L’urgence climatique est un leurre, de François Gervais

Source :  Boulevard Voltaire.  Le 16.12.2018.

 

Par Bruno Guillard.

Le physicien français François Gervais vient de publier un livre intitulé L’urgence climatique est un leurre (Éditions Le Toucan) dans lequel il confirme ce qu’il avait écrit dans son précédent ouvrage (L’Innocence du carbone), à savoir que le gaz carbonique n’est ni un poison, ni le principal responsable du réchauffement de 0,6 °C qui a eu lieu entre 1975 et 1998.

1998? Oui, car depuis lors, le réchauffement ferait une « pause », selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ! Vingt ans de « pause », donc, et aucun fait observable qui permettrait d’affirmer une reprise du réchauffement ; toutes les annonces du GIEC ne reposent que sur des modélisations informatiques qui sont régulièrement démenties par les observations. Le réchauffement est devenu changement puis dérèglement climatique ; face à l’évidence empirique, le GIEC est contraint d’adapter sa prophétie. Le réchauffement prévu par le GIEC d’ici 2100 était de 6 degrés vers 2005 ; il n’est plus que de 3 degrés, et ce chiffre est contesté par plus de 2.800 articles publiés ces dernières années dans des revues scientifiques à comité de lecture, soit plus de la moitié des 5.000 articles scientifiques publiés sur ce sujet. Les scientifiques « climato-sceptiques » ne sont pas une petite minorité, comme le répètent sans cesse les propagandistes subventionnés des médias, les politiciens, les altermondialistes et l’ONU, mais aussi le monde de la finance.

Pour ce dernier, la lutte contre le réchauffement climatique est une aubaine extraordinaire ; la Banque mondiale a calculé le montant global des investissements destinés à la « lutte contre le réchauffement » : 89.000 milliards de dollars d’ici 2030, qui seront payés par les contribuables. Le « green business » est déjà une très juteuse affaire pour tous ceux qui ont investi dans des « fermes » éoliennes et solaires dont le surcoût des prix de production est facturé aux consommateurs d’électricité.

François Gervais rappelle que le CO2 n’est pas un poison mais un composant essentiel du cycle de la vie. L’augmentation de sa concentration (de l’ordre de 2 ppm* par an) dans l’atmosphère a provoqué le verdissement de 18 millions de km2 de terres et l’amélioration des rendements agricoles ; en effet, le CO2 est le principal nutriment des végétaux. L’augmentation du taux de CO2 est donc une chance pour tous les affamés de la planète, laquelle a connu des taux de CO2 très supérieurs dans le passé.

En 1975, des climatologues, parfois ceux qui ont annoncé un réchauffement de 6 °C, et même de 10 °C par la suite, prophétisaient un nouvel âge glaciaire ! Depuis 1998, la température ne monte plus, comme l’a reconnu le GIEC, bien que les humains n’aient jamais rejeté autant de gaz carbonique. L’augmentation de température qui a eu lieu entre 1975 et 1998 était-elle liée aux émissions de CO2, comme l’a affirmé un peu vite la secte onusienne ? Pour une très petite part seulement, répond François Gervais, qui considère, comme de très nombreux autres physiciens, dont des titulaires du prix Nobel, que ce sont essentiellement des variations naturelles liées aux fluctuations du flux solaire qui sont en cause.

Selon François Gervais, il n’y a donc aucune urgence qui serait imposée par le changement climatique ; l’augmentation de la température moyenne mondiale liée au CO2 sera inférieure à 0,5 °C d’ici 2100. Nous avons donc le temps de mettre au point des alternatives aux énergies fossiles qui ne soient pas intermittentes (éolien et solaire sont de très mauvaises solutions).

Un livre à lire absolument pour y voir plus clair sur un sujet dont seuls les porte-parole du GIEC sont autorisés à parler dans les médias.

 


* ppm : nombre de molécules du gaz à effet de serre considéré par million de molécules d’air.

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

16 pensées sur “L’urgence climatique est un leurre, de François Gervais

  • Ping :L’urgence climatique est un leurre, de François Gervais | Boycott

  • avatar
    20 décembre 2018 à 14 02 14 121412
    Permalink

    Salut Robert,

    Merci pour cet article. En fait, la fraude des changements climatiques anthropique est une diversion pour cacher l’essentiel : la destruction de la Nature, de la vie naturelle par la géo-ingénierie. La technologie de contrôle de la météo avec les épandages chimiques (chemtrails) et des sites comme HAARP en Alaska, sous contrôle militaire, est la principale cause de la destruction de l’environnement, de la disparition des espèces, des mortalités de masse d’animaux, de la disparition des abeilles, de la pollution de l’air, de l’eau et de la terre. Ce n’est pas la faute du peuple, ni des consommateurs, mais bien des gouvernements, des entreprises et surtout des militaires. Culpabiliser l’humanité est une diversion pour protéger les vrais responsables.

    Voici un texte qui explique bien cela :

    https://www.mondialisation.ca/la-terre-une-arme-la-geo-ingenierie-une-guerre/5621597

    Voici un autre livre qui en parle :

    https://www.amazon.fr/LArme-Climatique-Manipulation-Climat-Militaires/dp/B073L8Y7B3/ref=asap_bc?ie=UTF8

    Cordialement,

    Nicolas

    Répondre
    • avatar
      21 décembre 2018 à 1 01 39 123912
      Permalink

      @ Nicolas

      TU AS PARFAITEMENT raison et n’oublie pas aussi le motif pour lequel les gouvernements et les militaires aux ordres du grand capital mènent campagne sur ce thème dont raffole les petits-bourgeois soit :  » la Banque mondiale a calculé le montant global des investissements destinés à la « lutte contre le réchauffement » : 89.000 milliards de dollars d’ici 2030, qui seront payés par les contribuables. Le « green business » est déjà une très juteuse affaire pour tous ceux qui ont investi dans des « fermes » éoliennes et solaires dont le surcoût des prix de production est facturé aux consommateurs d’électricité. » Et ça ne fait que commencer

      Merci pour tes références

      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
  • avatar
    21 décembre 2018 à 5 05 01 120112
    Permalink

    Je n’avais pas manqué de l’intégrer sous mon dernier article sur le sujet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/12/15/resume-sott-11-2018-larnaque-de-la-transition-ecologique-a-la-francaise/

    Quand on voit la Reine des Neiges (Ségolène Royal) tout tenter, au N.O.M. du RCA pour revenir aux affaires, on comprend qu’on a touché le fond, en France.

    Quoique, lorsque la Secrétaire d’État affirme que les inondations meurtrières à Trèbes dans l’Aube, ou les incendies meurtriers en Californie sont dus au réchauffement climatique, et que personne ne la contredit ! Alors qu’il suffit de chercher un peu et comme je l’indique dans ce billet, non ça n’a rien à voir !

    En ce moment les journalopes spécialistes en météo, n’arrêtent pas de souligner qu’il fait très doux pour un mois de décembre !

    Je me permets de rappeler ce vieux dicton français : Noël au balcon, Pâques au tison (et inversement, ça marche dans les 2 sens !)

    Répondre
  • avatar
    21 décembre 2018 à 6 06 29 122912
    Permalink

    En 2015 la Nasa a publié que les mesures satellitaires effectuées en 2014 observaient que la température moyenne de la terre étaient de 16,1°C; soit 1,1°C de plus que la température moyenne de la terre à la fin du XVIII° et le début du XIX° siècle. Il y a eu donc augmentation de la température, augmentation prévue par l’une des courbes de James Hansen. Remettre en cause ce que la majorité absolue des scientifiques les plus divers et d’obédience politique différente, ce que la majorité des scientifiques affirment est digne de ceux qui ont assassiné Copernic au XV° siècle de la manière la plus atroce.

    Répondre
    • avatar
      21 décembre 2018 à 9 09 47 124712
      Permalink

      Oui, contrairement à ce que François Gervais prétend, l’augmentation de la moyenne mondiale des température c’est stabilisé entre 1998 et 2009, on ne peut plus vraiment parler de d’arrêt du réchauffement depuis: le « record » de +0.6°C a été battu en:
      2010 (+0.7°C)
      2013 (+0.7°C)
      2014 (+0.7°C)
      2015 (+0.9°C)
      2016 (+0.9°C)
      2017 (+0.8°C)
      2018 (+1°C de janvier a octobre… il faut être un peu patient pour la moyenne annuelle finale)
      … c’est bien d’être sceptique, mais il faut aussi l’être avec Mr Gervais et vérifier ce qu’il avance.
      Pour rappel, 5°C c’est ce qui différentie la température moyenne du 20e siècle (quasiment un degré de moins que la moyenne actuelle) des températures moyenne des ères glacières.
      Le changement climatique naturel (d’un inter-glacière a un age glacière) c’est environ 1°C par millénaire, la on a déjà fait 1°C en un siècle…
      Etant également scientifique, je pense que la position de Mr Gervais est une bonne chose dans les années 1990 pour alimenter le débat, c’est juste dommage qu’il n’accepte pas que son hypothèse était finalement fausse et qu’il s’y raccroche par réflexe comme a un dogme, ce n’est pourtant pas grave, ce n’est que le quotidien des chercheurs fondamentaux que d’infirmer leurs hypothèse.

      Source:
      http://www.climate.gov/news-features/understanding-climate/climate-change-global-temperature

      Répondre
      • avatar
        22 décembre 2018 à 18 06 36 123612
        Permalink

        c’est juste dommage qu’il n’accepte pas que son hypothèse était finalement fausse et qu’il s’y raccroche par réflexe comme a un dogme
        =*=
        @ Jean Bastien = Charité bien ordonnée commence par soi-même. Puis-je vous rappeler que la Théorie sur le RCA n’est que cela = une théorie.

        Voyez-vous, l’anthropologue James C. Scott, dans son livre « Against The Grain » = Contre le grain, une histoire profonde des premiers États, Scott écrit ceci : […] Ainsi vers 9600 AEC, il y eut un arrêt du refroidissement et s’ensuivit une période de réchauffement climatique, le climat devint plus chaud et plus humide, rapidement. Les températures globales ont peut-être augmentées de l’ordre de 7°C en une décennie. Arbres, mammifères et oiseaux émergèrent pour coloniser un paysage devenu soudain bien plus hospitalier et avec eux bien entendu, leur compagnon naturel, Homo sapiens.

        Les archéologues ont trouvé des preuves qu’environ à la même période, se développait une occupation des sols à l’année sur bien des sites. La période du Natufian dans le sud du Levant et l’époque pré-poterie des villages néolithiques de Syrie et de la Turquie centrale et de l’ouest de l’Iran. Ces zones sédentaires se situaient dans des zones riches en eau et les populations subsistaient essentiellement de la chasse, pêche et cueillette bien qu’il y ait eu déjà quelques preuves, certes controversives, d’une horticulture céréalière et de mise en place d’un cheptel de bétail domestique. Ce qui n’est pas disputé en revanche, est qu’entre 8000 et 6000 AEC, toutes les cultures dites “fondatrices” de céréales et de légumes telles que les lentilles, les pois, pois-chiche, et lin (pour les vêtements), sont plantées, bien qu’à petite échelle. Durant ces deux millénaires, même si le temps précis vis à vis des cultures n’est pas bien clair, la domestication des chèvres, des moutons, des cochons et des bovins, fait son apparition. Avec cette suite de “domestications”, le colis néolithique total propice à la révolution agricole, semble être en place pour mener à la civilisation, incluant les premières agglomérations urbaines.

        Et puisqu’il est fait référence à Copernic, plus haut, je me permet de vous rappeler qu’il fut un temps, où des hommes furent envoyés au bûcher, le plus souvent pour hérésie par le Saint-office, comme Giordano Bruno, Galilée n’y échappant de justesse, en prononçant l’abjuration édictée par le Saint-office lui-même.

        Or très récemment, dans un article de Céline Deluzarche sur Galilée dans Futura Sciences voici ce qu’on pouvait lire : En 1633, Galilée était condamné pour hérésie par l’Église pour avoir exposé que la Terre tournait autour du Soleil, n’échappant au bûcher que de justesse en abjurant ses propos. L’astronome italien a tout fait pour sauver sa peau, allant jusqu’à nier être l’auteur de la missive incendiaire ayant valu sa condamnation. On savait qu’il existait deux versions de cette lettre : l’une, en possession des archives du Vatican, est la copie de celle envoyée le 16 février 1615 à l’Inquisition par un frère dominicain nommé Niccolò Lorini. Mais il s’agit d’une version retouchée de la lettre originale, qui a déclenché l’ire de l’Église et que contestait avoir écrit Galilée. Ce dernier prétendait que cette première version, plus critique envers l’Église, avait été écrite par ses ennemis dans l’intention de lui nuire.

        « Le problème de Galilée, c’est qu’il exposait sa théorie sans preuve réelle », explique Yaël Nazé, astrophysicienne à l’université de Liège. « Même s’il avait raison, il était impossible au XVIe siècle de prouver que la Terre tournait bien autour du Soleil. Le système héliocentrique était en fait plus logique. Il rendait l’ensemble des calculs astronomiques plus simples. » Et comme il était incapable de prouver sa théorie, il n’hésitait pas à tordre les faits ou à en inventer pour convaincre ses interlocuteurs, indique la scientifique.

        Cela ne vous rappelle rien ?

        Pourtant c’est parfaitement transposable avec la Théorie sur le RCA = « Le problème avec le GIEC, c’est qu’il expose sa théorie sans preuve réelle » explique par exemple le NIPCC organisme international indépendant et compétent en la matière : le NIPCC (par opposition au IPCC=GIEC) ;

        Tout est là, c’est sourcé et donc vérifiable ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/10/13/resume-sott-de-09-2018-reflexions-sur-la-theorie-du-rca-qui-nest-que-cela-une-theorie/

        Actuellement, en France, nous prouvons que la transition énergétique, n’est que cela = une théorie, au N.O.M. du Fric, du Flouze et de la Sainte-oseille !

        JBL1960

        Répondre
      • avatar
        23 décembre 2018 à 15 03 01 120112
        Permalink

        Jean Bastien, le « propagandiste » qui parle comme un expert du climat mais ne fait que copier-coller la propagande officielle du GIEC.

        « Oui, contrairement à ce que François Gervais prétend, l’augmentation de la moyenne mondiale des température c’est stabilisé entre 1998 et 2009, on ne peut plus vraiment parler de d’arrêt du réchauffement depuis: le « record » de +0.6°C a été battu en:
        2010 (+0.7°C)
        2013 (+0.7°C)
        2014 (+0.7°C)
        2015 (+0.9°C)
        2016 (+0.9°C)
        2017 (+0.8°C)
        2018 (+1°C de janvier a octobre… il faut être un peu patient pour la moyenne annuelle finale)»

        Répondre
    • avatar
      23 décembre 2018 à 14 02 23 122312
      Permalink

      Alain-Yves,

      Comment pouvez vous affirmer avec certitude que la température a augmenté de 1,1°C depuis la fin du XVIIIe siècle alors qu’il n’avait pas les moyens de mesurer la température plus précisement qu’au degré près?

      La précision de mesure en décimal est apparu avec les thermomètre électronique et non avec les thermomètre à colonne de mercure. Je doute même qu’au degré près était tout un challenge à cet époque.

      S’il vous plait un peu de sérieux.

      Répondre
  • avatar
    21 décembre 2018 à 14 02 54 125412
    Permalink

    Robert,

    Effectivement l’arnaque climatique est aussi une question d’argent. Comme JBL l’indique elle sert à financer le gouvernement mondial despotique. Le taxe carbone est une arnaque reliée à celle des changements climatiques. Ce sont précisément des pollueurs qui s’enrichissent en vendant des droits de polluer. Polluer moins pour polluer plus longtemps, afin d’en arriver à la même destruction de la vie au final. Comment peut-on encore croire les politiciens et leurs institutions comme le GIEC?

    Il y a un commentaire ci-haut qui fait référence à la NASA, instance gouvernementale, comme si elle pouvait être crédible, quelle naïveté. Il donne aussi comme argument « la majorité des scientifiques » comme si cela prouvait quoi que ce soit. Il ne semble pas savoir que la vérité n’est pas un vote de la majorité. Surtout quand cette majorité n’est pas indépendante des institutions officielles.

    Et le commentaire de M. Bastien qui défend le réchauffement climatique alors que cette thèse est tellement indéfendable que ses partisans parlent maintenant de changements, de dérèglements ou de chaos climatique. Un réchauffement climatique est excellent pour la vie, pour la Nature, pour les plantes, etc. Tout comme le carbone d’ailleurs. En plus la fonte des glace en Arctique et en Antarctique est fausse, sauf aux moments ou la géo-ingénierie la fait fondre délibérément en Arctique. Et même si c’était vrai, cela ne causerait pas d’inondation, il suffit de faire l’expérience avec un verre d’eau et de la glace. La fonte de la glace dans un verre d’eau n’augmente pas le niveau de l’eau.

    http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2018/12/le-climat-se-refroidit-aussi-au-niveau.html

    Concernant l’imposture écologiste et du réchauffement climatique :

    https://www.youtube.com/watch?v=H_QGZd0XKWs

    https://www.youtube.com/watch?v=0l7xRUSrb58

    Concernant la fraude de la taxe carbone :

    https://www.youtube.com/watch?v=zCgTyiQsm2s

    Cordialement.

    Répondre
  • avatar
    22 décembre 2018 à 1 01 14 121412
    Permalink

    ohhh nicolas , sauf que la glace en antarctique ne flotte pas mais repose sur un continent …. alors rempli un verre d’eau à ras bord et rajoute un glaçon ou l’eau résultant de la fonte du glaçon et observe ….
    ps garde une éponge à portée de main …

    Répondre
    • avatar
      22 décembre 2018 à 14 02 06 120612
      Permalink

      D’accord Guy pour l’antarctique, mais il ne fond pas. Je faisais surtout référence à l’image choc du film de propagande d’Al Gore ou l’on voit des glaciers s’effriter et tomber dans l’eau, dans l’arctique. Si c’était ton seul argument pour le réchauffement climatique, alors ça démontre la grande fragilité intellectuelle de cette thèse. J’en conclue donc que tu me donnes raison concernant tous les autres arguments.

      Répondre
  • avatar
    22 décembre 2018 à 4 04 26 122612
    Permalink

    Ce qui est vraiment dommage dans votre/vos article, ou il y a négation du réchauffement, c’est que vous ne prenez pas en compte la réalité de la pollution, de la disparition des espèces, de l’épuisement des ressources et que vous ramenez tout a un cynisme capitaliste qui voudrait profiter d’un green Washing… mais en fait, on parle de survie maintenant, l’humain a fait comme une moisissure, il a dévoré la planète sur laquelle il était…. la planète entière dans son ensemble est menacée. Je sais que c’est difficile a accepter, tout comme la mort, mais cependant il faut vivre du mieux et du plus juste cette période qui arrive a très grand pas… peut-être que l’espèce humaine ne s’éteindra pas, mais il faut surtout espérer qu’il restera quelques espaces de vie sur cette planète et que la vie elle même pourra continuer…. je vous laisse lire tous les livres qui prétendent que c’est une arnaque et surtout restez bien aveugles et dans le déni….

    Répondre
    • avatar
      22 décembre 2018 à 8 08 36 123612
      Permalink

      @Fonda

      Vous êtes effectivement sur la bonne piste : vous écrivez « vous ne prenez pas en compte la réalité de la pollution, de la disparition des espèces, de l’épuisement des ressources et que vous ramenez tout a un cynisme capitaliste qui voudrait profiter d’un green Washing…

      Étant donné sa puissance technique=technologique l’espèce humaine doit impérativement se préoccuper de son empreinte écologique sur cette planète c’est évident. Mais sous le mode de production capitaliste cette préoccupation est impossible, car ce mode de production est conçu dans le seul but de faire coitre la production… et ce n’est pas la faute du « public » des « citoyens » ni même des capitalistes ou de l’État ou des riches et encore moins de la faute du prolétariat sans pouvoir

      C’est que le mode de production capitaliste – une étape nécessaire du développement des modes de production – des forces productives et des rapports sociaux de production en est venu à sa limite extrême et il ne peut plus que paralyser de développement de l’espèce humaine.

      Conclusion Il est futile et contre productif de tenter d’enrayer les conséquences consuméristes prédatrices – destructrices de ce mode de production tout en le préservant… l’impératif est de montrer que même les solutions écologiques – altermondialiste – vertes – environnementales etc seront toutes récupérées par le système afin de faire la seule chose qu’il est habilité à faire = générer des profits jusqu’a l’éclatement du système car ce système et ses protagonistes ne sait plus transformer la destruction en profits

      Voilà ce que ces gens tentent d’exprimer de manière différente. Le capitalisme doit être détruit voilà tout et après sous un nouveau mode de production nous pourrons résoudre tous ces problèmes

      Robert Bibeau

      Répondre
  • avatar
    26 décembre 2018 à 15 03 23 122312
    Permalink

    De toutes manières les actions que certains prendront pour contrer le « réchauffement » ne servirons à rien car l’énergie qu’ils n’utilisent pas (fera baisser le prix de cette energie et) sera utilisé par quelqu’un d’autre, exemple, le charbon que nous n’utilisons pas ne disparaît pas, les chinois le brûlent à meilleur prix.
    Pour au moins cette raison je refuse de faire un effort ou etre pénalisé pour ce soit disant réchauffement car si mon voisin plus riche diminue son empreinte carbone (sans être vraiment pénalisé dans son mode de vie) il continuera quand même de polluer encore 10x plus que moi et rien ne sera résolu.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *