Les réfugiés

 

Les réfugiés ont été disséminés un peu partout…

Dispersés, éparpillés, noyés comme un poison dans les eaux troubles de la République.

Ils ont été semés, parsemés, ici ou là, pour ne pas troubler l’ordre public, qui n’a jamais su distinguer entre le bon grain et l’ivraie.

Parce que la France est l’un des rares pays à vouloir récolter la concorde après avoir semé la discorde !

On fait la guerre pour ne pas faire la guerre.

Sombre héritage de la philosophie des lumières.

Elle offre un droit d’asile à tous ceux qu’elle a poussés à l’exil.

Elle et ses alliés. Les élus et les zélés.

La Syrie n’est plus ce qu’elle fut depuis que le monde libre est à l’affût du moindre geste confus pour s’incruster entre les hommes et leur terre.

Surtout si elle est fertile et mal arrosée.

On voudrait les débarrasser d’un tyran mais avec une logique encore plus tyrannique.

Le droit d’ingérence a toujours été notre mensonge pathétique pour camoufler nos intérêts économiques !

Avec les riches, on veille au grain. Mais les pays pauvres, on les laisse mourir de faim sans se soucier de leur régime alimentaire ou politique…

Les réfugiés sont là, juste pour nous rappeler qu’ils ne sont ni politiques, ni économiques mais des hommes, des femmes et des enfants qui ont soif de Justice. C’est nous qui avons tari leurs sources ; c’est à nous maintenant d’étancher leur soif…

Nos calculs stratégiques ne pouvaient avoir d’autre issue que tragique !

Oui, mais la France ne peut pas répondre à tous les malheurs du monde.

Certes, mais au moins à ceux dont elle a favorisé l’ampleur.

 

C’était aux syriens de chasser leur démon. Mais l’Otan en a décidé autrement. Idem pour les irakiens. Idem pour les libyens. Pour ne citer que les zones auxquelles les alliés sont très sensibles.

Nous les avons dé-couvert, je veux dire, arraché ce qui leur sert de couverture. C’est donc à nous de fournir à leurs exilés le gite et le couvert.

Et pour nous épargner la honte, ne pas se formaliser sur la nature de leur soif.

Ni politique, ni économique, elle est dramatique !

http://www.lejournaldepersonne.com/2016/11/les-refugies/

 

Campagne de soutien du film de Personne Le procès d’un procès sur Nietzsche : http://www.lejournaldepersonne.com/campagne-de-soutien-film-proces-dun-proces/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *