Ils ont tort – budget Leitao

couillard

Source : Ils ont tort, ils ont raison – budget Leitao.  Par : Louis Fortin. Le Nouvelliste (Trois-Rivières)  28 mars 2015.

 

L’opposition a raison de s’inquiéter des coupures de services et des pertes d’emploi inévitables.  Le gouvernement a raison de vouloir mettre de l’ordre dans les finances publiques du Québec.  Le contribuable a raison d’en avoir assez de payer.

L’opposition a tort de croire que reportez ces efforts de coupures est réalisable et peu risquée.  Le gouvernement a tort de croire qu’il retrouvera une grande flexibilité financière après l’effort en cours.  Le contribuable a raison de croire qu’aucune de ces approches ne va réussir et qu’il va continuer à se faire traire.

On se rend compte malheureusement que les États ont de moins en moins de marge de manœuvre dans la gestion des deniers publics, étant soumis aux règles de la finance internationale qui œuvre avant tout à maintenir le rendement pour les gros investisseurs, en cette ère ou les performances économiques des pays industrialisés sont anémiques et ou le partage de la richesse est de plus en plus injuste.

Si le gouvernement ne joue pas le bon petit économiste maintenant, les agences de notation vont réduire sa cote de crédit augmentant par le fait même les taux d’intérêt et le coût du financement de l’état.  Il faudra recommencer l’exercice dans un contexte encore plus précaire.  Si au contraire le gouvernement réduit les dépenses comme M Couillard a choisi de le faire, il dégagera une certaine marge de manœuvre, mais celle-ci sera minime et ne durera pas longtemps, à moins de découvrir un gisement de pétrole saoudien dans notre sous-sol ou d’ouvrir le nord à qui le veut sans normes environnementales, en payant toutes les routes, voies ferrées et ports et en ne chargeant que très peu de redevances; tout cela afin que les riches copains internationaux puissent se remplir les poches sur notre dos.  Tout cela est bien sur improbable ou inacceptable.

Le seul moyen est de récupérer tous les fonds cachés dans les paradis fiscaux, mais pour ce faire il faut une collaboration internationale très étroite.  Ni le Québec, ni même le Canada ne pèse assez lourd financièrement pour espérer changer la balance.  Y aller seul aura pour résultat de pousser les financiers et les grandes compagnies vers des cieux plus cléments et nous serons encore plus mal pris.  Les États-Unis auraient sans doute le poids suffisant pour que ses pressions portent fruits, mais ses élus n’ont aucun intérêt à le faire.  Le gagnant des élections aux USA est celui qui amasse le plus d’argent durant la campagne électorale.  Les riches financiers ne sont pas partisans car ils financent tous les candidats sans égard au parti.  Ceci afin de détenir les leviers suffisants pour influencer les politiques par la suite.  La Chine le pourrait-elle éventuellement?  Ça reste à voir.  Il lui faut d’abord maitriser la corruption galopante qui règne à tous les niveaux de ses administrations publiques et continuer de stimuler sa propre économie pour maintenir l’espoir des quelques 700 millions de pauvres qui peuplent ses campagnes.

Mais ça va changer un jour.  Ca va changer quand le peuple, les peuples, en auront vraiment assez, comme à toutes les époques de l’histoire de l’humanité ou la classe dominante est devenue trop gourmande.

 

 

Une pensée sur “Ils ont tort – budget Leitao

  • avatar
    1 avril 2015 à 8 08 19 04194
    Permalink

    @ Tous. Yes que ça va changer. Et la seule façon ce sera de changer de mode de production.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *