Croissance depuis 2009 : Chine+139%, Inde+96%, États-Unis+34%, Europe- 2%!

Par Michel Santi  |  Le


 

Le grand capital international se porte mal et se comporte mal. Imaginez, la réduction du déficit commercial européen a diminuer entrainant l’excédent de la balance des paiements (plus de fric dans les banques), ainsi que la hausse de la valeur de l’euro (plus de pouvoir d’achat) ce qui étouffe la croissance…?! Bref, quand les finances vont bien c’est que ça va mal ! Et voici que la gauche et la droite politique nous expliquent que de rester ou de quitter l’Union européenne et la zone euro changera quelque chose à ce salmigondis financier.  La question n’est pas de quitter l’Union européenne mais de quitter le capitalisme. Robert Bibeau. Éditeur http://www.les7duquebec.com

 


 

Ces chiffres racontent l’histoire du déclin macro économique de l’Union Européenne qui se retrouve dans une spirale. Par Michel Santi, économiste (*).

 

Le manque de réactivité de nos politiques publiques, suite à la crise financière, ont provoqué une compression des importations ayant conduit les membres de l’euro les plus touchés à voir leur balance des paiements devenir excédentaire alors que celle-ci était en déficit précisément grâce à leurs importations. À son tour, ces excédents soutiennent la valeur de la monnaie unique qui étouffe la croissance… Le fait est que les QE (baisses de taux quantitatives) ont eu peu d’effets sur la croissance européenne. En réalité, la politique monétaire de la BCE n’a pas vraiment eu les effets escomptés, car c’est principalement à la Chine que l’Europe doit ses quelques bonnes statistiques. La croissance européenne ne réagit pas comme prévu en 2015 et en 2016 – qui furent les deux premières années des QE -, car le commerce mondial évolua au taux anémique de 3% (problème de marchés de consommation comme nous l’expliquions. NDLR). Comme l’Europe est fortement dépendante pour sa survie de ses exportations, ce n’est qu’à la faveur des stimuli chinois que sa croissance put se rétablir à des niveaux décents en 2017, et pour cause, car le commerce mondial put croître cette même année de 5%. Autrement dit, alors qu’il est tentant d’attribuer l’amélioration de la croissance européenne de 2017 aux QE, c’est aux effets bénéfiques de la reprise du commerce mondial que notre continent fut redevable de son embellie. Toutes choses étant égales par ailleurs, c’est le «deleveraging» des chinois et les angoisses de vulnérabilité extrême de leur système financier qui pèsent désormais sur le commerce mondial et qui ralentissent en toute logique notre déjà faible croissance.

 

Dans ce contexte, l’arrêt annoncé de ses QE par la BCE aura pour conséquence la hausse des taux d’intérêt que bien des nations européennes ne pourront assumer, du fait de taux réels élevés qu’elles subissent déjà, d’une très faible productivité, et enfin d’un euro qui ira en s’appréciant alors que son niveau réel est aujourd’hui plus élevé que lors du lancement des QE !…  Les pays les plus fragilisés de la zone euro devront à nouveau dépendre des seuls marchés financiers pour être en mesure de se financer, et ce dès cette année qui sera donc marquée par l’interruption du Programme spécial de la BCE. Mario Draghi a beau assurer que son établissement dispose des «instruments» pour combattre une éventuelle et énièmes récessions, il n’en reste pas moins que – sous sa forme actuelle – l’Euro est l’héritier direct de l’étalon or. Le vice de forme congénital de l’euro est que l’Union est comme paralysée, car elle n’a nul Plan B lorsque sa politique monétaire est peu ou pas efficace. Comme la puissance de feu de la BCE ne semble avoir produit que peu d’effets pour diverses raisons que nous ne développerons pas ici ( trop peu, trop tard, etc…), la logique voudrait que ce soit la politique budgétaire et fiscale qui en prenne le relais…mais c’était compter sans cette phobie des déficits qui tétanise littéralement les dirigeants européens (ce qui est totalement faux Monsieur Santi, à preuve tous les gouvernements de l’Union, ou presque, ont des déficits – mais tous chantent cette chanson pour justifier la réduction des dépenses sociales de l’État providence pour le capital. NDLR).

 

La théorie selon laquelle un déficit public élevé neutralise l’investissement privé en exerçant une pression haussière sur les taux d’intérêt n’est en effet pas à prendre en considération dans un contexte de «zero lower bound», c’est-à-dire de taux nuls comme ceux que l’on a actuellement. Et il est possible d’agir sur la relance de la consommation qui, elle, peut très efficacement propulser les investissements privés. Bref, les préoccupations macro-économiques légitimes relatives aux déficits publics élevés ne sont plus d’actualité dès lors que le plancher du taux 0 est atteint, sachant que tout bon stimulus budgétaire et fiscal est par définition provisoire. En outre, cette position intransigeante par rapport aux déficits est peu compréhensible lorsque les dettes publiques sont émises dans la monnaie de l’emprunteur : en d’autres termes lorsque le pays est réellement souverain, car il émet en toute liberté sa propre monnaie, comme pour l’Union européenne, la Grande-Bretagne ou le Japon. À moins que cette démarche consistant à viser l’équilibre budgétaire parfait ne soit une nouvelle tentative de rétrécir encore et toujours les prérogatives de l’État ? (C’est que l’État avec son déficit astronomique exerce une pression énorme sur la monnaie et sur son prix (taux d’intérêt) qui reste bas il est vrai, et pour cause puisqu’il ne peut augmenter d’un pour cent sans entraîner une récession chez les emprunteurs surendettés – ce qui comprend les États de l’Union. NDLR).

 

Les divers gouvernements européens s’en lavent donc quasiment les mains et semblent compter quasi entièrement sur la BCE pour atteindre des seuils d’inflation compatibles avec une croissance saine et pérenne. C’est comme s’ils avaient délégué leurs pouvoirs à la BCE qui est tout au plus capable de lisser et d’atténuer les récessions, car les banques centrales ne sont que rarement en mesure de relancer la croissance par la seule activation du levier de leurs taux. Instrument extrêmement puissant et dont on ne peut se passer, la politique monétaire n’est toutefois pas suffisamment puissante pour agir efficacement toute seule, c’est-à-dire en l’absence des renforts et du soutien des politiques budgétaires. Les stabilisateurs automatiques, la baisse du chômage et une meilleure régulation financière sont plus efficients qu’une politique monétaire appliquée par une banque centrale. En outre, il est indéniable que la politique monétaire de nos banques – qui a de facto été la seule variable d’ajustement ces dernières années – a largement contribué à créer un nouveau monstre tant les valorisations boursières semblent irréalistes ! Ce faisant, les banques centrales ont fait des gagnants et des perdants, ce qui est normalement du ressort exclusif des politiques. Seuls les exécutifs politiques sont donc responsables de cette situation tout aussi inédite que déplorable où les taux d’intérêt des nations occidentales sont poussés en deçà du zéro – en territoire négatif – afin de pallier aux déficiences de politiques timorées. La politique monétaire a donc logiquement pris le relais de la politique – de la vraie -, car les banquiers centraux n’ont pas eu d’autre choix. La toute-puissance actuelle des banques centrales ne révèle donc que l’échec patent de nos politiques, comme elle reflète par ailleurs l’incapacité des marchés financiers de se passer de leur dose désormais régulière de shoot monétaire (Voilà le véritable coupable M. Santi, les marchés financiers et la monnaie qui y transite et qui devraient être le simple reflet de l’activité économique réelle – production – commercialisation – consommation – requiert leur dose de « shoot monétaire » pour maintenir le « monstre des valorisations boursières irréalistes » comme vous le dites si bien. NDLR)

 

En résumé, les banquiers centraux ont été forcés de sortir de l’ombre pour assumer des responsabilités qu’ils n’ont jamais demandées mais auxquelles d’autres se sont dérobés. De prêteurs en dernier ressort, les banquiers centraux sont devenus des prêteurs en premier ressort ! Toujours est-il que nos banques centrales se sont fort bien débrouillées durant la crise financière – je veux dire eu égard à leur solitude extrême – et en l’absence d’appui émanant de politiques budgétaires appropriées. Pour autant, comme nos démocraties ne peuvent se satisfaire de l’omnipotence de personnages non élus, nos femmes et nos hommes politiques doivent prendre leurs responsabilités. Quoi qu’il en soit, vivant aujourd’hui une époque où les populistes ne cessent de stigmatiser les experts, c’est bien à ceux-ci, et c’est bien à la BCE, que nos nations européennes doivent d’avoir tangué violemment, sans pour autant couler, durant la crise financière. Le recours direct au peuple a bien démontré – parfois par l’absurde – à quel point il est problématique d’organiser des référendums sur des sujets trop techniques. Il est donc temps de réhabiliter les experts. (Que nenni M. Santi, l’ensemble de votre démonstration n’amène pas à cette conclusion mais plutôt au fait que les lois de l’économie politique capitaliste sont impérative et incontournable – que la capitainerie soit tenue par les politiciens incompétents ou par les banquiers impuissants. NDLR).

 

___

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d’Art Trading & Finance.
Il vient de publier « Fauteuil 37″, préfacé par Edgar Morin.
Sa page Facebook et son fil Twitter.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *