Jacques Sapir : « le taux de chômage réel de la France se situe à 14,7 % »

Toujours intéressantes, les analyses de Jacques Sapir sur la situation économique de la France. Celle qu’il vient de faire sur la réalité du “chômage(s)” en France l’est tout particulièrement et redonne sa véritable mesure à ce si douloureux problème social.

D’abord, dit Sapir qui n’hésite pas à enfoncer les portes ouvertes par souci de précision, les chiffres officiels ne concernent pas à proprement parler le nombre véritable de chômeurs, mais celui des demandeurs d’emplois officiellement recensés.

Plus encore, ajoute-t-il, tout tient, non dans les chiffres bruts recueillis, mais dans la façon de les présenter. En France, précise-t-il, « c’est la catégorie A [demandeurs d’emploi sans emploi et tenus de faire des actes positifs pour en trouver, ndlr] qui est constamment citée ».

L’agrégat statistiquement masqué

Mais quid de la catégorie B [72 heures ou moins de travail dans le mois] ?

Ou encore de la catégorie D [idem que la catégorie A, sans emploi, mais sans obligation de justifier une quelconque recherche] ?

Allez passons, concède Sapir, magnanime, sur les catégories C [un temps d’emploi mensuel supérieur à 72 heures, mais n’excédant pas 156 heures, comme bon nombre de vos caissières d’hypermarché] ou E [bénéficiaires de contrats aidés, par exemple]. Même si la situation de ces deux catégories de précaires “quasi-chômeurs” ne peut guère être niée.

N’empêche, calcule Sapir, que si l’on additionne logiquement les sans-emplois des catégories A+B+D, on obtient un taux de chômage (pardon, de “demandeurs d’emplois” officiellement recensés) non de 11,5 %, mais de 14,7 %, « ce qui est largement au-dessus de la côte d’alerte ». Sapir :

« L’agrégat B+D correspondant à un chômage statistiquement masqué. »

Troubles desseins

Un masque statistique non dépourvu de quelques troubles desseins. Car l’on constate que les deux catégories B+D opportunément masquées sont celles qui ont le plus progressé ces treize dernières années ! (On notera en passant la magnanimité de Pôle emploi qui épargne opportunément à certains chômeurs chroniques l’obligation de se justifier devant leurs guichets.)

Evolution_categorie_D.jpg

Mais bast, qu’attendre de plus de nos grossiers “inverseurs de courbes” ?

On notera juste que Jacques Sapir, pour consacrer leur imprudente impudence, n’a même pas éprouvé le besoin de s’appuyer sur une autre de leur lamentable ficelle : les radiations autoritaires [rien moins encore que 299 600 en décembre dernier].

Chomage_reel___masque.jpg

 

LE YETI

3 pensées sur “Jacques Sapir : « le taux de chômage réel de la France se situe à 14,7 % »

  • avatar
    25 février 2014 à 18 06 32 02322
    Permalink

    Pouvez vous me dire celui au canada par rapport a celui qu’ on nous dit

  • avatar
    26 février 2014 à 5 05 36 02362
    Permalink

    Et pourtant ! Il y a des dizaines d’offres d’emploi qui ne trouve pas preneur, je trouve cela vraiment dommage, cela pourrait faire baisser cette courbe qui ne finit pas de grimper

  • avatar
    26 février 2014 à 6 06 22 02222
    Permalink

    Message de la lune -.-.—.—..–

    Seulement des dizaines d’offres d’emplois, vraiment!

    Arrêtez de tourner en rond, Il faut abattre le salariat!

    Fin de transmission -.-.—.—..–

Commentaires fermés.