Nos enfants n’ont-ils aucune valeur?



PHILIPPE DAVID :

Je me joins sans doute à des milliers de voix indignées par la sentence qu’a reçue, plus tôt cette semaine, un père qui a causé la mort de sa fille de 13 ans en lui assénant deux gifles.  J’ai beau retourner les circonstances atténuantes dans ma tête : Moussa Sidimé n’avait pas l’intention de tuer sa fille, c’est lui qui a appelé les secours, il s’est lui-même livré à la police, il a démontré son remords et il n’est pas une menace à la société; je n’arrive pas à accepter que soixante jours soit une sentence acceptable pour la vie d’une jeune adolescente de 13 ans.

Il y en a qui hurlent au passe-droit culturel, mais je ne crois pas que ce soit le cas. S’il y a une chose qu’on sait au Québec depuis l’affaire Turcotte, c’est que la vie d’un enfant ne pèse pas lourd dans les plateaux de la balance de la Justice. Vous avez tué un (ou plusieurs) de vos enfants ? Buvez du lave-glace, pleurez, soyez hyper-repentants, ne résistez pas la police, plaidez coupable ou plaidez la folie temporaire et les chances sont bonnes pour que vous vous en sortiez avec un court séjour à Pinel ou un très court séjour, probablement dans un pénitencier à sécurité minimale. C’est comme ça que ça se passe dans notre société du no-fault.

Il y en a qui disent que notre système de justice existe pour protéger notre société d’individus dangereux plutôt que de punir et que n’étant pas un danger pour la société, Moussa Sidimé méritait la clémence. Soit, je ne crois pas qu’il méritait de passer le reste de sa vie derrière les barreaux, mais entre ça et deux mois, il y a une méchante marge, vous ne trouvez pas? On a beau dire que ce n’était pas prémédité, mais selon le rapport du coroner, la mort a été causée par une hémorragie cérébrale vraisemblablement causée par la rupture d’une artère vertébrale. Autrement dit,  Nouténé Sidimé a été giflée avec suffisamment de force pour rompre une des artères de sa nuque. Ce n’est pas seulement une petite taloche ça! Tout ça pour un plancher mal lavé? Même si ça n’avait pas causé la mort, c’était un acte d’agression injustifiable.  Est-ce que 60 jours en prison envoient vraiment le message que ce genre d’agression n’est pas acceptable à nos yeux? J’en doute. Beaucoup d’autres gens en doutent. Le procureur de la couronne aussi. Il demandait une sentence de deux ans.  Ça, au moins, aurait envoyé le bon message.

(Crédit photo : Nouténé Sidimé –Agence QMI)

5 pensées sur “Nos enfants n’ont-ils aucune valeur?

  • avatar
    3 juin 2014 à 9 09 56 06566
    Permalink

    Il fallait réduire la sentence du coupable au minimum pour réduire les coûts de l’emprisonnement. Donc pour le juge, la vie n’a pas de valeur et c’était une jeune femme, donc vive le sexisme hypocrite.

    Répondre
  • avatar
    5 juin 2014 à 16 04 08 06086
    Permalink

    Vos enfants n’ont qu’une valeur d’échange sur le marché.

    Répondre
  • avatar
    5 juin 2014 à 19 07 02 06026
    Permalink

    @ PD,

    Soixante jours (purgés les fins de semaine) n’est pas suffisant. Je suis d’accord avec vous.

    ‘Il y en a qui hurlent au passe-droit culturel, mais je ne crois pas que ce soit le cas.’ Pas si sur que vous sur ce point là. Il y a quelques années, l’Ontario a considéré adopter la charia pour les musulmans en Ontario.

    Récemment, au R-U, on apprenait que la loi islamique serait enchassée dans la loi du R-U, alors que le barreau enseignera aux avocats britanniques comment faire des testaments conforme à la loi islamique, qui excluent par exemple la femme divorcée, les enfants illégitimes. Lisez cet article et voyez par vous-mêmes.

    http://www.telegraph.co.uk/news/religion/10716844/Islamic-law-is-adopted-by-British-legal-chiefs.html

    On parle même d’un système de justice parallèle ou des tribunaux dans des mosqués règlent les différents entre musulmans, incluant les cas de violence conjugale.

    Donc, l’idée serait que le Québec, sans constitution, conquis par le R-U il y plus de 300 ans, aurait un système autonome du R-U, même si tous jurent allégeance à la Reine, et que le Canada et le Québec font partie du R-U.

    Franchement, je ne sais pas ce qu’il en est, mais quand on regarde la sentence, en droit canadien, cela ne semble pas du tout proportionnel au geste posé. C’est un homicide involontaire et il avait l’intention de la frapper, même s’il n’avait pas l’intention de la tuer.

    Je doute fort que c’était la première fois qu’il la giflait. Je trouve ça très dur à croire. Donc, il y a certainement plus à cette histoire.

    Lisez l’article que j’ai cité en référence.

    Répondre
    • avatar
      5 juin 2014 à 20 08 01 06016
      Permalink

      J’ai lu ton article A. L. je peux déjà imaginer l’Angleterre divisé en plusieurs régimes de droits différent pour chaque ethnie religieuses et incompatible entre eux, quel chaos! J’espère qu’on verra pas cela ni au Canada ni au Québec.

      Répondre
  • avatar
    5 juin 2014 à 19 07 39 06396
    Permalink

    La juge avait certainement ses raisons, et on ne connait pas toutes les circonstances, mais il semble exister une tendance à accepter les différences culturelles dans notre système juridique. Je connais plusieurs musulmans et je n’ai rien à dire contre eux. Ce sont des gens gentils, travaillants et honnêtes

    Il y a des choses qui ne se font tout simplement pas, comme frapper ton enfant avec une force suffisante pour causer son décès. C’est dur à comprendre. On veut croire que la sentence est justifiée, mais c’est difficile de comprendre que la sentence soit si courte. Aucune sentence ne ramènera cette jeune fille en vie et le père devra porter le poids de son geste, peu importe le temps passé ou non en prison. Donc, c’est ça. Une autre histoire plate.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *