Bill Clinton, cancre du sexage

Bill Clinton et Hillary Clinton devant un bizarre jugement de l’Histoire qu’ils n’attendaient pas…

PAUL LAURENDEAU   Voici donc que l’on reparle de Monica Lewinsky. Et un abcès de fixation refait ainsi surface: le triste constat du fait que Bill Clinton aura été nocif et nuisible aux vues de millions de femmes, y compris la sienne. Ethnologiquement parlant, Bill Clinton aura été le président du grand rendez-vous raté des américains avec le respect de la vie privée de leurs dirigeants. Sur Monica Lewinsky, ils passèrent en effet à deux doigts de quitter le ton de la potinade collective mijaurée et de dire «C’est pas de nos affaire. Ils font ce qu’ils veulent». Mais il a fallu que Bill Clinton bascule dans l’intimidation, le tordage de bras, les envois de gardes du corps en visite intempestive à son «adversaire». Derrière Monsieur Sourire se profila alors soudain Monsieur Fier-à-Bras et ce que les américains apprécient habituellement tellement en politique (étrangère notamment) se mit à clocher sur ce terrain là. Les femmes américaines surtout ne supportèrent pas ce genre de duplicité sur fond crypto-brutal. Elles furent profondément déçues et amères, surtout que la femme s’identifie toujours à la femme (Hillary, Chelsea, Monica, Paula…). Et le message collectif finalement fut: «Tord des bras et pète des gueules tant que ce sont des affaires d’état. Mais pour tes affaires de coeur, mon gars, ne manoeuvre pas comme ça, parce que ce sont les replis ordinaires de la nation que tu bafoues alors». L’erreur de mélanger le politique avec le privé, fondamentalement, c’est Clinton lui-même qui l’a commise. Le peuple américain ne fit que suivre, prisonnier de la logique malotrue que Bill Clinton avait instauré envers ces passades qu’il respecta si peu.

Puis, pour parfaire le foutoir et lui donner toute l’amplitude des destins tragiques, il a fallu qu’il soit le mari de la première candidate de calibre à la présidence américaine de tous les temps. Le couple Clinton ne se sortira jamais de ce marasme qui les livra à la postérité subconscience de l’Amérique. Une bien triste leçon de l’histoire contemporaine des rapports de sexage.

avatar

Ysengrimus

Voir ici: http://ysengrimus.wordpress.com/about/

3 pensées sur “Bill Clinton, cancre du sexage

  • avatar
    12 mai 2014 à 10 10 20 05205
    Permalink

    Commentaire complémentaire (ce fond de mème s’intitule PROBLÈMES DU PREMIER MONDE):

    first-world-problems-pauvre-monica-lewinsky-cest-si-triste-ce-quelle-narre-dans-vanity-fair

    Répondre
  • avatar
    12 mai 2014 à 20 08 06 05065
    Permalink

    @Paul Laurendeau

    C’est surtout le mensonge qui choque.

    Pourquoi Bill Clinton a-t-il solennellement déclaré, et juré, qu’il n’avait jamais eu de contact intime avec Monica Lewinsky ? J’aurais aimé qu’il saisisse l’occasion pour soit refuser de parler de sa vie privée, ou tout simplement avouer.

    Qu’on ne vienne pas me dire qu’il n’avait pas le choix ….

    CAD

    Répondre
  • avatar
    12 mai 2014 à 21 09 13 05135
    Permalink

    Bill Clinton aimait bien les jeunes stagiaires quand il était au pouvoir. Si elle acceptait d’être une proie consentante sa carrière était assurée sinon son nom était sur la liste noire des inemployables. Le monde de la politique américaine est impitoyable pour les femmes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *