UNE ÉGLISE INSTRUMENTALISÉE

Je remets à plus tard la publication de l’article que j’avais prévu pour aujourd’hui, permettant ainsi celle immédiate de cette dénonciation par Oscar Fortin de l’insupportable hypocrisie du Vatican. J’en profite pour battre ma coulpe de ce malheureux reste de naïveté en moi qui, il y a quelques mois, m’a fait croire un instant que l’institution papiste pourrait être guidée par autre chose que la duperie et l’opportunisme qui ont caractérisé son parcours depuis deux mille ans.  PJCA

***


 

Ce n’est pas d’aujourd’hui que Benoît XVI se prête subtilement à ce que ses propos ou ses silences puissent servir de combustible à certaines forces dominantes de nos sociétés occidentales.  

Que l’on pense à son silence lors des journées mondiales de la jeunesse, en aout 2011, alors que l’OTAN bombardait sans arrêt les villes et les populations de Libye et que les mercenaires tuaient et massacraient d’innocentes victimes. L’occasion lui était donnée de lancer un appel au monde et aux forces de l’OTAN de mettre un terme à autant de violence. Il n’en fit rien. Pas un mot.

Aujourd’hui, à l’occasion de sa bénédiction ORBI ET URBI, moment de grande audience mondiale, il parle de la violence en Syrie en des termes suffisamment imprécis pour que chacun puisse en tirer ce qu’il en veut. Pourtant, il dispose de suffisamment d’informations pour savoir que des mercenaires étrangers, financés par des pays de la région et d’ailleurs, sèment la terreur au sein de la population syrienne.

Il sait qu’un référendum a eu lieu, donnant une forte majorité à l’adoption d’une nouvelle constitution et qu’une élection parlementaire est prévue pour mai prochain.

Il sait que le Gouvernement syrien a donné tout son appui pour que la mission de Kofi Annan donne les résultats escomptés. Il ne peut ignorer que les forces armées de l’opposition n’ont pas encore donné leur accord à ce plan de Kofi Annan et qu’ils poursuivent leurs actions terroristes dans le pays. Benoît XVI sait tout ça et encore davantage à partir des correspondances de Sœur Agnès Myriam et de nombreux autres intervenants chrétiens. 

Il parle également de la communauté internationale sans que l’on sache exactement à quelle communauté internationale il se réfère. S’agit-il de la Ligue arabe et du bloc des amis du peuple syrien? Pense-t-il au Conseil de sécurité et des préoccupations exprimées par la Russie et la Chine? S’en tient-il à la mission de Kofi Annan qui doit faciliter le cessez de feu et la résolution pacifique des problèmes? Sur ces trois points, son discours n’apporte aucune précision, aucun éclairage. Pourtant, là encore, il sait que la paix ne saurait être possible sans un engagement de toutes les parties au conflit à mettre fin à la violence armée. Il sait que le Qatar, la Turquie, Washington et la France alimentent en argent et en technologie les forces armées de l’opposition et qu’ils utilisent toutes les astuces pour présenter le régime d’Al Assad comme le seul responsable de ces tueries. Il sait évidemment tout cela, mais il n’en parle pas. Il ne peut ignorer les efforts déployés par la Russie et la Chine et plusieurs autres pays comme le Venezuela et les pays membres de l’ALBA à l’effet qu’il faut que les pays qui veulent le changement de régime à Damas reviennent aux normes du droit international et qu’ils s’appliquent à les respecter. De tout cela pas un mot de la part de Benoît XVI. Trop de détails pourraient nuire aux amis. 

Pas surprenant que les Agences de presse de l’Occident (AFP, PC, et leurs satellites comme radio-Canada) s’emparent de propos aussi imprécis pour leur donner le sens qui sert le mieux ceux qui les paient. Peut-on le leur reprocher, sachant qu’ils sont au service, non pas de l’information, mais de ce qui sert le mieux les régimes au service desquels ils se consacrent. 

Ce matin en ouvrant ma radio, j’entends cette nouvelle « Le pape Benoît XVI lance un appel au régime syrien : « Que cesse l’effusion de sang et que soit entrepris sans délai le chemin du respect, du dialogue et de la réconciliation, comme le souhaite la communauté internationale », a dit Benoît XVI, devant plus de 100 000 fidèles massés sur la place Saint-Pierre de Rome, au Vatican. À aucun endroit il ne mentionne le régime syrien, mais les apôtres de l’occident le préciseront.

N’attendez pas une mise au point du Vatican, à l’effet que son appel s’adressait à toutes les parties impliquées dans le conflit.

Dire que le message de la nuit de Pâque portait principalement sur la lumière, cette lumière qui met à nue les mensonges, les manipulations, les crimes commis. Une occasion toute indiquée pour faire appel au professionnalisme des journalistes et des agences de presse pour que la vérité soit véhiculée et que les tricheries soient dénoncées.

Il est plus facile de parler d’un monde sans dieu, enfermée dans l’obscurité de l’ignorance que de mettre des noms sur les criminels et d’indiquer les voies par où passe la lumière de la vie ouvrant sur un monde de solidarité et d’amour.

L’Église est dominée par les forces impériales occidentales qui en ont pris plein contrôle, lui faisant ainsi perdre son âme qui la mettait au service de la vérité, de la justice, de la solidarité et de l’humanité entière.

Oscar Fortin, en ce jour de Pâque

Québec, le 8 avril 2012

http://humanisme.blogspot.com

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.

5 pensées sur “UNE ÉGLISE INSTRUMENTALISÉE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *