JÉRUSALEM. Les conséquences de la décision de Trump

Les manifestants brûlent les photos du président américain Donald Trump et du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu ainsi que le drapeau des États-Unis (Archives).

Suite à l’annonce de la décision de Trump, les affrontements se poursuivent dans plusieurs villes de la Cisjordanie.

Réagissant à la décision de Donald Trump de délocaliser l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Qods et de la reconnaître comme étant la capitale du régime israélien, les Palestiniens sont descendus dans la rue dans le nord de Bethléem pour protester contre cette décision. Selon l’agence de presse palestinienne Ma’an, les manifestants ont fermé la route de Qubat Rahil à Bethléem et ont lancé des pierres aux militaires israéliens.

De même, des heurts ont eu lieu à al-Khalil, dans le camp d’al-Arroub entre les manifestants palestiniens et les militaires israéliens. Les policiers sont allés jusqu’à ouvrir le feu sur les manifestants.

Hier soir, dans son discours tant attendu et particulièrement controversé, Trump a présenté la ville de Qods comme capitale d’Israël et a informé que l’ambassade américaine y serait transférée.

L’annonce intervient alors que la quasi-totalité de la communauté internationale avait à maintes reprises mis en garde contre la montée des tensions que cette décision pourrait engendrer non seulement au Moyen-Orient, mais aussi dans le monde entier.


Les Palestiniens ont manifesté en soutien à la ville de Qods.  jeudi 7 décembre 2017 .

Manifestations contre la reconnaissance par Trump de Qods comme capitale d’Israël.

Des centaines de Palestiniens ont manifesté, mercredi soir 6 décembre, contre la reconnaissance par Donald Trump, président des États-Unis, de la ville de Qods comme étant la capitale d’Israël.

Le Hamas a appelé les Palestiniens à manifester dans le camp de réfugiés de Jabalia dans le nord de Gaza. Les manifestants brandissaient le drapeau de la Palestine et des pancartes en soutien à Qods.

« Qods est la ville historique des musulmans et peu importe la durée de son occupation, elle restera à jamais la capitale de la Palestine », a déclaré Mohamed Abu Askar, un dirigeant du Hamas devant les manifestants dans le camp de Jabalia.

« Les tentatives de judaïsation de la ville de Qods et celle d’en faire la capitale d’Israël montrent au grand jour le soutien de Washington à ce régime et dévoilent le vrai visage des États-Unis », a affirmé Abu Askar.

Cette haute autorité du Hamas a demandé à Mahmoud Abbas, président de l’Autorité autonome de la Palestine de révoquer la reconnaissance d’Israël comme étant un État indépendant.

Il a appelé les pays arabes et islamiques à entreprendre des actions en soutien à la ville de Qods et à faire face à toutes les tentatives de normalisation de relations avec Israël, car Qods est une question importante et regarde tous les pays musulmans.

Par ailleurs, des centaines d’habitants du camp palestinien de Bourj el-Barajneh, situé dans le sud de Beyrouth, ont manifesté contre la décision de Trump. Ils scandaient « Qods appartient aux Palestiniens ».

 


 

Par Michel Grimard, président du ROUE (5 /12/17)*

Décidément, l’amour du mortifère est une passion du Président Donald TRUMP. Après la Corée du nord, l’Iran, voici la Palestine. Pour tous un seul remède, la violence. L’anéantissement pour la Corée du nord, le conflit armé pour l’Iran, l’embrasement pour l’espace israëlo-palestinien. Ambivalent, antinomique, le Président américain parle de paix mais chérit la guerre.

Sa volonté de transférer l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, s’inscrit comme une provocation à l’égard des palestinien et des deux autres religions abrahamiques. Le Président Donald TRUMP entérine l’occupation illégale de Jérusalem, par Israël. Condamné une première fois par le Conseil de Sécurité de l’ONU en 1967 et ensuite à diverses reprises dont  en 2016, Israël a toujours ignoré ces sanctions. Par son transfert, Washington se fait complice de la violation du droit international.

L’importance que revêt Jérusalem pour les trois religions monothéistes, octroie à cette ville un caractère particulier et la nécessité d’un statut international. Elle doit demeurer accessible à tous les courants religieux qui la traverse et qu’elle symbolise. Le judaïsme, le christianisme et l’islamisme. Or, seule la tutelle internationale garantira sa neutralité. A ce prix, seulement, elle permettra aux croyants, une cohabitation tolérante et pacifique.

*Source : Communiqué du ROUE (Rassemblement pour l’Organisation de l’Unité Européenne)

 

Une pensée sur “JÉRUSALEM. Les conséquences de la décision de Trump

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *