Qu’appelle-t-on un pauvre ?

Qu’appelle-t-on « un pauvre » ?
Celui qui a moins de 900 euros par mois pour vivre ?
Non, car il y a plus pauvre que lui.
Celui qui a moins de 450 euros par mois pour vivre ?
Non plus, car il y a plus pauvre que lui.
Celui qui a moins d’un euro par mois pour vivre?
Même plus, car il y a plus pauvre que lui.
Celui qui a zéro euro par mois pour vivre ?
Peut-être bien que oui… peut-être bien que non.
Les paramètres dépendent des périmètres.
Le temps n’est pas le même pour un esclave ou pour un maître.Qu’appelle-t-on « un pauvre » ?
Je viens de feuilleter un texte passionnant qui introduit l’absoluité au cœur de la relativité du roman religieux :
« Jésus bénissait les pauvres parce qu’ils étaient généralement sincères et pieux, il condamnait les riches parce qu’ils étaient généralement libertins et impies. MAIS il condamnait aussi les pauvres quand ils étaient impies et louait les hommes fortunés quand ils étaient pieux et consacrés ».
Pour lui, c’est donc la piété qui fait le tri entre les pauvres et les riches. Par piété il faut entendre : non pas la quantité mais la qualité de la Foi, autrement dit, la vertu… la droiture à distinguer de la pourriture.

Qu’appelle-t-on « un pauvre » ?
Politiquement, nous n’avons plus la même acception ni la même conception qu’un siècle auparavant. On opposait les bourgeois et les prolétaires, les possédants et les possédés, les nantis à tous les damnés de la terre.
Et on parlait de lutte de classes qui ne sont jamais de guerre lasses… Mais cette lutte n’est plus ce qu’elle était.
La collaboration a pris le relai. On a mis tous les œufs dans le même panier.

Le pauvre ne crève plus, il marche et nous fait marcher.
Il ne refuse plus, il accepte le marché, même si on y vend son corps ou son âme.
Il réclame son sésame. Il exige sa part de gâteau. Il ne veut plus subir ou s’appauvrir mais agir et s’enrichir.
Le mal être le blesse, le bien être l’intéresse.
Il ne croit plus à sa vocation d’agent de lutte contre la pauvreté mais à son ambition de prétendre à un tout autre BUT : devenir riche… un pauvre capitaliste.
Plus d’autre idéal que le capital, la capitalisation… même au prix de la plus sordide capitulation.
La droitisation est extrême et sans auto-culpabilisation.

La gauche est vidée de sa moelle osseuse, elle devient creuse.
Elle s’est considérablement appauvrie, devenue très pauvre… miséreuse ou oiseuse.
La misérable n’a plus d’espérances nourricières sur la table. Elle écologise ou économise en vain sans parvenir à sauver sa mise.
Elle est devenue impopulaire surtout dans les couches populaires… Son universel est devenu particulier… car le peuple ne croit plus au peuple, il s’est émancipé en changeant de main son épée. Il est droitier, intéressé, il ne veut plus envier mais être envié, enviable. C’est plutôt drôle comme réponse : le pauvre ne supporte plus l’étranger, le réfugié, le va-nu-pieds… pour une question de concurrence déloyale.
Il n’est pas plus xénophobe, islamophobe ou homophobe que le riche. Il veut tout bêtement se payer les plus belles robes.
Ça rime avec tous nos microbes.

http://www.lejournaldepersonne.com/2016/03/quappelle-t-on-pauvre/

affiche L'école subversive avec montage, peinture de Personne tenant un masque

Campagne prévente de tickets, soutien du film de Personne L’école subversive, La Révolution en 90 leçons bientôt sur la toile : http://www.lejournaldepersonne.com/campagne-de-soutien-du-film-lecole-subversive-la-revolution-en-90-lecons-prevente-dacces-et-coproducteur-donateur-jusquau-26-janvier/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d’actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d’assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L’humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n’est l’otage d’aucun parti, prisonnier d’aucune opinion, dupe d’aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l’événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

3 pensées sur “Qu’appelle-t-on un pauvre ?

  • avatar
    17 mars 2016 à 14 02 39 03393
    Permalink

    C’est drôle que je tombe sur ce texte précisément le jour (très occasionnel) où je viens visiter le site des 7 du Québec! En effet, je viens tout juste de terminer un petit livre qui paraîtra au début d’avril aux éditions Novalis et qui porte exactement sur cette question de la pauvreté: qui est pauvre ou pas, comment et pourquoi, une affaire de perspectives essentiellement, et qui a effectivement beaucoup changé depuis la Révolution industrielle de 1850.

    Le livre s’intitulera La «pauvreté» vous rendra libres!, Essai sur la vie simple et son urgente actualité (144 pages).

    Dominique Boisvert, Scotstown, http://www.dominiqueboisvert.ca

    Répondre
    • avatar
      21 mars 2016 à 13 01 49 03493
      Permalink

      Bonjour !

      A mes yeux, s’il y est question de la notion de la pauvreté et de nos désirs, le propos du billet de Personne est d’amener à réfléchir sur nos valeurs quel que soit notre position sociale, mais aussi la politique souhaitée par et pour le peuple plus que d’amener à bien vivre sa « pauvreté ». Car si à titre individuel on peut le faire et voir la richesse autrement, il n’en reste pas moins qu’il y a des problèmes avec la façon dont est réparti la « richesse » / les ressources. Au sens où de diverses études, il apparaît que ce qui pose problème dans un pays, ce n’est pas tant le niveau moyen de richesses que les inégalités de répartition qui ne sont pas naturelles mais structurelles. Alors d’accord pour bien accepter son sort, mais il y a des politiques à mener et à réfléchir sur ce qui serait souhaitable pour le bien commun.

      conférence sur l’impact des inégalités économiques (vostfr, sous-titres à activer s’ils ne s’affichent pas, bas droite de la barre de lecture, à gauche du ptit engrenage) : https://youtu.be/cZ7LzE3u7Bw

      Résumé sur répartition dans le monde avec utilisation d’outils financiers au détriment de certains pays : https://www.youtube.com/watch?v=K3sUJyyX4cg

      Un point de vue sur le rôle des ONG (vostfr) : http://youtu.be/dz5sOeD53Rc

      Une définition de la paix https://www.youtube.com/watch?v=cibEPK7mTsI

      Répondre
    • avatar
      21 mars 2016 à 13 01 51 03513
      Permalink

      Et sinon, mes vœux pour que votre livre trouve ses lecteurs.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *