LES LIMITES DES RÉVOLTES « POPULAIRES » OU POPULISTES

Par Nuevo Curso.  Traduction

 

La semaine a été marquée par la stagnation politique globale des révoltes populaires.

Le problème avec les révoltes « populaires » est que ce qui définit le « populaire », c’est la direction de la petite bourgeoisie, une classe politiquement impuissante, qui ne va pas au-delà de l’expression de son mécontentement et de la revendication de revenus et de petits privilèges accordés misérablement par l’État. Soit la phase « populaire » est bientôt dépassée, et alors soit : les formes massives d’organisation des travailleurs apparaissant avec leur propre programme;  soit les émeutes stagnent dans le néant. Exemples, Algérie et Liban.

 

Cette semaine, tout a été dans cette direction. La démission de Hariri et la réponse répressive du Hezbollah ont consolidé la révolte dans ses termes initiaux . Tout indique une stagnation de la révolte en elle-même, accompagnant une longue et violente agonie de l’appareil politique libanais.

Ce n’est pas très différent en Irak, où les étudiants ont pris la tête des manifestations et la violence s’est étendue sans rien apporter, bien au contraire , à l’évolution politique du mouvement.

 

Et, même dans les endroits où la révolte a lieu sur un terrain strictement bourgeois, sans possibilité apparemment d’évolution de classe, comme en Bolivie , au Pakistan ou en Catalogne, la violence désorganisée n’est pas seulement l’expression de l’impuissance et de la violence. l’incompétence de la petite bourgeoisie, c’est la manière dont cette classe, aussi massive qu’elle est historiquement stérile, est « coincée » entre les deux principales classes de la société, reportant l’évolution de la crise politique à une confrontation claire et historiquement nécessaire entre les deux.

En ce sens, la petite bourgeoisie est toujours le moyen de survivance de l’État et de la classe dirigeante, alors la petite bourgeoisie remplit les rues de flammes et puis rien (comme à Hong Kong. NdT). C’est plus qu’un obstacle. Nous le voyons au Chili, où il semble y avoir un effort coordonné et délibéré entre la petite bourgeoisie en révolte et l’appareil politique de l’État pour affirmer la « transversalité », même si elle est basée sur l’allongement de la mobilisation et l’acceptation des coûts (un peu comme Haïti pays paralysé depuis des mois dans l’indifférence mondiale. NdT).

 

.

Parce que les coûts, bien sûr, sont indéniables pour la bourgeoisie, non seulement immédiatement (budgets, valeur boursière du capital national, tourisme, etc.), mais aussi en termes de positionnement et de jeu inter-impérialiste. Dites à Piñera qu’elle a dû annuler la réunion de l’Alliance du Pacifique et livrer le sommet sur le changement climatique à Sánchez pour sauver la camelote. Un mouvement de symbolisme extrême et probablement involontaire: avant la lutte des classes, Greta est bloquée, les sommets du climat s’enfuient à 14 000 km, Piñera trouve son équivalent dans un Sanchez qui veut « évoluer » vers le modèle de retraite privatisé et financiarisé question que Sanchez se pavane, extrayant un peu de charogne de l’Amérique pour l’offrir sur un autel européen de plus en plus ruiné.

Délabrées économiquement, avec une nouvelle poussée de la crise dans ses premiers stades de développement. Mais aussi ruineux en termes de capacité à s’affirmer en tant que référent impérialiste dans un contexte de confrontation de plus en plus ouvert entre les multiples  concurrents. Même les « bonnes nouvelles » retenues cette semaine par la bourgeoisie européenne soulignent l’impasse qui précède un effondrement: l’ appel à des élections en Grande-Bretagne qui aboutira à « la réalisation » du « Brexit » , « de la paix » en Ukraine et aux premiers pas de la fusion PSA-Fiat est davantage une reconnaissance de la fragilité et de la faiblesse du système que la substance qu’un progrès de quelque manière que ce soit.

 

MACRON À MAYOTTE CETTE SEMAINE

 

Et au centre de cette impasse, la France macronite apparaît de plus en plus fréquemment. L »impulsion » de Macron, loin de gagner en crédibilité en faveur de l’État et de la bourgeoisie nationale, est de moins en moins crédible. Un exemple: dans la poursuite de l’environnementalisme, le gouvernement avait promis de redémarrer les lignes de trains de marchandises qui avaient été supprimées au cours des dernières années à compter du 1er novembre. La ligne électrique Perpignan-Rungis a alimenté Paris en fruits et légumes du sud, mais elle est maintenant abandonnée et des milliers de camions l’empruntent. Aujourd’hui, les trains sont toujours dans un cimetière de locomotives avec des wagons depuis plus de 40 ans. Au milieu d’une vague de licenciements de personnel des chemins de fer et d’abandon de lignes de train, qui peut prendre au sérieux les plans écologiques que Macron élabore comme un bélier impérialiste et en tant que « cause commune » à laquelle les travailleurs doivent faire des sacrifices en acceptant la résurgence de leur propre exploitation? Autre exemple: vous souvenez-vous des campagnes et des promesses d’affirmation démocratique avec lesquelles vous avez rempli la bouche dans les « ultra-périphéries » françaises de l’Inde, de la Mélanésie et des Caraïbes? La visite à Mayotte cette semaine a montré autant de misère que de désespoir. Et à des milliers de kilomètres de là, dans les Caraïbes, Guadeloupe, véritable « joyau de la couronne », est un scandale en plein déclin économique et politique.

 

Plus important encore. Rappelez-vous comment le pipeline « Nord Stream 2 » a conduit à la rupture de l’axe franco-allemand? Alliée de facto aux États-Unis, la France a tout fait pour l’empêcher, afin de trouver un allié inattendu au Danemark, dont les eaux sont traversé par le gazoduc. Eh bien, cette semaine, le gouvernement danois a autorisé les travaux.

LES COMMANDES QUE L’INDUSTRIE CHINOISE DE LA CONSTRUCTION ET DU GÉNIE CIVIL REÇOIT DE L’ÉTRANGER NE FONT QUE CHUTER.

 

L’ombre d’une altercation permanente entre la France et l’Allemagne est projetée vers l’est. Après « l’erreur historique » de fermer la porte à l’Albanie et à la Macédoine du Nord, l’atmosphère dans les Balkans devient encore plus difficile pour les intérêts impérialistes français.

L’avenir de la Serbie semble en Chine , malgré sa «Route de la soie» est de plus en plus affaibli par la guerre commerciale et ses projets de commerce échouement dans des endroits comme la République tchèque (temporairement dirions-nous comme pour l’oléoduc Nord Stream 2. NdT).

Après tout, la bourgeoisie et le capital chinois ont encore le souffle rouge pour continuer à marquer et à conquérir des territoires commerciaux, comme nous l’avons vu au Brésil cette semaine avec la signature par  Bolsonaro des accords commerciaux à Beijing, comme s’il n’y avait pas d’avenir  avec les États-Unis!?…

.

Et quelle a été cette semaine pour nous?

X37B, LE DRONE ORBITAL PUBLIÉ PAR LES ÉTATS-UNIS.

 

Qu’avez-vous observé cette semaine pour les travailleurs? Plus de promesses de guerre, maintenant la guerre de l’espace avec les États-Unis en tête. La reconnaissance du suicide en tant qu’épidémie mondiale, c’est-à-dire du capitalisme – ce broyeur – en tant que peste sociale et systémique. Et un flot général et global d’attaques contre les conditions de vie les plus élémentaires (dont l’assurance emploi et les retraites. NdT). Pour rester avec deux importantes: l’Espagne « socialiste » reconnaît le droit des entreprises de licencier des travailleurs pendant leur congé et un nouveau tarif post-électoral en Argentine qui concerne le pain, la viande, les combustibles et tout le reste à partir de là. Le rouleau compresseur est en fuite. La balle est dans notre camp – celui su salariat (NdT).

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “LES LIMITES DES RÉVOLTES « POPULAIRES » OU POPULISTES

  • avatar
    6 novembre 2019 à 11 11 30 113011
    Permalink

    La situation économico-sociale de la planète est lourde de futures révolutions dans de nombreux pays . Les jeunesses de l’Afrique , de l’Amérique latine , de l’Asie du sud-est sont en ébullition car elles ne voient pas d’avenir pour elles-mêmes . Le capitalisme mondialisé est incapable de gérer ces centaines de millions de jeunes de par le monde , avec aussi un vieillissement spectaculaire de la population Américaine et européenne , sans oublier la Chine et le Japon . Les revenus inégalitaires entre la grande bourgeoisie et la grande masse populaire aggravent le mécontentement des peuples et fragilisent tous les gouvernements occidentaux , africains , sud-américains et asiatiques servant cette classe d’exploiteurs . La planète est « rouge » de colère et de rejet des élites bourgeoises incapables de « réguler » la mondialisation économique qui produit des centaines de millions de chômeurs et de précaires . Le capitalisme vit ses derniers moments comme l’avait prévu Karl Marx et Lénine .Sa fin va provoquer et provoque déjà des drames et des guerres civiles partout car nos bourgeois ne vont pas renoncer à leurs privilèges sans combattre âprement et sanguinairement pour empêcher l’histoire de dérouler sa logique émancipatrice vers la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme . Pourtant les temps sont aux révolutions plus ou moins abouties en fonction de l’état de maturité de chaque peuple : L’Algérie est-elle plus mûre que la Tunisie pour ce processus , le Liban que l’Irak , L’Iran que l’Egypte , Le Soudan que l’Ethiopie , L’Afrique du sud que le Nigéria , le Chili que l’Equateur , l’Argentine que le Brésil , Haiti que le Honduras , La France que l’Allemagne , l’Espagne que l’Italie , la Grande-Bretagne que les Etats-Unis , etc … Nous vivons toutes ces histoires en direct grâce aux médias modernes et aux réseaux sociaux développés par le capitalisme qui en font son fossoyeur communicationnel malgré lui . Le corps journalistique mondial est mobilisé sur tous ces évènements par la force des choses que produit les colères populaires . Il n’y aura pas de pauses dans ce mouvement ascendant des conflits sociaux et des guerres civiles qui se sont amplifiées depuis la fin de l’Union Soviétique et qui s’accélèrent aujourd’hui par les conséquences négatives de la mondialisation économique . La Russie et la Chine essayent d’apaiser ces tensions qui perturbent leur développement et leur volonté de puissance et d’exemple . L’Europe est désemparée et divisée et ne joue plus son rôle modérateur et même de valeurs humaines qu’elle proclamait tant du temps du rideau de fer ; Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont en déliquescence accélérée et se replient sur leur pré carré . La France s’est abâtardie avec sa 5ème République Présidentielle qui l’a réduite à la marginalité depuis la fin du gaullisme et la perte d’influence du PCF. L’histoire est tragique mais c’est la loi de l’espèce humaine de progresser vers le mieux par des conflits de classe souvent meurtriers. Suivons l’actualité avec passion pour les révolutionnaires quand les peuples se réveillent et se mettent en marche vers un bonheur rêvé que les grands écrivains et les philosophes ,depuis l’antiquité grecque et latine, ont décrit avec espoir et utopie …. « Révolution , Révolution , tu changes le monde à ta façon , Révolution  » …..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *