Le Vatican, antichambre de Washington

OSCAR FORTIN :

L’arrivée du pape François, avec sa façon d’être et de parler, a suscité de grands espoirs chez un grand nombre de chrétiens, mais aussi chez de nombreux non-croyants qui voient l’Église comme une puissance, alliée indéfectible de Washington. Les deux derniers papes, entre autres, ne s’en cachèrent pas, Jean-Paul II, avec sa médaille de la Liberté et Benoît XVI avec cette splendide célébration de son anniversaire dans les jardins de la Maison-Blanche.

 On ne se cachera pas que cette alliance non écrite, mais indéfectible, conditionne toutes les nominations ayant un caractère d’autorité dans la gestion des relations de l’Église avec les divers gouvernements et organisations à travers le monde. Pas surprenant qu’en Amérique latine, les nonces apostoliques, les évêques et les cardinaux soient, dans leur ensemble, alignés avec les politiques de Washington. Ils sont avec la démocratie qui plaît à Washington et avec les dictateurs qui se soumettent à Washington.
Le problème d’une telle alliance est qu’elle va à l’encontre de la « catholicité » de l’Église. Que peuvent penser les ennemis de Washington de cette Église qui est partie prenante des projets de ce dernier? Par exemple les Irakiens, les Libyens, les Palestiniens, les Indiens, les Chinois, les Russes, etc. L’Église n’est plus l’Église universelle, mais l’Église de Washington. Aucun pays d’Amérique latine n’échappe à cette Alliance et les peuples qui osent se lever et s’affranchir de l’oncle Sam trouveront sur leur chemin un épiscopat majoritairement au service de l’oncle Sam.
C’est triste à dire, mais c’est comme ça. Cette Église dont le pape François souhaite voir avec les pauvres se retrouve, par ses dirigeants et l’État du Vatican, en meilleure compagnie avec Washington. C’est pourtant ce même pape François qui tout en condamnant le capitalisme sauvage dont Washington est le grand maître, nomme à des postes clefs de la gouvernance de l’Église ceux qui sauront entretenir ce concubinage. Le cas du nouveau secrétaire d’État, Pietro Parolin en est un exemple. Il en va de même avec la nomination du cardinal MARADIAGA comme responsable de sa commission pour la réforme de la Curie. Ce dernier est de mèche avec les oligarchies au Honduras et a été un acteur habilement utilisé dans le coup d’État militaire de juin 2009 et dans la toute récente campagne électorale à la Présidence au Honduras où Xiamora Zelaya Castro, candidate pour le parti LIBRE, perdit la présidence, entre autres, par des fraudes techniques.
Aujourd’hui même, 14 janvier, le Secrétaire d’État du Vatican reçoit le Secrétaire d’État des États-Unis. S’il ne s’agissait que de rencontres entre deux représentants d’État pour traiter de questions communes à leurs relations ou même d’échangeur sur le panorama mondial, il n’y aurait rien à y redire. Mais là, il s’agit d’établir une stratégie commune pour la rencontre de paix à Genève 2 entre le Vatican, en soi neutre, et Washington, l’un des principaux intervenants dans ce conflit. Ce que fait le Vatican avec Washington et qu’il n’a pas fait avec Moscou et la Syrie, c’est de prendre parti avec et pour Washington.
L’arrivée de John Kerry, le catholique pratiquant, dit une note, a été bien préparée. On lui a déroulé un véritable tapis rouge avec ce rapport d’un comité spécial, réuni sous l’égide de l’Académie pontificale des sciences auquel participèrent, entres autres, Tony Blair, cet ex-premier ministre d’Angleterre, spécialiste des interventions en pays étrangers, également, en représentation de l’Espagne, un autre pays spécialisé dans les interventions étrangères, l’ex-ministre des Relations extérieures, Miguel Angel Moratinos et certains autres invités de mêmes orientationsIl eut été normal, s’agissant d’une consultation demandée par le Vatican, qu’il y ait des représentants des milieux intellectuels syriens et russes. Ce ne fut pas fait. La liste des invités, sans doute, préparée par Washington n’en a pas tenu compte.
Le jour même de l’arrivée de John Kerry au Vatican, comme par un heureux hasard, sont publiées les recommandations de ce comité qui ne font aucune distinction entre les responsabilités d’un gouvernement légitime et soutenu par la majorité de son peuple et ses opposants, armés à l’instigation de pays étrangers, comme les États-Unis, la France et leurs alliés du Moyen-Orient. Les titres qu’on y lit sont éloquents : « LE VATICAN DEMANDE À LA SYRIE UN CESSEZ DE FEU SANS CONDITION » « Kerry et Parolin s’accorde sur une stratégie commune pour la paix. » Voilà, le tour est joué, c’est maintenant le Vatican qui porte le flambeau du désarmement sans condition de la Syrie.
Comment se fait-il que l’Église catholique n’ait pas fait cette réunion avec les autorités syriennes qui se manifestèrent récemment à travers une Lette du président Al Assad adressé au pape? Ç’eut été une bonne occasion pour développer une stratégie commune pour la paix? »  La réponse est bien simple. Le Vatican travaille main dans la main avec Washington sous le regard d’un pape qui veut sortir son Église de l’asphyxie dans laquelle elle est enfermée tout en faisant, à peu près tout, pour qu’elle demeure ce qu’elle est. Ses nominations y sont pour beaucoup. Rien de neuf sous le soleil. Ses discours sont impressionnants, ses gestes inspirants, mais ses décisions demeurent bien en deçà de qu’on est en droit d’en attendre.
Il faut, me semble-t-il, mettre un terme à ce concubinage qui déshonore l’Église et ceux qui s’y rattachent. À ce titre, un grand ménage s’impose au Vatican au niveau des postes d’autorité. Soit que l’Église fasse table rase de l’État du Vatican ou qu’elle y mette des personnes qui la représentent dans sa catholicité et dans ses solidarités avec les pauvres. Le pape François ne peut pas jouer sur les deux claviers à la fois. Il y a toujours d’une part les volontés de Dieu et d’autre part les intérêts de Mammon. Ce sont deux antagonistes.
Il est urgent pour la catholicité que le Vatican cesse d’être l’antichambre de Washington.
Avec tout mon respect, mais aussi, avec mes convictions les plus profondes.
Oscar Fortin
Québec, le 14 janvier 2014

4 pensées sur “Le Vatican, antichambre de Washington

  • avatar
    15 janvier 2014 à 11 11 10 01101
    Permalink

    « Ses nominations y sont pour beaucoup. Rien de neuf sous le soleil. Ses discours sont impressionnants, ses gestes inspirants, mais ses décisions demeurent bien en deçà de qu’on est en droit d’en attendre. »

    Merci Oscar,

    Cesser de s’interroger, pour le cartésien qui m’anime, c’est perdre espoir.

    Ce genre de texte de M. Fortin, comme l’ouragan nous attirant en son calme coeur, fait inlassablement changer, selon les « humeurs » et les clystères nécessaires, le commentateur fatiguable, tel l’oiseau caché dans la multitude craignant le prédateur, qui d’un omega de la « rota » s’en retourne à l’alpha. Il est difficile de combattre ce désir d’éternité.

    La charité est patiente, elle est bonne: la charité n’est pas envieuse, la charité n’est point inconsidérée, elle ne s’enfle pas d’orgeuil; elle ne fait rien d’inconvenant, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne tient pas compte du mal; elle ne prend pas plaisir à l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout.
    La charité ne passera jamais.
    1 Co XIII – Crampon

    DG

    Pour ceux qui aiment l’étiquette, je suis agnostique, cependant elle risque de ne rien évoquer (sauf une éventuelle connotation un peu pédante).

  • avatar
    15 janvier 2014 à 11 11 35 01351
    Permalink

    « Ses discours sont impressionnants, ses gestes inspirants, mais ses décisions demeurent bien en deçà de qu’on est en droit d’en attendre. »

    Au niveau de crédibilité, cela est exactement Comparable aux discours de Barack Obama. Les geste ne suivent pas la parole, mais certainement la pensée.

    « Il faut, me semble-t-il, mettre un terme à ce concubinage qui déshonore l’Église et ceux qui s’y rattachent. »

    Cher ami Oscar; cela me semble être de la pensée magique. Ce concubinage existe sans interruption depuis Constantin.

    Arrivera ce qui arrivera. La loi universelle de l’évolution se charge de tout; incluant de recycler ce qui n’est pas « viable ». Gardons confiance.

    Amicalement

    André Lefebvre

  • avatar
    15 janvier 2014 à 12 12 00 01001
    Permalink

     »L’arrivée du pape François, avec sa façon d’être et de parler, a suscité de grands espoirs chez un grand nombre de chrétiens, mais aussi chez de nombreux non-croyants qui voient l’Église comme une puissance, alliée indéfectible de Washington. Les deux derniers papes, entre autres, ne s’en cachèrent pas, Jean-Paul II, avec sa médaille de la Liberté et Benoît XVI avec cette splendide célébration de son anniversaire dans les jardins de la Maison-Blanche.  »

    A la lumière des révélations de PHP, en guise de commentaire, sous votre article précédent – il est temps de mettre fin au concubinage…- il s’avère que Washington est le bras séculier, le bras armée, de l’empire. Donc il est normal de considérer les nominations auxquel vous faites références, comme s’inscrivant dans une suite logique.

    L’image de ce pape, n’est que cela, ‘une image’ pour endormir les brebis et lorsqu’il déambule parmis les pauvres, je serais curieux de voir le système de sécurité qui entoure ses déplacements !

    Une mince consolation, la lettre que vous lui avez fait parvenir lui aura au moin laissé voir que le monde n’est pas dupe.

    Espèrons qu’il vous réponde !

    bonne journée

  • avatar
    15 janvier 2014 à 19 07 37 01371
    Permalink

    François premier est un bonne vendeur pour le Vatican, sa campagne de marketing a bien marché, c’est pourquoi il a été nommé homme de l’année par le magazine américain Time. La foi chrétienne comme marchandise c’est déjà une banalité quotidienne chez les américains. À quand le réveil des moutons envers le berger complice des loups, ce n’est pas la veille chez les libres penseurs chrétiens.

Commentaires fermés.