La lutte nationaliste de libération de la Palestine agonise.

 

Le premier février 2017 nous annoncions sur les7duquebec.com que « Donald Trump veut régler la question nationale palestinienne » ! Aussitôt, les géopoliticiens en herbe se moquèrent de nous en arguant que le Président était sous la coupe de l’AIPAC, qu’il venait de promettre de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, et l’ambassadeur désigné par l’Amérique auprès de l’État de tous les juifs (sic) était un hystérique sioniste (David Friedman). Autant de concessions visant à amadouer le loup Netanyahu avant de le forcer à embraser les brebis Mahmoud Abbas et le Hamas sans les dévorer. Une récente entrevue du secrétaire général adjoint de l’organisation nationaliste Jihad Islamique confirme nos appréhensions. Ziyad Nakhalé y dévoile que : « cette réconciliation entre les mouvements palestiniens Fateh et Hamas est menée dans le cadre d’un projet américain, le projet appelé «règlement du siècle», qui est la liquidation de la question palestinienne. » Nous connaissons maintenant le nom de code de l’opération secrète qui vise à échanger le désarmement de la résistance nationaliste palestinienne contre la gestion de deux bantoustans, l’un à Gaza sous la botte des nationalistes du Hamas et l’autre dans quelques cités emmurées de Cisjordanie sous la botte des chauvins nationalistes de l‘OLP-Autorité palestinienne. L’une des dernières « lutte de libération nationale pour le droit des peuples à l’autodétermination et combattre l’oppression » (Lénine) se conclura comme toutes les autres par cet accord déshonorant valant moins que « trente deniers » et moins qu’un « plat de lentille ». Les apparatchiks  des mouvements nationalistes palestiniens s’attribueront les ministères et leur clan s’empareront des aides sonnantes et trébuchantes promises  par la « communauté internationale » et le prolétariat palestinien et israélien en sera quitte pour pleurer ses morts puis s’en retourner au chantier ou à l’usine produire la précieuse plus-value que les multinationales israéliennes s’attribueront ou partageront avec leur mentor américain. Le nationalisme bourgeois est incompatible avec l’internationalisme prolétarien.  Robert Bibeau.  http://www.les7duquebc.com   Bonne lecture.

**********

L’article ci-dessous a paru sur le site de l’International Solidarity Movement, dimanche le 15 octobre 2017 Sur  http://www.ism-france.org

« En 30 ans, notre mouvement s’est développé et consolidé, et nos moyens se sont accrus » – Résumé de l’interview de Ziyad Nakhalé, adjoint du secrétaire général du Mouvement du Jihad Islamique en Palestine

Par Ziyad Nakhalé

A l’occasion du 30ème anniversaire de la naissance du mouvement (1987 – 2017), la chaîne al-Mayadeen a mené une interview avec le dirigeant Ziyad Nakhalé, au cours de laquelle il a expliqué la position de son mouvement quant aux efforts de réconciliation entre le Hamas et le Fateh, au Caire, quant aux constantes et variantes pour le mouvement dans sa lutte et résistance contre l’occupation sioniste de la Palestine. Il a abordé le développement de son mouvement en 30 ans, et l’apport important de sa branche armée, les brigades al-Quds, dans la résistance aux agressions sionistes, que ce soit dans la bande de Gaza ou le reste du pays. Il a également dénoncé les tentatives de normalisation des relations entre des régimes arabes et l’entité sioniste.

Constantes et variantes :

Pour le Mouvement du Jihad islamique en Palestine, les constantes sont les principes du mouvement, depuis sa naissance : laPalestine, du fleuve à la mer, est la patrie du peuple palestinien ; refus de reconnaître l’occupant, quelles que soient les pressions exercées ; l’unité du peuple palestinien, dans la patrie et l’exil ; le droit à la résistance jusqu’à la libération de laPalestine.

Quant aux variantes, ce sont les positions envers ce qui est proche de ces constantes et ce qui s’en éloigne. « Nous avons un réseau de relations avec des partis et des pays », en fonction de ce principe. « Notre position est claire, elle distingue entre l’ennemi et l’ami, et entre ceux qui sont avec ou contre la résistance ». Nous ne pouvons pas reconnaître les frontières de 67, même si d’autres les reconnaissent en tant que programme provisoire. D’ailleurs, ces frontières sont « une tromperie », et l’entité sioniste ne les accepte pas, puisqu’elle y a installé ses colonies. A la question de savoir si cette position de principe n’isole pas le mouvement du reste des formations palestiniennes, M. Nakhalé a répondu que le fait que son mouvement soit isolé à cause de son attachement aux principes de la lutte et de la résistance pour libérer la Palestine est plutôt un honneur. Car de qui ou de quoi est-on isolés ? « d’être au service de l’occupant, ou de nos principes ? »

Il est vrai que la situation actuelle est très difficile, mais le mouvement a déjà vécu des moments semblables, après les accords d’Oslo. Son fondateur et premier secrétaire général, le martyr dr. Fathi Shiqaqi, a été assassiné par le Mossad, et le mouvement, cadres, dirigeants et militants, ont été poursuivis, arrêtés et même tués, par ceux qui se sont installés sur un bout de laPalestine, après ces accords. Mais « nous avons maintenu nos principes et notre ligne » malgré les pressions et les conditions difficiles faites aux résistants. Aujourd’hui, le mouvement est beaucoup plus ancré dans la société palestinienne, partout enPalestine et dans le monde. « Nous sommes en meilleure position » qu’à l’époque des accords d’Oslo, et « nous avons des dizaines de milliers de combattants ».

Quant aux Brigades al-Quds, la branche armée du mouvement, son développement est qualitatif, et quantitatif à la fois. Elles ont mené de grandes batailles en Cisjordanie , et aujourd’hui, elles sont incontournables dans la bande de Gaza. En Cisjordanie , la situation est difficile, à cause des arrestations et des poursuites par l’occupant et l’Autorité palestinienne à la fois, des militants du mouvement. Même les étudiants et les membres des associations de soutien aux familles des martyrs et des prisonniers sont poursuivis. Dans la bande de Gaza, la présence des Brigades est incontestable, elles ont mené des batailles contre l’occupant, et des centaines de martyrs sont tombés. Les moyens qu’elles possédaient en 2014 se sont plus que multipliés depuis, elles peuvent résister à toute agression et protéger la bande de Gaza. « Nous avons des capacités et des moyens », et « nous avons confiance dans nos capacités ».

Ordre d’assassiner dr. Ramadan Shallah

« Nous sommes un mouvement de résistance, des combattants », et le mouvement s’attend depuis sa naissance à être poursuivi par ceux qui soutiennent l’entité sioniste. Pendant 20 ans, dr. Ramadan a consolidé le mouvement en tant que secrétaire général, il a maintenu la vision claire du mouvement envers le conflit et le rôle des Palestiniens dans ce conflit, et ses cadres et dirigeants ont développé des capacités importantes. Le dirigeant du mouvement est non pas seulement recherché par le FBI, mais l’ordre fut donné de l’assassiner, à la différence de tous ceux qui figurent sur cette liste, parce qu’il a réussi à maintenir le cap et à multiplier les capacités du mouvement. Pour les ennemis de la Palestine, il est gênant. Il est visé par ceux qui veulent liquider la question palestinienne. En Cisjordanie , le mouvement vit des moments difficiles, il est visé à cause de sa ligne politique, ses principes et ses constantes, et des pressions sont exercées pour qu’il les modifie.

La réconciliation : les craintes

« Nous avons appelé et nous approuvons la réconciliation, afin de régler les problèmes humains et économiques » de la population dans la bande de Gaza, et pour rompre blocus « c’est le droit des gens ». La crainte exprimée par le mouvement concernant la réconciliation en cours au Caire, entre les mouvements Hamas et Fateh vient du fait d’abord que l’entité « israélienne » et les Etats-Unis l’ont approuvée et ont donné le feut vert, ce qui signifie que cette réconciliation est menée dans le cadre d’un projet américain, le projet appelé « règlement du siècle », qui est la liquidation de la question palestinienne.

Il y a la question des armes de la résistance, qui suscite la crainte. Pour le mouvement, la question ne doit pas être abordée, car la réconciliation concerne uniquement les questions humaines et économiques. Des voix se sont exprimées à ce sujet, disant vouloir en finir avec les armes de la résistance, mais au cours des discussions du mouvement avec l’Egypte, cette dernière avait assuré que ni la question de la résistance, ni ses armes, ne sont concernées par la réconciliation. « Pour notre part, nous ne remettrons pas les armes ! » La crainte vient aussi du fait que jusqu’à présent (10/10), le mouvement Hamas a fait des pas en direction de l’Autorité, mais cette dernière n’a encore fait aucun pas en direction de la bande de Gaza et de Hamas. Ce qui laisse croire que le prix à payer serait plus grand que ce le Hamas a déjà payé. Il a aussi la question du programme qui sera adopté par le gouvernement de l’Autorité : est-ce qu’il compte mener des négociations avec l’entité de l’occupation ? « Après avoir livré 80% de la terre de Palestine aux occupants, va-t-il négocier sur les 20% qui restent ? » C’est pourquoi il faut discuter entre Palestiniens pour adopter un programme unitaire, où il serait interdit de négocier par quiconque. Personne n’a le droit de négocier au nom du peuple palestinien. Ce n’est pas parce qu’une formation a mené une résistance il y a 50 ans qu’elle a le droit de négocier au nom du peuple tout entier.« Si une partie des formations a changé de position,devons-nous changer la nôtre ? »

L’adjoint du secrétaire général du Mouvement du Jihad islamique en Palestine a réaffirmé la position du mouvement envers l’Autorité et les élections législatives ou présidentielles qui y sont organisées, qui est le refus de participer à toutes ces élections, car l’Autorité palestinienne issue des accords d’Oslo n’exerce aucune souveraineté sur la Palestine, elle sert plutôt à masquer l’occupation, cette autorité aide l’occupant, poursuit les combattants et ne protège pas le peuple palestinien. Quelles que soient les pressions exercées, passées ou futures, le mouvement ne participera pas aux élections organisées dans ce cadre.

La normalisation avec l’occupant : une menace et un crime

Il est vrai que le mouvement a publié un communiqué très fort, il a quelque temps, contre les Etats qui cherchent à normaliser leurs relations avec l’entité coloniale. « Notre position est très claire quant à la normalisation, nous la refusons absolument, et nous avons le droit de nous mettre en colère, en cas de normalisation », car le mouvement considère qu’il est du devoir des Etats arabes d’aider la Palestine et les Palestiniens, et non de leur donner des coups de poignard dans le dos. « Nous avons le droit de crier, car les Etats arabes ont des responsabilités envers la Palestine », et ces relations de normalisation avec l’occupant visent la Palestine et les Palestiniens. Pour le mouvement, qui se rapproche vers l’occupant, prend ses distances avec la Palestine.

Les Etats arabes ont une responsabilité envers la Palestine, et n’ont pas le droit de normaliser leurs relations avec l’entitésioniste. Ils doivent aider les Palestiniens à résister. Et parce que les relations du mouvement sont tributaires de la position des partis et Etats arabes envers la Palestine et la résistance, le mouvement a des relations historiques avec le Hizbullah, au Liban, « avec qui nous sommes dans le même front, contre « Israël ».

Source : Al Mayadeen

Traduction : Baladi

 

4 pensées sur “La lutte nationaliste de libération de la Palestine agonise.

  • avatar
    16 octobre 2017 à 15 03 46 104610
    Permalink

    Après que Ramses III ai battu et fait prisonnier les Philistin il y a +/- 3200 ans, il leurs a permis de retourner a Canaan pour reconstruire.

    Les Pharaons étaient une représentation de Dieu sur terre !

    Quoiqu’il en soit du passé, il en demeure pas moins que les habitants de la Palestine, il y a 70 ans était chez eux et ça c’est indéniable. Ce qui si passe aujourd’hui est inhumain et toléré sous des prétexte fallacieux… allez savoir !

    Les zukai et les youesse permettent que cela soit ainsi. Qui est ce peuple victime de génocide à la vue de tous ?

    Répondre
    • avatar
      17 octobre 2017 à 10 10 42 104210
      Permalink

      D’autres voix discordantes s’élèvent pour dénoncer le contraire, comme par exemple le Dr. A. Ezzat qui par ces travaux de recherches démontre que dans l’Égypte antique, il n’y a jamais eu ni Pharaons, ni Israélites et que la location GÉOGRAPHIQUE de cette histoire (La Bible) n’est pas la bonne. Et qu’il ne faut pas chercher en Égypte ou en Palestine des traces de l’ Exode ou du Palais de Salomon mais dans le Sud de l’Arabie Saoudite et au Yémen ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/09/08/traduction-de-la-bible-falsification-historique-dr-a-ezzat-derniere-version-pdf-de-septembre-2017/

      “Après 70 ans d’excavations et de fouilles extensives sur la terre d’Israël, les archéologues ont trouvé que les actions du patriarche sont des histoires de légende ; nous n’avons pas séjourné en Égypte, ni fait un exode, nous n’avons pas conquis la terre. Il n’y a pas non plus de mention de l’empire de David et de Salomon. Ceux qui s’y intéressent savent tout cela depuis des années, mais Israël est un peuple têtu et ne veut pas en entendre parler.” ~ Professeur Ze’ev Herzog, chef du département d’archéologie et d’études de l’ancien Proche-Orient à l’université de Tel-Aviv, dans un entretien avec le magazine Ha’aretz le 29 octobre 1999 ~
      Et on peut compléter cette lectures par Ilan Pappé, Sand, Atzmond.

      Ce qui est tout à fait juste ici, c’est que le problème de l’État Israélien ou Palestinien, ben… C’est l’État lui-même, sa condition d’État, comme le dénonçait Nietzsche, Kropotkine, Clastres…

      Pour remonter au moment où ç’a merdé, entre -12000 et -5000 ans, je vous propose le Manifeste pour la société des sociétés publié par Résistance71 et que j’ai eu le bonheur de mette en page PDF ► https://jbl1960blog.wordpress.com/manifeste-pour-la-societe-des-societes-par-resistance71/

      Grâce à eux, on remonte aux origines et on comprend que le problème (nullement inéluctable ou irréversible) c’est lorsque la société s’organise en Cité-État ou État-nation (comme récemment en Catalogne) parce que le mot État est identique au mot Guerre (la preuve par Israël).
      R71 nous donne une clé, une connexion supplémentaire pour nous permettre de décider, ensemble, de notre émancipation totale et définitive ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/10/17/vaincre-linertie-de-depart-grace-au-manifeste-pour-la-societe-des-societes-de-resistance71/

      Nous ne serons pas trop nombreux à vaincre l’inertie du départ, au vue de la catatonie ambiante…

      Répondre
    • avatar
      17 octobre 2017 à 11 11 01 100110
      Permalink

      @ jEAN Ruel

      Vous vous trompez monsieur. Les gens ordinaire partout sur terre ne laisse pas faire – et ne sont pas indifférent aux crimes que subissent les travailleurs et le peuple Palestinien. Le fait que cela perdure depuis 70 ans prouve que les petites gens – les travailleurs N’ONT AUCUN POUVOIR = AUCUN = ET PERSONNE DES POSSÉDANTS NE LEUR DEMANDE LEUR AVIS. Ceci inclut la période des mascarades électorales où les riches font semblant de consulter le peuple.

      Dans cet article j’essai de démontrer que même les boss politiques palestiniens de la soi-disant RÉSISTANCE font tuer les palestiniens pour obtenir des avantages, des prébendes, des postes, des sinécures et comme les autres ils liquideront la cause palestinienne pour un plat de lentille.

      Identique du côté des sionistes tueurs en Israel et leur mystique instrumentalisée de « peuple juif » de mes deux…

      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *