GABRIEL PROPOSE DE TAXER LES RICHES !

 

sans-titre

Surfant sur la vague des «carrés rouges» la vedette médiatique Gabriel Nadeau-Dubois se porte à la défense de la classe moyenne (sic) et de la classe populaire (resic) les nouvelles classes sociales accréditées «politically correct» au XXIe siècle.

Has been Lise Payette et Noam Chomsky sont venus à la rescousse du jeune doctorant dans sa neuvaine en faveur de la classe moyenne et pour la gratuité de la scolarité. Dans son livre, bien intentionné, «Plaidoyer pour la gratuité», GND a fait quelques trouvailles essentielles pour l’avenir du Québec post «Révolution tranquille de l’État providence en dormance». Examinons quelques-unes de ces découvertes exhumées de «notre maître le passé» (Lionel Groulx).

Première observation de GND «Les études supérieures sont plus accessibles qu’elles ne l’ont jamais été dans le passé et 58% des étudiants à l’université sont des femmes». Il faut continuer, exige-t-il, sans préciser le taux visé (80% ou 90% ?)

Deuxième remarque, Gabriel demande que des montants importants soient consacrés par l’État policier afin de stopper l’hémorragie du décrochage scolaire au secondaire (40% de décrocheurs par endroit, majoritairement des garçons). Mais le décrochage sera-t-il freiner par des investissements du gouvernement ou par la disponibilité d’emplois payants, intéressants et permanents ? Est-ce réalisable Gabriel dans les limites de l’économie capitaliste déconfite ?

Troisième déconvenue de Gabriel à l’effet que le discours néolibéral dominant préconise de couper sans ménagement dans les dépenses du gouvernement car il n’y aurait plus d’argent. Gabriel Nadeau Dubois critique les plumitifs qui n’ont que le mot «couper» à la bouche. Pourtant, GND aurait dû envisager qu’il serait intéressant de «couper» dans les généreux investissements destinées aux entreprises privées. Mais qui osera s’y atteler ? Le parti politique de has been Payette, ou le Parti Québécois renouvelé de Jean-François Lisé et de Pierre Karl Péladeau le milliardaire ? Gabriel Nadeau n’en dit mot.

Quatrième chimère de Gabriel N-Dubois qui déclame qu’un système d’éducation a pour vocation d’inculquer l’idéologie dominante (culture, mœurs, morale, éducation, philosophie) à une population aliénée et pas uniquement de former des ouvriers compétents, dociles et performants. Gabriel devait savoir que ce fut, et que c’est toujours, l’objectif du système éducatif, au Québec et partout en occident, depuis avant la «Révolution tranquille de l’État providence en latence».

Pour les riches, un bon travailleur est un salarié formaté et intégré. Charest, Marois et Couillard lui diront qu’il en a toujours été ainsi, c’est le coût de l’opération qui pose question et provoque des discussions.

Cinquième révélation, GND l’écrivain s’offusque que certaines personnes soient en train de s’enrichir au Québec et ces personnes morales (compagnies) auraient le devoir, sermonne le jeune homme, de participer à l’effort «nationale» à la hauteur de leur capacité de payer plutôt que de planquer leur fric chez le banquier. Vœu pieu évidemment de tous les réformistes de Québec Solitaire et de la gauche bourgeoise.

Il est étrange que ni Gabriel, ni ses invités, n’aient observé que les politiques fiscales laxistes et les paradis fiscaux illicites sont répandus sur toute la planète et dans  nombre de contrées n’ayant jamais été affectées par la «Révolution tranquille de la bourgeoisie servile». Il doit bien y avoir une raison pour une telle unanimité de docilité internationale en faveur des milliardaires débonnaires.

Gabriel Nadeau Dubois ne nous dit pas comment il renversera cette tendance à la concentration-accumulation de la richesse inhérente au mode de production capitaliste décadent.

Le nouveau livre de GND est en librairie depuis mercredi dernier…

 

3 pensées sur “GABRIEL PROPOSE DE TAXER LES RICHES !

  • Ping :Les Voix du PANDA » Blog Archive » Gabriel propose de taxer les riches !

  • avatar
    10 septembre 2014 à 8 08 23 09239
    Permalink

    Au niveau fiscal, ré-introduction des Droits Successoraux au-delà d’un montant exempté. Avant que le ministre des finances Jacques Parizeau les abolissent, le seuil était de 75,000$ (dollars de 1979).

    Ré-introduction de la taxe sur le capital pour les institutions financières ET sociétés de placement.

    Majoration des Droits de mutation immobilière pour les résidences «cossues». Le seuil pouvant être de 500,000$ avec indexation au taux d’inflation MAIS toujours avec un seuil advenant une baisse prolongée des valeurs (une MOINS value telle que la situation économique semble le présager)

    Majoration des taxes à la consommation des produits de luxe tels que du vin haut de gamme et automobiles et camions à cylindrée et prix de vente élevés. ETC…

    Répondre
  • avatar
    10 septembre 2014 à 8 08 54 09549
    Permalink

    @ Jean-Pierre Hamel
    C’est exactement ce que je dis dans l’article cher Monsieur Hamel.
    Vous, moi, Gabriel, Madame X pouvons énumérer des tas d’exemples de taxes d’impôts, etc. qui plutôt que d’être hausser pour faire payer les riches sont plutôt diminués et le seront encore dans le futur.
    D’ailleurs, c que Gabriel ne dit pas c’est que de plus en plus de revenu des riches échappent totalement à la fiscalité parce que transiter par les paradis fiscaux illicites.
    La go-gauche propose ces thèmes de revendications (hausser les taxes et les impôts des riches) afin d liquider la lutte gréviste de résistance ouvrière et de propager l’idée parmi les travailleurs que l’État peut être conquis par les votes et se muter en État pour les pauvres et les travailleurs.
    Ce qui est totalement impossible.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *