Qu’y a-t-il derrière la bataille entre l’Italie et l’Union Européenne?

Source : Nuevo Curso  (Espagne)  9.10.2018.

 

Les camarades de Nuevo Curso d’Espagne décrivent parfaitement l’alliance des factions petite-bourgeoises italiennes (présentées comme la droite et la gauche par les médias à la solde) et leur projet pour le prolétariat italien. La petite-bourgeoisie française (Marine Le Pen et le RN) visite ses comparses et souhaite construire la même alliance de classes en prévision de la super-crise économique à venir. Il est très intéressant de constater la forme politique, sociale et démagogique que prend ce front uni italien dirigé par des partis que les médias menteurs et la go-gauche présentent incorrectement comme des fascistes en référence à l’entre-deux-guerres. Les camarades démasquent la façon tordue que le grand capital italien manœuvre dans cette confusion. Car si Salvini et Di Maio croient à leurs boniments anti-allemand, il en va tout autrement des banquiers italiens qui savent bien que l’Italie serait en défaut de paiement sans les banquiers allemands qui les tiennent à la gorge ainsi que la moitié des pays d’Europe. Se pourrait-il que ce soit le débiteur qui tienne le créancier à la gorge?  Nous avons incrustés nos commentaires en rouge dans le texte. Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com


Les marchés boursiers européens en baisse, Marine Le Pen marchant à travers l’Italie comme celle qui se rend sur la ligne de feu d’un champ de bataille … Quelle est la gravité de la situation en Italie?

 

La bataille entre l’Italie, l’Allemagne et l’UE frappe les marchés boursiers européens.  Marine Le Pen traverse l’Italie comme le visiteur des lignes d’un front de guerre. Qu’est-ce qui se passe? D’où vient ce conflit? L’Italie risque-t-elle vraiment de s’effondrer et d’emporter l’union?

 

Salvini: «Débarrassons-nous des immigrants et de l’Allemagne et distribuons les crédits d’État» (De l’argent que l’Italie ne possède pas et qu’elle devra emprunter aux banques allemandes que Salvini dénigre… quelle étrange comédie… Robert Bibeau).

 

Le gouvernement de Salvini et di Maio est le résultat en Italie de la même révolte de la petite bourgeoisie qui sévit dans le monde entier du Brésil à l’Allemagne (en passant par la France et le Canada). En Italie, cette révolte a pris la forme d’une fumisterie de « libération nationale » (sic). « Libérons-nous et distribuons l’argent« , a promis les affiches électorales de la Lega. «Laissez-nous vous libérer» de l’ Allemagne et des migrants , et répartissons les crédits gouvernementaux sous la forme de programmes sociaux et érigeons des barrières à l’entrée du pays pour sauver la petite bourgeoisie agraire et urbaine de la prolétarisation et redonnons une certaine sécurité aux sections les plus faibles de la classe ouvrière, de peur de la lumpénisation des quartiers ouvriers qui pourraient s’enflammer.

(C’est le fondement du front uni que la petite-bourgeoisie propose au prolétariat afin de l’enrégimenter en faveur du grand capital comme Donald Trump l’a initié aux États-Unis. Le grand capital marche sur la corde de raide entre la tentation fasciste et social-fasciste. On sait ce que cette tentation a produite dans les années trente.  Robert Bibeau)

 

Five-Star Movement leader Luigi Di Maio, center, arrives for a meeting with the leader of the League party, Matteo Salvini, in Milan, Italy, Sunday, May 13, 2018.(Flavio Lo Scalzo/ANSA via AP)

Salvini et di Maio sont venus au gouvernement avec un discours de « libération nationale » contre l’Allemagne. L’idée était « débarrassons-nous de l’Allemagne et nous pourrons nous répandre », en récupérant les anciennes politiques sociales-démocrates. La couverture du Verseau au milieu de la crise de juin.

 

Mais se « libérer » de l’Allemagne n’est pas si facile. Et l’Italie ne peut pas affronter directement l’euro – cela mettrait en danger la capitale italienne – Salvini a joué un rôle de premier plan dans une offensive estivale du Verseau qui a placé l’hégémonie politique de l’Allemagne et de l’UE dans une position critique et a bloqué le projet impérialiste franco-Allemand, paralysé et plein de contradictions.

(De fait, l’Italie sous Salvini joue quitte ou double et Di Maio espère que la perspective d’effondrement de l’Italie et le risque qu’elle entraine le reste de l’euro dans sa débâcle feront reculer le couple franco-allemand et les forceront à financer le programme social italien.  Robert Bibeau)

 

Après le triomphe, il ont joué à « distribuer »

 

Les deux piliers: «décret de dignité du travail» et «redito de citadinanza». Le « décret de dignité du travail » était censé être un décret de mesures urgentes contre la précarité qui permettrait de contrecarrer les pires attaques contre les travailleurs du « Jobs Act » du misérable Renzi et de la gauche italienne. C’était quoi? Des mesures cosmétiques contre la lumpenisation – la publicité des maisons de jeux est interdite – et un assouplissement des paramètres de la « loi sur l’emploi » qui ne remet pas en cause la négociation syndicale « compensée » par une distribution d’aide aux entreprises. En tant que première étape d’un supposé « changement radical », il n’est même pas rendu à l’apéritif. Mais le « plat principal » était pour di Maio et les « grillistas » du « Five Star Movement« : le « redito de citadinanza ». La panacée populiste était en principe un revenu de base universel. Bien que réduit progressivement, il restait le drapeau de la petite bourgeoisie méridionale craignant une prolétarisation conduisant directement à une précarisation extrême.

(Cette précarisation – prolétarisation conduisant potentiellement à la révolte des ouvriers et des petits-bourgeois prolétarisés. Ces lois italiennes constituent la matrice économique du deal de classes que le grand capital souhaite expérimenter comme compromis réformiste et dont ses proxys de droite comme de gauche se font les promoteurs afin de sauver le mode de production capitaliste. Le lecteur aurait intérêt à comparer cette démarche avec celle de Mussolini et des différentes sectes fascistes et sociales-démocrates européennes dans les années Trente.  Robert Bibeau)

 

Au moment de la « répartition », le « décret sur la dignité » des mesures urgentes contre la précarisation ne faisant que ressembler à nombre d’attaques antérieures sans les remettre en question, la « promesse sociale » pris la forme du revenu universel

 

Quand le gouvernement italien se mit à calculer, le plan de la petite bourgeoisie italienne s’afficha dans toute sa splendeur: amnisties et réductions d’impôt de 15% « pour un million d’Italiens », gel de la TVA, quelques travaux publics et un revenu de base universel, minime mais rassurant, pour un parent petit-bourgeois qui doute de pouvoir subvenir aux besoins de ses enfants. Coût 10 000 millions d’euros. Résultat? Une première estimation de 2,4% du déficit public italien.

 


 

Juncker, président de la commission financière, activiste et acteur clé dans la tendance à la transformation de l’UE en un «bloc économique et politique».

Mais un déficit de 2,4% signifiait autre chose: traiter directement avec l’appareil de l’UE et la puissance allemande. Les restrictions de déficit ne sont pas une mesure technique permettant de maintenir à tout prix l’équilibre de l’euro; elles constituent le principal mécanisme par lequel l’UE devient une source de revenus (de collecte des revenus), un domaine d’extraction directe des revenus pour les pays qui ont un excédent commercial dans l’union, en particulier l’Allemagne. La machine de propagande allemande a immédiatement commencé à déchirer ses vêtements et à parler d’une « orgie de dépenses », jouant les termes idéologiques du « nordisme », c’est-à-dire les pires stéréotypes racistes. En fait, l’attaque directe ultérieure de Juncker Je n’ai pas pu m’empêcher de semoncer Salvini et di Maio. La confrontation inévitable et violente a permis de créer à nouveau l’illusion que la paupérisation et les attaques contre les travailleurs sont le produit de l’oppression européenne, de « l’exploitation via l’euro » et non pas du fait que le système économique et politique capitaliste italien n’est pas autonome.

 

Salvini et di Maio convertissent deux points de déficit de base en un drapeau nationaliste qu’ils espèrent rentabiliser aux élections européennes, montrant à l’Allemagne qu’ils peuvent se battre sur plusieurs  fronts au sein de l’UE

 

Mais s’il y a quelque chose à faire reconnaître par le gouvernement italien, il n’a pas perdu les trucs du commerçant de bazar. Alors que le débat tournait mal, les négociations ont commencé. Ils sont venus proposer de 2,2 à 2% et Salvini a envoyé un message direct à Merkel: « Nous savons comment apprécier le silence de Merkel« . Bien sûr, au même moment commençait la campagne de victimisation européenne: « Les médias et l’UE veulent renverser le gouvernement, mais il y aura un tremblement de terre politique dans toute l’Europe« , a lancé Di Maio. Le référendum en Macédoine a été interprété par l’ensemble de la presse italienne comme un « rejet de l’Europe » (…) le véritable message était adressé à Merkel et la perception de faiblesse a rapidement été exploitée par Tsipras.  Sauvez ce qui reste des pensions grecques des malversations allemandes. En cas de doute, Salvini a montré l’arme italienne sur la table: la politique d’immigration. Les élections européennes et la capacité de maintenir le débat sur l’immigration, qui traverse même l’Allemagne, sont les moyens par lesquels l’Italie montre à l’Allemagne qu’elle peut combattre sur de nombreux fronts au sein de l’UE que ne le contrôle pas de manière efficace la puissance allemande.

(On aura noté que la « game » que joue la droite en Italie, c’est la gauche qui joue cette « game » en Grèce, et le centre en France, et la droite aux États-Unis, prouvant que gauche et droite sont les deux visages de la même arnaque anti prolétarienne où le grand capital tente de trouver la combinaison pour apaiser la révolte populaire et l’endiguée contre différents segments de la population (allemands, immigrants, opposants, fascistes, gauchistes, pauvres, riches) – selon le vieux principe de diviser pour régner – à gauche comme à droite.  Robert Bibeau)

 

La capacité Salvini et di Maio de déstabiliser la construction franco-allemande de l’UE a rapidement mobilisé la vieille facho-nationalisme Marine Le Pen et le RN, désireux de traduire la situation des revenus-taxes-pauvreté- en vote à domicile. Mais en France, la bourgeoisie est préoccupée de voir que les drapeaux anti-austérité que la gauche proclame, sont maintenant l’héritage de la petite bourgeoisie «salvinista». Le succès du discours réformiste contre l’«austérité» est devenu un piège pour les intérêts allemands, après avoir discrédité la vieille gauche social-démocrate et les drapeaux de «changement» et de «modèle social» sont entre les mains de la petite bourgeoisie en révolte. (1)

 

C’est ce que Anguita en Espagne ou Wagenknecht en Allemagne même s’ils semblent en bonne position, il est trop tôt pour les donner gagnants. Ce qui est certain, c’est que la confrontation entre Rome et l’axe franco-allemand sera déterminante pour la formation de l’appareil politique avec lequel la bourgeoisie devra affronter dans chaque pays la crise qui s’annonce mondialement.

(En effet, c’est bien de cela dont il est question. Les tribulations ci-haut présentées que ce soient en Italie, en Grèce, en Espagne, en Hongrie, en Pologne ou en Ukraine, sont autant de manifestations des sections nationales du grand capital européen cherchant à se positionner en prévision du grand affrontement qui se prépare entre l’axe franco-allemand-européen, l’axe chino-russe et l’axe américano-britannique qui connaitra son paroxysme lors du grand crash boursier anticipé – puis s’intensifiera lors de la Grande dépression qui suivra, pour connaitre son zénith à l’occasion de la guerre mondiale qui pourrait en résulter. Plutôt que de se laisser embrigader par les phalanges de la droite ou par les centuries de la gauche, le prolétariat ferait mieux de préparer son propre camp retranché pour les renverser tous.  Robert Bibeau).

 

 


NOTE

 

  1. http://www.lefigaro.fr/social/2018/10/09/20011-20181009LIVWWW00018-manifestations-interprofessionnelles-transports-syndicats-SNCF-ecoles-RATP-greves-CGT-FO-gouvernement-politique-etudiants.php
avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

7 pensées sur “Qu’y a-t-il derrière la bataille entre l’Italie et l’Union Européenne?

  • Ping :Les Bourses mondiales dégringolent, Trump accuse la Fed – les 7 du quebec

  • avatar
    13 octobre 2018 à 19 07 37 103710
    Permalink

    Salut Robert

    Beaucoup de chose sont intéressantes dans cet article. Mais je me permettrais tout de même quelques remarques.

    Tu dis : « La petite-bourgeoisie française (Marine Le Pen et le RN) » Mais je ne pense pas que la petit bourgeoisie française soit toute entière représentée pas la Le Pen du FN

    Tu dis aussi : « distribuons les crédits d’État» (De l’argent que l’Italie ne possède pas et qu’elle devra emprunter aux banques allemandes que Salvini dénigre… quelle étrange comédie… Robert Bibeau) ». Mais si l’Italie le voulait elle aurait cet argent. Il lui suffit de sortir de l’Euro, de refaire une monnaie nationale frappée par l’État, de faire défaut sur la dette, et de faire une inflation destinée à fabriquer l’argent nécessaire à son programme social.

    La phrase suivante de l’auteur est totalement contradictoire : « « La confrontation inévitable et violente a permis de créer à nouveau l’illusion que la paupérisation et les attaques contre les travailleurs sont le produit de l’oppression européenne, de « l’exploitation via l’euro » et non pas du fait que le système économique et politique capitaliste italien n’est pas autonome. » En effet, si le système économique italien n’est pas autonome, c’est bien en particulier à cause de l’Europe et de l’Euro.

    Tu dis : « Le grand capital tente de trouver la combinaison pour apaiser la révolte populaire et l’endiguée contre différents segments de la population (allemands, immigrants, opposants, fascistes, gauchistes, pauvres, riches) – selon le vieux principe de diviser pour régner ». Mais, tout de même, la lutte de classe, c’est pas les pauvres qui se battent contre les riches ?

    Tu dis : « Les tribulations ci-haut présentées que ce soient en Italie, en Grèce, en Espagne, en Hongrie, en Pologne ou en Ukraine, sont autant de manifestations des sections nationales du grand capital européen ». J’aimerais savoir, c’est la petite bourgeoisie ou la grande bourgeosie qui agit en Italie avec Salvini et Di Maio ?

    Tu dis aussi : « Plutôt que de se laisser embrigader par les phalanges de la droite ou par les centuries de la gauche, le prolétariat ferait mieux de préparer son propre camp retranché pour les renverser tous. » Et là, bien sûr, on est bien d’accord, étant entendu que la gauche parlementaire n’est qu’une fausse gauche.

    Bien à toi,
    do
    http://mai68.org/spip2

    PS) je ne parle pas ici de la crise, car j’ai en de multiples occasions donné mon point de vue là-dessus mais si certains sont intéressés, je pense que…

    la Crise, c’est l’orgasme du capitalisme : http://mai68.org/spip/spip.php?article444

    Répondre
    • avatar
      14 octobre 2018 à 9 09 01 100110
      Permalink

      @ DO

      Tu soulèves des points très intéressants – de ceux qui nous oppose nous les révolutionnaires prolétariens (dont fait partie le groupe Nuevo-Curso d’Espagne) à la gauche et à la droite. Comme notre discours est nouveau il déroute même ceux que se veulent prolétarien révolutionnaire mais reste accrochés aux verbiages gauchistes (ce que nous ne sommes pas)

      1) Allons au plus simple La lutte des classes serait la lutte des pauvres contre les riches dis-tu ! NON évidemment. La lutte des classes est ce « proces » (dans le sens English du terme) originant du proces de production ou le capital (que tu représentes de façon imagée par les riches) cherchant à se valoriser-se reproduire est confronté au travail-au-salariat (que tu résumes par les pauvres ce qui est faux = les vrais pauvres sont souvent des lumpen que les anarchistes adorent et les grutiers de chantiers gagnent 100 000$ dollars par année et davantage = ils ne sont pas pauvres) Le travail n’a pas d’autre choix pour survivre que de résister aux tentatives du capital d’augmenter sa productivité = la seule méthode étant de réduire la quantité de travail nécessaire et d’accroitre la quantité de surtravail. De cette confrontation inévitable nait la lutte des classes qui se décante sur le mode économique-politique-et-idéologique comme dans cet article.

      2) Sur la question de la grande et de la petite-bourgeoisie en Italie ou ailleurs dans le monde. Le grand capital international (comprenant une section italienne – française- canadienne etc.) mène le monde on dit qu’il est hégémonique. Les sections nationales de la bourgeoisie et de la petite-bourgeoisie de laquais servent – de gauche comme de droite – les intérêts du capital – Ils ne peuvent faire autrement – même quand ils dénoncent l’UE avec le côté droit du visage ou qu’ils approuvent l’UE avec le côté gauche du visage… le reste n’est que mascarade électorale puis parlementaire. CE n’est pas l’UE qu’il faut abolir c’est le capitalisme comme mode de production qu’il faut abolir et ses États nationaux voilà la position prolétarienne révolutionnaire

      3) Le mythe des banques nationales et des monnaies nationales que tu colportes comme la plupart des gauches et des droites d’Europe. Voici notre position l’euro et la BCE sont des créatures du grand capital mondial – section européenne – afin de créer un MARCHÉ UNIQUE DANS TOUTE L’EUROPE afin d’avoir le poids – la puissance économique pour faire face au concurrent américain – japonais et maintenant chinois (le plus récent des grands concurrents) et bientôt indien (dans quelques années ou décennies). La création de l’Union – de l’euro et de la BCE et du parlement européen est aussi inévitable que l’était l’ALENA, l’alliance de Shangai etc. sans cette superstructure le grand capital européen ne pouvait faire face à ses concurrents sur les marchés européens et sur le reste de la planète. Toujours te rappeler que le prolétariat et les petits-bourgeois qui animent les sectes-partis de go-gauche et de droite n’ont AUCUN POUVOIR ce sont TOUS des larbins = TOUS = ce qui comprend le PCF le NPA la LIGUE etc. prochent ou très éloignés du grand capital. NON camarade – retirer la France de l’Union ne donnera aucune flexibilité, pouvoir – contrôle capacité à l’État national, au prolétariat, à la bourgeoisie française = pas plus que le BREXIT n’apportera quoi que ce soit aux prolétaires britanniques = sauf plus de misère – la dévaluation de la livre sterling et donc une chute du pouvoir d’achat des travailleurs (pas des pauvres qui n’ont pas de pouvoir d’achat 0-0=0) – une dévaluation de leur caisse d’épargne et de leur fonds de pension – une augmentation des cadences dans les usines afin de hausser la productivité afin de rivaliser avec les ouvriers allemands etc. La lutte contre l’UE – l’Euro – la BCE – le parlement européen – Bruxelles est une lutte d’arrière garde réactionnaire C’EST LE CAPITALISME QU’IL FAUT ABOLIR ET LA PROPRIÉTÉ ET L’ÉTAT CAPITALISTE.

      Merci pour ton post camarade

      robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
      • avatar
        14 octobre 2018 à 21 09 57 105710
        Permalink

        Salut,

        Je suis désolé, mais ton grutier à 100 000$ par an, il va pas faire souvent grève. Et d’ailleurs, sa richesse est toute relative. Mon père disait : « certains se croient riches parce qu’ils gagnent cinq ou dix fois plus de fric que moi, les imbéciles ! » Ton grutier est un pauvre, mais il ne le sait probablement pas.

        Pour le reste si Salvini et Di Maio étaient dans le camp du prolétariat, ils pourraient effectivement faire ce que je dis — le retour à l’État qui bat sa propre monnaie —, dans un premier temps, en attendant la révolution ; mais, ils ne sont pas dans le camp du prolétariat, donc ils ne le feront pas.

        Bien à toi,
        do
        http://mai68.org/spip2

        Répondre
        • avatar
          15 octobre 2018 à 10 10 40 104010
          Permalink

          @ do

          1) qU’ELLE EST L’IMPORTANCE QUE LE GRUTTIER FASSE souvent ou rarement grève ??? Les chauffeur d’autobus à Montréal font souvent grève et après !!! Ils recommencent
          2) TU as raison les gruttiers ne sont pas pauvres pour l’instant mais quand la monnaie dévaluera ils le seront comme tous les autres prolétaires.
          VOIR ICI : http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/economie-quand-la-bulle-universelle-eclatera/

          3) Je vois que tu ne comprends rien à l’économie-politique. Les marionnettes politiques italiennes sorties des urnes n’ont pas l’autorisation de faire autre chose que ce qu’ils font

          4) IL n’y a aucun = aucun = dirigeant politique PROLÉTARIEN ou PRO-prolétarien dans le monde entier et quand il y en aura un il sera arrêté – emprisonné – assassiné – entravé – stipendié – acheté mais une chose est certaine il ne pourra pas gouverné. Regarde ce qui s’est passé au NÉPAL avec les maoistes soi-disant pro-prolétarien = ils couchent avec le roi

          5) Bref reli mon commentaire sur le BREXIT anglais et cesse tes illusions sur la multiplication de la monnaie de singe

          Merci de ton post camarade

          Répondre
  • avatar
    14 octobre 2018 à 9 09 50 105010
    Permalink

    La crise permanente du capitalisme aujourd’hui est grosse de révoltes dite électorales mais sans effet sur la vie des gens . Salvini-Di Maio ne changent rien à la vie des plus pauvres tout comme Orban-Kazinski-Tsipras-Podemos etc …. Les révoltes électorales sont les prémisses à des révoltes plus violentes qui vont surgir avec la crise financière qui s’annonce déjà en puissance 10 par rapport à 2008. Trump par égoïsme anglo-saxon du capital joue aux échecs et cette stratégie de la tension économique et militaire va lui jouer des tours . Car L’alliance de fait Russo-Chinoise est en train de saborder sa politique de relance de l’économie anglo-saxonne aux Etats-Unis. Il ne peut remettre au travail les 100 millions d’américains qui sont hors cadre des statistiques du travail , il ne peut rattraper le retard de modernisation militaire sur la Russie et le retard pris sur l’industrialisation massive de la Chine qui contrôle majoritairement la dette américaine . Donc les élites américaines se déchirent sur la stratégie Trompienne et les élections de mi-mandat de Novembre vont démontrer une révolte électorale qui ne changera rien pour les 100 millions d’américains dans la dèche . Cette usure électorale que le peuple commence à enregistrer par son abstention et son vote pour les soi-disant extrêmes va se transformer en une colère violente qui est le fait de toute révolution de système sous forme de guerres civiles , de grève générale , d’attentats contre les élites.
    Donc les militants révolutionnaires doivent être conscients de cette situation et agir en conséquence pour être au milieu du peuple pour l’entraîner vers une action de fin du capitalisme et de construction de la société communiste au plus vite pour régler tous les problèmes économiques-sociaux et culturels qui s’amoncellent et qui ne trouvent aucune solution avec la grande bourgeoisie au pouvoir . Cette phase historique me rappelle la fin du 18ème siècle qui a amené la révolution bourgeoise de 1789 avec l’aide du peuple très rural à l’époque avec une classe ouvrière balbutiante (Marat-Robespierre-Babeuf n’ont rien pu faire pour entraîner le peuple vers une société plus fraternelle et égalitaire de leurs espoirs) que la bourgeoisie ayant toutes les rênes a développé au 19ème et au 20ème siècle . Alors aujourd’hui nous sommes à la veille d’un grand cataclysme social de changement de société comme en 1789 sur la base d’une éviction de l’histoire de la bourgeoisie qui a fait son temps . Les exploités doivent se libérer de leur exploitation , l’histoire de l’humanité l’exige malgré les conservatismes des habitudes et la résistance au changement d’une partie de la population sans personnalité dite « cervicale » , ce qui s’explique …. La révolution n’est jamais une partie de plaisir mais elle est indispensable pour gérer la vie de 8 milliards d’individus sur terre qui seront 10 milliards bientôt … Il faut en être conscient en tant que militant et nous y préparer sans attendre car l’évènement peut se réaliser à tout moment ….

    Répondre
    • avatar
      14 octobre 2018 à 11 11 57 105710
      Permalink

      @ Bernard

      1) J’apprécie ta lucidité notamment à propos des mascarades électorales que plus de la moitié des ouvriers ont déjà rejeté – le débat à propos des mascarades électorales est grandement un débat petit-bourgeois comme je l’explique dans ce volume ou j’analyse également le phénomène TRUMP : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-democratie-aux-etats-unis-les-mascarades-electorales/

      2) Je ne vois pas du tout ce que vient faire le qualificatif CAPITAL ANGLO-SAXON ???? (sic) Le capital n’a pas d’ethnicité, pas d’odeur, pas de nationalité, pas de race = même s’il est raciste par nécessité

      3) En effet la révolution de 1789 fut une révolution de la bourgeoisie dont l’exécuteur – chair à canon fut la paysannerie en révolte forcée contre l’aristocratie propriétaire du principal moyen de production de l’époque = la terre et les instruments aratoires. L’utopie d’une société plus égalitaire et fraternelle ne fut que la pommade dont le bourgeois enroba sa prise de pouvoir (peu importe la sincérité de leur pion Robespierre) Mais la société sans classe ne pouvait apparaitre à cette époque car il y avait encore possibilité de développer immensément les forces productives sociales au sein de la nouvelle société de classe capitaliste. L’humanité devait accomplir ce chemin qui avait débuté en Angleterre en Hollande en Italie venisienne etc

      4) Trump n’est que la girouette que le grand capital a placé sur le devant de la scène afin d’enrayer si possible cette destinée manifeste vers le déclin et l’effondrement que tu décris si bien

      5) La Révolution est une cérémonie mortuaire et un accouchement = les deux à la fois. Mort de l’ancien mode de production et donc de ses rapports de production – et disparition ou intégration des anciennes classe sociale et naissance du nouveau mode de production dont des germes pré-existaient dans l’ancien mais qui tout à coup s’épanouissent ainsi que les nouveaux rapports de production que nous souhaitons sans classe sociale pour la première fois dans l’histoire de l’humanité.

      On pourra dire que cette Révolution sociale sera la mère e toutes les révolutions sociales (1789 et 1917 paraitront bien petit à côté de celle-là)

      Robert bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *