La charte du fascisme ou de l’enflure ?

Voici la proposition de la charte de la laïcité du Québec ayant pour nom
« charte des valeurs québécoises ».

En cinq points (cinq volets) détails précis ici :

1 – Inscrire le principe de la neutralité religieuse de l’État (la séparation des religions et de l’État) et
le caractère laïque des institutions publiques dans la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.
Établir des règles pour encadrer les demandes d’accommodements afin d’assurer l’égalité entre les hommes et les femmes.

2 – Établir un devoir de réserve et de neutralité religieuse pour le «personnel de l’État» dans l’exercice de ses fonctions (pendant ses heures de travail) afin de refléter la séparation des religions et de l’État ainsi que sa neutralité.

3 – Interdire aux «employés de l’État» durant les heures de travail le port de signes religieux ostentatoires [1] «facilement visibles» tels que le voile islamique, le turban sikh, la kippa juive ou la croix catholique.

4 – Rendre obligatoire le visage à découvert lorsqu’on donne ou reçoit un service de l’État.  Aucun masque, aucune burka, aucun niqab tant pour l’employé-e offrant un service que le citoyen ou la citoyenne le recevant.

5 – Établir une politique de mise en œuvre de la neutralité religieuse de l’État et de l’encadrement des accommodements religieux pour les organismes de l’État afin d’aider à la mise en place de règles claires.
Les ministères et les organismes de l’État devront se doter d’une politique de mise en œuvre afin d’assurer leur neutralité et de gérer les demandes d’accommodements religieux.
Encadrer les demandes de congé pour des fins religieuses pour les ministères et organismes gouvernementaux, les réseaux publics de santé, de services sociaux et d’éducation ainsi que les municipalités
Baliser clairement les demandes d’accommodements religieux afin d’offrir prévisibilité et équité.
Offrir une coordination et un soutien des organismes et des établissements dans l’élaboration de leurs propres règles.
– Établir des rapports annuels de gestion (reddition des comptes) (démarches, demandes, règlements). L’information pouvant être publiée sur internet pour les municipalités ou les organismes scolaires.

Les réactions à cette charte ont semé une grande confusion.

Avant même sa divulgation officielle,
Charles Taylor déclarait:

« Qu’est-ce qu’on va dire dans le New York Times de ce genre de mesure qui rappelle Poutine à Moscou »
Charles Taylor fait un parallèle avec la Russie de Vladimir Poutine 

Justin Trudeau déclarait:

« Quand on réfléchit au 50e anniversaire de ce discours magnifique du Dr King, qui refusait la ségrégation, qui refusait la discrimination, qui refusait de permettre de croire qu’il y avait des citoyens de seconde classe, on voit malheureusement que même aujourd’hui, quand on parle, par exemple, de cette idée de charte des valeurs québécoises, qu’il y en a encore qui croient qu’il faut choisir entre sa religion et son identité québécoise, qu’il y a des gens qui sont forcés par l’État québécois de faire des choix irresponsables et inconcevables »
 Trudeau fait un lien entre la charte des valeurs québécoises et la ségrégation américaine

En France, l’Express titrait: 
Québec : la loi sur la laïcité comparée à la ségrégation raciale américaine
On disait:
« La polémique enflait jeudi au Québec après des propos du chef de l’opposition libérale canadienne comparant un projet de loi sur la laïcité dans la province francophone à l’ancienne ségrégation raciale aux États-Unis. »

De son côté, le chef libéral, Philippe Couillard accuse le gouvernement du parti québécois d’avoir «tourné le dos à l’héritage de René Lévesque».
 Le PQ trahit l’héritage de René Lévesque selon Couillard
Il a déclaré :

« Je crois que les jours, malheureusement, du nationalisme ouvert dans ce parti politique, sont terminés. On est dans une manifestation étroite, revancharde du nationalisme. »

Maria Mourani du Bloc Québécois parle de «nationalisme ethnique».
Son chef l’expulse du caucus.
 Maria Mourani expulsée du caucus du Bloc québécois pour ses propos contre la charte des valeurs

Au Canada, le maire de Calgary dénonce la charte des valeurs québécoises
et il invite les Québécois mécontents à s’établir dans sa ville.

Sur les blogues et dans plusieurs articles, on parle de fascisme, de haine, de racisme. 
La laïcité semble un des pires fléaux qu’une société peut connaître.  Le débat est extrêmement émotif.  Les invectives remplacent les discussions.  C’est l’affrontement immédiat. 

L’enflure verbale est notable.  On a même l’impression que par cette enflure verbale certains cherchent à inciter la violence !

Est-il possible de parler de religion sans affrontement ?

Vouloir établir des règles claires comme le demande une forte partie de la population
depuis la commission Bouchard-Taylor,
depuis l’extravagant et  «spectaculaire» code de vie de Hérouxville,
depuis que l’on constate cette montée de malaises dans notre société, allant de la nourriture casher ou hallal au voile, au kirpan ou au schtreimel,
depuis ces accommodements raisonnables pour certains et déraisonnables pour d’autres…
Est-ce vraiment fasciste de vouloir établir des règles claires pour baliser notre société ?  Fasciste, est-ce un mot un peu exagéré ?  Est-ce une enflure verbale ?
Sommes-nous conscients vers où peut conduire l’enflure verbale ?
Il y a certainement des gens qui le sont. Peut-être même des gens qui utilisent l’enflure verbale de façon démagogique et pernicieuse.

Un débat plus serein serait plus constructif et profitable.

Les religions engendrent la violence à bien des endroits.  Les contraintes religieuses sont aussi notables à bien des endroits et ils nous le sont régulièrement notées. 

Est-il dictatorial de vouloir établir des règles garantissant une gouverne exempte d’ingérence religieuse ?
Devons-nous donner la préséance aux caprices des dieux où à des valeurs humaines terrestres ?
Qu’est-ce qui peut nous favoriser le mieux notre vivre ensemble ?

« La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ! »

Maxime inspirée de l’article 4 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789:

 » La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits.  »

 
Serge Charbonneau

[1] Ostentatoire, définition: Qui est fait avec ostentation, c’est-à-dire, étaler de façon indiscrète ou excessive. Bref, de façon très visible (indiscrète), de façon à ce qu’on le remarque (excessive).

P.S.:  Il y a les signes religieux, il y a la séparation de la religion et de l’État et il y a aussi ce crucifix qui trône au dessus des législateurs

En complément
 Pauline Marois défend son crucifix
Qui donc parle de laïcité ?

24 pensées sur “La charte du fascisme ou de l’enflure ?

    • avatar
      13 septembre 2013 à 8 08 45 09459
      Permalink

      Oui, cela devient du fascisme, quand on dicte au citoyens quoi porter et quoi penser. Invoquer l’égalité des sexes pour défendre un tel comportement, c’est un peu comme d’invoquer le terrorisme pour s’octroyer le droit d’espionner ses citoyens.

      Répondre
      • avatar
        13 septembre 2013 à 9 09 01 09019
        Permalink

        Comment réagiriez-vous, honey, si le résultat d’un référendum sur cette question serait majoritairement positif ?

        Auriez-vous l’impression de vivre parmi un peuple fasciste ?

        Serge Charbonneau
        Québec

        Répondre
        • avatar
          13 septembre 2013 à 9 09 57 09579
          Permalink

          Un référendum restaurant le peine de mort ou l’apartheid ou abolissant le syndicalisme ou les soins de santé universels ne gagnerait pas un iota de rationalité d’avoir été gagné. Démos n’est nullement roi s’il erre.

          Répondre
          • avatar
            13 septembre 2013 à 10 10 48 09489
            Permalink

            À tout le moins aurions-nous l’impression de vivre en démocratie. 🙂

        • avatar
          13 septembre 2013 à 14 02 30 09309
          Permalink

          Je serais triste, pour moi, ce serait la mort de la démocratie. Je crois que je pourrais même aller jusqu’à porter le voile par pure solidarité envers ces femmes, qui en seront les premières victimes.

          Répondre
          • avatar
            15 septembre 2013 à 6 06 02 09029
            Permalink

            La démocratie est morte depuis longtemps. C’est plutôt une ploutocratie avec un goût de plus en plus attiré vers la tyrannie.

      • avatar
        13 septembre 2013 à 23 11 34 09349
        Permalink

        Honey Goldfish que pense-tu du sionisme fanatique? n’est-il un fascisme plus abominable encore de celui du P.Q.

        Répondre
  • avatar
    13 septembre 2013 à 9 09 45 09459
    Permalink

    Les cinq points de la charte n’ont réellement aucune importance. Seuls les quatre questions tests sont importante.

    Au départ, avoir une charte est mieux que de ne pas en avoir.

    Le reste c’est du bla-blaisme politique aigu.

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      13 septembre 2013 à 19 07 47 09479
      Permalink

      Bonsoir André,

      «Avoir une charte est mieux que de ne pas en avoir». Celle qu’on nous propose établit une ligne de conduite générale.

      Il n’est pas facile de dresser un modèle adaptable à tous; ce modèle se doit donc d’éviter les extrêmes.

      Le point 4 qui exige que les visages soient à découvert me rejoint. JE N’AIMERAIS PAS, AU-DELÀ DE TOUTE IDÉE RACISTE, ÊTRE SERVIE PAR UNE PERSONNE PORTANT LA BURKA, LE VISAGE CACHÉ. C’est simplement une question de bon sens.

      Du bon sens, il va falloir en avoir chacun à notre manière, dans notre comportement, notre acceptation à l’autre, notre ouverture. D’ici là, des règles de conduite sont mises en place dans l’intention, espérons-le, d’aller vers la cordialité.

      À nous de manifester de la cordialité. Ce débat d’une façon ou d’une autre choque et ouvre les consciences vers le changement.

      Carolle Anne Dessureault

      Répondre
      • avatar
        13 septembre 2013 à 21 09 45 09459
        Permalink

        Et moi qui croyait qu’il était défendu de se promener masqué en public quelle qu’en soit la raison.

        Répondre
  • avatar
    13 septembre 2013 à 10 10 20 09209
    Permalink

    «Comment réagiriez-vous, honey, si le résultat d’un référendum sur cette question serait majoritairement positif ? Auriez-vous l’impression de vivre parmi un peuple fasciste ?»

    La question ne s’adresse pas à moi mais elle m’interpelle.

    Moi j’aurais l’impression de vivre parmi un peuple qui a peur, qui se sent, qui se sait menacé mais qui ne reconnaît pas le véritable ennemi. Et pendant qu’il se déchire en résistant à l’ennemi que les  »autorités » lui pointent, les banksters internationaux achèvent leur ascension vers le trône de propriétaires du monde, de seigneurs (saigneurs?) des hommes.

    DIVIDE & IMPERA

    Si le véritable ennemi disparaît (argent-dette), la croyance qu’il faut absolument en baver pour vivre sur cette planète disparaîtra aussi. Notre ennemi n’est pas d’autres êtres humains réels qui souffrent comme nous, c’est les  »fictions légales ». Tout ce qu’il faut pour le vaincre, c’est d’ouvrir les yeux et différencier ce qui est réel de ce qui n’existe sur papier.

    Enfin, c’est ma vision des choses, c’est l’ennemi que j’ai choisi de combattre. Je choisi de défendre la Vérité contre le mensonge, la réalité contre les fictions, la Vie contre les rêves de grandeur de quelques hommes qui n’ont pas encore su grandir au delà de l’égoïsme.

    Répondre
    • avatar
      23 septembre 2013 à 14 02 57 09579
      Permalink

      Je suis 100 % d’accord avec vous Amadéus.

      Répondre
  • avatar
    13 septembre 2013 à 13 01 00 09009
    Permalink

    Lorsque nous avons établi, dans les années 60, que la religion n’avait pas d’affaire au parlement et que les curés devaient s’occuper de la foi de leurs fidèles et non de politique étions-nous un peuple qui avait peur de quoi que ce soit ?

    Pourquoi aujourd’hui en est-il autrement ?

    J’ai beaucoup de mal à saisir cet amalgame, à mon sens, déplacé que l’on fait entre cette supposée peur de l’autre et la volonté de vouloir que la politique qui gère notre société soit exempte d’ingérence religieuse.

    Il y a beaucoup «d’immigrants» qui acceptent et même désir cette charte afin d’éviter que la religion s’ingère d’une façon indue dans notre société.

    J’ai des amis tunisiens qui sont fiers de vivre ici et d’avoir quitté leur Pays natal en proie à cet élan religieux qui prévaut présentement dans leur Pays.

    De plus, les immigrants sont-ils nécessairement « religieux » ?

    Serge Charbonneau
    Québec

    Répondre
  • avatar
    13 septembre 2013 à 15 03 25 09259
    Permalink

    On parle beaucoup des avantages et désavantages de cette charte, comme de son aspect éthique ou non-ethique, mais tout ça se situant uniquement dans l’univers des symboles, ses résultats concrets se manifesteront par leur impact sur les comportements. Or cet impact dépendra essentiellement de la perception qu’auront ceux qui seront assujettis a cette loi des INTENTIONS de ceux qui la leur imposeront.

    Une prohibition, qui est un crime sans victime évidente, est difficile à faire respecter à moins d’un consensus TRES large au sein de la population. Si ce très large consensus n’existe pas, la prohibition est négligée ou circonvenue et le législateur y perd en crédibilité. Ça, c’est la question très pragmatique a se poser.

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      13 septembre 2013 à 21 09 50 09509
      Permalink

      En effet, une question très pragmatique et même pratique à se poser.

      Le débat devient intéressant lorsque l’émotivité s’essouffle.

      Ce soir sur RDI ce fut une soirée vraiment intéressante.
      Il y a eu la succulente entrevue de Mme Suzanne Tremblay qui affirmait catégoriquement et avec une conviction bien sentie que le voile n’avait rien de religieux, ensuite M. Guy Rocher qui tenta d’éclaircir les choses sans vraiment y parvenir et ensuite une jeune et jolie représentante avec un magnifique voile qui avait l’apparence du cuir. Cette dernière affirma catégoriquement que le voile était religieux (certains en doutent!!!). Ses propos étaient éloquents et les questions de Mme Dussault à la hauteur d’une journaliste.

      Suite à 24h/60min. nous avons eu droit à un grand reportage saisissant sur 3 femmes afghanes mises en prison pour avoir aimé. Ce reportage nous livrait le summum d’une société «totalement» régie par la religion ! Une société «incroyable», HALLUCINANTE.

      J’espère que quelques-uns aurons eu la chance de voir cette soirée télé.
      Je regarde généralement trrrrrès peu la télé, mais le débat de cette charte honnie est tout de même assez passionnant.

      Je vous invite à écouter cet Anglais raciste qui nous parle de sa vision du Royaume-Uni.
      http://www.youtube.com/embed/RWcVguB0GaY

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
      • avatar
        23 septembre 2013 à 15 03 06 09069
        Permalink

        Voyez vous tout le gaspillage d’énergie (et de fonds publics) pour créer une grosse histoire fondée sur un problème qui n’existait même pas au Québec avant que les dirigeants décident de l’inventer.

        Depuis quelques années, les dirigeants tiennent les Québécois occupés avec divers téléromans réalité comme la Commission Gomery, la Commission Bouchard-Taylor, la Commission Charbonneau, etc…

        C’est comme regarder Survivor, version Gesca.

        Tout ça payé avec vos taxes et impôts, évidemment.

        Répondre
    • avatar
      13 septembre 2013 à 23 11 20 09209
      Permalink

      Monsieur Allard,

      J’appuie assez votre avis pour un aspect du problème. J’en étais arrivée à cette conclusion aujourd’hui. En fait, c’est probablement ce TRÈS large consensus qui a pu convaincre, dans les années soixante, les religieuses enseignantes de délaisser le voile. La conscience de ces groupes (et peut-être celle des Québécois) avait évolué assez pour admettre qu’elles ne perdraient pas l’essentiel de leur œuvre ou de leur foi. Si les religieuses d’alors n’avaient pas été prêtes à faire le pas, aurait-on pu les y forcer ? Pourquoi est-ce si difficile de faire ce compromis pour les groupes religieux issus de l’immigration, voilà une première question que je me pose. La deuxième est celle-ci : Pourquoi est-ce si difficile pour les Québécois de souche (apparemment, c’est ce que disent les sondages) de vivre avec cette affirmation religieuse ostensible en plein visage ? Pourquoi en être plus mal à l’aise en tant que Québécois de souche catholique qu’en tant qu’Ontarien de souche protestante ? Apparemment, l’Ontarien typique, disons celui issu de l’immigration anglo-saxonne, n’a pas ce problème. Pourquoi ? Est-ce parce qu’il se sent fort d’appartenir à la majorité dominante ? Est-ce cela qui joue au fond du fond, dans ce malaise québécois ? Ce malaise serait-il le résultat du mélange de deux souffrances ? La première qui est de faire partie d’une minorité, la deuxième, de ne pas être assez fort et affirmatif pour convaincre le nouvel arrivant d’adopter la discrétion dans sa pratique religieuse. On se sent alors pas gros dans ses culottes devant ces individus si fiers de leur appartenance cultuelle qu’ils sont prêts à sacrifier leur job pour garder leurs symboles vestimentaires. On en est éberlué. Moi, je me dis qu’ils ne sont pas rendus là, que les forcer serait leur faire violence, qu’il faut leur permettre de franchir ce seuil sans heurt. Mais je suis tout de même déçue de devoir faire cet effort de les attendre. Et on finit par avoir quelque part en soi une petite voix qui dit « peut-être ne le franchiront-ils jamais, peut-être ne feront-ils que se conforter les uns les autres et de mieux en mieux… » Alors, j’en viens à me dire que c’est dans les années 60 qu’il aurait fallu la faire, cette charte, alors que le Québec vivait son grand élan d’affirmation. La laïcité claire et nette des services de l’État, elle n’est peut-être plus vraiment applicable sans créer de vrais conflits sociaux. Dans ce cas, le Gouvernement doit se raviser.

      Répondre
  • avatar
    14 septembre 2013 à 17 05 24 09249
    Permalink

    Parce que c’est samedi, je vais aller au-delà du débat en cours, au risque de semer des doutes chez les âmes pures qui préfèrent des opinions en noir et blanc. Je précise que je ne donne ici que mon opinion bien personnelle, forcément biaisée par mon vécu et qui peut donc apparaitre comme une suite de contradictions… si on refuse de voir qu’elle ne contredit que l’apparence de liens logiques qui ne reposent que sur des aprioris … et ne sont pas innocents

    1. J’aime les étrangers, J’ai passé plus de la moitié de ma vie « ailleurs ». Avec des séjours significatifs dans presque toutes les cultures. J’ai cumulé plus de 30 ans d’expatriation. Je ne parle pas de notre Occident, où j’ai été partout, mais de longs séjours de l’nde, au Brésil, au Congo, au Maroc, en Russie, aux USA … et dans cent autres endroits. Je n’ai pas été seulement y vivre en les traitant comme nous, mais aussi souvent y vivre comme eux en m’adaptant à LEURS coutume et avec parfois la tentation d’y rester. Mais c’était mon choix….

    2 JE DETESTE L’IMMIGRATION. Je déplore les grand mouvements d’exil imposés par la nécessité économique ou les hasards de la politique et qui sont tout sauf désirés. Je veux bien que Stendhal choisisse Milan et Parizeau, Collioure, mais c’est un choix du coeur. Ce n’est pas un choix du coeur pour des millions de Maghrébins de Latinos, de Bantous et de Pakis d’être transbordés vers nos rives pour régulariser notre pyramide des âges ou modérer nos hausses de salaires , sous menace de crever des famines que NOUS Occidentaux avons créés chez eux ou de tomber victimes des conflits que NOUS y avons fomentés. L’immigration de masse est une abomination.

    3, L’immigration de masse est une abomination. Chaque immigrant qui arrive ainsi chez nous en exil est le signe de notre échec à créer un monde de justice dans lequel il aurait pu vivre heureux chez lui. Il faut toute la mauvaise foi diabolique du capitalisme, pour convaincre ceux chez nous qui se disent pourtant de Gauche, qu’ils font une oeuvre pie et charitable en facilitant la venue chez nous du 1/1000e que NOUS sélectionnons des peuples que nous appauvrissons et forçons à l’exode au lieu de les aider à vivre chez eux … et d’abord de cesser d’y aller leur nuire. ARRETONS L’IMMIGRATION DE MASSE.

    4, Toute immigration forcée est une abomination, mais pire si elle implique l’insertion dans une population relativement culturellement homogène d’éléments d’une culture incompatible avec la culture du pays d’accueil. Ainsi l’insertion d’une population musulmane dans un pays de tradition chrétienne. Cet apport est irrecevable et il faut s’y opposer. IL EST IMPOSSIBLE D’ETRE A LA FOIS UN BON MUSULMAN PRATIQUANT ET UN CITOYEN RESPECTUEUX DES PRINCIPES ET DES VALEURS D’UN PAYS COMME LE CANADA OU LA FRANCE.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/12/14/pas-d’autres-musulmans-en-occident/

    5, Permettre une immigration musulmane en Occident a été un tragique erreur. Cela dit, l’immigrant musulman que nous avons accueilli et souvent invité n’a pas a porter le poids ce cette erreur. Nous ne devons pas ajouter l’odieux à la stupidité en lui interdisant aujourd’hui un comportement qu’il pouvait de bonne foi considérer comme son droit acquis indiscutable lorsqu’il a choisi de devenir un Canadien.

    6. La Fonction publique du Québec peut sans doute imposer a ses employés le code vestimentaire qu’elle veut, mais en le faisait ostensiblement pour favoriser les tenants de certains croyances plutôt que d’autres, je crois qu’elle et légalement et moralement en terrain mouvant et aux antipodes de la laïcité bien comprise.

    Parler pour la laïcité quand on veut s’opposer à l’Islam est une hypocrisie que je trouve répugnante… et qui mérite de s’enliser et d’être engloutie. Un combat pour une culture doit être livré visière levée

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    14 septembre 2013 à 17 05 56 09569
    Permalink

    @ PJCA

    Encore une fois, nous sommes d’accord. Nous avons probablement vécu des expériences similaires (malgré que les vôtres soient beaucoup plus diversifiées).

    Pour le no 5, avouons qu’il est difficile de demander à un « stupide » de s’abstenir d’être odieux.

    Pour votre conclusion, c’est également la mienne et je l’ai signifiée sur un commentaire du Devoir. Par contre, le combat pour notre culture doit être livré.

    Et puisque nous en sommes aux « confidences » d’opinions personnelles, j’ai été un « expatrié » pendant huit ans et je vous assure que les Québécois que j’ai quitté n’étaient vraiment pas ceux que j’ai retrouvé.

    Pour recouvrir un peu de fierté « québécoise » j’ai dû retourner à mes « sources » qui m’ont fait retrouver les causes de cette « fierté » qui avait disparu d’une façon aussi importante en huit ans.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    14 septembre 2013 à 18 06 26 09269
    Permalink

    @André Lefebvre

    Nous sommes presque toujours accord; se pourrait il que ce soit parce que nous avons raison ? :-))

    Votre retour aux sources est grandement apprécié; je considère que votre série d’articles sur l’Histoire du Quebec est l’une des grandes contributions a ce site

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      14 septembre 2013 à 19 07 11 09119
      Permalink

      En tous cas, moi je trouve que vous avez raison. 🙂

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        23 septembre 2013 à 19 07 38 09389
        Permalink

        Par contre, ce qu’il ne faut pas oublier est que depuis quelque temps, le pays est « visité » par des « missionnaires » comme à l’époque des Jésuites.

        La charte devrait s’adresser à ce problème.

        André Lefebvre

        Répondre
  • Ping :Dossier laïcité – Québec | hda-quebec-info.com

Répondre à A.L. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *