QUE S’EST-IL PASSÉ EN BOLIVIE?

Par  Nuevo Curso. Traduction

 

This article is available in English and Italiano on this webmagazine:
20.11.2019-Gilets jaunes-English-Italiano-Spanish

This article is available in Spanish here and in Portuguase here.

 

Evo Morales s’exile au Mexique. Le message à gauche, à commencer par le président d’Argentine, est que « l’armée a fait un coup d’État« . Cependant, les militaires sont sous la coupe d’Evo et sont du parti d’Evo, qui est responsable du cadre institutionnel et qui, aujourd’hui, institue un gouvernement provisoire. D’autre part, le président des États-Unis bluffe comme s’il s’agissait du résultat de son ingérence, mais bien que le gouvernement du MAS et les services américains aient toujours joué la guerre de l’attrition, il est également possible de s’offrir une couverture internationale orchestrée par Bolsonaro (Brésil).  Que s’est-il donc passé en Bolivie?

 

 

  1. Evo et les élections

 

L’entêtement de Morales et de Linera à se présenter aux élections présidentielles au-delà du mandat constitutionnel a conduit tout d’abord à un référendum – qu’il a perdu – puis à une suspension constitutionnelle qui a divisé son propre parti. Pablo Solón, haut responsable du gouvernement de Morales a écrit ceci :

 

« Evo Morales aurait terminé son troisième mandat le 22 janvier 2020 avec une grande popularité et avec la possibilité de se présenter aux élections de 2024 pour un quatrième mandat. En tant que président de la Bolivie: a) il a ignoré le référendum de 2016 qui avait dit NON à sa réélection, b) a promu en 2017 que la Cour constitutionnelle suspende les articles de la Constitution qui prévoient qu’une personne ne peut être réélue qu’une seule fois, c ) a fraudé aux élections du 20 octobre pour éviter un second tour et imposer la majorité de son parti au parlement. »

 

Et à propos des « irrégularités », il n’y a pas de doute. Morales, qui a facilement remporté le premier tour, voulait éviter à tout prix un second tour. Le décompte rapide s’est arrêté, la « société » a déclaré que cela avait été ordonné par le président du tribunal suprême électoral et la « société » a coupé internet et l’électricité pour empêcher de continuer le travail de décompte électoral. Par la suite, la société engagée par le tribunal lui-même a déclaré que le processus électoral était « nul et non avenu ». Enfin, le rapport de l’OEA indiquait que les résultats n’étaient pas valables.

 

  1. La révolte de la petite bourgeoisie

 

La vérité est que le coup d’État n’a surpris personne, ni amis ni ennemis. Si la faction hégémonique du masisme (MAS) s’est jetée sur cette pente glissante, c’est parce qu’elle considérait la rue et savait que Carlos Mesa n’avait pas derrière lui un tissu social organisé capable de réagir; de plus, il ferait davantage d’efforts pour contenir  la bourgeoisie de Santa Cruz, qui est contre le président, s’engageant éventuellement dans une campagne judiciaire épuisante et infructueuse.

 

Mais les 14 années de croissance ont renforcé la petite bourgeoisie régionale comme jamais auparavant. La bourgeoisie aymara, emblème d’Evo – qui choisissait auparavant les dirigeants aymara – était définie en tant que telle – n’avait plus besoin du président. A côté d’elle, la petite bourgeoisie et la bourgeoisie quechua des villes montagnardes, qui avaient toujours soutenu le MAS à distance et toujours en échange de privilèges locaux, tournaient la page.

 

Le tandem Morales-Linera le savait bien et les résultats – à la fois convaincants et favorables au MAS dans les régions de la petite bourgeoisie paysanne – le confirmaient. Et quand il a commencé, très symptomatiquement, à Cochabamba, ÉVO s’est moqué de cette petite-bourgeoisie en proposant de lui donner un séminaire sur la façon d’organiser les grèves. Le rôle de premier plan joué par les étudiants universitaires de type « nouveaux riches » ne les a pas aidés à le prendre au sérieux.

 

Lorsque les manifestations se sont propagées, la division entre la petite bourgeoisie de la campagne et celle de la ville était évidente. Mais Morales, au lieu de jouer prudemment, a repris la vieille tactique et a ordonné aux villes environnantes de mettre en scène les conditions d’une guerre civile.

  1. Le fond interne: les fondements d’une nouvelle alliance des classes dirigeantes

 

La preuve que, loin d’un coup d’État planifié, ce qui s’est passé en Bolivie est une révolte spontanée de la petite bourgeoisie urbaine, entraînée par leurs enfants étudiants, c’est le retard pris par Santa Cruz pour entrer dans la révolte. La bourgeoisie de Santa Cruz, raciste, et soucieuse de créer une identité différenciée (elle est passée en quinze ans du néo-nazisme à un séparatisme de la « culture llanera » et des Mariachis inspirés des feuilletons mexicains et vénézuéliens) rejette Mesa autant qu’Evo et elle était réticente à participer au coup d’État.

 

Bien sûr, quand il l’a fait, animé par le Brésil, il l’a fait avec toute la fureur, en oubliant son ancien séparatisme et avec les sinistres meapilas de Camacho. Mais même Camacho dans son hallucination Bolsonarista s’est rendu compte que ce qui se passait était un mouvement des classes populaires qui encourageait les bourgeois et les alto-colombiens à former une nouvelle alliance du pouvoir. Le mouvement interne est le même qui a conduit Lénine Moreno à succéder à Correa – d’abord en tant que dauphin – et Vizcarra à balayer Fujimori au Pérou. Dans le monde andin, la nouvelle bourgeoisie n’a plus besoin d’un régime d’exception ni de confrontation avec les anciennes oligarchies. Le masismo, le correismo et même le Fujimorisme gênent la fusion toujours souhaitée des intérêts continentaux.

 

La scène ou Camacho qui demande le respect de la Whipala ce matin, en dit plus long sur les mouvements de classe qui dirigent les courants de fond dans les pays andins que le journal ne le rapporte. Qui n’est pas à sa place? Les militaires et la police. Par conséquent, comme l’a fait remarquer le ministre argentin des Affaires étrangères, Faurie, les militaires sont loin d’essayer de prendre le pouvoir par leurs propres moyens.

 

La police est d’abord allée défendre les secteurs liés au parti gouvernemental. Le cas le plus emblématique s’est produit à Cochabamba. Les premières semaines ont été marquées par une intense confrontation des jeunes contre les groupes du MAS et la police. Pour garantir le soutien de la police, le gouvernement d’Evo Morales leur a octroyé une « prime de fidélité » de 3 000 Bs (431 USD) pendant le conflit. Après des jours et des nuits d’affrontements permanents avec la population, la police s’est mutinée. Ce n’était pas une décision de l’État-major de la police mais de la base. Le gouvernement a tenté de négocier avec la police en changeant certains commandants mais les émeutes se propageaient dans la plupart des garnisons.

 

Le haut commandement militaire est en faveur d’Evo Morales, comme en témoignent les déclarations de son commandant en chef. L’armée en Bolivie est le seul secteur à percevoir 100% de son salaire. Sous le gouvernement d’Evo Morales, ils ont obtenu une série d’avantages, de sociétés et d’ambassades. Cependant, le calcul politique du chef militaire était que sortir dans la rue représentait une situation à haut risque car il pourrait ensuite être poursuivi et emprisonné comme ce fut le cas lors du massacre d’octobre 2003. Dans ce contexte, l’armée a décidé de ne pas sortir pour faire face aux  manifestations anti-gouvernementales et, après avoir pris connaissance du rapport de vérification de l’OEA, « a suggéré » la démission de Evo Morales. Avec cette attitude, les militaires, au lieu de chercher à prendre le pouvoir, veillent à leurs intérêts et à leur institution.

 

  1. Le jeu impérialiste et la puissance montante du Brésil

 

Les intérêts impérialistes brésiliens ont toujours été exprimés avec force en Bolivie. Rappelez-vous simplement la « médiation » entre Lula et l’opposition en 2008, qui a suivi une menace directe d’intervention militaire à Santa Cruz. À l’arrière-plan, le gaz, stratégique pour l’industrie de São Paulo, mais aussi la lutte pour l’aménagement du corridor biocéanique et le rôle de la Chine et de l’Europe dans celui-ci. Bolsonaro, au-delà des commentaires de campagne raciste, s’est vite tourné vers le « pragmatisme » habituel envers son voisin, mais il n’a pas cessé d’encourager et de susciter la bourgeoisie à laquelle le président et sa base sociale sont liés par des liens économiques et affinités politiques directes. Il a non seulement été le premier à faire un discours, mais également le premier à en faire une ligne de démarcation.

 

Comme nous l’avons fait remarquer vendredi dernier, il s’agit du premier cas dans lequel le Brésil bolonais est impliqué dans un changement de gouvernement violent. C’est sa première réponse au « groupe de Puebla » et le premier épisode de quelque chose qui, on peut le croire, va devenir un modèle de conflit inter-impérialiste en Amérique du Sud. Le fait que Trump insinue le mérite des Yankees deux semaines plus tard montre que Bolsonaro est derrière les Etats-Unis … sans obtenir de crédit de la part de l’ancien employeur qui le regarde tous les jours avec plus de confiance.

 

Par ailleurs, la continuité entre macroisme (!) et péronisme dans la gestion de la crise argentine, coordonnée avec la participation directe de Faurie et Alberto Fernández, est également remarquable. La crise est encore loin de se dissiper et l’Argentine joue son premier match pour un pays interposé avec le Brésil.

 

Conclusions

 

 La dynamique interne en Bolivie est celle de la réorganisation du bloc de classe dominant. Dans toute la région andine (Bolivie, Équateur, Pérou), les factions bourgeoises ascendantes avec les régimes bolivariens et le populisme Fujimoriste dans le feu de l’internationalisation guidée des capitales nationales se débarrassent de la coquille politique qui a servi à accéder au pouvoir politique pour la première fois.

 

Les petites bourgeoisies associées à ce processus sont fractionnées entre les couches urbaines, qui craignent que la crise et la guerre commerciale ne conduisent à une situation qui les laissera de côté et à la petite bourgeoisie agraire indigène. Ce dernier s’accroche au bolivarisme parce qu’il ne veut pas perdre la protection de l’État, comme cela était très clair en Équateur et en Bolivie.

 

Le résultat est une double révolte petite-bourgeoise qui traverse, avec des intérêts contradictoires villes et campagnes, un réarrangement politique régional. Paysans et étudiants se révoltent contre les mesures d’ajustement de Lénine Moreno en Équateur, révolte de la petite bourgeoisie urbaine entraînée par les étudiants (leurs enfants) en Bolivie contre Morales.

 

Sur le conflit de classe interne, la ligne de démarcation entre les impérialismes régionaux se superpose. Une fois de plus, la révolte des petits bourgeois, incompétents et sans destin historique, est instrumentalisée par l’impérialisme d’un immense voisin. Dans le cas de la Bolivie, le Brésil, qui a encouragé le peuple de Santa Cruz, a fourni une couverture et des assurances internationales. En revanche, l’armée qui commence à émerger autour du « groupe de Puebla », non moins impérialiste mais toujours plus faible, mesure ses forces avec le Brésil dans un territoire voisin de l’Argentine et du Pérou et avec le Chili et le Brésil de l’autre côté.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

2 pensées sur “QUE S’EST-IL PASSÉ EN BOLIVIE?

  • avatar
    12 novembre 2019 à 19 07 22 112211
    Permalink

    Salut à toutes et à tous,

    Je cite : « La preuve que, loin d’un coup d’État planifié, ce qui s’est passé en Bolivie est une révolte spontanée de la petite bourgeoisie urbaine, entraînée par leurs enfants étudiants, c’est le retard pris par Santa Cruz pour entrer dans la révolte. La bourgeoisie de Santa Cruz, raciste, et soucieuse de créer une identité différenciée (elle est passée en quinze ans du néo-nazisme à un séparatisme de la « culture llanera » et des Mariachis inspirés des feuilletons mexicains et vénézuéliens) rejette Mesa autant qu’Evo et elle était réticente à participer au coup d’État. »

    La fin du paragraphe contredit son début. Ça montre tout le sérieux de ce texte.

    Bien à vous,
    do
    http://mai68.org/spip2

    Répondre
  • Ping :Changement de la garde de gauche par la garde de droite en Bolivie – les 7 du quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *