La mise en œuvre de la légendaire «Route de la soie»

 

Loin de nous l’idée de ressusciter le « péril jaune » (sic). Nous présentons ce texte fabulant sur les projets d’expansion impérialiste de la Chine « rouge » capitaliste afin de démontrer que le mode de production capitaliste commercial, puis industriel, et enfin financier, a horreur du vide. Quand une super-puissance hégémonique s’étiole et s’anémie (les États-Unis), une autre superpuissance (la Chine) est poussée inéluctablement sur le devant de la scène par les lois de l’économie politique bourgeoise. Le texte ci-dessous présente, sous la forme d’une légende bienfaisante et amusante, les projets d’expansion et de sujétion des économies « émergentes » et des économies anciennes  prêtant présentement allégeances à l’alliance Atlantique. Effectivement, l’économie capitaliste chinoise se prépare à dominer le monde impérialiste. Nous assistons à l’émergence d’une nouvelle superpuissance et cela ne se passera pas sans drame. Donald Trump – l’empereur de l’empire déclinant – visite cette semaine le nouveau maître du monde en émergence. Nous y reviendrons.  Robert Bibeau  http://www.les7duquebec.com

**********

Par Benallal.  Le 3.11.2017. Sur  Le Grand Soir.

 

La Chine est prête à gouverner le monde.


La Chine est l’une des plus anciennes civilisations au monde, devenue aujourd’hui le premier pays exportateur et première puissance industrielle et commerciale.

La Chine est en train d’envisager de lancer le fameux projet titanesque de « la route de la soie » autoroutiers, énergétiques, ferroviaires et portuaires, selon les médias de l’Etat chinois afin de booster encore plus la croissance économique. Ce nouveau projet est originaire d’une ancienne légende qui va devenir par la force des choses une réalité contenue déjà dans l’histoire. Elle se renouvelle avec les mêmes acteurs du vieux pays. La route de la soie était le rêve des auteurs des caravanes traversant toute une longue géographie de Chine en Inde semée d’embuches pour mercantiliser des objets de valeur utiles aptes à faire face à la valeur d’échange comme les épices, les tissus, le papier. La route de la soie avait emporté avec elle la culture et les valeurs religieuses. Avant Jésus-Christ, le Bouddhisme avait emprunté la route de la soie de l’Inde vers la Chine allant jusqu’au Japon, de même que pour le christianisme et la religion musulmane.

 

La route de la soie est un moyen de communication

L’appellation de route de la soie a été faite par l’archéologue Ferdinand Von Richthofen vers la fin du 19eme siècle pour mentionner un réseau de communication mercantil et culturel qui reliât la Chine à l’Occident. Ce réseau récupère en fait toute l’histoire des échanges, quelles que soient leurs natures entre l’Extrême-Orient et l’Europe et ce depuis bien avant notre début du siècle. En plus de son itinéraire géographique, la route de la soie fut en fait une route marchande, voire même un échange d’intellectuels, de techniques et de religions. Elle était aussi une route de guerre, une route qui avait stimulé bien des civilisations. La Chine d’aujourd’hui réalise la nouvelle ancienne route de soie, un projet qui devrait relier la Chine à l’Afrique, et à l’Europe sur les traces de Marco Polo.

 

Marco Polo l’aventurier

L’odyssée de Marco Polo, parti en 1271 avec son père et son oncle auprès de Grand Khan (dirigeant l’empire Mongol). Ce périple dura 25 ans et donna lieu au célèbre livre des merveilles sous le titre de Devisement du monde, le grand Khan était impressionné par la grandeur morale du jeune Marco qui parlait plusieurs langues, il lui confia des missions qui le conduisit à Pékin, au Tibet et au Yunnan. De retour à Venise il relata ces 25 ans d’errance à travers l’Asie.

 

Les débouchés de la route de la soie

La route de la soie d’aujourd’hui est présentée comme étant une chance économique, culturelle et géostratégique ; une ouverture vers l’Orient et vers l’Occident. Depuis 2014, Pékin met au point ce projet une liaison ferroviaire qui permettrait de déplacer frets et passagers entre la Chine et l’Europe. Les responsables Chinois se sont inspirés de la légende Route de la Soie qui avait assuré la prospérité de la Chine au début de notre siècle. Ce projet est un programme audacieux qui va permettre de lancer un plan de développement économique très ambitieux pour mieux stimuler la croissance économique de la Chine.

 

1-Une ceinture terrestre allant de la Chine vers l’Europe en passant par l’Asie centrale et la Turquie.

2-une voie maritime reliant le littoral chinois en passant par le Golfe pour accoster vers l’Est de l’Afrique.

3-des infrastructures portuaires créant des pôles de croissances économiques,

Cette route de la soie donnera à la Chine le statut de la puissance via des alliances politique, économique et commerciale.

« Les vieux pays ont des lunettes pour voir le futur » Proverbe Chinois

La Chine représente aujourd’hui le premier atelier du monde, elle devenue par la force des choses (biens et services et progrès humain et matériel, financier et scientifique) une puissance industrielle, commerciale et militaire incontestable. Avec une croissance importante de son PIB, cela lui permettra de lui donner un souffle nouveau pour une meilleure impulsion positive de son économie. La route de la soie étant une nouvelle piste lui permettra de booster ses investissements le long de la route de la soie et de rentabiliser le nouveau créneau par une monnaie d’échange internationale peut-être même au détriment du dollar, sur la route, il y aura des canaux de gazoduc, des oléoducs, des canaux de fibre optique, des lignes d’électrification et bien d’autres choses utiles pour assister, conduire, embellir, la route géographique (terre-mer-ciel). Il faut dire que ce vieux pays a de bonnes lunettes pour mieux et bien voir l’utilité du futur.

 

Par ailleurs, il s’agit pour la Chine de désengorger le détroit de Malacca (40 km de large et plus de 600 km de long) se situant entre la Malaisie et l’Indonésie et dont le trafic maritime représente plus de 80% du commerce vers l’Ouest de la Chine. Un blocage de ce détroit étoufferait la Chine. Les routes terrestres sont plus rentables du point de vue temps (Le passage par la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie serait encore plus rapide).

 

Par ailleurs, l’un des corridors devrait passer par la Syrie qui est actuellement en guerre. La Chine ne cesse d’investir dans ce pays malgré l’eclatement de la guerre en 2011 portant un grand préjudice économique à la Chine dans le court terme. La Chine a soutenu la Syrie de Assad et a évité un confrontation avec les USA sur ce terrain, malgré les vetos de Pekin à l’ONU.

 

Actuellement, Pékin pense reactiver ses investissements en Syrie. « La Chine ne se contente pas de construire des chemins de fer ou des lignes à haute tension, elle le fait selon ses propres technologies, ce qui veut dire que la maintenance de cette infrastructure nécessitera des spécialistes chinois. On peut qualifier cela de stratégie à long terme de part de la Chine », a indiqué à Sputnik Dmitri Abzalov, président du Centre des communications stratégiques. Les investissements chinois en Syrie se concentrent essentiellement dans le domaine gazier, aux environs de Deir Ezor riche en gaz et pétrole.

 

 

La stratégie géopolitique de la route de la soie

Sur le plan géopolitique, la Chine est convaincue que le fait de construire par ses propres moyens une zone dite de « prospérité économique » sera bénéfique pour tous. Cette zone pourra étouffer toute sorte de menace de chaos qui risquent de naitre de la misère économique et culturelle et qui menacerait d’emporter l’Asie et bien d’autres continents. Ne dit on pas qu’un peuple bien nourri peut, selon la conception chinoise et confucéenne, se passer d’idéaux politiques ou religieux.

 

Après des années de modestie et de simplicité, la Chine est maintenant prête à gouverner ce monde par des moyens propres à elle :

 

1- en créant la Banque Asiatique d’Investissement dans l’infrastructure (AIIB).
2- En créant un Fonds de la Route de la soie.
3- Mettant en œuvre une ’Organisation de coopération de Shanghai,
4- Créant l’union des BRICS,
5- Fait partie du G 7, 8, 20 ??? ….avec n’importe quel numéro
6- Créant des forums économiques, tels que le Forum de Boao.
7- La Chine s’était initialement, en apparence, soumise calmement et modestement au système de gouvernance mondiale prôné par les États-Unis. Cette phase est en passe de se terminer et prendra fin lorsque le dollar aura perdu la totalité de sa valeur d’échange.

 

Il est clair aussi que l’Inde, le Pakistan, l’Iran, le Kazakhstan sont de nouveaux marchés importants pour les entreprises européennes. Leurs participation passera forcement par la Nouvelle Route de la Soie qui sera une bonne occasion de se rapprocher de la Russie et d’apaiser les tensions créées par l’Amérique.

 

La vieille Europe a perdu ses lunettes pour voir l’avenir

L’Union européenne devrait penser et saisir l’occasion unique de formuler ses propres intérêts en collaborant avec la Chine à la création de cette nouvelle Route de la Soie. Cela deviendrait dès lors une initiative sino-européenne, le projet gagnant-gagnant de la route de la soie. Malheureusement la vieille Europe est beaucoup trop asservie et soumise aux Américains, et elle n’ose pas saisir cette opportunité. La vieille Europe n’a plus de lunettes pour voir l’avenir.

 

BENALLAL

URL de cet article 32497
https://www.legrandsoir.info/la-mise-en-oeuvre-de-la-legende-de-la-route-de-la-soie.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *