FRANCE. LES PRIMAIRES DE LA GAUCHE (II)

 

Par  Luc Michel,   avec Agences.  23.01.2017.   Pour EODE/ ELECTIONS OBSERVATORY/ 

 

Un premier tour à six candidats, tous PS et majorité étroite PS (radicaux de gauche, verts), mais sans Mélenchon et sans Macron. France. Les primaires de la gauche (voir la vidéo ci-dessous).

 

LES MANIPULATIONS POLITIQUES DU REGIME HOLLANDE /  COMMENT LE PS S’EST PIEGE LUI-MEME POLITIQUEMENT ?

 

L’articulation de la majorité du président Hollande qui préexistait, à savoir une majorité étroite PS/Radicaux de gauche/Verts qui s’étendait (arnaque politique à l’usage des électeurs de gauche naïfs) vers la Gauche dite « radicale » via le Front de Gauche (Mélenchon et son Parti de gauche et les restes du PCF). Et la grosse arnaque a bien marché cinq ans. Hollande et le PS bénéficiait in fine au second tour des voix « radicales » qui sont précisément celles dee ceux qui refusent la Sociale-démocratie du PS. Et Mélenchon et le PCF d’élus à tous les niveaux, ceux-ci étant chargés dans le Régime français d’endiguer, de canaliser les mécontents à gauche pour qu’ils ne se mobilisent pas ailleurs contre le Système. Le FN et autres « droites radicales » jouant le même rôle vers les mécontents de droite. La soi-disant « France insoumise » de Mélenchon (comme la « France rebelle » des Le Pen) est en réalité une machine à soumettre les électeurs ! Mélenchon a fait toute sa carrière politique, et sa carrière tout court puisque c’est un particrate, avec le PS : sénateur, ministre, député européen (grâce aux désistements du PS) Vous avez dit manipulation politique ? Oui !

 

Le souci c’est l’arrivée de Macron, candidat de la finance et de la gauche-caviar (Banque Rothschild, Bergé et cie) qui ne fait plus confiance à cette Sociale-démocratie usée, sur le centre gauche du PS. Aujourd’hui le PS est pris en étau entre Mélenchon (qui échappe à ses créateurs) et Macron . Les Machiavel au petit-pied se sont piégés eux-mêmes …

 

MELENCHON. LA CRÉATURE QUI A ÉCHAPPÉ AUX ‘SPINDOCTORS’ FRANKENSTEIN DU PS

 

Pour Alexis Corbière (France insoumise), le bras droit de Mélenchon, la primaire de la gauche est un «un échec». IL tire à « boulets rouge » commente Libé. Invité de RMC ce matin, Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, a jugé lundi que « le premier tour de la primaire socialiste élargie était un échec, au vu de la participation », affirmant que « la dynamique est clairement» du côté du candidat de la France insoumise (sic). «C’est un échec, franchement. C’est un échec. Ils avaient fait 2,7 millions de voix en 2011», a rappelé le porte-parole de la France insoumise. En ajoutant : «C’est une sanction politique. On a eu raison avec Jean-Luc Mélenchon de ne pas aller dans cette primaire». Alexis Corbière a aussi émis «un doute» sur le fait que la participation ait pu effectivement atteindre le bas de la fourchette escomptée par les socialistes, soit 1,5 million de votants, laissant entendre qu’il y a pu avoir des irrégularités.

 

RETOUR AU PREMIER TOUR DE LA « PRIMAIRE DE LA GAUCHE » FRANCE. LES PRIMAIRES DE LA GAUCHE (III)

 

Confusion tout d’abord sur la participation à la primaire : «entre 1,6 et 1,7 million» selon Christophe Borgel (PS), « loin des deux millions espérés » concède Libé. C’est peu pour la majorité du président en fonction et révèle le désaveu des français pour le régime Hollande. De son côté, la droite attaque ce lundi matin sur le chiffre «très bas» de la participation à la primaire socialiste élargie ainsi que «la confusion» qui règne selon eux à propos de la précision de ce chiffre, toujours pas définitif. «Je m’interroge sur la confusion qui règne encore à cette heure sur la participation, avec un écart considérable entre 1,2 million et 1,7 million. C’est quand même un écart qui va de 30% à 50%», a ainsi déclaré dur RTL Bernard Accoyer, le secrétaire général du parti Les Républicains …

 

La confusion règne toujours ce lundi matin concernant les chiffres de la participation à la primaire de la gauche. Sur RTL, le président du Comité national d’organisation de la primaire (CNOP), Christophe Borgel, a estimé que le chiffre était de «plus de 1,4 million» de votants sur «près de 87% des bureaux» tout en pronostiquant que la participation «sera entre 1,6 et 1,7 million» à la fin. «Il nous reste 900 bureaux dont nous n’avions pas hier soir les remontées et on sera entre 1,6 et 1,7 millions de votants», a précisé le député PS de haute-Garonne. Lors de l’annonce des premiers résultats, Thomas Clay, président de la Haute autorité de la primaire, pronostiquait «entre 1,5 et 2 millions, sans doute plus proche de 2 millions». L’inconnue planait toujours autour des chiffres définitifs de la participation à ce scrutin. En effet, selon la dernière actualisation de la Haute autorité de la primaire annoncée après minuit hier soir, 1 485 318 votants se sont exprimés dimanche sur 87,68 % des bureaux de vote. Or, d’autres chiffres donnent une participation à 1 249 126 votants, loin des deux millions de participants estimés lors de la fermeture du vote par la même instance. Sur France Inter, le vainqueur du premier tour de ce scrutin, Benoît Hamon, a d’ailleurs appelé à ce que «l’incertitude soit levée assez rapidement» concernant ce résultat. «C’est moins qu’attendu, ce n’est pas mal non plus», a cependant observé l’ex-ministre de la Consommation.

 

Avec 36,35% des voix, Benoît Hamon est sorti vainqueur du premier tour de la primaire censé désigner un candidat à l’élection présidentielle pour la « Belle alliance populaire » (sic). L’ex-ministre de la Consommation devance de plus de cinq points l’ex-Premier ministre Manuel Valls (31,11%) selon les derniers résultats annoncés par la Haute autorité de la primaire. Arnaud Montebourg est, lui, arrivé troisième avec 17,52% des suffrages et a appelé à voter Benoît Hamon dimanche prochain.

 

Ce matin, le duel Hamon-Valls pour le second tour est bel et bien lancé. Benoît Hamon, arrivé en tête du premier tour de la primaire, tiendra un meeting jeudi soir à Paris, selon un journaliste de franceinfo qui cite un porte-parole. Un dernier débat télévisé aura également lieu entre les deux candidats mercredi soir. Réserve de voix.

L’ambiance est restée assez calme ce soir à la Maison de l’Amérique latine, QG de Manuel Valls (où la « gauche américaine » usurpe les combats latino-américains), même si l’arrivée du candidat s’est faite aux cris de «Manuel Président» et «On a gagné» (sic). Après l’annonce des résultats et la courte prise de parole du candidat, les soutiens de l’ancien Premier ministre veulent mettre en avant «une nouvelle élection qui commence avec peu d’écart entre les deux candidats». Manuel Valls, qui a attendu que tous les candidats aient parlé pour s’exprimer, compte bien mobiliser de nouveaux électeurs car les reports de voix ne seront vraisemblablement pas en sa faveur. « En clair, du côté des soutiens de Valls, on admet qu’avec 5 points d’écart, la victoire ne sera possible la semaine prochaine que grâce à une forte mobilisation des électeurs qui ne se sont pas déplacés aujourd’hui » analyse Libé.  «Une autre campagne commence. Ce que je veux moi c’est gagner, pas pour moi seulement, mais pour la gauche», a déclaré Manuel Valls au micro de RTL. « Ce sera compliqué » avoue le « moniteur de la gauche-caviar et des bobos réunis » Libération.

______________________

 

 (1) http://www.eode.org/eode-elections-observatory-france-les-primaires-de-la-gauche-i/

 

5 pensées sur “FRANCE. LES PRIMAIRES DE LA GAUCHE (II)

  • avatar
    25 janvier 2017 à 5 05 33 01331
    Permalink

    Avez-vous lu cet article sur Marianne qui laisse à penser que toute la jeunesse de France est derrière Hamonbeauchâteau et sa proposition pour un Revenu Universel ? Tenez ► http://www.marianne.net/les-jeunes-sont-hamon-ils-ont-bonne-raison-100249431.html Avec le revenu universel, le candidat de la gauche du PS a répondu à une attente des jeunes, confrontés à une précarité sociale révélée dans une étude de France Stratégie. Un coup gagnant car la politique, c’est aussi de répondre à la demande sociale.

    Bon c’est du Marianne, et ça fait un bail qu’elle n’est plus jolie, cette Marianne là… JBL

    Répondre
    • avatar
      25 janvier 2017 à 17 05 46 01461
      Permalink

      Ce qu’il faut voir nous analystes politiques prolétariens

      1) On se fiche de leurs manigances our pousser un pion candidat ou un autre
      2) Seul nous intéresse l’intérêt de notre classe
      3) Un risque que je vois dans ce débat REVENU UNIVERSEL c’est qu’une partie du prolétariat croit vraiment qu’il y a une solution à la crise la-dedans
      4) Notre tâche est de démontrer pourquoi cette supposée générosité et
      5) Ou est l’arnaque contre notre classe le prolétariat dans tout cela
      6) Nous n’avons rien à faire d’étudier les différentes formules – et de proposer des modifications à tel ou tel modèle ou modalité détaillé.
      7) En fin de parcours de donner le mot d’ordre comme quoi ÉLECTIONS = PIÈGE BOURGEOIS = ON VOTE PAS
      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
  • avatar
    25 janvier 2017 à 17 05 19 01191
    Permalink

    Le souci c’est que maintenant, 10 économistes soutiennent le Revenu Universel, dont le Thomas Piketti ► http://www.20minutes.fr/politique/2002875-20170125-dix-economistes-plaident-faveur-revenu-universel-propose-hamon Le revenu universel, proposition phare du finaliste à la primaire socialiste Benoît Hamon, « peut être économiquement crédible et socialement audacieux », estiment dans une tribune publiée dans Le Monde une dizaine d’économistes, dont Thomas Piketty.

    7 à suivre de près, non ?

    Répondre
  • avatar
    29 janvier 2017 à 12 12 19 01191
    Permalink

    robert, je ne suis pas d’accord avec toi sur le sujet des elections.
    En france ne pas voter au premier tour (de l’election presidentielle) , vue les pléthores de candidats c’est donner un coup de main aux tenants de la grande bourgeoisie.
    L’élection c’est l’occasion de donner le moral aux militants et d’avoir une tribune mais aussi de pouvoir exister.
    Par contre je suis d’accord avec toi je ne compte pas sur cela pour changer quoique ce soit.

    en ce qui concerne la primaire: que dire si ce n’est que c’est une vaste blague.
    hormis qques eolienne et notre dame des landes, aucun chgt.

    Répondre
    • avatar
      29 janvier 2017 à 13 01 18 01181
      Permalink

      @ Vila

      1) Combien d’années, de siècles la go-gauche bourgeoise sévira-t-elle contre vous les prolétaires de la misère.
      2) Je connais tous les arguments oiseux que le PCF fut le premier a propagé à propos de voter utile – de bloquer la route à la droite – d’utiliser les élections pour parler politique au ouvriers, etc.
      MES RÉPONSES

      3) Il faut renforcer le sentiment spontané des ouvriers à l’effet que les élections sont une mascarade futile – inutile – anti-démocratique et qu’il faut les dénoncées et les méprisées comme tout tout ce qui vient de l’État bourgeois notre pire ennemi. Contrairement à la go-gauche il ne faut pas tenter de conquérir le contrôle de l’appareil d’État bourgeois – IL FAUT LE DÉTRUIRE cet État bourgeois et d’abord le mépriser et le hair tout comme le nationalisme bourgeois.

      4) Bien entendu que l’on peut profiter des périodes d’agiotages électorales bidon (arrangées d’avance par les organisateux au service du grand capital) Mais la question est POUR DIRE QUOI AUX OUVRIERS ??? (seuls les ouvriers m’intéresse et me préoccupe = ouste arrière la petite-bourgeoisie qui répand les balivernes) POUR leur dire que les élections c’est bidon de A à Z et qu’ils ont raison dene pas voter comme ils le font depuis longtemps aux USA où la go-gauche a bien moins d’influence qu’en France (pour le plus grand bonheur des ouvriers américains)

      5) Voter utile et bloquer la droite du capital dis-tu MAIS ILS SONT TOUS Y COMPRIS LES TROTSKYSTES te PCF et Mélenchon et TOUS des représentants du CAPITAL AYANT CHACUN UN rôle particulier à jouer – EXEMPLE LES TROTS ET LES MAO RADICAUX LEUR job est de repousser les ouvriers le plus loin possible de la go-gauche et ainsi de suite pour chaque faction ou parti

      6) Ca fait un siècle que les communistes invitent à voter utile et à bloquer les fascistes avec l’arme des urnes et du bulletin de vote dans tous les pays d’Europe une phase fort intense fut lors du FRONT POPULAIRE et son équivalent allemand et italien ET QU’ONT-ILS BLOQUÉS AU JUSTE ils ont servis de carpettes aux socialistes pour qu’ils pavent la voix aux fascistes et ils ont perdus leur honneur et les ouvriers les ont délaissé (Ca c’set l’aspect POSITIF DE l’histoire du Front populaire)

      7) La classe prolétarienne ne peut bloquer le fascisme ni par les urnes ni autrement. Le fascisme quelque soit sa dénomination est l’orientation que prend le grand capital quand il approche du désespoir et tant que le grand capital sera au pouvoir ÉCONOMIQUE – POLITIQUE ET IDÉOLOGIQUE DE la société capitaliste – en période de crise il voudra aller et il ira – rien ne peut le bloquer = vers le fascisme
      DONC ???
      Il faut renverser le pouvoir du capital complètement a tous les niveaux dans tous les domaines et détruire son État bourgeois (et ca ne se fera pas dans un bureau de scrutin)

      Laissons le capital s’enfoncer dans son désastre et réparons le coup de Jarnac

      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *