SUR LA PENTE DE LA CRISE, GUERRES ET « SACRIFICES »

Traduction:

 

Le triomphe de Costa au Portugal , la révolte en Équateur, l’ offensive turque en Syrie et l’ attaque antisémite en Allemagne ont fait les gros titres de la semaine dans la presse internationale. Sous le bruit des acclamations, des coups de feu et des bombes, certaines nouvelles importantes sont passées inaperçues. Cette semaine, nous allons composer notre résumé hebdomadaire avec eux.

Économie mondiale en freinage

KRISTALINA GEORGIEVA

La semaine a débuté avec la création de la nouvelle directrice du FMI, Kristalina Georgieva, qui a déclaré s’attendre à une réduction de la croissance de 90% dans le monde. L’OCDE a fini par prévoir une quasi-stagnation du commerce mondial. Et peu de temps après, nous avons appris que le mois d’août était le dixième mois de suite où le volume total des marchandises transportées par avion dans le monde avait diminué.

Il est évident que dans un climat de guerre commerciale et de stagnation du commerce international, les pays exportateurs sont les premiers à en subir les conséquences. Ce n’est pas seulement parmi les principaux exportateurs de l’agriculture et des matières premières. À l’envers. En Grande-Bretagne, Dyson renonce à la production de sa voiture électrique attendue. En Allemagne, qui passe de la troisième à la huitième place du classement « compétitivité », 1 300 licenciements dans le secteur de l’automobile ont été annoncés cette semaine. Apparemment, le Brexit avait déjà réduit ses exportations totales de 3,5 milliards d’euros.

 

L’Europe en déclin politique

URSULA VON DER LEYEN ET ANGELA MERKEL

Inévitablement, la nervosité qui se propage à travers les bourgeoisies européennes sape encore plus les perspectives que l’UE puisse utiliser son poids politique pour éviter de nouveaux coups de la part de ses rivaux. Cette semaine, nous n’avons même pas pu conclure de réponse diplomatique à l’offensive turque contre le veto hongrois . Ce ne sont pas que des pays de Visegrad. C’est que l’ancien «axe franco-allemand» suit la pente. Hier encore, Macron a critiqué le nouveau président de la commission, von der Leyen, le Parlement européen défendant le candidat français à la commission. La France qui veut impliquer davantage d’Etats européens dans la guerre du Mali Il sait qu’il aura du mal à conserver les fonds allemands pour sa guerre éternelle au Sahel.

Mais le nouvel élan – et maladroit – de l’Allemand ne se manifeste pas seulement dans les astuces de von der Leyen et dans les mohines de la politique africaine de Macron. Cette semaine, Merkel a tenu à préciser que c’est l’Allemagne qui dicte les conditions du Brexit. Les manchettes sur la prétendue impossibilité d’un accord après une conversation entre le Premier ministre britannique et le chancelier allemand, se propagèrent comme une traînée de poudre dans les agences de presse. De toute évidence, ils ne l’ont pas aimé en Irlande, protagoniste supposé de la négociation. Hier, après une réunion avec Johnson, Varadkar a montré le style de jeu de la bourgeoisie insulaire: il a prédit un « accord » – refuser par Merkel – mais après la date butoir d’un Brexit courageux, augmentant la pression sur la Grande-Bretagne .

La Chine perd le souffle économique et gagne en force politique en Asie

IMRAN KHAN ET XI JINPING HIER À ISLAMABAD.

Ainsi, les perspectives d’une convergence des intérêts impérialistes entre la France, l’Allemagne et la Chine, capable d’articuler un front commun face aux offensives tarifaires des États-Unis s’éloignent de plus en plus. L’UE et le gouvernement de Pékin peuvent même signer un accord d’investissement , mais il est difficile de s’attendre à un alignement plus large. Entre autres choses, parce que l’impérialisme chinois perd de sa force si on le mesure par sa capacité à exporter des capitaux et que son principal effort se situe désormais en Asie.

Avant le « sommet informel » annoncé qui commence aujourd’hui entre Modi (Inde) et Xi (Chine), la Chine voulait rassurer le Pakistan, son ancien allié. La pièce en deux mouvements vise à placer Beijing en tant que juge régional. Ses lettres: Le Cachemire, objet de discorde entre les deux puissances nucléaires de l’Hindoustan, est une ruine pour l’Inde … mais aussi un risque interne pour le Pakistan , ainsi qu’une menace permanente pour les deux.

 

Infidélités et représailles américaines

ABE ET TRUMP TRAVERSENT LA MAISON BLANCHE.

Les États-Unis, pour leur part, n’arrêtent pas de prendre leurs distances avec l’un de leurs partenaires. Son objectif semble être de discipliner ses partenaires historiques. Contre toute attente et brisant les promesses d’il y a plusieurs mois, il n’a finalement pas soutenu l’entrée du Brésil dans la zone de l’OCDE. Et à ce jour, Washington n’a pas accepté les pouvoirs du nouvel ambassadeur de Corée du Sud pendant deux mois en représailles de la sortie de Séoul de l’accord d’échange d’informations militaires. Ce sont des mesures relativement « symboliques », mais il suffit de regarder le Japon pour se rendre compte que toute étape au-delà de la symbolique aura des conséquences matérielles graves pour tout allié hésitant.

 

Les travailleurs face aux crises et aux guerres

Dans ce contexte de crise économique grandissante et de tensions impérialistes croissantes, la plus importante des luttes ouvertes, loin d’avancer, semble s’épuiser sous le strict contrôle syndical. C’est le cas à Chubut et aux États-Unis, où la réouverture des négociations entre General Motors et le syndicat montre qu’avec une main-d’œuvre épuisée et confuse, le syndicat se sent libre de promouvoir un accord qui tienne compte du dividende plutôt que des causes matérielles et concrètes  de la  grève.

Le problème, c’est que la crise est synonyme de crise du dividende, c’est-à-dire que les syndicats jettent les bases des «sacrifices» qu’ils vont nous vendre sous peu. Au Brésil, l’OCDE a exhorté son pays à accélérer les « réformes » bolonaristes sur le marché du travail (plus de précarité , plus de hâte de démanteler les retraites et les services publics) face à des données qui parlent d’un cycle d’accumulation déjà épuisé. L’OCDE n’aura aucun problème à se faire entendre. Si c’était pour les classes dirigeantes jusqu’à ce que le droit de grève soit suspendu. Modi, cette supposée incarnation des classes populaires indiennes dans le Premier ministre nationaliste, a licencié 40 000 fonctionnaires cette semaine pour avoir arrêté au mauvais moment pour l’état et la capitale nationale.

 

GRÈVE DES MÉTALLURGISTES EN TURQUIE

 

Ce n’est pas un problème exclusif des périphéries du capital global ou des industries « en crise ». C’est tout le capitalisme qui est en crise. En Espagne, les attentes en matière de croissance ont été réduites d’une semaine de plus et Sánchez n’a pas transmis un meilleur message électoral que de promettre une « répartition équitable » du fardeau de la crise. Nous connaissons bien cette « justice ». En Grèce, Mitsotakis est sur le point de l’appliquer de manière préventive avec une « loi sur la croissance » qui intègre, entre autres attaques, une réforme de la main-d’œuvre.

 

Offensive générale du capital

L’image générale de cette semaine est celle du début d’une véritable offensive générale … pas à la frontière entre la Syrie et la Turquie, mais dans le monde entier. Une récession approche et chaque capitale nationale veut arriver avec les meilleures prétentions possibles. Cela signifie qu’avec les plus grandes capacités à la fois pour faire face à leurs rivaux externes et pour accroître notre exploitation de manière absolue. Et ces capacités arrivent à nous convaincre d’un argument triste selon lequel la cause de nos maladies n’est pas la crise du capitalisme et de la bourgeoisie nationale, mais ses concurrents – la Chine selon les syndicats aux États-Unis ou le FMI selon les soi-disant « indigènes » équatoriens. Etant donné que nous serions « dans le même bateau », celui du capital national, il faudrait sauvegarder ses résultats en « partageant la cargaison dans la justice » (sic) – comme dit Sánchez en Espagne ou Fernandez en Argentine – c’est-à-dire accepter plus d’exploitation et attendre de récupérer quelque chose pour le capital de récupérer une poterie qu’il a perdue il y a longtemps. Mais la logique des sacrifices ne fait que conduire, comme le disent les ouvriers de General Motors ou de Chubut, à plus de sacrifices pour la classe ouvrière. Et la douce acceptation des sacrifices, et tôt ou tard, à la mobilisation pour la guerre impérialiste.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

2 pensées sur “SUR LA PENTE DE LA CRISE, GUERRES ET « SACRIFICES »

  • avatar
    12 octobre 2019 à 19 07 23 102310
    Permalink

    Et s’il y en a une autre qui soit sur la pente de la guerre et du sacrifice dont personne ne parle, même pas l’auteur du billet, c’est ma facture de telephone-internet qui ne baisse jamais et ne fait qu’augmenter ! car voyez-vous, mon fournisseur de service lui, il croit que tout va bien, pour lui en tous cas, tous ces problèmes du monde il s’en fout, il s’en frotte les mains même, et si je ne paie pas cette putain de facture, il avisera la vieille coiffeuse qui lui sert de directrice du contentieux et des collections, pour envoyer ma facture en recouvrement et me dire au nez :  »Va chier sale con, ça fait peut-être vingt ans que tu es avec moi, que tu paies à chaque mois, mais je te dois rien! tu paies ou tu crève, et si tu pars ailleurs, je ne ferais pas faillite connard! » et en effet il a raison et c’est moi qui a tord ! d’ailleurs, qu’est ce qu’un blédard et bougnoule comme comme moi fait avec un téléphone  »intelligent », avec internet ?!!! se croire plus intelligent ?  »s’intégrer dans la modernité » ?!! à quoi bon ?! tout le monde dit encore que je ne suis qu’un blédard bougnoule !!! et même si demain je devenais président de la compagnie de téléphone ! chose qui ne risque pas d’arriver en passant ! alors autant retourner au bled, mettre sa djellaba et investir dans une douzaine de moutons, une autre douzaine de chèvres, ou même quelques chameaux ! tiens ! bonheur assuré, nuit à la belle étoile, camping sauvage gratuit, pas de risque de rencontrer un ours canadien, ni besoin de trente autorisations et permis en plus de payer des impôts ! Merde ! et je crois que si ça continue je finirais bien par prendre cette résolution, et ne pas oublier de déclarer faillite avant de me casser ! :))) et ils n,auront qu’à se la déclarer leur guerre de merde, ils peuvent se trucider partout sur la planète que je sais qu,au moins dans mon ptit coin de bled, j,aurais au moins la paix ! et une bonne fois pour toutes ! et je pourrais même me remarier avec une blédarde de 25 piges qui n’a rien connu de la corruption de ce monde, ni ses idéologies de merde, et encore moins de ses godemichés en plastique ou qu’elle ait jamais vu une quéquette en dehors de celle de son ptit frère indécrottable et tout mignon ! franchement ! et vierge en plus ! on pourra vivre en nomades avec une grosse tente avec tous les élèments de confort et de luxe locaux : tapis de laine à perte de vue, lanternes en cuivre ou en metal pour bougies, poufs en cuir, lits remplis de laine vierge 100%, draperies et autres oreillers fait maison, couleurs chaudes et pastels, théières cossues, avec le paysage en prime ! pas de vis à vis, pas de foutus voisins, pas de pollution, pas de maladies ! et aucune télé ni telephone surtout…et enfin ! n’est ce pas la définition du bonheur que celle-ci !? au lieu de me crever le cul sur mon sofa de chez IKEA qui ne soit ni confortable ni joli, ni pratique ! moi et ma douce blédarde, on va s’envoyer en l’air et vivre heureux et que la peste et le choléra emporte le monde !:)) et rien à cirer de la civilisation du walmart du coin ! yallah…circulez y a rien a voir ! :))))

    Répondre
  • avatar
    14 octobre 2019 à 9 09 22 102210
    Permalink

    cette fuite en avant dans la dette est mise en avant à travers l’idéologielibéralen’est donc pas fortuite.la premiere victime sont ce que l’on dénome état.D’ailleur il suffit de voir ce qu’est advenu de la patagonie qui ne fait plus partie de l’état argentin qui la vendue à des intérets privés trés puissant qui l’ont eu pour presque une bouchée de pain la terre devient de plus en plus privée détenue par des trés grosse sociétés privées. LE FMI LA BANQUE MONDIALE SONT DES INSTITUTIONS sont des institutions qui jouent un role majeur dans ce processus qui à débuter il y a plus de 40ans et qui va en s’accélérant.la plupart DES GOUVERNEMENTS SUR TERRE ONT MIS DES POLITIQUES QUI FAVORISENT CETTE état de faites.IL FAUT SOUHAITER POUR UNE BONNE partie de la population mondiale que cette idéologie naille pas jusqu’a sont terme finale.car la situation actuelle ne serait que douce par rapport à ce qui pourrait advenir si cela devait perdurer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *