L’interminable guerre au Congo

Titre original : Pourquoi les Congolais qui soutiennent le processus électoral en RDC sont-ils considérés comme des alliés et complices des occupants rwandais et ougandais?

Par Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba  Président national  de APARECO.  Samedi le 29 Octobre 2016. Contact Email : apareco.rp@gmail.com / Website: http://apareco-rdc.com

 

Je m’adresse ici en toute humilité à mes compatriotes congolais qui semblent ne pas encore comprendre la hargne avec laquelle je me bats contre ce que j’appelle « l’occupation de la République Démocratique du Congo», notre grand et beau pays. Je voudrais ici m’appesantir, une fois de plus, sur ce débat de fond qui concerne le mal dont souffre réellement notre maman à tous, la RD Congo. Je ne serai pas long. Mais je tâcherai d’être plus précis, plus incisif, plus pragmatique pour exposer particulièrement les faits historiques qui étayent ma réflexion, appuient mes assertions et justifient ma démarche politique.

Pourquoi je persiste et signe que notre pays, la République Démocratique du Congo, est aujourd’hui occupé ? Pourquoi je considère mes frères et collègues de la classe politique congolaise qui participent au système politique actuel dans notre pays, qu’ils soient du pouvoir ou de l’opposition, pourquoi disais-je, je les considère comme étant tous des «collabos» autrement dit, des alliés ou des complices des occupants rwandais et ougandais soutenus par leurs commanditaires à travers le monde ?

C’est ce débat de fond que je voudrais relancer en ce moment crucial de notre histoire commune, dans le strict respect des uns et des autres, même si nos opinions divergent. Car je ne m’adresse pas aux sauvageons, sans culture ni éducation, mais qui n’ont que l’injure comme seul langage politique, parce qu’ils sont incapables d’accéder à la dialectique et à l’herméneutique des pensées et discours qui ont illuminé l’histoire de l’humanité, et qui nous permettent aujourd’hui  de dégager une vision pour l’avenir. Je fais appel à cette élite congolaise capable de transcender en ce moment, les bas instincts matériels et des intérêts purement égoïstes, pour ne considérer un instant, que le devenir de notre nation congolaise. Je ne prétends pas avoir une science infuse. Loin s’en faut ! Je ne prétends pas non plus avoir absolument raison sur tout le monde. Mais je voudrais que quelqu’un me convainque du contraire avec des arguments, et surtout avec des faits (preuves) historiques, comme je le fais moi-même ici. Car les Faits sont têtus ! Parce que ce sont eux qui font l’histoire. La vraie !

Voici pourquoi, chers compatriotes, je vous présente ci-dessous une série des faits historiques qui jalonnent cette période de crise que nous traversons depuis 20 ans, et qui nous ont conduits là où nous sommes aujourd’hui.
1. La Stratégie du mensonge des occupants tutsis rwandais et ougandais

C’est peut-être cynique de le dire ainsi, mais je crois que la plus grande réussite de nos agresseurs et envahisseurs tutsis rwandais et ougandais réside dans leur capacité incroyable à faire accepter une série de gros mensonges au monde entier pendant plus de trois décennies! C’est un exploit qui restera gravé dans l’histoire de l’humanité.
Ils ont d’abord réussi l’exploit de faire porter aux seuls hutus rwandais la responsabilité de l’horrible génocide d’avril 1994. Génocide qu’ils ont eux-mêmes soigneusement planifié, déclenché et orienté. C’est grâce à cette même incroyable capacité de mentir qu’ils ont successivement réussi à camoufler l’agression du Zaïre en 1996, à maquiller durant 20 ans le processus d’occupation, et à légitimer le pire régime d’occupation encore au pouvoir aujourd’hui en République Démocratique du Congo. Nous vivons, dans cette région des Grands Lacs africains, une véritable apologie du mensonge qui est parvenu à bluffer non seulement les Congolais, mais aussi l’Afrique et le reste du monde.

a. Camoufler l’agression de la RDC

Après avoir fait croire au monde entier que les opposants politiques zaïrois s’étaient réunis au sein d’un mouvement politico-militaire AFDL pour renverser la dictature du Maréchal Mobutu, le monde a été bluffé de voir les leaders militaires tutsis exposer eux-mêmes les secrets de leur complot. L’orgueil a été souvent le tendon d’Achille des hégémonistes tutsis ! Paul Kagame, Yoweri Museveni et James Kabarebe n’ont pas échappé à la règle. Dans le film documentaire «Afrique en morceaux» de Jihani El Tahri sorti en 2000 (Cf vidéo Partie 1:
https://www.youtube.com/watch?v=QaJu_AiqULU & Partie 2: https://www.youtube.com/watch?v=OD4HhFn3F-M)

Ces trois hauts cadres du lobby politique et militaire tutsi jubilent, plastronnent et se livrent à l’exhibition de l’ingéniosité et de la supériorité de l’intelligentsia tutsie qui a tout organisé pour «chasser Mobutu». Ils y parlent tous, avec beaucoup de dédain, des marionnettes congolaises qu’ils sont allés «ramasser» (c’est le terme usité par James Kabarebe!) partout pour les mettre ensemble afin de faire croire à une affaire congolaise. Yoweri Museveni quant à lui, décrit avec délectation les critères et les péripéties qui l’ont conduit au recrutement de LD Kabila. Kagame décrit ses doutes et son mépris quant à l’aspect même de l’homme…. L’analyse de ce seul documentaire, «Afrique en morceaux», met fin à toute possibilité de doute, d’abord en ce qui concerne l’identité des vrais agresseurs du Zaïre en 1996, et ensuite en ce qui concerne leurs objectifs cachés en RD Congo.

b. Camoufler l’occupation de la RDC

Après la prise du pouvoir en mai 1997, les envahisseurs tutsis ont placé LD Kabila à tête de la RDC comme une simple marionnette. L’impérium est resté entre leur main. Pour cela, ils ont eu recourt à l’imposture qui est la stratégie du mensonge politique dont ils se servent souvent pour infiltrer leurs ennemis jusqu’au sommet de l’Etat. Et l’armée étant l’instrument de l’exercice de l’imperium par excellence, le Tutsi-power accorda frauduleusement au colonel rwandais James Kabarebe la nationalité congolaise et l’imposa comme Commandant en chef de l’Armée congolaise ! Plusieurs autres postes-clés du gouvernement et des entreprises d’état furent attribués au tutsis rwandais . Ainsi, après avoir réussi à camoufler l’invasion de la RDC en guerre civile, les tutsis rwandais ont occupé les postes-clés du pouvoir tout en donnant au monde (y compris les Congolais) l’illusion que ce sont les Congolais eux-mêmes qui ont libéré leur pays de la dictature et qui le dirigent après.

Chers compatriotes,

Cette situation ubuesque est clairement illustrée dans un extrait du document vidéo de l’entretien que LD Kabila a eu avec la diaspora congolaise du Gabon après la 2e agression rwandaise du 2 août 1998. J’ai choisi de vous présenter le contenu de ce document d’entretien, comme une 2e «pièce à conviction» qui vient d’un témoin et acteur de premier plan, LD Kabila, qui, excédé, ne se contient plus et ne mâche pas ses mots pour exprimer sa surprise et sa déception lorsqu’il a découvert qu’il était tombé dans le piège du mensonge des Tutsis rwandais qui se sont servi de lui comme un simple pantin. Sorti de son sommeil hypnotique, LD Kabila venait seulement de réaliser (trop tard !) qu’il était plutôt  l’otage des Tutsis rwandais, et avec lui, tout le peuple congolais. Voici donc le
contenu de cet entretien vidéo:   LD Kabila découvre et dénonce l’occupation rwandaise

(Texte du document vidéo de l’entretien avec la diaspora congolaise du  Gabon)

 
«…Nous étions infiltrés jusqu’au sommet de l’Etat ! Le ministre d’état a
disparu ! Le ministre des Affaires étrangères a disparu ! … Et les voilà devenus
chefs de guerre à la tête de la rébellion ; et ils sont allés ramassés tous les autres
repus que vous connaissez : les Tambwe Mwamba, les Zahidi Ngoma, Lunda
Bululu, Wamba dia Wamba (rires)…, une kermesse de gens corrompus et
inutiles. Bizima Karaha qui était mon ministre des Affaires étrangères et que je
croyais congolais, à ma très grande surprise, quand j’ai demandé à cette armée
de se retirer, eux avaient déjà fermé leurs valises. Puisque leur armée se retire, ils
estiment qu’ils sont dans l’insécurité. Je lui (Bizima karaha) dis : mais non, votre
armée reste ! C’est l’armée rwandaise qui se retire ! Mais ils ont disparu. C’est
alors que j’ai compris qu’il n’était pas congolais ! Parce que l’armée qui s’est
retirée était rwandaise. Un ministre d’état disparu ! Un ministre des Affaires
étrangères disparu ! J’ai dit non, nous étions infiltrés alors jusqu’au sommet
de l’Etat! Ainsi, nous avons pu découvrir des documents où Kagame
dirigeait ces gens-là pour qu’ils prennent la tête de ce grand pays qui n’est
pas le leur… ! »
«On a vu tout ça… Si seulement on avait su avant, s’aurait été bien. Mais le
conflit a éclaté après. Ils tentent ce qu’ils n’ont pas su réussir avec le coup
d’état qui avait échoué le 02 août(ndlr: 1998), je les voie en train d’échouer
encore. Notre peuple se défend et je suis content que vous ayez tous pris
conscience de la gravité de la situation. Il faut que tous les Congolais, toutes
tendances politiques confondues, se soudent ensemble derrière le
gouvernement…, ils m’ont soutenu, je dois l’avouer très sincèrement. Et je ne sais
pas ce que je ferai pour leur rendre… »
De ce témoignage vivant de LD Kabila qui fut, je le répète, le témoin et
l’acteur de premier plan dans les opérations militaires et politiques
d’agression et d’occupation de notre pays, je relève quelques points
importants qui méritent de retenir notre attention commune :
• LD Kabila confirme l’occupation de notre pays par les tutsis rwandais ;
• Il confirme l’infiltration de nos institutions jusqu’au sommet,. Il le dit,
alors qu’il est lui-même Chef d’Etat ! Ce qui veut dire qu’il ne s’agit pas
seulement de la position d’un homme, fut-il Président de la République,
mais de plusieurs autres rwandais au sommet des autres institutions du
pouvoir ! Voilà pourquoi, je dis qu’Hyppolyte Kanambe n’est pas la
seule cible de l’occupation, mais tous les Rwandais qui composent le
SYSTEME ! LD Kabila avait lui aussi perçu ce détail.

• Il stigmatise l’imposture comme méthode d’infiltration des Rwandais.
Parlant de sa découverte de l’imposture de Bizima Karaha LD Kabila
s’exclame : « C’est alors que j’ai compris qu’il n’était pas
congolais ! » Pitoyable pour un Chef d’état ! Mais cela démontre un certain
degré de naïveté et de légèreté qui caractérise l’élite politique congolaise en
général. Car aujourd’hui, la classe politique congolaise est devenue
totalement insensible et indifférente à l’imposture de Kanambe au sommet
de l’état congolais. Dans d’autre pays d’Afrique, on l’aurait obligé à se
soumettre ne fut ce qu’au test ADN pour clarifier ce dossier qui touche au
coeur même de la souveraineté de notre pays !

• Il dévoile l’intention de Paul Kagame de conduire les tutsis à prendre
la tête de notre grand pays qui n’est pas le leur. LD Kabila s’insurge
contre ce complot ourdi par Paul Kagame et qui vise à occuper notre pays.
Honnêtement, quel bilan pouvons-nous établir 18 ans après cette mise en
garde de LD Kabila ? L’objectif de Kagame et des Tutsis rwandais a-t-il été
abandonné ou a-t-il progressé ? Répondons-y objectivement !

• Il regrette de n’ avoir pas su découvrir la supercherie des Rwandais
avant. Mais 18 après ces regrets, la classe politique congolaise en a-t-elle
tiré toutes les conséquences et pris des mesures pour stopper ce projet
machiavélique ? Répondons-y encore objectivement ! Car il s’agit ici des
faits historiques indéniables et du témoignage de l’un des principaux
acteurs de l’histoire.

• Avant de clore ce chapitre je voudrais soulever une question
fondamentale :
– Après avoir découvert le complot des rwandais, LD Kabila a chassé
leur armée avec James Kabarebe en tête. Tous les imposteurs civils
rwandais qui avaient infiltré nos institutions politiques sont partis avec
leur armée. Parmi ces imposteurs on peut épingler Bizima Karaha et
Azarias Ruberwa pour ne citer que ces deux là.
– Après leur départ, ces tutsis rwandais ont mené la guerre à LD Kabila
depuis le 2 août 1998 et ils ont réussi à l’assassiner en janvier 2001,
et à le faire remplacer par un autre imposteur rwandais, Hypolite
Kanambe que vous appelez Joseph Kabila, le «raïs» que vous avez
en plus accepté comme étant le fils de LD Kabila!

 

LA Suite  sur   http://www.apareco-rdc.com

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *