Les sophismes honteux de Radio-Canada

 

RC-BD-Climatosceptique-2

PHILIPPE DAVID :

La semaine dernière, Radio-Canada s’est adonné à un exercice de propagande qui aurait gonflé de fierté Hermann Goebbels lui-même en publiant une bande dessinée ridiculisant les climato-sceptiques sur son site Web. On aurait cru lire la Pravda soviétique au bon vieux temps de la Guerre Froide.

Essentiellement, selon cette BD, il existerait deux types de personnes. Les bonnes qui croient à l’hypothèse du réchauffement climatique anthropogénique (causé par l’homme) et les gros colons de négationnistes du climat, abreuvés par ces méchantes radios-poubelles de Québec et autres sources d’information douteuses.

Sophisme - définition

Pour démontrer  à quel point cette bande dessinée est mensongère, j’y ai relevé pas moins de quatre sophismes différents. Sans plus tarder, je vous les énumère.

RC BD Climatosceptique 2

  1. L’épouvantail (ou la caricature)
    La bande dessinée fait une caricature des climato-sceptiques en les faisant passer pour des ignares qui boivent de la bière et ne tiennent leurs informations que de sources douteuses pour mieux les ridiculiser. Cependant, cette technique évite toute critique honnête de leurs véritables arguments. Ce n’est pas en abattant une représentation caricaturale d’un adversaire que vous prouvez que vous avez raison. Au contraire, vous faites preuve de malhonnêteté intellectuelle.RC BD Climatosceptique 1
  2. L’appel à la popularité
    Radio-Canada tente aussi de faire valoir que les climato-sceptiques ont tort en faisant appel à un supposé consensus de 97% des scientifiques. Ça aussi c’est fallacieux. Même en supposant que 97% des scientifiques s’accordaient pour dire que 2+2=5, ça ne change rien au fait que c’est mathématiquement faux. Donc qu’il existe ou pas un consensus de scientifiques qui disent que la Terre se réchauffe, que ce réchauffement est principalement causé par l’activité humaine et qu’il est dangereux (et il a été maintes fois déboulonné d’ailleurs) ne prouve absolument pas en lui-même que cet énoncé est vrai. Dois-je rappeler qu’on a déjà cru dur comme fer que le Soleil tournait autour de la Terre et que l’homme ne pouvait survivre à voyager à plus de 25 milles à l’heure. Une hypothèse n’est pas vraie parce qu’elle est populaire, elle ne peut être vraie que si elle est soutenue par des faits vérifiables et confirmée par l’expérimentation. La science ne fonctionne pas par consensus, elle est plutôt anti-consensus. Il ne suffit que d’une personne ayant des preuves empiriques qu’une hypothèse est fausse pour invalider cette hypothèse.RC BD Climatosceptique 3
  3. L’appel à l’autorité
    Radio-Canada prétend dans sa BD qu’une personne qui n’a pas une formation scientifique n’est tout simplement pas qualifiée pour prendre part à ce débat. Quelle ironie alors que le principal « expert » que Radio-Canada présente constamment lorsqu’il est question de changement climatiques, Stephen Guilbeault, a étudié en théologie et en sciences politiques et n’a même pas complété de diplôme alors que Reynald Duberger, géologue et sismologue diplômé et enseignant retraité de l’UQAC est banni de ses ondes. Mais qu’à cela ne tienne, le manque d’une formation formelle en sciences en général et en climatologie en particulier n’est pas une preuve en elle-même que ses arguments sont faux quoiqu’évidemment, une personne ayant une formation dans le domaine a de meilleures chances de savoir de quoi il parle. Quoi qu’il en soit, les climato-septiques ne sont pas tous des profanes. Il y a même 31 487 scientifiques américains de diverses disciplines, dont 9029 avec des PhD et qui sont tous qualifiés pour évaluer les mérites de l’hypothèse anthropogénique et  sont tous des sceptiques de cette hypothèse. Grands nombres de ces  scientifiques travaillent dans les sciences climatiques et des sciences connexes. Ça commence à faire beaucoup de sceptiques qui ne sont pas nécessairement des ignares qui s’abreuvent de la radio de Québec  et il y en a beaucoup d’autres provenant de tous les pays du monde. Certains ont même travaillé pour des organismes comme la NASA et ont même participé à la rédaction et la révision des rapports du GIEC.RC BD Climatosceptique 4
  4. L’attaque ad hominem
    Ce sophisme consiste à attaquer le messager plutôt que de réfuter le message lui-même. C’est l’arme de prédilection des paresseux intellectuels. Par exemple, insinuer que la personne argumente contre la thèse anthropogénique parce qu’elle est à la solde des grandes pétrolières, comme si parmi ceux de l’autre camp, il n’y en a pas qui s’en sont mis plein les poches soit par subvention gouvernementale ou par les industries vertes (Comme Al Gore qui est devenu des centaines de fois millionnaire depuis son petit film de propagande. C’est payant le catastrophisme, n’est-ce pas?). Il y a des gens qui agissent par intérêt personnel dans les deux camps et ce n’est pas leurs motivations qui comptent, comme pour tous les autres sophismes, seul le poids de leurs arguments décide qui dit vrai et qui dit faux.Financement du gouvernement américain pour les recherches climatiquesFinancement du gouvernement américain pour les recherches climatiques Financement climato-sceptique - Source: GreenpeaceFinancement climato-sceptique – Source: Greenpeace

Bref, on voit souvent les gens de Radio-Canada regarder de haut les stations de radio d’opinion de Québec en les traitant de « radios poubelles » pour ensuite produire des torchons démagogiques de la sorte aux frais des contribuables en plus. En tant que diffuseur d’État, Radio-Canada devrait plutôt garder une certaine réserve et présenter un contenu plus équilibré. Cependant il y a longtemps que j’ai renoncé à l’espoir que ça se produise un jour.

2 pensées sur “Les sophismes honteux de Radio-Canada

  • avatar
    14 décembre 2015 à 20 08 12 121212
    Permalink

    T’as raison les embourgeoisés sont tous des salauds hypocrites.

    Répondre
  • avatar
    20 décembre 2015 à 20 08 01 120112
    Permalink

    Votre papier m’a permis de découvrir la page web de l’ombudsman de la SRC sur laquelle je me promets bien d’aller lire attentivement les conclusions suite aux plaintes déposées. À première vue, j’ai l’impression que l’ombudsman est là pour défendre la Boîte face à opprobre populaire mais je vais aller vérifier en profondeur. Pour ma part, m’intéressant à la géopolitique actuelle, j’ai bien remarqué la tendance radio-canadienne à ne donner le micro qu’aux tenants de la ligne de l’OTAN mais je ne m’en étais encore jamais plains. J’ai bien le goût d’aller tâter de l’ombudsman à mon tour.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *