Les États-Unis au bord de l’effondrement.

Par  Thierry Meyssan.  Le 30.01.2018. Sur  Réseau Voltaire.org.    Titre original : Trump, le Gorbatchev états-unien.

 

(Nous présentons aujourd’hui un excellent texte qui résume en quelques paragraphes les trente dernières années de la politique internationale qui se présente ainsi : l’URSS, le grand rival impérialiste de la super-puissance américaine, s’est effondrée, non pas pour cause d’avoir perdu sa guerre « froide » mais parce que moins productive (moins exploiteuse de sa classe ouvrière) que les USA ces derniers ont obtenu une trentaine d’année de sursis, l’échéance arrive. Comme le décrit brillamment Thierry Meyssan, la société américaine tombe en décrépitude, s’arme et se drogue, ses armées coutent chers et sont incapables de gagner une guerre – elles ne savent que bombarder et détruire sans jamais remporter la victoire; les cliques politiques se déchires et se neutralisent et bientôt ce sera à l’intérieur de ses frontières nationales que cette armée démoralisée devra intervenir. Il y a évidemment des concepts présentés par M. Meyssan avec lesquels nous sommes en désaccord. Nous les présenterons en commentaires à l’article. Nous vous invitons à lire avec attention cette présentation très réaliste du drame qui confronte l’Amérique. Robert Bibeau Éditeur http://www.les7duquebec.com)

 

Pour Thierry Meyssan, la politique des États-Unis depuis la chute de l’Union soviétique est un combat entre deux écoles. D’un côté les partisans de la prospérité, de l’autre ceux de l’impérialisme. L’Argent ou le Pouvoir. Ce clivage passe au sein de chaque parti, républicain et démocrate. Cependant le temps passe et les États-Unis sont arrivés au bord de l’effondrement intérieur. Dès lors, Donald Trump s’est placé dans l’inconfortable position de Mikhaïl Gorbatchev.

 

Toutes les questions internationales en suspens sont perturbées par le refus des États-Unis — et parfois de leurs alliés européens — d’admettre la croissance des autres pays. Washington n’hésite pas à recourir à des méthodes inavouables pour retarder la chute de son empire.

Souvenons-nous de la fin de l’Union soviétique, en 1991. Ce colosse s’est effondré, laissant l’économie de ses populations retourner plusieurs décennies en arrière, l’espérance de vie de ses habitants perdre brutalement plus de vingt ans, et provoquant la chute en cascade de plusieurs de ses alliés. À l’époque, la question de savoir quelles seraient les conséquences de ce cataclysme sur l’autre grand empire du XXème siècle —les États-Unis et leurs alliés— était déjà posée.

Un éminent politologue russe comme Igor Panarin prédisait la désagrégation des États-Unis en cinq pays distincts, selon les origines ethniques de ses habitants. Certains estimèrent qu’il projetait sur le rival US le raisonnement que la politologue française, Hélène Carrère d’Encausse, avait imaginé pour l’URSS ; un scénario qui n’avait pas eu lieu, mais qui gouverna pourtant l’avenir de l’ancien espace soviétique.

Cherchant à éviter l’implosion de son pays, le président George H. Bush décida d’en finir le plus vite possible avec l’appareil militaire de la Guerre froide. Il fit reconnaître mondialement le leadership US lors de l’opération « Tempête du désert », puis démobilisa plus d’un million de soldats, c’est-à-dire la moitié des effectifs. Il réorienta alors sa politique en pensant entrer dans une ère de paix et de prospérité. Il dota cependant son pays d’une doctrine visant à prévenir l’émergence d’un nouveau concurrent. Si personne ne concevait à l’époque un réveil de la Russie à court ou moyen terme, son conseiller d’extrême-gauche, Paul Wolfowitz, le convainquit de brider l’Union européenne.

Craignant le spectre de l’effondrement, le Parti républicain s’empara de la Chambre des représentants pour y promouvoir son Contrat avec les États-Unis (Contract with America). Il imposa au président démocrate Bill Clinton, en 1995, de réarmer le pays et d’intégrer les anciens membres du Pacte de Varsovie au sein de l’Alliance atlantique (OTAN). Il n’y avait pourtant plus d’ennemi, donc plus de raison de s’armer, ni de perpétuer l’Otan. Le Congrès rejetait le rêve des présidents Bush père et Clinton d’un monde où, privé de sérieux rival, les États-Unis deviendraient le moteur de l’économie mondiale. Au contraire, il estimait que le Pentagone devait profiter de la disparition de l’URSS pour étendre sa domination à toute la planète.

Lorsque le réarmement fut voté, il s’avéra que, avec l’aval mais sans la volonté du président Clinton, le Pentagone était impliqué dans les guerres de Yougoslavie. Rapidement cet engagement devint public et aboutit à la guerre de l’Otan contre la future Serbie.

 

JPEG - 17.2 ko
En septembre 2000, le Projet pour un nouveau siècle américain publie son programme : « Reconstruire les défenses de l’Amérique ».

 

Simultanément, des membres du gouvernement de continuité [1] (Dick Cheney, Donald Rumsfeld, James Woolsey, etc.) lancèrent le Projet pour un nouveau siècle américain (Project for the New American Century). Ses objectifs étaient [2] : 
- la défense de la patrie ; 
- la lutte et la victoire dans plusieurs guerres majeures simultanées (l’important, c’est la victoire, on verra par ailleurs à justifier ces conflits. NdlA) ; 
- l’accomplissement des tâches habituelles des forces armées (principalement la défense des multinationales exploitant le pétrole. (NdlA) ; 
- et la transformation des forces armées pour exploiter la révolution dans les affaires militaires.

 

JPEG - 131.5 ko
Powerpoint extrait d’une conférence de l’amiral Cebrowki au Pentagone, le 23 juillet 2003. En gauche, en mauve, la zone dont il convient de détruire les États et les sociétés.

Seuls les initiés savaient à l’époque que le quatrième point renvoyait à la stratégie élaborée par un des protégés de Rumsfeld, le futur responsable au Pentagone du Bureau de transformation de la force (Office of Force Transformation), l’amiral Arthur Cebrowski [3]. Cette stratégie fut enseignée dans les différentes académies militaires dès la fin 2001, puis vulgarisée en 2004 par l’assistant de Cebrowski, Thomas Barnett [4]. Nous la voyons à l’œuvre depuis les attentats du 11-Septembre avec la destruction progressive des États et des sociétés dans l’ensemble du Moyen-Orient élargi (Greater Middle East), sous des prétextes divers qui en masquent le dessein.

Aujourd’hui le réarmement acté en 1995 et la stratégie de la Nouvelle carte du Pentagone (Pentagon’s new map) mise en pratique au Moyen-Orient élargi depuis 2001 sont à bout de souffle. Pendant que les États-Unis concentraient l’essentiel de leurs revenus à détruire le monde musulman, d’autres pays se sont développés, dont la Russie et la Chine. Aujourd’hui, les Forces armées US ne sont plus la première armée du monde.

C’est d’ailleurs ce qu’a reconnu le président Donald Trump dans sa Stratégie nationale de Sécurité et le général James Mattis, son secrétaire à la Défense, lors de son allocution du 17 janvier à la John Hopkins University [5]. Même s’il n’ont pas dit explicitement qu’elles étaient dépassées, ils ont posé comme priorité absolue de « rétablir [leur] avantage militaire comparatif », ce qui revient au même.

.

État Dépense militaire en 2015 (source SIPRI)
Etats-Unis 611 milliards de dollars
Chine 215 milliards de dollars
Russie 69 milliards de dollars
Arabie saoudite 63 milliards de dollars
Inde 65 milliards de dollars

 

Certes, les Forces armées US ont un budget sans équivalent, neuf fois supérieur à celui de la Russie. Mais leurs armées ont une productivité pitoyable [6]. En Syrie et en Irak, le Pentagone a déployé contre Daesh environ 10 000 hommes dont seulement un tiers sont des soldats et deux tiers des « contractants » (mercenaires) de compagnies privées. Le budget de cette opération est sept fois supérieur à celui de la Russie pour un bilan militaire lamentable. Non seulement Donald Rumsfeld, qui avait réorganisé à merveille la multinationale Gilead Science qu’il dirigeait, n’est pas parvenu à réformer le secrétariat à la Défense, mais plus on y met d’argent, moins il est efficace.

 

L’armement états-unien est certes produit en très grande quantité, mais il est obsolète face à ceux de la Russie et de la Chine. Les ingénieurs US n’ont plus la capacité de créer de nouvelles armes, ainsi que l’atteste l’échec du programme du F-35. Tout au plus peuvent-ils retoquer d’anciennes carcasses et les présenter comme de nouveaux aéronefs. Ainsi que l’a noté le président Trump dans sa Stratégie nationale de Sécurité, le problème vient à la fois de l’effondrement de la Recherche et du Développement et de la corruption omniprésente dans les acquisitions du Pentagone. Les industriels de l’armement vendent automatiquement leurs produits tandis que le secrétariat à la Défense ignore ce dont il a réellement besoin [7].

Quelle que soit la manière dont on aborde le problème, l’armée états-unienne est un « tigre en papier » et il n’y a aucun espoir de la réformer à court ou moyen terme, et encore moins qu’elle dépasse à nouveau ses concurrents russe et chinois.

L’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche est d’abord la conséquence de cet effondrement indiscutable. La seule solution pour maintenir le niveau de vie des États-uniens est en effet d’abandonner immédiatement leur rêve d’empire global et de revenir aux principes de la République états-unienne de 1789, ceux de la Bill of Rights.

 

JPEG - 22.7 ko
Selon le « Prix Nobel » d’économie, Angus Deaton, l’espérance de vie des Blancs états-uniens s’est fortement abaissée précisément depuis 2001, alors qu’elle progressait pour toutes les autres catégories de la population US.
.

Au cours des seize dernières années, les très anciens problèmes de la société états-unienne se sont développés de manière exponentielle. Par exemple, la consommation de drogues, jusqu’ici apanage des minorités, s’est transformée en épidémie chez les hommes blancs [8]. Au point que la lutte contre les opioïdes a été élevée en grande cause nationale. Ou encore, la détention d’armes est devenue une obsession. Il ne s’agit plus du droit constitutionnel de se préparer à lutter contre d’éventuels abus de l’État, ni du comportement de cow-boys face à d’éventuels brigands, mais de la crainte d’émeutes généralisées. Lors des trois derniers Black Friday, les armes sont devenues le produit le plus acheté à la place des téléphones portables. 185 000 ont été vendues en une journée, en 2015 et 2016, plus de 200 000 en 2017 [9]. Enfin, dès qu’ils en ont la possibilité financière, les États-uniens se regroupent désormais dans des compounds avec des personnes issus de la même origine culturelle [10] et de la même classe sociale.

 

Dès lors, les relations internationales sont aujourd’hui dominées par cette question : les États-Unis acceptent-ils leur rang actuel ou non [11]. Donald Trump se trouve aujourd’hui dans l’inconfortable position dans laquelle Mikhaïl Gorbatchev s’était placé.

[1] Le Gouvernement de continuité est une instance civilo-militaire, créée par le président Eisenhower, chargée de garantir la continuité de l’État en cas de guerre atomique et de décès des principaux élus. Sa composition exacte est secrète.

[2Rebuilding America’s Defenses, Project for a New American century, September 2000 (original english) ; Reconstruire les défenses de l’Amérique(traduction française de Pierre-Henri Bunel).

[3] « Le projet militaire des États-Unis pour le monde », par Thierry Meyssan, Haïti Liberté (Haïti) , Réseau Voltaire, 22 août 2017. « La « grande stratégie » US », par Mikhaïl Leontiev, 1tv (Russie) , Réseau Voltaire, 5 octobre 2017.

[4The Pentagon’s New Map, Thomas P. M. Barnett, Putnam Publishing Group, 2004.

[5] “Remarks by James Mattis on the National Defense Strategy”, by James Mattis, Voltaire Network, 19 January 2018.

[6] “How Much Has The Syrian Civil War Cost Russia And The US ?”, Lydia Tomkiw, International Business Times, March 14, 2016. “Russia’s Syria operation cost over $460 million — Putin”, Tass, March 17, 2016.

[7] « La Stratégie militaire de Donald Trump », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 26 décembre 2017.

[8] « USA : la crise des opioïdes liée aux pertes d’emplois », Réseau Voltaire, 11 septembre 2017.

[9] “Black Friday posts new single day record for gun checks at more than 200,000”, Kevin Johnson, USA Today ; November 25, 2017.

[10American Nations : A History of the Eleven Rival Regional Cultures of North America, Colin Woodward, Viking, 2011.

[11] « Conférence de presse annuelle de Sergueï Lavrov », par Sergueï Lavrov, Réseau Voltaire, 15 janvier 2018.

 

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétaire depuis 40 années.

6 pensées sur “Les États-Unis au bord de l’effondrement.

  • avatar
    3 février 2018 à 0 12 21 02212
    Permalink

    Des articles comme celui ci me met du baume au cœur ,ce monsieur Meyssan est bien informé apparement ,ils ont vraiment assassiné des millions de personnes,si toutes ces organisations internationales pourraient être reprise en main par la vraie communauté internationale (194 pays) et que la justice s’applique enfin contre les vrais terroristes de ce monde,l.humanité se porterait mieux car je la sent en phase terminal .Bravo aux 7 pour ce blog qui est génial ,les vrais sujets sont traités sans complaisance aucune .

    Répondre
  • avatar
    3 février 2018 à 6 06 21 02212
    Permalink

    il est evident en analysant les reactions des dirigeants americains que on les devine au bout du rouleau.on les sent dépassé et ils réagissent en animal blessé.dangereux et arrogants mais affaibli

    Répondre
  • avatar
    3 février 2018 à 11 11 18 02182
    Permalink

    @ tOUS

    Comme je le soulignais en ouverture de l’article, Monsieur Meyssan est un excellent observateur de la scène politique internationale et il a certainement accès à des informateurs spécialisés MAIS il voit le monde comme l’ensemble des analystes bourgeois, seulement il est du côté Russo-chinois de la barrière. Démonstration
    THIERRY écrit ceci  » D’un côté les partisans de la prospérité, de l’autre ceux de l’impérialisme. L’Argent ou le Pouvoir »
    1) Comment peut-on croire qu’un clan US serait pour la « prospérité » et l’autre pour « L’impérialisme » Un côté ARGENT et l’autre clan LE POUVOIR ???

    2) L’impérialisme n’est pas une option – ou une politique gouvernementale. L’IMPÉRIALISME est le stade qu’a atteint l’économie mondiale et les lois de l’économie impérialiste s’impose à tous les camps – clans – factions et sont la condition de la soi-disant « PROSPÉRITÉ » pour tous les riches

    3) De même il n’y a pas opposition entre agent et le clan du pouvoir. Les deux sont dialectiquement inter-reliés. Il faut l’argent pour avoir le pouvoir et le pouvoir (militaire entre autre) sert à protéger sa fortune et à l’étendre en se servant du gouvernement des riches pour enrichir encore plus les riches.

    4) IL EN EST DE MÊME DE CETTE PETITE PHRASE MORALISANTE QUE PRÉSENTE M. MEYSSAN QUAND IL ÉCRIT : « La seule solution pour maintenir le niveau de vie des États-uniens est en effet d’abandonner immédiatement leur rêve d’empire global et de revenir aux principes de la République états-unienne de 1789, ceux de la Bill of Rights. »

    5) NON évidemment. Si le pouvoir et l’argent américain pouvait se sortir du pétrin – de l’effondrement systémique qui les menace en revenant en arrière « DANS LE BON VIEUX TEMPS DU DÉBUT DU CAPITALISME SAUVAGE » il le ferait… C’est de la nostalgie fleurette d’idéaliste non matérialiste. RIEN NI PERSONNE NE PEUT MAINTENIR le niveau de vie des américains pas plus que un retour au début du FÉODALISME du Moyen-age n’aurait pu sauver l’aristocratie féodale française du XVIIIe siècle ou l’aristocratie féodale russe du XIXe siècle. Quand ces révolutions sont survenues les carottes étaient cuites pour l’ancien mode de production

    6) Il en est ainsi pour le mode de production capitaliste que rien ne peut désormais sauver… ni aux USA, ni en Chine incidemment … ce n’est qu’une question de temps.

    Merci à M. Meyssan pour cet article qui tout de même mets des noms sur les visages du carnage.

    robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

    Répondre
  • avatar
    4 février 2018 à 13 01 54 02542
    Permalink

    Je préfère la domination US a celles de la Chine et de la Russie
    et la nature ayant horreur du vide, vous aurez compris pourquoi je pense ainsi.

    Répondre
  • avatar
    5 février 2018 à 9 09 38 02382
    Permalink

    Quand il y a eut la chute de l’Union Sovietique, les rejouissances du cote Capitalisme me laissait froid a savoir que je detectait trop l’arrogance et la complaisance qui allait en decouler.
    Quand une Nation se definit trop par contraste et opposition d’un ennemi sa propre definition disparait si l’ennemi disparait.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *