A PEINE ELU VOILA TRUMP DANS LA CONFRONTATION AVEC PEKIN ET TEHERAN

AFRIQUE MEDIA & EODE-TV/ Par  LUC MICHEL DANS ‘LE DEBAT PANAFRICAIN’.

Diffusé dimanche le 11 décembre 2016  Dans ‘LE DEBAT PANAFRICAIN’  la grande émission dominicale de AFRIQUE MEDIA ! 

COLÈRE EN IRAN ET AVERTISSEMENTS EN CHINE : A PEINE ELU VOILA TRUMP DANS LA CONFRONTATION AVEC PEKIN ET TEHERAN

 

Trump n’est pas encore installé à la Maison Blanche que déjà des confrontations majeures s’esquissent. Pékin et Téhéran clament leur colère contre Trump.   Que se passe-t-il ?   Luc MICHEL, géopoliticien et patron du Think Tank EODE, donnera les clés pour comprendre les confrontations qui s’annoncent avec la Chine et l’Iran …  Voir sur PCN-TV/

TRUMP RELANCE LE MILITARISME U.S. (ANALYSE DE LUC MICHEL)

Sur YouTube  à cette adresse URL,  l’écoute en vaut la peine.

https://www.youtube.com/watch?v=joHy0_IIy30

 

<iframe width= »854″ height= »480″ src= »https://www.youtube.com/embed/joHy0_IIy30″ frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

___________________________

 

AFRIQUE MEDIA

* en STREAMING sur http://lb.streamakaci.com/afm

* sur SATELLITE sur http://www.lyngsat.com/Eutelsat-9B.html

* WebTV sur http://www.afriquemedia-webtv.org

3 pensées sur “A PEINE ELU VOILA TRUMP DANS LA CONFRONTATION AVEC PEKIN ET TEHERAN

  • avatar
    16 décembre 2016 à 4 04 05 120512
    Permalink

    L’analyse de Luc Michel est tout à fait banale et à priori juste. Surtout sa conclusion et qui change tout, c’est à dire, que la situation n’est plus celle qui a permise aux USA de s’imposer militairement et économiquement sur le reste du monde et notamment sur l’URSS. Aujourd’hui, tout le monde joue dans la même cour du système économique.

    Mais voilà, une lecture plus fine montre qu’il se trompe, en effet, s’agissant d’une lutte entre capitaliste, on ne doit pas opposer les dirigeants occidentaux et asiatiques, mais au contraire uniquement les mettre dans le même sac, sinon, c’est jouer le jeu du système qu’ils défendent tous.

    Comprendre, que la guerre est le mode normal de « gestion » du système économique capitaliste, aussi, Trump ne fait qu’agir en bon capitaliste, rien de plus, rien de moins. Aussi, relayer l’idée de la confrontation entre ces dirigeants en parlant du pays au lieu de ses dirigeants, est jouer leur jeu.

    Pour les dirigeants US, l’important n’est pas tant la crise monétaire qui vient, mais que cette crise soit imputable à un ennemi extérieur. C’est fondamental, ils ne peuvent en aucune manière laisser leur propre population penser qu’ils sont la cause de l’effondrement monétaire et économique. De leur paupérisation.

    On ne peut donc faire une analyse géopolitique sans avoir à l’esprit que ce qui décide de toute politique, est la défense du système capitaliste avec la propriété économique, peu importe le coût en vie humaines.

    L’élection de Trump est, pour les dirigeants US, le signal qu’il faut passer à la vitesse supérieure dans la politique de guerre, pour contrecarrer les mouvements sociaux intérieurs. C’est la même chose en France ou ailleurs.

    La preuve en est que malgré toutes ces menaces, les échanges économiques ne sont pas touchés et font comme s’il ne se passait rien. C’est donc une situation tout à fait ubuesque, aberrante, où des dirigeants se menacent l’un l’autre, mais où les citoyens continuent de faire la fête ensemble.

    Et c’est là aussi une situation inédite, car les dirigeants politiques, malgré tout l’arsenal de propagande médiatique utilisé, n’arrivent pas à faire hair les chinois, et autres russes par leur population, cette dernière voulant toujours la paix et continuer à faire du commerce. Et là encore, l’effondrement monétaire dû à une dette devenue inacceptable où les pays refusent de continuer à faire crédit verrait la question de la cause de la dette, mais là encore, les dirigeants chinois principalement, savent très bien que l’onde de choc se répercuterait chez eux et les menacerait.

    On remarque donc que le pire ennemi de la propagande actuelle est internet, car il agit comme contre propagande et limite, voir empêche la désignation de l’ennemi extérieur.

    Les récentes tentatives de destructions du web ne sont donc qu’un feu de semonce, mais il faut s’attendre à tout moment de ne plus pouvoir communiquer via internet et même les téléphones portables. Lorsque cela arrivera, ce sera le signal de l’effondrement global et de la mise en place de la dictature déclarée avec l’ennemi extérieur désigné comme responsable de l’effondrement. Ces dirigeants tenterons de mettre alors en place un monde à la Orwell… Qui échouera !

    Répondre
    • avatar
      16 décembre 2016 à 8 08 35 123512
      Permalink

      Solide commentaire camarade. Bravo

      Quelques nuances toutefois : Tu ecris :  » Comprendre, que la guerre est le mode normal de « gestion » du système économique capitaliste, aussi, Trump ne fait qu’agir en bon capitaliste, rien de plus, rien de moins. Aussi, relayer l’idée de la confrontation entre ces dirigeants en parlant du pays au lieu de ses dirigeants, est jouer leur jeu. »

      Je dirais cela AUTREMENT. La guerre n’est pas le mode normal de gestion – la guerre n’est pas un mode de gestion. La guerre commerciale par exemple s’appelle = la concurrence ; la guerre monetaire s’appelle = la speculation boursiere et les OPA interentreprises = ces formes de « guerres » dans la situation tendue complexe decadente de fin de règne capitaliste amène de plus en plus souvent à des confrontations militaires = la guerre militaire afin de departager le chef de clan – le Capi di Capot – la puissance hegemonique des sous-fifres qui se partageront le reste du FRIC une fois que le roi lion se sera servit.

      Le problème survient quand le vieux roi lion ne veut pas cede sa place et qu’il est de plus en plus evident qu’il ne la mérite plus – il oblige les jeunes prétendants a se lancer en guerre physique – militaire – après économique, monétaire et boursière contre lui.

      Les péquenots que nous sommes ne pouvons qu’assister à la confrontation en leur servant de chair à canon pour l’occasion = dans leur conflit pour l’hégémonie = jusqu’au jour JE VIES DE CET ESPOIR = ou les prolétaires comprenant qu’il n’y a qu’une manière de mettre fin à ces guerres en tout genre = c’est de profiter d’un de ces conflits ou tous se seront détruits et affaiblis pour s’emparer de la ole position – détruire leurs garnisons – détruire leur Etat et construire un nouveau mode de production prolétarien YES

      Merci Hervé pour tes propos

      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
      • avatar
        16 décembre 2016 à 12 12 43 124312
        Permalink

        Salut Robert,

        La concurrence économique n’a rien de sportif, c’est une guerre, avec ses morts, donc ses victimes et ses bourreaux. Parler de concurrence ou spéculation boursière a justement l’avantage de ne pas les faire apparaître pour ce qu’elles sont, des formes de guerres, car il y a bel et bien des morts et des destructions massives. Voilà pourquoi je parle de guerre et non de concurrence, pour ne plus oublier qu’il s’agit de guerre au sens propre du terme.

        Maintenant comme je te l’ai mainte fois écrit.

        IL N’Y A PAS D’AUTRES ALTERNATIVE QUE LA TRANSPOSITION DE LA PROPRIETE ECONOMIQUE VERS LA RESPONSABILITE.

        Autrement dit, tant que le principe de responsabilité ne s’imposera pas à l’esprit des citoyens, c’est le système capitaliste qui s’imposera toujours, quel que soit l’issu de la guerre militaire, économique ou sociale, et toutes tes invocations n’y changerons rien, c’est mécanique !

        fais ton choix camarade !

        PS : tu me dis que tu ne comprends pas, mais je ne t’ai jamais vu vraiment essayer, notamment en lisant mes articles qui traitent presque tous du principe de responsabilité. D’ailleurs, tu m’avais dit vouloir les lires, mais les as tu lu ?

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *