Commentaire sur le texte de P. Camy sur la monnaie.

Par Hervé Hum. Collaboration spéciale.

(M. Hervé Hum a publié ici même un texte intitulé « Monnaie de crédit et monnaie de dépôt  le 23.12.2015. À cette adresse url:  http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/monnaie-de-credit-et-monnaie-de-depot/   Aujourd’hui M. Hervé Hum complète par un commentaire à propos d’un texte de Philippe Camy aussi publié sur les7duQuébe.com.  Robert Bibau. Directeur).

 

********

 

En raison de la clarté et justesse des articles de Philippe Camy, il me semble inopportun de faire une critique de ses articles, mais plutôt de faire une remarque qui n’est autre qu’un complément d’information pour le lecteur. Enfin, ce n’est pas une critique, car cela impliquerait un soupçon d’induire le lecteur en erreur, or, le contenu de l’article prouve le contraire. Voici le lien URL vers l’article de Philippe Camy paru le 21.12.2015  http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/genese-simplifiee-du-systeme-bancaire-et-monetaire/

 

Pour bien comprendre cette subtilité, il suffit de remarquer le fait que Philippe Camy parle de la genèse du système monétaire non pas dans sa cause, mais dans sa conséquence, c’est à dire, non dans son intentionnalité, mais dans sa mise en pratique. Toutefois, un lecteur attentif pourra déduire cette intentionnalité au gré de la lecture des articles, mais pas de manière explicite. Voilà pourquoi je tiens à faire ces remarques.

 

En effet, le système bancaire et monétaire n’est pas conçu pour permettre les échanges de tous les agents constituant la société, donc y compris le prolétariat, mais uniquement pour ceux qui en ont pris le contrôle via la propriété des moyens de production. Ceci, parce que le système est basé sur l’exploitation humaine et non l’association.

 

Toute analyse qui se veut honnête sur le système bancaire et monétaire, qu’il soit passé, présent et futur, ne peut se départir de ce fait, car il conditionne toute l’évolution du dit système, tout autant de ce qu’il peut devenir. Le nier ou l’oublier conduit à un raisonnement biaisé ou manipulatoire.

 

La seconde remarque, conséquence de la première, pose la question de savoir qu’elle est la définition exacte de la monnaie, sachant que celle-ci ne peut être la même dans un système d’exploitation et un système d’association. Le système actuel et passé ne considérant que le propriétaire des moyens de production.  Sans entrer dans les détails, la monnaie dans un système capitaliste doit être nécessairement vue comme le moyen d’échange des marchandises (merci, Marx), mais dans un système dit collectiviste ou communiste (pour moi, responsabilise), la monnaie ne peut pas être le moyen d’échange des marchandises, elle ne peut être que la mesure de la valeur du temps de vie dédié (soit à autrui, soit détenu sur autrui) étant donné que les ressources naturelles sont gratuites dans un système collectivisé (merci Adam Smith!).

 

Il ressort de cela que l’article ne parle pas tant de la genèse du système bancaire qui procède de l’intention, mais de son analyse factuelle, au présent, qui relève de la mise en pratique. Donc, relation sujet-objet (principe de relation de causalité qui fait l’objet d’une théorie, conduisant à défaire totalement le système économique actuel).

 

(Demain : Critique des « solutions » russe, islandaise et équatorienne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *