Lettre de fin d’année 2014

images

DOMINIQUE BOISVERT :

Tradition devenue annuelle, cette lettre de fin d’année est pour moi l’occasion d’un bref bilan, non pour juger mais pour être attentif et reconnaissant. Malgré problèmes et ratés (inévitables), il y a tant d’événements, de personnes et de choses pour lesquels rendre grâces!

D’abord pour l’imprévu que la Vie met souvent sur notre chemin : cette année, une annonce de maison à vendre aperçue dans Le Devoir du 28 décembre 2013 et qui, contre toute prévision, nous a conduits à Scotstown le 1er avril suivant (non, ce n’était pas un poisson, même si la maison louée est au bord de la Rivière-au-saumon) pour y vivre dans un petit village de 500 personnes entre Sherbrooke et Lac Mégantic.

Cette vie à la campagne nous réservait bien des surprises (voir les « chroniques » de Céline, et mes « impressions de Scotstown » sur mon site web)! Entre autres que mes projets fermes de ne pas m’impliquer dans mon village d’adoption pour me consacrer totalement à mes projets d’écriture n’allaient se réaliser si facilement : j’ai mis presque 9 mois à commencer vraiment l’un et l’autre! Ou que nos projets (à Céline et moi) de faire beaucoup plus d’exercice et de plein air prendraient eux aussi du temps à se réaliser vraiment. Bref, même isolés à 3 heures de Montréal, on a réussi à être très occupés… et impliqués! Céline en bénévolant surtout à la bibliothèque (et quelques autres choses), et moi au conseil de pastorale et à la chorale de la paroisse (et quelques autres choses). Et tous les deux, en nous impliquant beaucoup plus que prévu pendant deux mois (octobre-novembre) dans la mise sur pied (encore problématique) d’une coopérative de solidarité pour un café communautaire de village, dans le but de contribuer à la revitalisation de Scotstown qui en a terriblement besoin.

Malgré cela, nous avons quand même profité de la nature (que la neige est belle, et abondante, ici!), du Parc provincial du Mont-Mégantic, de la possibilité de recevoir parents et amis (plus d’une quarantaine de personnes ou familles sont passées jusqu’ici), d’explorer la région et d’y découvrir plein de ressources charmantes (festival de musique annuel à Lambton, restaurants gastronomiques à Gould et Cookshire, activités culturelles un peu partout, Tour du Lac Mégantic à bicyclette, baignade dans la rivière à Lingwick, etc.) etc.

La vie à la campagne nous plaît beaucoup et cet « essai » pourrait bien, quant à nous, durer plusieurs années avant que la santé ne nous oblige à rentrer à Montréal où sont encore tous nos réseaux. La Vie et ses imprévus en décideront…

Quant au reste, la Vie avait encore bien d’autres choses à nous réserver pour 2014.

Si ma priorité de vie, découverte en mai 2013, était de « passer de la militance à la gratuité », ce passage ne peut, dans la réalité, que se faire graduellement, par essais et erreurs. Je peux dire que le déménagement à Scotstown a fait partie de ce passage, mais qu’il est encore bien insuffisant. Mais le beau texte d’une journaliste de Châtelaine, « La vie et rien d’autre » trace bien le chemin à suivre. Et depuis peu, je me suis enfin donné une routine qui permettra, je le crois, de progresser en ce sens (à suivre dans la « Lettre de fin d’année 2015 » ! )…

La Vie avait aussi une autre surprise pour nous : deux semaines après être revenu d’un beau séjour à Las Vegas pour fêter les 40 ans de Martin avec lui et son épouse, je reçois un appel de Martin m’annonçant qu’on vient de lui diagnostiquer une tumeur au cerveau grosse comme une clémentine. Je vous épargne les péripéties (que vous pourrez suivre, si cela vous intéresse, dans les textes antérieurs de ce Carnet), mais cette « aventure » s’est révélée porteuse, pour lui comme pour nous, de plein d’expériences et de prises de conscience importantes : ma mère parlerait sans doute de cette épreuve comme d’ « un cadeau mal emballé », à charge pour nous de découvrir où se cache le cadeau dans ce mauvais emballage. Pour l’instant, les nouvelles continuent d’être bonnes et les traitements se poursuivent…

Pour le reste, la vie suit son cours. Félix, Karina et leur fils Eliam (bientôt 4 ans) continuent leur vie d’artistes qui les conduit parfois à l’étranger, Félix avec son propre spectacle Concerto au sol, et tous les deux avec le spectacle de Kid Koala Nufonia Must Fall Live!. Martin, bien sûr, est en congé de maladie d’une durée indéterminée de son spectacle Believe avec le Cirque du Soleil. Et Céline reprend graduellement son travail artistique (peinture, cartes) tout en lisant beaucoup et en jouant au scrabble (surtout depuis qu’une amie lui a fait connaître la possibilité de jouer avec plein de monde sur Facebook!).

Quant à moi, le travail d’écriture prend de plus en plus de place et vous devriez (enfin!) pouvoir lire en 2015 le livre que je vous annonce depuis… l’automne 2012! Et qui pourrait bien s’appeler Québec, tu négliges un trésor! Je ne vous en dis pas plus.

*

En ces temps difficiles, aussi bien sur le plan international (guerres au Moyen-Orient, groupe armé État islamique, groupe Boko Haram, et dans tant d’autres endroits dont on entend moins parler) que sur le plan local (mesures d’austérité ou « de rigueur » au Québec, avec leurs effets parfois dévastateurs comme en témoigne cette remarquable lettre d’une maman pauvre de Rosemont), il y a aussi des avancées et des percées de lumière : la reconnaissance mutuelle de Cuba et des États-Unis après 53 ans de blocus et de guerre froide, la parole prophétique du pape François, entre autres lors de la rencontre avec les mouvements communautaires de base qu’il avait invités à Rome à la fin d’octobre), les reculs récents de l’industrie pétrolière au Québec (refus du port pétrolier à Cacouna, rapport dévastateur du BAPE sur les gaz de schiste), le geste prophétique de Gabriel Nadeau-Dubois, qui a remis sa bourse de 25,000$ à ceux qui défendent concrètement ses idées sur le terrain et qui a invité ses concitoyens à faire de même, et… la victoire des Carabins de Montréal à la coupe Vanier (championnat universitaire canadien de football) J !

Que Noël, qui est pour nous mémoire d’un enfant né dans la pauvreté, mais annonçant pourtant un Royaume qui porte, depuis, l’espérance de millions d’hommes et de femmes, soit pour vous un moment d’arrêt, de calme et de réflexion. Et que l’année nouvelle vous apporte, à vous et à ceux qui vous sont chers, le même bonheur, la même santé et la même paix qu’elle apportera à l’ensemble de nos sept milliards de frères et sœurs en humanité!

Avec toute mon amitié,

Dominique

avatar

Dominique Boisvert

Membre du Barreau pendant 20 ans, Dominique Boisvert a choisi de travailler essentiellement en milieux populaires dans les domaines de la solidarité internationale, des droits humains, des immigrants et des réfugiés, de l’analyse sociale, de la paix et de la nonviolence et des questions spirituelles. Co-fondateur du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV) en 2000, il a publié aux éditions Écosociété L’ABC de la simplicité volontaire (2005) et ROMPRE! ou Le cri des « indignés » ( 2012). Il a également publié aux Éditions Novalis, Québec, « tu négliges un trésor ! Foi, religion et spiritualité dans le Québec d’aujourd’hui » (2015) et La « pauvreté » vous rendra libres !, Essai sur la vie simple et son urgente actualité (2015). Il anime, depuis 2010, le blogue du RQSV (www.carnet.simplicitevolontaire.org) et il a aussi son propre site (www.dominiqueboisvert.ca) depuis le printemps 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *