QUEL EST L’AGENDA DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC?

  
 

 Cette question devrait normalement nous conduire aux grandes attentes et priorités du Peuple Québécois ainsi qu’aux moyens les plus efficaces et les mieux adaptés pour y répondre.  Un agenda entièrement orienté tout à la fois à la satisfaction des besoins en santé, en éducation, en environnement, en transport, en alimentation, en habitation ainsi qu’à la mise en valeur maximale de toutes les richesses en ressources naturelles et en solidarité fiscale pour répondre à ces attentes. À toute fin pratique, un agenda fondé et défini par les besoins et les attentes du peuple, fondement de toute démocratie. En d‘autres mots l’agenda d’un gouvernement, élu par le peuple pour assurer la gérance de l’État en fonction des exigences du Bien commun.

Mais voilà que tout n’est pas aussi limpide et transparent. Je termine présentement la lecture d’un livre que tous les Québécois et Québécoises devraient lire. Ceux et celles qui fréquentent assidument Vigile.net en auront lu plusieurs extraits. Il s’agit du dernier né de Richard Le Hir, « Desmarais, La dépossession tranquille » (2012).

Ce qu’on y découvre c’est que l’agenda de nos gouvernants ne s’appuie plus sur les impératifs du bien commun, mais sur les intérêts de cette super puissance financière aux mille tentacules et dont le nom qui en couvre toute la réalité est nul autre que Paul Desmarais, père.  On y découvre que le glissement progressif de nos richesses et de nos sociétés d’État vers le privé est subtilement planifié et exécuté par des acteurs et actrices aux doubles visages qui ont pris place aux endroits les plus stratégiques et décisionnels de l’État et de ses Sociétés. On y découvre également, à travers ces mouvements, que le peuple y perd au change et que les déficits accumulés lui sont refilés par le moyen de coupures dans les services et par l’augmentation des coûts dans certains autres, comme c’est actuellement le cas avec la hausse des frais de scolarité. Nous réalisons que nos gouvernements ne font pas de la gérance des biens du peuple pour le peuple, mais, plutôt, de la « régence » de ces biens en fonction des intérêts de cette super puissance financière.

Cette réalité n’est plus une vision de l’esprit, inspirée par des idéologies de gauche ou des suppositions d’esprits en mal de publicité, mais elle surgit de faits bien documentés et la mise à nue de ceux et celles qui se prêtent à cette trahison.

Lorsque les étudiants demandent, dans la situation actuelle, une trêve pour permettre, d’une part, le retour aux classes et d’autre part, pour prendre le temps de regarder l’ensemble du problème du financement de l’éducation, ils se fondent finalement sur le fait qu’ils sont partis de ce peuple et que les dirigeants politiques se doivent d’analyser avec eux les diverses alternatives qui permettraient de résoudre les problèmes en suspens. Supposons un seul instant que ce soit Paul Desmarais, père, qui demande cela à Jean Charest.  Ce dernier s’empresserait d’y acquiescer.

Récemment, Lucien Bouchard a pris la parole pour appuyer de tout son prestige de « lucide » et d’ancien Premier ministre la position du gouvernement Charest portant sur l’augmentation des frais de scolarité. Voici le commentaire que cette sortie m’a inspiré.

« Le vrai Lucien Bouchard – Dommage, mon cher Lucien  ! Tu sais que la « crédibilité » est un bien précieux qui permet de faire beaucoup avec l’appui d’un peuple. Tu sais aussi que pour durer dans le temps il faut que celui qui en est gratifié fasse preuve de fidélité aux valeurs qui en ont été le fondement. Ton engagement au côté du Peuple québécois, ton peuple, en a fait rêver plusieurs. Ce Peuple est toujours là, mais tu n’y es plus comme celui qui croit en lui, en sa capacité de s’assumer et de tirer tout le profit possible des immenses ressources dont il est le propriétaire et le maître. Tu sais que ces ressources, exploitées et développées au profit de ce dernier, permettraient, entre autres, de financer des soins de santé de qualité, une éducation gratuite, accessible à tous et à toutes, des soins adaptés pour nos personnes âgées et des opportunités de travail à tous les niveaux du développement du Québec.

Mais voilà que tes revenus de pension, comme ancien ministre fédéral et ancien Premier ministre du Québec, n’auront pas été suffisants pour entretenir ta passion pour un Québec indépendant. Des offres, sans doute plus alléchantes, t’ont transformé en négociateur de premier plan pour soutirer le maximum des richesses de ce peuple, ton peuple, aux prix les plus bas, afin d’assurer à tes nouveaux employeurs les profits les plus élevés.

Voilà pourquoi, mon cher Lucien, ta crédibilité n’y est plus. Tu peux toujours t’adresser au peuple, en tant que lucide ou « brillant » ou encore en tant qu’ancien Premier ministre, mais le peuple n’y est plus, il ne croit plus en toi. Tu as choisi de servir les intérêts des grandes oligarchies, c’est ton droit, mais ne viens plus raconter des histoires que tu travailles pour les intérêts du peuple québécois et que ton souhait le plus cher est son bien. L’illusion a assez duré. Il te faut maintenant marcher à visage découvert et, comme nous disaient nos parents, t’assumer pleinement dans ce que tu es vraiment, sans le peuple. » Oscar Fortin – commentaire – 3 m

Lorsque nous parlons de démocratie oligarchique, nous parlons de cette démocratie où ceux qui ont véritablement le pouvoir n’ont pas besoin de se rendre aux urnes pour voter. Ils savent à l’avance sur qui compter, tout simplement parce qu’ils les y ont placés par des moyens autres que les votes.

Il en va différemment avec la véritable démocratie qui se fonde sur la volonté et le pouvoir du peuple. Ce dernier n’est pas là seulement pour voter, mais également pour participer à la gouvernance et à suivre ce qui s’y passe. Cette démocratie ne plaît pas aux premiers et l’on comprend pourquoi. Ils veulent occuper toute la place.

Merci  à M. Richard Le Hir pour son excellent livre.

Oscar Fortin

Québec, le 6 mai 2012

http://humanisme.blogspot.com

.

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.

28 pensées sur “QUEL EST L’AGENDA DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC?

  • avatar
    6 mai 2012 à 8 08 40 05405
    Permalink

     » Les hommes en noir III « 

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 9 09 01 05015
    Permalink

    Excellent texte, M. Fortin
    À quoi pourrait servir l’indépendance du Québec si le Québec ne sort pas de la recette mondialiste présente sur tout le globe? Nous sommes pauvres par déviation de nos richesses collectives. Parler de « richesses collectives » dans un tel contexte, est un mensonge au peuple québécois.
    Le « trium vrais rats » dont vous affichez la photo est assez « représentative » de cette fausse démocratie.
    En ce dimanche de vote en France, je crains que Sarkozy soit réélu. Même la petite teinte de socialisme – que craignent tant la petite bourgeoisie française – ne changerait sans doute rien au grand courant.
    M. Bouchard, vendeur porte à porte de gaz de schiste… C’est encore une teinture américaine et le déguisement en Elvis lui va à ravir. Car tout est à ravir…
    Il faudra en faire plus pour réellement rendre au peuple ce qui lui appartient.
    Bonne journée!

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 9 09 20 05205
    Permalink

    On doit cependant concéder que notre gouvernement du Québec se distingue de tous les autres gouvernements mondiaux.

    Il est le seul à avoir proposé une hausse des frais de scolarité « GRATUITE » jusqu’ici. Ça ne s’est pas vue ailleurs dans le monde. Nous sommes une société distincte, c’est évident.

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 9 09 52 05525
    Permalink

    @Gaëtan Pelletier: J’ai bien aimé votre “trium vrais rats”.
    @lartiste12: Encore une fois vous avez trouvé l’originalité du Québec.

    Merci bien pour votre collaboration

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 12 12 00 05005
    Permalink

    Bonjour Oscar et merci pour ce texte.

    Les Québécois sont vraiment mal informés pour penser que Lucien Bouchard est ou était un séparatiste. Ce serait drôle si ce n’était pas si triste. On peut dire un gros merci à Jessica d’avoir maintenu les gens ainsi dans l’ignorance.

    http://www.vigile.net/Le-vrai-visage-de-Lucien-Bouchard

    Par contre, beaucoup de gens aiment être dirigés et sont prêts à croire n’importe quoi, en autant qu’ils ont leur petit confort. L’unilinguisme français est aussi un handicap majeur. La politique fiscale aussi. Tout pour décourager les petits et moyens entrepreneurs.

    C’est clair que Power dirige beaucoup par la porte d’en arrière, et que Paul Desmarais représente aussi des intérêts étrangers et globalistes. C’est évident. Les Québécois ne comprennent rien quand ils prennent leurs nouvelles chez Jessica, à R-C ou Kébécor.

    http://arcticcompass.blogspot.ca/2010/01/paul-desmarais-web-of-influence-over.html

    D’aileurs, selon un article publié dans La Presse (ironie) en 2003, leur domaine de Sagard de 22 000 acres serait protégé par la GRC ET le FBI.

    http://acilr-cdril.com/CD_No1/A_Web/A_Web0/Everest/SheilaFraserRelation/1970_2003_PauldesmaraisCremalliere_Fr.htm

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 12 12 03 05035
    Permalink

    La démocratie est en phase terminale. Elle est remplacée par des structures qui parfois se font violence pour ne pas oublier d’écrire: Bienvenue aux citoyens. Le préposé aux pancartes serait d’ailleurs responsable de les retourner lorsque nécessaire: Privé.

    Sieur de Bouchard étudie les terrains d’entente et surtout ce qu’on peut en extraire, Il a la coïncidence de rebondir dès que la marmite à dollars mijote. Il a de plus ce pouvoir d’endormir au gaz avec des discours soporifiques, ce qui le désignait sans contredit pour assurer la réalisation de l’innommable dossier. Conscient de son impopularité, Il se déplace avec son garde du corps: son métier.

    Comment lui et d’autres ont-ils pu permettre à leur égo de se hisser au point de faire ombre à tout un peuple?

    Autre dossier:
    Z’êtes sûrs qu’Ali Baba n’avait pas plus de 40 voleurs?

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 12 12 34 05345
    Permalink

    Le mouton blanc se contente d’obéir, le mouton noir, lui, résiste, s’oppose en ayant l’illusion de pouvoir changer le berger. Le fait de poser des actions pour infléchir le berger fortifie ce dernier dans son rôle de tonte des moutons jusqu’à ce qu’il ne reste plus de laine et les conduit à l’abattoir tout en leur faisant croire que c’est pour leur bien. Touchons-nous à la fin de l’humanité ? Ça en a tout l’air. Mais ce n’est la fin, l’évolution, elle, continue avec ou sans nous…Réjouissons-nous !

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 12 12 37 05375
    Permalink

    Aurait dû se lire: Mais ce n’est pas la fin. L’évolution, elle, continue avec ou sans nous…Réjouissons-nous !

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 13 01 28 05285
    Permalink

    Le petit peuple a toujours été dirigé. C’est un système dans lequel on est enregistré à la naissance. La seule façon de s’en sortir est de se désenrengistrer et d’informer ceux qui dirigent que vous avez compris qui vous êtes et que vous allez vous comporter en conséquence. Au bout du compte, votre condition n’est pas la faute de l’un ou de l’autre, même si vous désapprouvez de leurs actions. La responsabilité revient à chacun, et la solution est individuelle. Certains comprendront, la plupart non. Vous n’avez pas besoin d’être des moutons, mais plusieurs aiment ça, on dirait.

    La mentalité de troupeau, c’est dangereux.

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 14 02 04 05045
    Permalink

    La solution n’est malheureusement ou heureusement pas individuelle lorsqu’il s’agit d’enjeux de société. Puisqu’on a le défaut d’y vivre, on a impérativement la responsabilité de s’en soucier. On peut ajuster sa propre existence en fonction de ses valeurs et sous-tendre à les protéger en refusant tout compromis, en menant les luttes qui s’imposent. On peut par contre difficilement ignorer qu’une lutte est prévue pour chaque parcelle de soleil et que le fait de réussir à en bénéficier à titre personnel prive toute une société de la marche à suivre.

    Au chapitre des moutons, il est souvent désolant de constater l’esprit de bottine qui prévaut, ce qui freine les ardeurs des plus farouches défenseurs. Par contre, au nom de la liberté, de grands hommes ont mené des combats qui incluaient qu’ils en profitent malgré l’apparente fragilité de leur condition de moutons.

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 14 02 07 05075
    Permalink

    Madame Elyan , moi je suis sûr que Ali Baba en plus d’avoir plus de 40 voleurs il contrôlait aussi les  »TITES_PITOUNNES » d<}SRA}EL.
    ]Ca d/rappe encore , mais rapidement , je vous dis que Lucien Bouchard /tait mari/ 'a une ?tats-Uniennes. La ligne Nicolet-des-Cantons , descends drette aux Unis depuis ce temps.
    St/phane Dion est avec Janine Krieber grande amis de Aline la femme de Jean Chrétien , elle enseigne sur le terrorisme.

    Sacrament c'est peut-être pour cela que Monsieur A.L. et Lartiste12 ont parlé de l'armée États-Uniennes à Victo.
    Monsieur Lefebvre , l'armée États -Uniennes(américaine) était peut-être à Victo.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 14 02 33 05335
    Permalink

    Elyan,

    La société est le reflet des individus. Dans l’ensemble, les gens veulent être dirigés, mais ils veulent un bon berger. Quand tu te laisses diriger, tu perds le contrôle. C’est une façon de vivre, j’imagine, de laisser les autres décider pour toi. Plusieurs aiment ça.

    D’autres ont beaucoup d’ambition et veulent diriger. Ce souvent souvent les plus petits esprits, en manque de pouvoir.

    Personnellement, je n’aime pas être dirigé et je n’ai aucume ambition de diriger quiconque.

    En passant, ‘démocratie’ est juste à côté de ‘démonocratie’ dans le dictionnaire.

    http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais/definition/d%C3%A9monocratie/20683

    http://www.thefreedictionary.com/demonocracy

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 14 02 34 05345
    Permalink

    Monsieur Richard Sauvé , la journée que le peuple, citoyens(Moutons) va avoir compris que le berger n’est absolument rien sans son chien et son Âne , les  »BERGERS » en 2012 vont faire des  »FREES GAMES » , en haut.

    Ben weillons donc sacrament , on est plus de 6 milliards et on a  »INTERNET » même haute-vitesse pour certains.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 15 03 15 05155
    Permalink

    Monsieur A.L. , personnellement cela ne me fait rien que l’on me dirige au Québec , car , il faut que l’on dirige quelquepart. Par contre , celui ou celle qui me dirige j’aimerais que ce soit autre chose qu’un(e)  »INNOCENT’ IGNORANT et il faut qu’il soit surtout  »COMPÉTENT » et c’est ce qu’il n’y a pas au Québec. === Il y a des Lois et des règlements qui se doivent être en harmonie avec le Code Civil du Québec , que ceux qui dirigent les Municipalités en premier , les apprennent et on aura pas besoin du Code d’Éthique et de déontologie qui n’est rien d’autre qu’une salopperie fait à la va-vite pour protéger un Gouvernement quelconque de n’importe où..

    Salut encore , Jean Charest , Desmarais et Sarkosy tous à la solde de la  »DROITE ».
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 15 03 44 05445
    Permalink

    P.S. (I beg your pardon) j’oublie toujours , à Tingwick , sauf Monsieur le Maire et le dernier Ti-Nouveau que je ne connais pas trop(donc je ne peut rien en dire) , cé quoi qu’il font là les autres employés , la D.G. et les autres  »ÉLUS » ? La vraie <> , c’est de la tite-biére à côté de Tingwick ou c’est peut-être une bière noire , pis ils ne supportent pas.

    J’ai bien hâte milieu semaine prochaine , si je ne suis pas en tôle. === Cela a l’air capoté mon affaire , mais exigez la  »TRANSPARENCE  » dans votre village , et les saloppes d’en haut vont redescendre partout sur cette  »PLANÈTE ».
    Mes amitiés encore , Jinny et Nenky.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 19 07 14 05145
    Permalink

    Jean-Marie de Serre, pour moi, nous sommes dans un mode de dominants-dominés, l’homme étant toujours dans l’animalité donc c’est la loi du plus fort qui règne et celui qui est le plus fort c’est celui qui possède les plus gros bâtons. Ou bien vous vous conformez (mouton blanc) et alors on vous donne des carottes ou bien vous vous opposez (mouton noir) et vous vous prenez des coups de bâton. Gare à vous J.M.D.S, car vous semblez être du genre mouton noir. Ce que je veux dire, tant et aussi longtemps que nous placerons l’égo à l’avant-plan, rien ne changera c’est-à-dire tant que nous nous prendrons pour des moutons peureux. Qu’est-ce qui fait que les êtres humains ont besoin d’un bon berger ? Ils ont peur. D’ailleurs, le berger connaît très bien ses moutons, il exploite leur peur en brandissant le spectre du méchant loup et arrive en sauveur pour assurer leur sécurité au détriment de leur liberté. Car pour le bon berger, il n’est pas question que ses moutons parle d’émancipation ou de liberté. Oh que non ! Il fait tout en son pouvoir pour que cela n’arrive pas. L’humanité doit devenir responsable en faisant face à ses peurs avec courage et en mettant son mental au service non plus de l’égo mais de l’âme. Le but n’étant pas de confronter le berger et ses méchants loups mais bien de dissoudre cet égo en soi afin d’atteindre un niveau de conscience supérieur et permettre ainsi l’évolution de toute l’humanité. Le temps est venu de sortir de ce comportement animal qui nous afflige depuis des millions d’années, ne pensez-vous pas ???

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 19 07 51 05515
    Permalink

    Aimé Laliberté
    « Le petit peuple a toujours été dirigé »

    C’est un fait. Nous vivons dans des dictatures, peu importe l’étiquette que l’on veut lui accoler que ce soit du capitalisme, du socialisme, du communisme, du fascisme, etc. De tout temps, toutes les autorités, dans tous les domaines, nous ont trompés pour nous garder dans la division et ainsi régner sur les peuples.

    « La seule façon de s’en sortir est de se désenrengistrer et d’informer ceux qui dirigent que vous avez compris qui vous êtes et que vous allez vous comporter en conséquence. Au bout du compte, votre condition n’est pas la faute de l’un ou de l’autre, même si vous désapprouvez de leurs actions. »

    Oui c’est possible de révoquer sa citoyenneté, sa propre mort civile en quelque sorte pour en finir avec cette fiction. Très peu l’ont fait à ce jour mais de plus de plus de personnes se souviennent de qui elles sont et vont aller dans ce sens. Chaque être humain est créateur de ce qui lui arrive, qu’il en soit conscient ou non. Je ne désapprouve ni approuve les actions des autorités extérieures. Je reconnais que la seule autorité à laquelle je dois obéissance est en moi. Je suis un être souverain illimité. La notion de souveraineté ne peut s’appliquer à un état/pays qui n’est ni plus ni moins qu’une limite. Avant tout, j’habite un territoire et non un pays, concept strictement fictif.

    « La responsabilité revient à chacun, et la solution est individuelle. Certains comprendront, la plupart non. Vous n’avez pas besoin d’être des moutons, mais plusieurs aiment ça, on dirait.

    La mentalité de troupeau, c’est dangereux. »

    La solution à tout ce bordel est en effet individuelle. La plupart (les moutons blancs/noirs) n’opteront pas pour ce choix parce qu’ils ont trop peur de l’inconnu et préfèrent la sécurité du berger à la grande aventure qu’est la vie…la liberté. Effectivement, la mentalité de troupeau (l’égo) le conduit à sa perte. En fin de compte, l’homo sapiens n’est sûrement pas la finalité de l’univers n’en déplaise à beaucoup.

    Répondre
  • avatar
    7 mai 2012 à 13 01 22 05225
    Permalink

    Monsieur Richard Sauvé , pendant 20 ans j’ai mis mon mental au service de mon âme , et depuis les 20 dernières années , j’ai mis mon mental au service de mon  »ÉGO et de mon ÂME ».
    Je le surveille mon Égo et tant que ses oreilles n’enfleront pas trop : je continue. === Monsieur Sauvé , n’oubliez pas que ceux qui nous dirigent ,( et ce du Municipal au Clérical ) , n’ont pas d’âme ni d’égo : CE SONT DES DIEUX , cela fait que croyez-moi que je vais m’arranger pour qu’ils aillent tous au ciel.

    Monsieur Richard Sauvé , si mon comportement animal avait pris place avant ces derniers 20 ans , je n’aurais pas été prêt. === Maintenant je le suis et demain je vais l’être encore , prêt et plus que encore pis yienck en masse.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    7 mai 2012 à 14 02 22 05225
    Permalink

    Monsieur Richard Sauvé , j’ai oublié de dire que je suis un MOUTON NOIR et même très noir. Je connais les Coyottes et les Loups de mon coin de pays. La Nature a appris aux moutons libres que quand le Coyotte ou le loup est BEN PLEINS , ils se couchent et dorment. === Par contre , les Coyottes et les Loups qui n’ont que 2 pattes ne sont jamais pleins , ni intellectuellement , ni physiquement car ils n’ont pas besion d’aller à la chasse , ils achètent tout.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • Ping : Quel est l’agenda du Gouvernement du Québec * | hda-quebec-info.com

  • avatar
    7 mai 2012 à 20 08 51 05515
    Permalink

    J.M.D.S

    Vous confirmez, par vos propos, que vous êtes bien un mouton noir, tout comme moi. Le berger carbure à l’égo comme le mouton d’ailleurs, qu’il soit blanc ou noir. Indubitablement, le berger vit dans le monde de l’égo et n’a pas l’intention de laisser aller son pouvoir. Cependant, ce qui nous distingue du berger, c’est que nous avons tout à perdre et, pour cette raison, c’est nous qui allons changer. Pas en affrontant le berger au niveau de l’égo mais bien en mettant notre mental au service de notre âme. Ainsi, la guerre est finie avec le berger, le gouverne-et-ment et les autorités extérieures. Dorénavant, je reconnais que la seule autorité à laquelle je dois obéissance est en mon âme. Quand l’individu prend conscience de sa véritable identité, il est alors amené à se comporter non plus en mouton peureux mais bien en être souverain tout-puissant. J’avoue que de dissoudre l’égo est un travail des plus difficiles mais pas impossible. Alors qu’est-ce qu’un berger peut faire quand un mouton n’a plus peur ??? RIEN !!! En terminant, la peur est à l’égo ce que l’amour est à l’âme. Là où il y a de la peur, il n’y a pas d’amour. Ça vous traduit bien le monde dans lequel on vit.

    Sincèrement, avec affection !

    Répondre
  • avatar
    8 mai 2012 à 14 02 52 05525
    Permalink

    Monsieur Richard Sauvé , cela a brassé fort dans mon village hier soir , comme je disais à Papi , allez voir sur Facebook , une page du journal local est là.

    Le nouveau Code d’Éthiques et de Déontologie de Tingwick , c’est dégueulasse , et  »ILS » pensent que je vais avaler cela.
    Désolé Jean Charest et Yvon Vallière , votre Code je l’ai de travers dans le cul , tant et aussi longtemps , qu’il ne sera pas à point.

    Je redis encore , mais on ne parle pas des peines que le citoyen peut prendre contre le comportement de la D.G. et de l’inspecteur Municipal qui mettent les dossiers sur la tablette d’en bas.

    Salut encore Ti-Jean et Zivon.

    Affectueusement à vous aussi , Monsieur Richard sauvé , mais dites-moi , est-ce que c’est mon âme ou mon égo qui vient de commenter là ? === Je suis aussi un très bon  »CHIEN DE GARDE » , même si mes connaissance sont très limitée.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    8 mai 2012 à 15 03 43 05435
    Permalink

    Monsieur Oscar Fortin , je cherchais un texte pour Madame Dessureault et j<ai tomb/ sur ceci , si cela ne s<affiche pas ici je vais le mettre sur Facebook , je cherchais 'a l<endroit des singes que la queue d<en avant leur tombe quand quand ils baisent n<importe o'u. === Monsieur Allard m<avait dit d<aller sur cent-papier , mais…..:cela n<a pas coll/. d/sol/ , c</etait tr'es bon.

    Mais pourquoi quand je veux coller ici , en plus de faire des fautes , ]ca colle pas .
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    9 mai 2012 à 0 12 24 05245
    Permalink

    J.M.D.S

    Vous n’avez pas besoin de plus de connaissances. Vous les avez toutes en vous comme chacun de nous. Vous et moi ainsi que toute l’humanité avons plutôt besoin d’élever notre état de conscience pour permettre une dissolution de notre égo…et ça commence à presser.

    Combattre les autorités, c’est ce qu’elles veulent. Pourquoi ? Parce qu’elles cherchent à garder ce lien de dépendance entre nous et elles, nous leur donnons leur raison d’exister, en quelque sorte nous leur donnons la vie si je puis m’exprimer ainsi. Nous les créeons. Et ils sont morts de peur à l’idée que nous décidions de quitter cette relation, de peur de perdre l’emprise qu’ils ont sur nous. Sans nous, ils ne peuvent plus exercer leur pouvoir, pouvoir que nous leur avons légué en passant. Donc, en reprenant notre pouvoir, nous allons retrouver notre souveraineté individuelle et alors les autorités extérieures ne pourront plus rien contre nous et elles s’évaporeront à tout jamais.

    Si vous avez suivi mon raisonnement, c’est votre âme qui vous libèrera, jamais votre égo. Ce dernier vous maintiendra toujours en guerre contre les autorités extérieures qui n’existent que parce que vous les avez créées. Vous devez obéissance à l’autorité en vous, votre âme. C’est pour ça que je vous affirme que votre mental doit être au service de l’âme. Si vous trouvez tout cela absurbe, prenez le temps d’y réfléchir.
    Je ne cherche pas ici à vous convaincre. Pour moi, c’est le seul choix que l’humanité n’a jamais osé prendre pour se sortir de cet enfer-sur-terre qu’elle s’est créée pour pouvoir évoluer.

    J’attends votre réplique avec intérêt ! Amitiés

    Répondre
  • avatar
    9 mai 2012 à 10 10 14 05145
    Permalink

    Monsieur Richard Sauvé , il avait été discuté ici sur les 7 du Québec ; de l’Égo(Mme Dessureault) et de l’Âme Mr. AndréLefebvre , peut-être que vous aviez commenté aussi, je ne me souviens plus. === Je suis convaincu que la violence ne mênera jamais à nulle part et que mon mental doit être au service de mon âme , par contre je permets à mon  »ÉGO » , de gambader un peu.

    Peut-être qu’il va encore se défendre bientôt( mon Égo » , supposément qu’un citoyen a fait des demandes excessives à Tingwick : transmission de ses demandes à Me Mélanie Pelletier. Mais on ne dit pas qui. === Cette Mélanie Pelletier là , je ne la connais pas. === A-t-on flusshé Me Pard ?

    S’il ne s’agit pas de mes demandes qui n’ont rien d’excessif , c’est qu’un autre que moi a commencé à comprendre et l’on serait deux à poser des Questions à Tingwick …………..

    Bonne Journée Monsieur Sauvé ,

    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2012 à 10 10 16 05165
    Permalink

    @ André Lefebvre, 6 mai, 09:20
    http://lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=3721
    La face cachée de l’entente entre le gouvernement et les étudiants
    10 mai 2012
    Pierre Dubuc

    « Et s’il y avait plus que la question des droits afférents et des droits de scolarité dans l’entente intervenue, le 5 mai, entre le gouvernement et les associations étudiantes. C’est pourtant ce qui ressort d’une relecture du compte-rendu des négociations rendu public par la CLASSE.
    Le processus de Bologne
    « Philippe Lapointe était parfaitement au courant des enjeux. Son article, « L’ironie de l’assurance-qualité » publié dans l’Ultimatum, et que la ministre Courchesne semblait avoir lu, décrit très bien la notion de « l’assurance-qualité » et l’ensemble du processus de Bologne
    « Celui-ci tire son nom d’une conférence tenue à Bologne en juin 1999 où 29 pays européens ont signé un texte qui visait la création d’un espace commun européen de l’enseignement supérieur.
    « Ce processus se divise en trois grandes réformes. Premièrement, uniformiser les études en trois cycles. Deuxièmement, mettre en place un système unique pour le calcul des crédits universitaires transférable entre les établissements. Troisièmement, implanter une assurance-qualité, dont la gestion est confiée à des organismes externes aux universités.
    « Lorsqu’un gouvernement planifie compenser la chute du nombre d’inscription de ses étudiants nationaux – une conséquence prouvée de la hausse des droits de scolarité – par le recrutement d’étudiants internationaux, lorsque des universités donnent préséance à leur positionnement dans le palmarès mondial des universités à la scolarisation de leur population nationale, la lutte des étudiants dépasse largement le cadre d’une lutte économique. »
    @PJCA
    Le procesus de Bologne, vous connaissiez certainement ?

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2012 à 10 10 21 05215
    Permalink

    Le « Processus de Bologne » est toujours le même:

    Tout passer à la moulinette et insérer le résultat dans un tube à saucisson!!! Cela permet d’uniformiser le produit.

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      10 mai 2012 à 11 11 12 05125
      Permalink

      Très difficile de ne pas apprécier votre sens de l’humour.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *