Égypte : Heureusement qu’il y a la démocratie !

 

Qui sont les bons, qui sont les méchants ?
C’est ce que nous enseignent nos médias de masse depuis la célèbre phrase, « You are with us or you are with the terrorists ! »

Dans le cas de l’Égypte, Pays qui fait la Une de la section internationale depuis que la population a obtenu la destitution du président Morsi, c’est la confusion comme jamais.

Nos médias et nos gouvernements démocratiques nous font comprendre que les méchants sont les nouveaux dirigeants militaires.
 
Tout comme Gbagbo qui tuait son peuple parce qu’il s’accrochait au pouvoir ou Kadhafi qui tuait avec des avions de chasse son peuple qui manifestait pacifiquement et tout comme Assad qui tue son peuple qui manifeste pacifiquement, c’est maintenant l’armée égyptienne qui tue son peuple qui manifeste pacifiquement.

L’armée égyptienne qui s’était rangée du côté du peuple égyptien qui, sorti par dizaines de millions dans les rues, demandait que l’on destitue leur président qui, malgré qu’il soit élu, les trahissait, cette même armée est devenue soudainement terriblement méchante.  Elle tue maintenant le peuple qu’elle défendait !   Ce peuple qui, il y a quelque mois, était en liesse et remerciait les militaires car grâce à eux il avait obtenu gain de cause.

C’est confus, n’est-ce pas ?
En effet, la confusion règne.  Selon nos médias et nos gouvernements démocratiques, le peuple désire maintenant le retour de son Président déchu. 

On dit que ce Président Morsi est «élu» et lorsqu’on est élu…

En démocratie il est totalement interdit de déchoir un élu, même si celui-ci trahit ses engagements.  Oh !  Il y a bien eu le cas d’un Président élu qui fut déchu, mais cette fois-là, on nous a bien expliqué que c’était légitime.  C’était au Honduras.  Un Pays connaissant la démocratie depuis des décennies.  Le Président de l’endroit, Manuel Zelaya a été jeté hors de son Pays en pyjama.  Malgré les apparences, l’armée avait bien agi.  On nous a clairement expliqué que ce tordu de Président « élu » avait des mauvaises idées dans sa p’tite tête ! 
Contrairement à l’Égypte où la population demandait massivement que l’armée commette un geste illégal, au Honduras la population désapprouvait massivement le geste des militaires.  La population hondurienne ne semblait pas comprendre que leurs militaires avaient agi de bonne foi et en toute légitimité pour sauvegarder leur constitution.  De toute façon, en Amérique latine, les populations ne comprennent pas vraiment ce qu’est la démocratie.  Il n’y a qu’à voir tous ces gouvernements socialistes.

Heureusement que nous, dans nos Pays démocratiques, nous avons une presse qui nous enseigne ce qui est bien et ce qui est mal et nous indique clairement qui sont les bons et surtout qui sont les méchants.  Ça nous évite ainsi de nous retrouver du mauvais côté parce que vous savez : « You are with us or you are with the terrorists ! »  C’est préférable d’être «with us» parce qu’un drone pourrait nous confondre avec un méchant.

Mais revenons-en à l’Égypte. Nos journalistes et nos gouvernements démocratiques déploient des efforts considérables pour nous expliquer que le Président Morsi a été illégalement déchu par un Coup militaire.  La population réclamait pourtant massivement sa destitution.  Décidément, la démocratie, « cette voix du peuple », est parfois impénétrable !

Nos médias de masse et tous nos gouvernements démocratiques disent que les violences doivent cesser en Égypte.  Bien entendu, on indique que les responsables de ces violences sont les militaires.  Il faudrait donc mettre hors d’état de nuire cette armée qui tue son peuple. 

Mais ce n’est pas si clair.  On dit que ceux qui manifestent sont un peu islamistes modérés.  Heureusement modérés parce qu’ils incendient des églises coptes et des édifices publics en plus de s’attaquer à des postes de police.  Ils ont d’ailleurs tué plus de 50 policiers dès le début de leurs manifestations pacifiques. 

Malgré leur tendance à être un peu casseurs, les manifestants ont tout de même la sympathie de nos médias et la sympathie des gouvernements démocratiques parce qu’ils sont avant tout du côté de la démocratie.  En effet, le Président Morsi a bien été «élu» (pour Zelaya, c’était autre chose).

« You are with us or with the terrorists ! » n’a jamais été aussi ambigu.
À cause de la démocratie pure, il faut se ranger du côté de ceux qui incendient églises et édifices publics et tuent des policiers !   On s’y perd un peu. 

Comment se fait-il que la démocratie soit du côté de ceux qui semblent faire des actes totalement répréhensibles ?

Serge Charbonneau

P.S.:  Cette chronique d’actualité qui parfois a des saveurs éditoriales, n’engage que l’auteur et ne représente nullement une ligne éditoriale quelconque des 7 du Québec.

8 pensées sur “Égypte : Heureusement qu’il y a la démocratie !

  • avatar
    19 août 2013 à 11 11 07 08078
    Permalink

    En fait, la démocratie est un peu comme Dieu…c’est relatif a ceux qui en sont le porte-parole officiel . Effectivement, ses voies semble impénétrable !

    Répondre
  • avatar
    19 août 2013 à 12 12 05 08058
    Permalink

    En complément à cette chronique, je vous invite à lire
    « Pauvres Frères musulmans persécutés ! » du père Henri Boulad

    http://danilette.over-blog.com/article-pauvres-freres-musulmans-persecutes-henri-boulad-le-caire-le-17-aout-2013-119584270.html

    Henri Boulad ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Boulad ), né le 28 août 1931 à Alexandrie (Égypte), est le directeur du centre culturel jésuite du Caire.

    Son texte intégral du 17 août 2013 rédigé au Caire est disponible sur Enquête et Débat:
    http://danilette.over-blog.com/article-pauvres-freres-musulmans-persecutes-henri-boulad-le-caire-le-17-aout-2013-119584270.html

    Un texte à lire d’un jésuite sur place.

    Serge Charbonneau
    Québec

    Répondre
  • avatar
    19 août 2013 à 19 07 32 08328
    Permalink

    M » Charbonneau sur ce cas Égyptien vous m’avez complément perdue, surtout quand je citais que nous assiterions à ce qui s’est produit au Chilie en 1973 et que vous me tournames en ridicule. Oui c’est une prise de possession des militaires. Oui l’occident et les biens nantis détestent les Frères Musulmans tout comme on détaistait le socialisme de Allende. Oui l’armée s’en prend a son peuple tout comme Pinochet là fait.

    Un gouvernement démocratiquement a été élue, et a été extirpé du pouvoir par la force militaire. Il est vrai que 39 millions de personnes demandaient le retrait de Morsi, mais 41millions de personnes soit 51% de la population voulaient qu’il reste en place et finisse son  »mandat. »

    Tel est le Jeux de la démocratie, que l’on aime ou pas! À moins d’une manoeuvre extraordinaire, et hautement répréhensible, je ne vois aucune raison de la dissolution de ce gouvernement. Ce que je vois par ailleurs c’est la perte de 30 ans de pouvoir Moubarak et sa suite, et de ses alliés, assurant la stabilité d’Israel qui leur glissait d’entres les mains.

    Pour le reste c’est du croassement!

    Répondre
    • avatar
      19 août 2013 à 22 10 49 08498
      Permalink

      Vous savez, Monsieur Clément, la meilleure réponse que je puisse vous donner, c’est de bien suivre la suite des choses.

      Ce sera la réalité qui va se dérouler sous nos yeux qui déterminera qui de nous deux a la meilleure vision de la situation.

      Je considère pour ma part que ceux qui avaient l’habitude de tirer les ficelles dans la région et qui contrôlaient plutôt bien cette armée égyptienne ont totalement perdu le contrôle.
      L’armée égyptienne semble avoir décidé d’œuvrer pour son Pays et pour les intérêts arabes de la région.

      Laissons donc la suite des choses parler d’elle-même.

      Salutations et merci pour votre commentaire.

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
  • avatar
    20 août 2013 à 8 08 58 08588
    Permalink

    Sans vouloir offusqué personne – je ne dirais pas que je suis heureux que la police ait blessé et matraqué les manifestants lors du Printemps érable – surtout pas pour justifier un soutien quelconque à l’ARMÉE FASCISTE ÉGYPTIENNE, l’armée de Moubarak sans Moubarak. Alors comment se sortir du guêpier dans lequel l’impérialisme égyptien et international a placé le peuple égyptien ??
    En revenant à l’essentiel égyptien. Cette révolte – pas encore une révolution – est né de la misère économique totale de ce peuple. JOB, nourriture, eau, logement, transport, services sanitaires, éducation et soins de santé – tout fait cruellement défaut. Le peuple égyptien se meurt pas du manque de mosquée ou de laïcité ou de bulletins de vote mais du prix exorbitant des biens de première nécessité – de marchés pour le coton des paysans etc.
    Ni MORSI NI l’Armée d Moubarak, ni El Baradai l’agent des services secrets USA ne peuvent rien contre cette famine -cette misère – ce génocide populaire.
    Je l’ai dit cette guerre de classe n’est pas une guerre pour la démocratie du vote mais pour la démocratie du pain et de l’eau.
    TOUS DEHORS MORSI ET SISSI ET TOUS LE POUVOIR AUX COMITÉS DE QUARTIER – ARMEZ-VOUS ÉGYPTIENS DE LA RUE ET GARDZ LA RUE VOTRE LIEU DE POUVOIR ET L’ARMÉE – SANS OFFICIERS – AUX CÔTÉS DES INSURGÉS.

    Répondre
    • avatar
      20 août 2013 à 17 05 58 08588
      Permalink

      Il est incontestable que ce sont conditions économiques qui ont mis feu aux poudres. Il est vrai aussi qu’il y a un certain nationalisme arabe qui rejaillit. La photo de Nasser qui se promenait dans cette foule manifestant pour la destitution de l’islamiste Morsi n’est pas anodine.

      Il est vrai aussi que les Égyptiens de toutes confessions manifestaient main dans la main.
      http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/legypte-unie/

      Il est vrai que les déclarations de nos gouvernements démocratiques n’ont jamais été favorables au renversement de Morsi.

      Il est vrai que Mohamed El-Baradeï est difficile à cerner, mais je me demande vraiment s’il est si bien vu par la CIA. J’ai suivi attentivement ses réticences notables lors des prémisses de l’invasion d’Irak. Lui et Hans Blix donnaient vraiment l’impression d’être «a pain in the ass» pour Cheney et Cie.
      http://grassrootspeace.org/BlixElBaradeivsPowell.html

      http://www.theguardian.com/world/2003/mar/07/iraq.foreignpolicy

      Je crois que nous devons surtout observer la réaction des Égyptiens. Et je crois que la violence qui prévaut maintenant en Égypte est bien vue par nos gouvernements démocratiques. Je crois aussi que cette violence n’est nullement le reflet d’une grogne majoritaire de la population.

      C’est la réalité qui s’imposera peu à peu. Je crois qu’il est dangereux de trop condamner.

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
  • Ping :Égypte; les États-Unis confirment | Les 7 du Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *