LA GUERRE AUX REFUGIÉS

Source : Info-bref, no 403, 1.09.2015. Paris.

Titre original :  L’Union Européenne et l’immigration : les navires de guerre contre les réfugié-e-s

 REFUGIES

Aleksa Gvozden

 

6 juillet 2015

Pendant que partout en Europe, de Calais à Skopje, en passant par Berlin, Zagreb et la Sardaigne, la solidarité de classe avec les réfugié-e-s tente de s’organiser, l’autre Europe, l’Europe du capital, lance une nouvelle guerre dans la Méditerranée, mais cette fois directement contre les migrant-e-s.

Le dispositif enclenché lundi 22 juin par les ministres des Affaires étrangères de l’UE prévoit cinq bâtiments et navires de guerres, des avions, des hélicoptères, deux sous-marins et même la mobilisation des satellites civiles et militaires pour un coût total de plus de 11 millions d’euros pour la première année. Il est étonnant que les mêmes qui pleurnichaient depuis des mois que les caisses étaient vides et qu’il n’y avait pas suffisamment de budget pour accueillir des réfugiés condamnés soit à errer soit à être tassés par dizaines dans des tentes et chambres insalubres en attendant leur expulsion vers des régions en conflit et un avenir incertain… les mêmes trouvent, d’un coup, après seulement 3-4 heures de réunion dominée par la situation en Grèce, des millions pour une réponse militaire. La mission appelée « EU Navfor Med », souhaitée surtout par l’Italie et l’Espagne mais soutenue par tous les autres, a pour l’objectif de mettre fin au « trafic de migrants » et « arrêter les afflux des migrants » en progression ces derniers mois. On n’attend que le feu vert de l’ONU et la réponse des autorités libyennes.

Ce ne sont pourtant pas ces « passeurs » qui créent l’immigration, mais c’est bien l’Europe elle-même, en renforçant les frontières et en montant les murs vers l’extérieur, qui crée ces réseaux mafieux. C’est l’Europe elle-même qui jette des milliers des êtres humains, des hommes, des femmes, des enfants, fuyant les conflits armés, le terrorisme et la répression des régimes dictatoriaux, bref, la mort… l’Europe les jette en pâture aux voyous qui profitent de la misère de tous ces gens en leur soutirant les derniers sous pour les « aider » à passer en Europe… ou bien mourir en l’essayant.

Les morts il y en a tous les jours ! Toutes les heures ! Selon les chiffres officiels, ces 15 dernières années, près de 30 000 personnes ont péri en Méditerranée en essayant d’atteindre les côtes européennes.

Et celles et ceux qui ont eu « la chance » d’atteindre les côtes européennes se heurtent à une Europe hostile, et le racisme et la xénophobie des Etats européens. Nous retrouverons d’abord en Italie des gens dans des tentes attendant devant la frontière française qui leur est fermée, ou bien des camps entiers des personnes à Calais que la Grande Bretagne ne veut surtout pas accueillir. En France, à côté des conditions inhumaines dont lesquelles les sans-papiers évoluent, même les demandeurs d’asile, pourtant protégés par plusieurs textes internationaux dont la convention de Genève, sont malmenés depuis des années, notamment sur la question d’hébergement. Juste pour le département d’Isère, touché vendredi dernier par un acte macabre de nature terroriste, un autre terrorisme, cette fois le terrorisme d’Etat français sur plus de 3000 demandeurs d’asile a lieu depuis plus de deux ans. Ces 3000 personnes, dont les familles avec les enfants, sont à la rue sans aucune solution de logement juste parce qu’ils/elles sont « étranger-e-s », et avec un seul but : les pousser à partir. Cette situation là touche pratiquement tous les départements et toutes les villes en France. Là où les demandeurs d’asile en ont marre qu’on les trimbale d’une chambre d’hôtel à une autre, d’un foyer à un autre, ou tout simplement en ont marre de la rue et qu’on les prive d’un droit inconditionnel, les luttes s’organisent, plus ou moins soutenues, avec plus ou moins avec de succès. A Caen, par exemple, depuis un peu plus de deux ans, cinq lieux ont été réquisitionnés par l’Assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions réunissant les demandeurs d’asile sans hébergement et les personnes solidaires. Même si la lutte a permis un relogement décent et pérenne de quelques familles, il y a toujours près de 200 personnes sans solution d’hébergement. Un sixième lieu, un immeuble de six appartements vide depuis des années et appartenant à la mairie de Caen qui a déjà demandé l’expulsion, a été occupé début juin. Il est curieux de remarquer que la Préfecture du Calvados responsable de cette situation s’en défend par un soi-disant « manque de budget » alors qu’elle est capable de trouver des budgets en un rien de temps quand il faut mobilier des moyens de répression, la police et les CRS pour expulser des familles avec des enfants des squats ou réprimer les manifestations. Les récents événements à Paris confirment que la Préfecture de Paris n’a rien à apprendre de celle de Caen en matière de répression, gazage et matraquage. Et comme si l’Etat et la police n’étaient pas suffisants, les réfugiés, à Paris, à Calais et ailleurs, se font régulièrement attaquer par des nervis de l’extrême droite.

 

Pourtant, tous ces morts peuvent être évités, et toutes ces vies sauvées, non avec les murs et une réponse répressive militaire contre les « passeurs », mais bien en ouvrant une voie sûre à toutes ces personnes pour arriver à leur destination. Personne, en arrivant en Europe, ne devrait être obligée de vivre dans la rue, se cachant, dans des squats ou dans l’un des camps aux conditions invivables. L’accueil des réfugiés, la régularisation des sans-papiers, la liberté de circulation et d’installation ne devraient plus être des revendications de principe, des positionnements lyriques renforcés par des arguments généreux et par les seuls malheurs du monde, mais la condition essentielle de notre propre émancipation à toutes et tous. C’est le mouvement ouvrier tout entier qui doit s’emparer de cette question et être solidaire des luttes des sans-papiers, des demandeurs d’asile, de toute personne privée des droits fondamentaux juste parce qu’elle n’a pas la bonne carte d’identité. A leur société inhumaine, fermée, liberticide, opposons une nouvelle, la notre, ouverte, solidaire et libre. Détruisons leurs frontières, cassons leurs murs.

**********

 

Guerre mondiale… contre les migrants

, par Robert Paris

Guerre mondiale… contre les migrants

16 264 : c’est le nombre de migrants illégaux morts en tentant de gagner l’Union européenne entre janvier 1993 et juin 2012, morts parce que les frontières leur sont fermées par les Etats européens. S’ils ont été utilisés par des bandits passeurs, c’est parce que la politique criminelle des Etats les livre à ces passeurs.

Quarante morts à Palerme, soixante-dix morts en Autriche, les migrants sont massivement victimes des gouvernements d’Europe occidentale, ceux-là même qui, par leurs guerres, les ont contraint à fuir leurs pays !!!

Les classes dirigeantes ne cessent d’affoler les populations occidentales contre le risque d’invasion, les poussant dans les bras des fascistes. Ils sèment ainsi les graines de la guerre civile interethnique, ceux de la guerre tout court et même de la guerre mondiale. En fait, ce sont les guerres que les puissances occidentales ont mené du Yémen à l’Afghanistan et de la Syrie à la Libye ou à l’Irak qui ont poussé massivement ces populations sur le chemin de l’immigration…

Quant à l’accueil des populations contraintes de fuir, il est violent !!

La police hongroise a tiré des gaz lacrymogènes sur un centre de migrants…

Les clandestins colombiens expulsés sans ménagement du Venezuela…

Et en Allemagne aussi… Un gymnase de la ville de Nauen, près de Berlin, a été incendié dans la nuit de lundi à mardi 25 août. Durant le week-end, des violences xénophobes ont éclaté, notamment à Heidenau (Saxe), théâtre d’affrontements entre forces de l’ordre et manifestants d’extrême droite.

SNCF réseau va installer des clôtures de haute sécurité sur son site de Calais-Frethun (Pas-de-Calais) qu’empruntent les migrants pour pénétrer sur les installations d’Eurotunnel. Ce renforcement complète l’accord signé jeudi le 20 août à Calais entre Bernard Cazeneuve et son homologue Theresa May qui instaure un « commandement unifié » pour lutter contre les migrants qui essaient de survivre en quittant Syrie, Libye, Irak à feu et à sang…..

Un sans papier a été tué par les forces de l’ordre qui empêchaient les migrants syriens, irakiens, afghans et érythréens de passer par eurotunnel vers l’Angleterre. Ce sont justement ces peuples que les Etats français et anglais prétendent défendre par leurs guerres et ils ravagent les pays mais laissent les immigrants sans espoir et sans destination…

En Grande-Bretagne, les travailleurs illégaux encourront six mois de prison… Cameron organise la chasse aux migrants qui est un véritable début de fascisme d’Etat avec une campagne d’extrême droite dans la population affolée par les déclarations incendiaires du gouvernement… Le Royaume-Uni a déjà promis d’investir 10 millions d’euros pour renforcer les grillages autour du terminal ferroviaire de Coquelles, près de Calais, et a annoncé l’envoi de chiens renifleurs supplémentaires.

Un migrant meurt à Calais sous les coups de la répression, Cazeneuve envoie des renforts…

Lire la suite

http://www.matierevolution.fr/spip.php?article3797

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *