Des tétons contre le crucifix

CRUCIFIX DÉCÂLISSE

C’est en ces termes que les beaux tétons des respectables FEMEN se sont exprimés hier au Salon bleu de l’Assemblée nationale.

Cet organisme international confirme, une fois de plus, que le dossier de la laïcité n’est pas un petit dossier québécois, mais touche directement à un des enjeux internationaux, c’est-à-dire la division des nations en groupes distincts non-homogènes et hermétiques. 

CRUCIFIX DÉCÂLISSE

Difficile de trouver mieux pour frapper la sensibilité québécoise !
Un bon sacre contre le crucifix «patrimonial» !  Il y a de quoi faire monter le lait de plusieurs tétons québécois !

Quel a donc été l’objectif de cet organisme international en lançant CRUCIFIX DÉCÂLISSE tout en nous faisant admirer leurs magnifiques tétons ?

Ont-elles apporté quelque chose au débat ?
Ont-elles vraiment des revendications féministes antireligieuses ou sont-elles plutôt des punchs médiatiques qui font bander, outre le bataillon médiatique, bien des gens ?   Il y a eu Playboy et aujourd’hui les FEMEN.

Les FEMEN n’apportent jamais rien d’autre que leurs seins dans tous les dossiers.  Elles agrémentent l’actualité tout en semant la confusion et l’effroi.
Dans notre dossier québécois, c’est exactement ce qui résulte de leur coup d’éclat: Confusion, même effroi, le tout pour accentuer la division voire exacerber encore plus les passions.

Imaginez, s’en prendre ainsi et de la sorte au crucifix, ce symbole religieux encore très cher à plusieurs de nos concitoyens. 
S’en prendre ainsi à notre «patrimoine» pour certains autres tout aussi attaché à «LEUR» crucifix !  Ce crucifix qui peut dire «Vade retro satanas» au compétiteur qu’est l’islam.

L’entrevue faite par Anne-Marie Dussault à la jolie porte-parole FEMEN division Québec était presque un clip promotionnel pour ce mouvement international.   On a parlé plus de FEMEN et de leur «noble» (sic) mission que du pour quoi de leur action à l’Assemblée nationale. 

D’où sort cet organisme de jolies filles sexées ?

On dit que c’est Victor Svyatski qui serait l’homme à l’origine du mouvement.
On dit aussi que le maître à penser n’était pas un ange féministe.
On dit «qu’il est allé chercher les plus jolies filles parce qu’elles font vendre plus de papier. Les plus jolies filles ont droit à la première page. C’est devenu leur manière de faire pour vendre la marque.»

Le mouvement FEMEN n’est pas anodin.  Il est international et reçoit sûrement du financement dont on ne sait de qui.  Combien valent ces jolis tétons ?  Sûrement quelques bons dollars.  

Il y a de quoi faire une thèse de doctorat sur ce phénomène médiatique.  Il est clair que l’impact psychologique des FEMEN est notable.  Quel message reçoit-on de ces jolis tétons ?  Quelles émotions nous transmettent-elles ?  Nous plongent-elles dans la confusion et de l’esprit, et des sentiments et des valeurs ?

Lorsqu’on analyse leur impact avec attention, on s’aperçoit que leurs actions nous offrent un savant mélange qui nous mêle bien des choses.
Plusieurs personnes se sont penchées sur l’impact de ces jolies filles aux beaux tétons.  On peut facilement associer leurs gestes d’éclat à une nouvelle forme de propagande bien adapté à notre XXIe siècle.

Mme Victoria Issaïeva, éditorialiste pour la Voix de la Russie, a réfléchi sur ces FEMEN.  Son article:  FEMEN, ou le vandalisme et l’exhibitionnisme érigés en vertu apporte de l’eau au moulin de la réflexion.  La description que fait Mme Issaïeva pousse l’analyse un peu plus loin que le mamelon.

Comme dans tous les dossiers internationaux, il y a ceux qui sont bons et ceux qui sont méchants.  Les FEMEN comme nous l’a démontré encore hier soir Anne-Marie Dussault, se situe du côté des bons.  La France a même consacré ce mouvement sur ces timbres postaux:
«La nouvelle Marianne des timbres postaux est une Femen»
On s’est inspiré de Inna Shevchenko, une jolie « pitoune ».
(Le terme grossier « pitoune » est utilisé pour rester dans le même créneau linguistique que la déclaration qui suit)
Mme Shevchenko s’est fort élégamment exclamée sur Twitter: « Désormais, tous les homophobes, extrémistes et fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre! »

« Femen, un groupe sectaire ?  Oui, selon Iseul, une Antigone infiltrée »

Pour compléter l’éventail de l’émotion médiatique sur ce thème, il y a aussi Antigone qui a été créée dit-on contre le mouvement FEMEN.  À étudier ces deux groupes opposés et tellement complémentaires pour former des groupes de pensée distincts dans notre société, il se pourrait bien que les deux groupes soient financés par les mêmes intérêts.

Pour parachever le tableau, il ne faut pas non plus oublier les fameuses Pussy Riot tant vénérées par nos médias.
Un article plus qu’intéressant à leur sujet:
« Pussy Riot : pourquoi une telle médiatisation? »
Cet article fait un survol assez complet de ce mouvement des jolies Pussy.
Il nous offre des liens renversants comme celui-ci nous montrant une des manifestations des respectables Pussy Riots.

Pour conclure, nous devons toujours analyser ce que nous recevons à travers nos médias.  On nous fait ressentir, aimer ou haïr.  On nous offre très peu, très très peu, de matériel pour réfléchir.  L’information objective, journalistique et véritable qui est essentielle pour faire reposer notre opinion et notre jugement est pratiquement inexistante. 

Le CRUCIFIX DÉCÂLISSE nous a donné une autre bonne dose d’émotions intenses en secouant nos valeurs, celle du crucifix et de la bienséance en passant par le sexe.

Dites-nous ce que vous a livré le geste éclatant des FEMEN.
Dites-nous le sentiment qu’il a fait jaillir en vous ?
Avez-vous été enragé contre ces intégristes laïcs qui veulent décâlisser votre crucifix ?
Avez-vous été enragé contre ce gouvernement qui parle de laïcité et garde le maudit crucifix dans la chambre où se font les lois, comme si nos lois étaient faites uniquement pour le dieu catholique ?

Quelle est maintenant votre nouvelle émotion accentuée par les beaux tétons ?

Serge Charbonneau

 

21 pensées sur “Des tétons contre le crucifix

  • avatar
    2 octobre 2013 à 12 12 03 100310
    Permalink

    On a end ouverture l’image de Madame Marois et les mots des Femen… quelque chose dit que le contraire aurait été plus racoleur 🙂

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      2 octobre 2013 à 13 01 15 101510
      Permalink

      Évidemment que le contraire aurait été racoleur, j’en suis bien conscient et c’est d’ailleurs pour cela qu’il n’y a que les tétons bien habillés de Mme Marois.
      Les autres on peut les voir partout.

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
    • avatar
      2 octobre 2013 à 13 01 33 103310
      Permalink

      Je crois qu’il est plus intéressant de démontrer l’effet des tétons que les tétons eux-mêmes.

      Je crois que le regard de Mme Marois ainsi que de ses députés est plus intéressant à voir que les tétons des belles pitounes en mission.

      Mission de quoi ?
      On ne sait pas trop.

      Lorsque Mme Dussault demande la position «sans insister» des Femen sur le projet de charte, la jolie porte-parole nous déclare ce que tout le monde dit.
      Elle est évidemment en faveur des deux principaux points soit l’égalité homme / femme et la non-ingérence religieuse dans l’État. Il est clair que personne n’ose être contre ces évidentes valeurs. Cependant, bien évidemment, on laisse entendre que… bon… peut-être que… finalement, aucune position précise concernant la charte.

      On met le gouvernement devant le crucifix, sachant très bien que certaines passions québécoises vont s’affoler et on se garde de prendre position sur le fameux voile explosif. Les féministes de Femen n’osent pas prendre de position trop féministe.
      De cette façon, elles peuvent bien mêler les gens et se garder des partisans des deux côtés du voile.

      C’est tout de même assez astucieux.

      Mais pour en revenir à leurs charmes qu’elles nous font gracieusement admirer, oui, il aurait été bien sûr plaisant de les montrer, mais le but de cette réflexion n’est pas du tout d’entrer dans leur jeu, malgré qu’elles ont de sacrés beaux tétons.

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
  • avatar
    2 octobre 2013 à 13 01 07 100710
    Permalink

    Le spectaculaire pour confondre les esprits, Femen n’est qu’un des nombreux spectacles pour lobotomiser la conscience et la pensée critique.

    Humain, trop humain.

    Répondre
  • avatar
    2 octobre 2013 à 13 01 48 104810
    Permalink

    Bon! Je me replace un peu parce que je commence à être étourdi par le flot de commentaires sur cette foutue charte.

    Le Crucifix:
    J’en ai un dans une boîte. Il est accroché au chapelet de ma grand-mère que je garde en son souvenir. Ce n’est pas pour moi, un signe religieux; c’est un souvenir de ma grand-mère.

    Les tétons:
    Des tétons, j’en ai eu, plus ou moins souvent, dans la bouche depuis les 70 dernières années. Cela ne m’impressionne plus tellement. Et lorsqu’on discute de la charte, je ne peux plus m’exprimer si on m’en fiche un sur les lèvres. Ce que je n’apprécie pas du tout.

    Donc, la seule question qui m’importe est de savoir si on doit officialiser une charte des valeurs québécoises au Québec. Les tétons et les crucifix n’ont rien à y voir. S’il faut que les deux « décalissent » alors qu’ils « décrissent » et qu’on s’attelle au sujet qui est de défendre la laïcité au Québec.

    Le sujet de la charte est approché selon la notion « politique » quand elle devrait l’être selon la notion  » législative ». La politique veut faire plaisir à tout le monde et le législatif doit protéger les « valeurs québécoises ».

    Plaçons les choses à leur place.

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    2 octobre 2013 à 14 02 03 100310
    Permalink

    Une femen sur un crucifix…portant le voile et un turban épineux…un kirpan planté a l’endroit ou le soldat romain planta sa lance (supposément !)…et puis Mick Jagger, la langue sortie, derrière la croix s’apprêtant a lècher le timbre, tant qu’â y être…!

    Ceci dit, j’aime bien cette facon que vous avez, Serge, de questionner les motivations, les origines, les sources de financements de ces goupes sur-médiatisés.

    De plus, le fait de relever de facon itérative la solicitation émotive qu’engendre ce genre de reportage est certainement plus précieux et vraie que tout ce que tous pourrait en dire.

    Je me questionne sur le pourquoi, la nouvelle présentation du J de M, avec ses rédacteurs invité(e)s – dont Jean Charest fait partie- (je reviens aprês avoir vomi) ne vous ont pas fait une petite place ?

    Répondre
  • avatar
    2 octobre 2013 à 17 05 19 101910
    Permalink

    Quel sentiment a fait jaillir en moi cette exhibition?

    Que le Luciférisme et la franc-maçonnerie sont nette croissance et qu’ils ne se cachent même plus, se permettant de cracher publiquement sur nos symboles chrétiens. Voilà ce que cela ne fait non pas naître en moi, mais viens plutôt confirmer.

    Les femen, des féministes enragées? Plutôt de belles petites poupées manipulées par un pouvoir occulte, de beaux petits sous-produit de l’épicurisme moderne… je dirais moi.

    Répondre
    • avatar
      2 octobre 2013 à 18 06 13 101310
      Permalink

      @Honey G.

      C’est bien cela. « Ève » qui se fait encore et toujours manipuler par le « serpent ». La plus proche et la préférée de djeu. Belle excuse.

      Affectivement.

      Répondre
    • avatar
      2 octobre 2013 à 18 06 33 103310
      Permalink

      Un article intéressant qui nous offrent d’excellentes photos.

      Merci

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
  • avatar
    2 octobre 2013 à 23 11 14 101410
    Permalink

    J’ai écouté l’entrevue de la porte-parole des Femens, Xenia Tchernychova, ce midi.
    La question était de savoir si ce geste ostentatoire apporterait de la chair au débat sur les valeurs québécoises.

    Sa réponse qui se voulait positive, n’arrivait pas à convaincre. Soit que les Fe-no-mens sont des putains d’attention, soit que le coup fut planifié pour divertir le débat sur la charte. Il n’y a jamais de hasard en politique, disait Franklin D Roosevelt.

    Préfère-t-on que des poils pubiques flottent dans l’air de l’Assemblée suite aux débats se transformant en ébats ?

    C’est apparemment le cas du Palais de Justice de Montréal selon Anne-Marie Goldwater.
    Source : http://www.lapresse.ca/arts/television/201109/03/01-4431344-anne-france-goldwater-attention-a-larbitre.php

    Née à Montréal le 14 juillet 1960, Anne France Goldwater est la fille unique de deux avocats : Sam Goldwater, avocat généraliste d’origine polonaise, et Ruth Zendel, juive française née à Paris. Des deux, c’était Ruth la star, juriste émérite, monument d’élégance et de raffinement dont tous les hommes tombaient amoureux.

    Les années 60 aidant, Ruth a eu une aventure avec un certain Philippe Casgrain, mari de la députée Claire Kirkland-Casgrain. Enceinte de lui, elle s’est résignée à avorter, a sombré dans la dépression avant de se suicider. Anne-France avait 3 ans.

    Ce qui peut expliquer le combat de Marie-Claire Kirkland-Casgrain, divorcée en 1971 de Me Casgrain.

    Et un mariage civil au palais de justice alors ? « Moi, au palais de Justice, ça ne va pas ! s’écrie-t-elle. Pas question de sceller une union sacrée dans un endroit où j’ai baisé dans trop de recoins ! »

    La Justice est un vrai bordel. On imagine qu’elle a choisi des habitués, des avocats, mais pas des juges qui pencheraient en sa faveur.

    Pas religieuse ni pratiquante, elle se déclare athée profonde comme son idole, le commentateur controversé et iconoclaste, Christopher Hitchens. En revanche, elle est pro-Israël comme en témoigne le petit drapeau planté fièrement dans son imprimante.

    Mais si elle avait le choix du décor pour L’arbitre, ce n’est pas un drapeau israélien, mais un crucifix qu’elle accrocherait au mur. « Parce que c’est un symbole important de la société québécoise et puis lorsque je vois le Christ sur la croix, ce que je vois, c’est un bel homme mince et musclé de 33 ans, au sommet de ses pouvoirs sexuels, qui est à moitié nu et juif. Que demander de plus ! »

    Donc, cette athée juive doit être contre la Charte des Valeurs Québécoises et contre le retrait du Crucifix de l’Assemblée Nationale. Intéressant, puisque Julius Grey est le gendre de Me Casgrain.

    On peut lui envoyer notre Croix avant qu’il ne se produise quelque chose comme ceci :

    https://www.youtube.com/watch?v=hG6-6HD7_HA

    Répondre
    • avatar
      2 octobre 2013 à 23 11 21 102110
      Permalink

      Les tabs de citation n’ont pas apparu dans mon récent commentaire.
      Consultez la source pour vous assurez de distinguer les citations de mes propos.
      Merci.

      Répondre
    • avatar
      3 octobre 2013 à 10 10 06 100610
      Permalink

      Merci pour votre commentaire.

      Par cet exemple vous faites une démonstration claire des conséquences d’une enfance très répandue et de ses conséquences.

      Qui parle derrière qui parle dans le cas de A-M Goldwater et probablement de « Honey Goldfish ». Nous pouvons aussi dériver l’enfance de son père. On comprend mieux pourquoi sa mère est confondue avec djeu par cet enfant. Comme se fut le cas de Nietzsche.

      Affectivement.

      Répondre
      • avatar
        4 octobre 2013 à 8 08 45 104510
        Permalink

        Qui parle derrière Honey…. LOL!!
        Je fais parti d’un complot maintenant?

        Qui parle?

        Moi, une âme solitaire,
        une croyante toute simple et très quelconque,
        avec ses convictions personnelles.

        PS: Gaïagénaire, t’es vraiment trop marrant avec ton surhomme de Nietzsche.

        Je te souhaite un petit signe divin, dans ta traversée du désert.

        Répondre
        • avatar
          4 octobre 2013 à 9 09 59 105910
          Permalink

          C’est une maladie, Honey, de voir du complot partout.

          Votre nom, c’est quoi déjà ?

          Le moindre des courages c’est d’avoir celui de ses opinions. On se demande toujours qui sont ceux qui se cachent derrière des pseudonymes.
          Ce n’est pas du complot, c’est de la saine curiosité.

          J’aime bien savoir à qui je m’adresse.
          Internet est le terrain de jeu des imposteurs de tout acabit.

          Salutations,

          Serge Charbonneau
          Québec

          Répondre
      • avatar
        4 octobre 2013 à 11 11 56 105610
        Permalink

        @Honey Goldfish

        Qui parle derrière qui parle c’est une phrase dite par Françoise Dolto dans son livre: « La difficulté de vivre ».

        Une mère venant d’accoucher d’une petite fille était bloquée, pas de montée de lait.

        Une emphatique infirmière expérimentée devina le drame inconscient de cette mère et lui fit verbaliser que sa propre mère refusa de l’allaité à sa naissance. C’est donc la grand-mère qui parlait derrière (dans l’inconscient) cette nouvelle maman.

        Cette thérapie ouvrit le blocage et l’allaitement devint réalité. Le cercle vicieux instauré par la grand-mère fut brisé.

        Affectivement.

        Répondre
        • avatar
          6 octobre 2013 à 7 07 54 105410
          Permalink

          « C’est une maladie de voir des complots partout. »

          Vous me placez déjà dans la catégorie des skizos paranoïde ou des névrosées chroniques qu’il faudrait psychanalyser…

          Et ensuite, vous vous demandez pourquoi je préserve aussi jalousement mon anonymat.

          Non mais franchement…

          Répondre
          • avatar
            6 octobre 2013 à 9 09 19 101910
            Permalink

            Le 4 octobre 2013 à 8 h 45 min,
            Honey Goldfish
            a dit :
            « Qui parle derrière Honey…. LOL!!
            Je fais parti d’un complot maintenant? »

            ———————
            C’est vous, Honey, qui nous parlez de complot !
            Ces fameux complots et ces fameux complotistes !
            La sortie classique pour éviter l’embarras de répondre intelligemment et précisément.

            Vous dites:
            «Qui parle derrière qui parle c’est une phrase dite par Françoise Dolto dans son livre: « La difficulté de vivre ». »

            Moi je ne vous parle pas d’un livre. Je ne me réfugie pas dans uns citation échappatoire, je vous parle des pseudonymes et de ceux qui n’osent signer leur opinion.

            Je parle de vous. Qui donc êtes-vous, vous qui n’avez pas le courage de signer vos propos ?

            Vous dites:
            «Vous me placez déjà dans la catégorie des skizos paranoïde ou des névrosées chroniques qu’il faudrait psychanalyser… »

            Je ne vous place nulle part je constate simplement que vous ne signez pas vos opinions. Bien sûr, vous n’êtes pas le seul. C’est une des plaies d’internet, nous sommes confrontés à l’anonymat et l’imposture.

            Salutations,

            Serge Charbonneau
            Québec

  • avatar
    6 octobre 2013 à 13 01 52 105210
    Permalink

    M. Charbonneau,

    Loin de moi l’idée de défendre Honey Goldfish, je n’ai même pas lu le fil de commentaires. Par contre, je dois vous dire que je ne suis pas d’accord avec vous. Dans certains cas, l’anonymat est nécessaire simplement pour se protéger, Je comprends qu’il ne faut pas en abuser ou s’en servir pour dire des conneries et se cacher. Par contre, il y en a qui s’affichent et disent des énormités, sans broncher. Il faut être réaliste. Les autorités nous espionnent constamment. Certains préfèrent bloguer anonyme pour cette raison, ou peut-être aussi pour des raisons d’affaires ou même de sécurité. Il y a plusieurs bonnes raisons de vouloir demeurer anonyme qui n’ont rien à voir avec la mauvaise foi ou des mauvaises intentions. Je pense qu’il faut juger au cas par cas ce qu’il en est.

    Répondre
    • avatar
      7 octobre 2013 à 8 08 03 100310
      Permalink

      Merci beaucoup, cela résume bien ma pensée.

      Il est très facile d’être jugé selon ses croyances et de se retrouver par la suite aliéné socialement. Ou pire, de se voir risquer de perdre son emploi, son conjoint, ses amis, sa famille… pourquoi? Pour avoir simplement oser avoir une opinion marginale. Il existe aussi, sur Internet ce qu’on appelle des maniaques… du genre à éplucher votre blogue en quête de détails croustillants…

      De nos jours, je dirais donc qu’il est devenu vital de préserver sa vie privée et un semblant d’anonymat sur Internet dans certains cas. Surtout quand l’on a 3 merveilleuses jeunes filles et que l’on ne souhaite pas voir nos convictions personnelles leur porter préjudice.

      J’en profite au passage pour dire que je trouve navrante cette façon qu’ont les gens d’exposer leur vie sur Internet, que ce soit sur des blogue. Nom, adresse, petit ami… leur vie entière se trouve étalée au grand jour sur Facebook ou ailleurs. Ce qui est plutôt narcissique il me semble non?

      Personnellement, je considère que mon opinion n’a pas plus de valeur que celle du voisin et je préfère nettement que les personnes qui visitent mon blogue s’attardent au message de foi et d’espérance que je tente d’y véhiculer plutôt qu’à la marque de mes nouvelles chaussure. Je n’ai pas besoin d’apposer mon nom, comme on ferait d’un label sur chacune de mes opinions.

      Je suis madame personne et ça me convient parfaitement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *