L’ÉGYPTE AU BORD DE L’ABIME.

(Imaginez, la clique à Moubarak – sans Moubarak – dirigée par Sissi le dictateur,  l’ex-chef d’état-major de Moubarak –  a du fil à retordre avec la clique des  Frères musulmans et avec des bandes de la pauvreté armées – qui se font appelés DAESH ou Alqaida (!). Les ploutocrates d’Égypte craignent de subir le sort du Liban, Yémen, Irak, Syrie, Libye, etc. et de voir s’embraser le pays souffrant sous la misère et la famine. Un journaliste à la solde, effrayé du sort qui l’attend, en appel à l’armée Égyptienne des capitalistes débridés pour tuer davantage de révoltés (dont nous n’approuvons pas les affiliations terroristes évidemment – mais se souvenir que  le petit terrorisme répond souvent au grand terrorisme d’État – comme c’est le cas en Égypte.  Bonne lecture. Robert Bibeau).

 

IRIB- Le célèbre journaliste arabe, Abdel Bari Atwan, prédit, dans son plus récent article, l’émergence d’un nouvel Irak, d’un nouveau Yémen, voire, de nouvelles Syrie et Libye, en Egypte. Dans son article, l’auteur revient sur les 15 attaques terroristes, qui ont visé les forces de sécurité, au Sinai.
« Le Caire est sur le pointde devenir un nouvel Alep …Les explosions terroristes secouent la ville, les voitures piégées tuent le Procureur général Hicham Barakat, l’homme qu’on croyait le mieux protégé et huit de ses compagnons. Les F-16 égyptiens bombardent le Sinaï, et 70 efectifs de sécurité se font massacrer par les terroristes … Tout ceci montre que le Sinaï n’a rien moins d’un Kobané ou même d’un Falloujah. Il n’est pas impossible de se lever, un matin, et d’entendre la mise à exécution du verdicte de mort émis contre Morsi ou le Chef des Frère musulmans, Mohammad Badih. L’Egypte marche, très  rapidement, sur les pas de la Syrie, de la Libye, du Yémen et de l’Irak. Or, l’exécution de Morsi ne fera qu’attiser les tensions et le terrorisme, en Egypte, cette voie est sombre et conduira droit l’Egypte vers l’abîme, ôtant toute possibilité d’une sortie du marasme économique. Nasser a réprimé les Frères, il a exécuté leur Chef, Seyyed Qotb, mais il a fait tout ceci, sur fond de réformes économiques et agraires très importantes et bien réussies. Or, l’actuel contexte ne prête, nullement, à ce genre de manoeuvre. Sadate, au contraire, s’est rallié aux Frères contre la gauche et les nationalistes, pour combattre Israël et libérer le Sinaï. Mais les alliances de l’actuel gouvernement sont opaques. On ne sait qui coopère avec qui ..Fort malheureusement,  Israël ne figure pas au nombre des ennemis de Sissi. Or, le vrai danger, qui menace l’Egypte, ne vient pas des Frères, mais de Daech, qui contrôle la quasi tonalité du Sinaï.
Daech est, aussi, sur le point d’étendre son influence, dans toutes les directions. Il va sans dire que ceux qui ont tué le Procureur général méritent un châtiment. Mais pensons, un instant, aux conséquences des verdicts de mort que ce procureur allait s’apprêter à mettre à exécution….La mort des dizaines de chefs fréristes aurait pu mettre le feu à toute l’Egypte, avec, en toile de fond, des milliers de partisans des Frères armés et prêts à en découdre avec l’armée!!! Mais Sissi peut-il sauver l’Egypte, via les pétrodollars saoudiens, des armements russes, américains ou la guerre contre les Frères musulmans?
Non. L’Egypte a besoin d’une troisième voie. Celle de la solidarité nationale, de la réconciliation, et ce, en prévision de l’effusion du sang à venir. Cette troisième solution passe par l’armée égyptienne, une armée, qui est la seule garante de la sécurité de l’Égypte…. (sic).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *