virginie est d’ailleurs reconnue comme ayant l’une des meilleures performances au niveau de l’éducation, ce qui lui permet de bénéficier d’un bassin de main d’oeuvre très compétent, ce qui est un atout pour attirer les entreprises. Le Virginia School Accountability System s’applique autant aux écoles publiques que privées. Cette mesure permet d’établir des critères précis de performance (Standards of Learning) et de mesurer la performance de chaque école à cet égard. Les écoles sont donc en concurrence et ont un incitatif à améliorer la qualité de l’enseignement pour attirer les élèves. »

    http://minarchiste.wordpress.com/2010/02/10/lecons-de-virginie/

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 13 01 09 02092
    Permalink

    « Il y a une soixantaine d’années, mon père n’a pas pu aller plus loin qu’une septième année. À ce moment là, votre concept de liberté existait. Il n’y avait pas de Ministère, pas de commissions scolaires. Mais mon père n’avait aucune liberté, il fut obligé d’aller sur le marché du travail à l’âge de 15 ans. »

    Ce n’est pas le ministère qui a changé cette réalité. C’est le développement économique.

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 13 01 12 02122
    Permalink

    « You have to understand, most of these people are not ready to be unplugged. And many of them are so inured, so hopelessly dependent on the system, that they will fight to protect it. »

    Du bonbon… C’est exactement ce que dise les libertariens.

    Ce n’est pas parce que les gens ne voient pas la réalité qu’elle n’existe pas !

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 13 01 17 02172
    Permalink

    Je dois dire que je suis en grande partie d’accord avec Philippe David, qu’on peut dire sans entrer dans les détails qu’il y a une limite à responsabiliser le gouvernement pour tout.

    Un pays est avant tout composé d’individus, si la moyenne de ces individus ne sont ni responsables de leur propres choix et des choix collectifs, on ne peut pas croire que ce pays ait un avenir. Et d’autre part, il est très possible que nous ayons un gouvernement à l’image de notre peuple.

    Dans ce sens je suis d’accord avec Aimé Laliberté au sujet du peuple, il semble vérifié qu’un pourcentage conséquent de la population n’est pas prêt à s’investir ou à se responsabiliser, que soit individuellement ou collectivement.

    Dans cette situation épineuse, une sur-responsabilisation du peuple aurait des effets sur-négatifs à court-terme, et potentiellement à long-terme, tout comme une sur-déresponsabilisation du peuple maintiendrait la paix, et continuerait de d’engraisser abondamment ce cercle dangereux.

    Or donc je ne crois pas qu’il y ait de solution magique. Baisser les bras ou préconiser le changement sont deux choix à risques qui se frappent à de nombreuses complications dans la réalité crue et il me semble que le gouvernement et le peuple n’ont de choix que de changer de pair, autrement il n’y a aucune victoire possible.

    La question qui demeure entière, c’est de quel côté la balance va pencher? Pour moi le mieux serait que nous poursuivions la quête vers le meilleur équilibre.

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 14 02 37 02372
    Permalink

    Philippe,

    Mon commentaire n’est pas défaitiste, il est réaliste. Je ne suis pas contre les principes libertariens, au contraire. Mais la réalité, c’est que ceux qui privilégient la liberté et la responsabilité individuelle sont une petite minorité.

    La majorité adore et vénère l’état. La très grande majorité veut être gouvernée, mais ils veulent un BON gouverne et ment dans un BON parle et ment.

    Le bon gouverne et ment que tu voudrais, il n’existe pas, n’a jamais existé, et n’existera jamais.

    Le but du gouverne et ment et de gouverner ceux qui ont choisi d’être mené.

    Point à la ligne.

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 15 03 56 02562
    Permalink

    Cette discussion est futile, car la plupart des commentateurs parlent d’un gouvernement, alors qu’en réalité ils s’agit d’une corporation dont ils ne sont même pas actionnaires et sur laquelle ils ne peuvent évidemment avoir aucun contrôle.

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 15 03 58 02582
    Permalink

    @Bertrand

    Vous dîtes:
    « Mais voilà, nulle révolution en vue : le système que vous dénoncez fait l’affaire de la plupart. »

    C’est normal!

    L’État est tellement gros qu’une partie significative de la population travaille pour lui directement ou indirectement.

    De plus, l’État est tellement partout dans nos vies qu’il a rendu un grand pourcentage de population dépendants de lui.

    Ensuite, il y a toutes ces entreprises qui, par leurs puissants lobbys, aiment bien que l’État soit gros parce que ça leur permet d’imposer leurs intérêts à la société.

    Finalement, il y a les politiciens, dont la carrière consiste à débattre sur de quelle façon l’État devrait intervenir ici et là (sans se demander si l’État devrait intervenir…point!). Ces politiciens aiment bien l’État puisque c’est leur gagne-pain, ça leur procure du prestige et ça leur procure des avantages indéniables (enveloppes brunes, séjours sur des bâteaux luxueux, etc) auprès de leurs amis corporatistes.

    Tous ces gens ne veulent évidemment pas changer le système. C’est si confortable de se faire vivre aux dépends des autres….comme Bastiat le disait si bien.

    Et si on fait l’addition, on obtient largement plus de 50% de la population.

    Il reste ceux qui s’affaires tous les jours à gagner leur vie, qui n’ont pas un mot à dire parce qu’oppressés par les « bénéficiaire majoritaires » et donne la moitié du fruit de leur labeur pour financer toute cette arnaque.

    Quelle belle société…

    Où cela nous mène-t-il? Voir le lien ci-bas:

    http://minarchiste.wordpress.com/2010/01/29/keynes-et-le-choc-demographique-du-quebec/

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 18 06 14 02142
    Permalink

    Aimé : même quand Bush Jr était au plus bas, avec mensonges après mensonges exposés, 25% de la population le soutenait envers et contre tout … plutôt apeurant quand on y pense ….

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 19 07 35 02352
    Permalink

    On peut ne pas aimer le type au volant. On peut ne pas aimer sa façon de conduire. On peut ne pas aimer la direction qu’il prend. On peut ne pas aimer la façon dont il est choisi…. Mais dire qu’on ne veut personne au volant et que idéalement, la voiture n’aurait pas de volant…. Vous croyez que ça fait sérieux ?

    Je me sens minarchiste, puisque que veux un MINIMUM de gouvernement. Mais le minimum de gouvernement doit couvrir tout ce qu’il FAUT faire ensemble parce qu’il n’est pas possible ou beucoup trop coûteux de le faire seul. Le débat utile c’est celui qui définit ce minimum.

    @ Saivann:

    « le mieux serait que nous poursuivions la quête vers le meilleur équilibre ».

    Pourquoi ne pas lire ce texte ?

    http://nouvellesociete.wordpress.com/en-3-minutes/

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 20 08 55 02552
    Permalink

    PJCA…

    Plusieurs pensent comme toi, même que la plupart veulent plus que le minumum dont tu parles. Et c’est comme ça que le système dure et perdure, chacun essayant de trouver la recette magique.

    Ce que je dis c’est de prendre un peu de recul par rapport à tout cela et de regarder la situation d’un autre angle, avec une autre optique.

    Le Québec n’a même pas signé la  »constitution » canadienne, mais personne ne se demande pourquoi ils obéissent aux lois du gouvernement fédéral, ou comment le gouvernement du Québec peut exercer les pouvoirs décrits dans une  »constitution » qu’il n’a pas signé, et encore moins d’ou viennent les lois ou comment se fait-il qu’elles s’appliquent à vous.

    Ça n’a aucun intérêt pour vous ces questions?

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 21 09 43 02432
    Permalink

    @ AL:

    Qui contrôle le flingue, le fric et l’information a le pouvoir. C’est d’une grande naïveté que de penser que le pouvoir trouve sa cause dans la loi; elle en est l’effet.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/05-la-loi-et-le-marche/

    Quand le pouvoir ne gêne pas BEAUCOUP, la majorité râle un peu puis la boucle. On perd généralement plus qu’on n’y gagne à attaquer le pouvoir. On le fait donc par principe ou par plaisir, mais ce serait encore plus naïf de penser qu’on peut tirer d’un combat plus que le prix de la complaisance à ne pas combattre…

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 22 10 08 02082
    Permalink

    PJCA,

    Tu me croit naif et complaisant si je comprends bien. Tu peux penser comme tu veux. C’est ton droit.

    Je n’embarque pas dans la game de comment on peut améliorer le système existant.

    Répondre
  • avatar
    11 février 2010 à 23 11 31 02312
    Permalink

    Je suis majoritairement d’accord avec Philippe. Ces gouvernements prennent tellement de place dans nos vies qu’ils en sont à en gérer toutes les facettes. Qu’on me dise que je suis obligé de poser des pneus d’hivers, d’utiliser tel type de lumière dans ma maison, quelle couleur de bobette je dois porter et d’obtenir un permis pour tout faire, me révolte au plus haut point. C’est la raison même de l’Existence du Second Amendement de la Constitution des États-Unis.

    L’éducation? Ils ne vous enseignent pas comment penser, ils vous enseignent quoi penser.

    Par contre, comme le dit PJCA, une forme d’organisation sociale est aussi nécessaire.

    Mais dans l’état actuel des choses, nous sommes gérés par des gouvernements corporatifs enregistrés sur les marchés boursiers de New-York, comme Aimé Laliberté le soulignait.

    Il se trouve que toutes ces pseudo lois ne sont en réalité que des statuts qui ne s’appliquent qu’aux personnes LÉGALES et non aux personnes en chair et en os. En cessant de représenter cette personne légale, nous cessons de faire partie de leur SOCIÉTÉ INC. et ainsi, ces statuts ne nous regardent plus.

    Il est bien vrai que nous n’avons jamais ratifié la Constitution canadienne et par conséquence, le Fédéral n’a aucune juridiction sur nous. Le Québec est déjà un pays souverain.

    Voir:

    Le Canada, ce pseudo-pays

    Le Québec: déjà un pays souverain?

    Il y a tant de mythe et de fausseté à corriger…

    Pourquoi ne pas explorer cette voie que propose PJCA:

    Manifeste du Mouvement pour la Démocratie Contractuelle

    Nous vivons une crise de civilisation et une vraie tragédie de l`homme
    François Marginean

    Répondre
  • avatar
    12 février 2010 à 1 01 23 02232
    Permalink

    Les bien-pensants…
    Ce qui me rappelle un patron que j’ai eu un jour, voir deux, et qui me disaient: « Toi, c’est vivre et laisser vivre ».
    Les bien-pensants sont souvent des psychopathes. Pas des tueurs… Car la notion de psychopathies est plus large.
    Un psychiatre posa une question un jour à une psychopathe:
    – Quel est le plus beau, ou les plus beaux moments de votre vie?
    La réponse:
    – Je ne comprends pas la question.

    Nombrilistes, incapables d’empathie, leur vision d’un monde, des gens,est une organisation froide.
    Leur vision est un dogme.
    La notion du phénomène peut s’étendre. Il y a des « étages ».
    Le bien-pensant fait partie d’un étage de la « psychopathie ».
    Il agit pour le bien des autres. Mais dans un ensemble…
    « Faites vous vacciner, si non, faites-le pour vos proches ».
    Voilà un semblant d’empathie. Une copie d’émotion qu’il utilise pour IMPOSER sa vision.
    Et quand les petits psychopathes sont en clans, ils se félicitent de leur vision commune. Les nombrils font l’amour avec les nombrils. Ce qui donne …. une organisation ou une perception logique mais froide.
    L’individu est un chiffre dans la masse. Et il n’est pas question de tenter de faire une sorte de compromis pour les deux.
    Il voit l’océan mais pas la goutte.
    Ce n’est même pas une absence de volonté. C’est une façon d’être que les sociétés ont encouragé.
    Imaginez un enseignant qui entre dans une classe et décide de créer un cours sur la corruption des États. Ou encore de l’Histoire enseignée et de celle cachée.
    _________
    L’exemple de Madame Courchesne est flagrant. On fait des compromis… Sauf, qu’au bout, pend une qualité de vie d’un peuple.
    C’est une « bien-pensante »… Du point de vue du calcul, c’est parfait. Du point de vue humain, c’est douteux.
    Et pour le long terme, c’est une catastrophe.
    C’est là également l’exemple d’une souplesse. Mais à un certain moment, ce n’est plus la souplesse qu’il faut.
    Il aurait fallu qu’au départ les balises soient claires.
    C’est la raison pour laquelle il faut refaire une société. Dans ses bases…
    La logique du bien-pensant est à revoir. Mais en groupe.
    Si on impose le port du casque pour la bicyclette, on sauve quelques vies. Mais combien de libertés brime-t-on?

    Répondre
  • avatar
    12 février 2010 à 13 01 42 02422
    Permalink

    @ AL:

    Complaisant ? Certainement pas ! Naïf ? Je ne sais pas…. si tu penses que NE PAS entrer dans la game du comment va améliorer les choses, tu es naïf; si tu penses que ça ne changera rien, tu es cynique. Dans tous les cas, tu n’étais pas visé par ce commentaire

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    12 février 2010 à 15 03 31 02312
    Permalink

    PJCA,

    J’étais fatigué et je n’ai sans doute pas compris ton commentaire.

    Répondre
  • avatar
    12 février 2010 à 19 07 24 02242
    Permalink

    Une démocratie en tutelle

    La démocratie représentative ne fonctionne plus, parce qu’elle a conduit à une situation où nous ne sommes plus gouvernés, mais sur-administrés. Ceux qui savent ne peuvent pas, ceux qui peuvent ne savent pas et les politiciens, impuissants, sont renvoyés pour des décisions qu’ils n’ont pas vraiment prises… alors que les vrais décideurs, les mandarins qui ne veulent surtout pas le changement mais seulement la pérennité du système et son fonctionnement sans heurts, ne portent pas la responsabilité de leurs erreurs et surtout de leur indécision.

    La démocratie, c’est de soumettre au peuple des choix et de le laisser décider des buts. Il faut que le mandat d’atteindre ces buts soit confié à « ceux qui savent », que ceux-ci aient la responsabilité formelle de décider des moyens et qu’ils soient responsables de leur décision, directement devant l’électorat.
    PJCA
    ________________
    La pérennité du système…
    Quand ceux au pouvoir ne veulent pas trop changer, parce qu’à l’aise, et qu’il y a une vieille tradition de « politique », que les promesses ne sont que des promesses… Comment changer?
    Un Dimitri Soudas qui contrôle l’information à Ottawa, et le grand jeu de « les zamis des mes zamis sont mes zamis' »…
    Améliorer le système existant c’est une refonte…
    C’est la raison pour laquelle il faut en quelque sorte « démembrer » les partis pour avoir une vraie démocratie.
    En ce moment, le changement de croûte ne change rien de la garniture intérieure…
    Mais une démocratie contractuelle m’apparaît un solution VÉRITABLE.
    L’intérêt est qu’elle est applicable rapidement…
    Sans briser totalement le système.
    Si quelqu’un a une meilleure idée, qu’il la donne, ou la construise.
    Mais il faut tout de même avoir le pied sur une première marche avant de monter un escalier.

    Répondre
  • avatar
    13 février 2010 à 23 11 23 02232
    Permalink

    @ Lutopium & Philippe

    J’aimerais proposer l’exercice suivant. Si chacun de vous disait en 200 mots sa solution concrète immédiate a une problème de notre société. Sans dogme, sans exemple, sans jugement de valeur, juste une SOLUTION. COMMENT regler le probleme. L’autre pourrai répondre aussi en 200 mots et je pourrais moi aussi et quiconque le désire donner une opinion. EN 200 MOTS. Sur n’importe quel probleme. Qui veut relever ce défi. ?

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      14 février 2010 à 8 08 09 02092
      Permalink

      @ Pierre JC Allard

      Je suis partant. Ce serait un exercice intéressant.

      Répondre
  • avatar
    15 février 2010 à 2 02 14 02142
    Permalink

    Amusant votre idée…
    Je commencerais par créer un Bloc-Citoyen au Québec.
    Un parti dont le programme viendrait du peuple.
    Ces citoyens élus n’auraient de programme que des exigences en 10 points du peuple.
    Une fois cette action enclenchée, le groupe pourrait alors affiner son approche et donner plus de pouvoirs et réels.
    Ainsi, pas de programmes ( ou promesses) , mais un contrat tel que stipulé dans votre NS.
    On ne fend pas une bûche avec une hache à l’envers.
    Il faut la fendre par une entrée aiguisée et forte…
    Et de la façon la plus simple mais aussi la plus insidieuse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *