Crime contre l’humanité à GAZA – Israël assassine un peuple

Par  CAPJPO-Europalestine. Le 22.06.2017

 

Chères amies, Chers amis, MANIFESTATION À PARIS LE 24 JUN 2017  (VOIR CI-DESSOUS FRANÇAIS AND ENGLISH).

 

Quand on reçoit de nos amis de Gaza des messages disant : « Mourir sous les bombes ou par manque d’électricité, c’est le seul choix qui nous reste, et c’est de cela que nous discutons entre nous», nous ne pouvons rester indifférents ni inactifs.

Haidar Eid, professeur agrégé de littérature anglaise à Gaza, a écrit :

« Comme partout ailleurs dans le monde, l’électricité à Gaza donne accès à l’eau potable et aux soins médicaux. Avec elle, nous pouvons mettre les aliments au réfrigérateur en été, avoir de la chaleur en hiver et être relié les uns aux autres et au monde extérieur. Or, l’électricité a été coupée à Gaza, et c’est une condamnation à mort pour les 2 millions de Palestiniens qui vivent comme moi dans ce territoire sous blocus israélien. »

Et il ajoute : « Pour ceux qui ne connaissent pas bien la situation, aujourd’hui, le débat entre les Gazaouis est de savoir si une attaque militaire directe – bombardements israéliens – est une meilleure façon de mourir que par un génocide progressif, avec l’intensification du blocus qui est imposé à notre minuscule bande de Gaza depuis 10 ans. Pensez-y : Y a-t-il des citoyens, dans un autre pays du monde, qui débattent de leur meilleure façon de mourir ? »

« La communauté internationale, conclut-il, a été totalement incapable d’assumer ses responsabilités. Nous n’avons qu’une lueur d’espoir, la même que celle des Sud-Africains lors de l’apartheid : une campagne soutenue de boycott, de désinvestissement et de sanctions contre Israël, jusqu’à ce qu’il respecte le droit international » (article intégral : http://www.europalestine.com/spip.php?article13121).

De son côté le courageux journaliste israélien Gideon Levy, qui appelle également au boycott de son pays, redoute une nouvelle attaque sur Gaza : « Ce qui est en cause actuellement, c’est le risque d’un nouveau massacre dans la Bande de Gaza. Contrôlé, mesuré, pas trop massif, mais malgré tout c’est bien d’un massacre qu’il s’agit. Quand des officiers, des politiciens et des commentateurs israéliens parlent du “prochain round”, ils parlent du prochain massacre. »

Il explique qu’en réduisant encore la fourniture d’électricité à Gaza (moins de 4 heures par jour en ce moment), en poussant à bout les Gazaouis, en les privant d’eau potable, de médicaments, de pièces de rechange pour le matériel médical, en provoquant la mort des malades sous dialyse, des nouveaux-nés en couveuses, des patients cancéreux ou atteints de mucoviscidose qui ne reçoivent plus de traitement, en empêchant l’assainissement des eaux d’égout qui se déversent dans la mer et menacent de maladies infectieuses, Israël espère une riposte.

« Une heure de plus chaque jour sans électricité à Gaza, et ce sera le signal : des roquettes Qassam. Israël une fois encore sera la victime, et le massacre commencera », prévient-il.

Et, dénonçant cette expérimentation barbare sur les 2 millions d’habitants de Gaza, ainsi que le silence qui l’entoure, il expose clairement : Ils sont les sujets d’une expérience : peuvent-ils survivre avec une heure d’électricité par jour ? Est-ce que 10 minutes ne suffiraient pas ? (Article intégral : http://www.europalestine.com/spip.php?article13120)

Et nous, que pouvons nous faire face à ce génocide à petit feu perpétré avec la complicité de nos gouvernants ?

Boycotter Israël, comme les Palestiniens et les opposants israéliens nous le demandent.

Certes, mais il faut aussi s’exprimer par tous les moyens, et informer autour de nous sur cette situation dont se gardent de parler les médias. L’ignorance est la principale source d’indifférence. Peu de gens imaginent ce qui est fait, de manière volontaire — car il ne s’agit pas de catastrophe naturelle — à d’autres êtres humains en ce moment à Gaza.

N’attendons pas de nouveaux massacres pour réagir !

Parlez-en autour de vous. Faites circuler les articles qui décrivent cette expérimentation innommable dans le camp de concentration de Gaza.

VENEZ NOMBREUX AU RASSEMBLEMENT CONTRE LE BLOCUS DE GAZA

CE SAMEDI 24 JUIN

PLACE DE LA FONTAINE SAINT-MICHEL À PARIS

DE 15 H 30 À 18 H 30

Métro St Michel : ligne 4, RER B, RER C

FAITES PASSER L’INFORMATION. MONTRONS ENSEMBLE QU’ON NE PARVIENDRA PAS À NOUS HABITUER À CETTE BARBARIE.

Amicalement,

CAPJPO-EuroPalestine

www.europalestine.com 

****************************************     ENGLISH TEXT

Dear friends,

When we receive from our friends in Gaza such messages as this one :  » One question left in Gaza: Death by massacre or lack of electricity? «  we can’t remain passive.

Haidar Eid, Professor of English literature at Al-Aqsa University in the Gaza Strip, has just written:  » Like everywhere else in the world, electricity in Gaza gives us access to clean water and medical care. With it, we can refrigerate our food in the hot summer and find warmth in the cold winter – and connect with the outside world and one another « .

 » It may sound very benign – electricity has been cut to Gaza – but it is a death sentence for the almost 2 million Gazans like me living in the Israeli-imposed blockaded strip « .

 » Are there citizens in any other country in the world who debate what the better way is for them to die?

In fact, cutting electricity to Gaza is a de facto declaration of war against the civilian population and an illegal form of collective punishment « 

 » For those who are not familiar, the debate amongst Gazans nowadays is whether a direct military assault – that is the use of bombs and guns carried out by apartheid Israel – is a better way to die than through an incremental genocide, the intensifying blockade that has been imposed on our tiny strip for 10 years « 

 » Just think about that: are there citizens in any other country in the world who debate what the better way is for them to die? « 

 » The international community has utterly failed us.We have just one window of hope, the same window that black South Africans saw before us – a sustained campaign of boycott, divestment and sanctions against apartheid Israel until it complies with international law « .

(Full text here :  http://www.middleeasteye.net/columns/one-question-left-gaza-death-massacre-or-lack-electricity)

The courageous Israeli journalist, Gideon Levy, who calls for a boycott of his own country, fears a new massive attack on the Gaza strip.  » What is currently at stake is the risk of renewed massacres in Gaza. Albeit measured and controlled to a certain extent, we are nevertheless talking of a massacre. When seniors officers in the army, politicians and commentators talk about ‘the next round’, they obviously refer to the next massacre « .

Levy goes on explaining that by reducing its electricity feed to the Gaza strip (which now stands under 4 hours per day), by pushing the Gazans to their limits, depriving them from clean water, medicines, spare parts for medical equipment, provoking the death of diabetes patients under dialysis, cancer patients and also patients with cystic fibrosis, the Israeli rulers clearly expect a reaction.

«  One less hour with electricity, and a volley of Qassam : as always, Israel will be the victim, and the slaughter will begin. Clearly the 2 million women, men and children of the Gaza strip are subjects of an experiment : could they survive with just one hour of electricity feed per day ? Wouldn’t ten minutes a day be sufficient ? « , Levy writes.

What can we do to oppose such a genocide, slowly perpetrated with the complicity of our own governments ?

Surely, Boycott Israel, as the Palestinian people and the Israeli opponents ask us.

And for those in the Paris area, 

JOIN OUR RALLYE TO PROTEST THE SIEGE OF GAZA

SATURDAY JUNE 24

FROM 3:30 PM TO 6:30 PM

Sincerely,

CAPJPO-EuroPalestine

www.europalestine.com

ce message a été envoyé à bibeau.robert@videotron.ca, cliquer ici pour vous désabonner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *