Prédicat pur arabica

 

Wallah laadhim, c’est la première fois de ma vie que je grammatise…
Non, tu n’entends rien ou quoi, je parle céfranc pourtant… j’ai dit grammatise, je dirais même que je kilogrammatise…
Merde débouche-toi le nez petit merdeux… tu vois je n’utilise même pas tout mon vocabulaire, j’aurais dû te dire petit morveux, même si tu as un gros nez, j’ai pas l’impression que ça t’aide à te faire sentir…
Non je n’ai pas dit que tu pues, ni que tu puais à l’imparfait parce que je ne suis plus du genre insultant… peut-être parce que je suis un vrai sultan…
Tu as vu passer la rime… parce que l’expression aurait été plus inspirée si j’avais dit que j’étais un vrai seigneur… putain l’accord du verbe c’est comme un petit déjeuner sur l’herbe : tu tartines en imaginant la plus belle colline.
Voilà, voilà, je te fais au passage un petit cours de grammaire.

Quoi ? Qu’est-ce que tu me chantes ?
Tu as horreur de cette matière ?
T’es mal barré mon frère… si l’extrême droite passe, tu ne te verras même pas franchir la frontière, c’est le retour au bled pour tous ceux qui ne maitrisent pas la langue de Molière.
Comment veux-tu que je te l’explique en deux mots, non je ne suis pas MDR,… je suis vénère, c’est du verlan, il vaut mieux dire : je suis énervé… ou j’ai les nerfs à vif mais dans ce cas ça veut dire que je suis à deux doigts de t’arracher la tête.
Non ! Je ne m’énerve pas. Tu m’énerves.
C’est le même verbe, mais c’est pas le même sujet, et le sujet, c’est toi , pigeon… Ça y est… tu as pigé que c’est toi le pigeon, que pour baiser l’occupant, il faut maitriser son dialecte et être au diapason avec sa conjugaison… désolée si je te parais pédante mais j’ai horreur des pédés qui mettent la langue où tu sais, au lieu de la tourner sept fois dans leur palais.

Non, arrêtes avec ces clichés abscons, je veux dire à la con, l’éducation nationale ne cherche pas à nous pourrir la vie, elle fait tout pour qu’on ne lui pourrisse pas la sienne.
Il n’y a rien de moins compliqué, ils ont même tout simplifié pour que nous leur parlions ni arabe, ni hébreu.
Ouvre bien les yeux même si tu es au téléphone :
Avant une phrase était composée d’un sujet, d’un verbe et d’un complément, direct ou indirect peu importe. Il y avait trois entités pour dire quelque chose de sensé.
Par exemple : nique ta mère.
Le sujet c’est moi, niquer c’est le verbe approprié et ta mère fait office d’objet. C’est curieux ? Eh tarba, ça n’a rien de curieux… mais j’ai l’impression que ton vœu a été exaucé : figure-toi qu’ils ont coupé la poire en deux. Ils ont compris que ce n’était pas très clair pour les écoliers d’origine étrangère : les rebeux, les renois et les jeufe… (c’est feuj en verlan) ne sois pas relou, écoute-moi :
Et ne te casse plus la tête : il n’y aura plus de sujet, de verbe ni de complément, surtout qu’on ne sait jamais où, quand et comment ça se passe … on efface tout et on n’en retient plus que deux : un sujet et un prédicat.
Oui, je sais que c’est nouveau, mais comme tu ne sais rien de l’ancien, estime-toi heureux.
Je reprends le nom de ton groupe de rap de merde : Nique ta mère :
Le sujet, c’est toujours moi, la nique et ta mère deviennent le prédicat.
C’est simple comme bon-jour !
C’est le code d’accès le plus commode pour analyser ton merdier…
Par exemple :
Si je dis que je nique ta mère, ton père, ta sœur et ton frère, c’est toujours moi le sujet et tous les membres de ta famille constituent : le prédicat.
Et même si je les nique pas, je fais juste avec eux un pique-nique, ils auront toujours la même fonction grammaticale : prédicat.
Comment tu vas le retenir ?
Il n’y a pas plus facile, ça rime avec CACA…
On ne te demande plus à qui, à quoi, ni pour qui, ni pour quoi mais dis moi juste ton prédicat et j’étudierai ton cas !

https://www.lejournaldepersonne.com/2017/01/predicat-pur-arabica/

 

Pour soutenir Personne et son journal, ses créations : https://www.lejournaldepersonne.com/carte-dabonnement/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Une pensée sur “Prédicat pur arabica

  • avatar
    22 janvier 2017 à 16 04 43 01431
    Permalink

    Maintenant je sais ce qu’est un predicat. Et je sais comment le retenir, ca rime avec caca.
    Merci pour le cours.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *