La Russie répond à l’appel du Venezuela

Venezuela fuerza militarIMG_2978

OSCAR FORTIN :

Le président Obama doit se mordre les doigts d’avoir ouvert toutes grandes les portes à la présence militaire russe en Amérique latine et dans  les Antilles. Par son décret, véritable déclaration de guerre contre le Venezuela, il aura incité ce dernier à faire appel aux bons offices de la Russie et de sa technologie militaire pour assurer sa défense. S’il s’agit pour le Venezuela d’un appui de grande importance, c’est pour la Russie, à n’en pas douter, une opportunité tout à fait inattendue. Une occasion en or pour Poutine de donner la pareille à Washington qui se fait si présent politiquement et militairement en Ukraine, dans les Balkans, la Mer noire et la Méditerranée.

La nouvelle du jour qui va interpeller très fortement les bien-pensants des politiques guerrières étasuniennes est que la Russie et le Venezuela vont se joindre aux manœuvres militaires défensives planifiées pour cette fin de semaine (14 et 15 mars) dans tout le Venezuela. Le ministre de la Défense, Serguéi Shoigu, a accepté l’invitation de son collègue vénézuélien, Vladimir Padrino Lopez, pour que la Russie participe aux exercices militaires des forces de défense antiaérienne et aux manœuvres de tir de lance-roquettes multiple russe BM-30 Smerch. À ceci s’ajoute l’entrée amicale de navires russes dans les ports du Venezuela.

Cette participation de la Russie à la défense du Venezuela contre les menaces d’invasion militaire de la part des États-Unis ne sera pas sans rappeler à Obama sa propre participation militaire en Ukraine et dans la majorité des pays frontaliers à la Russie. Il sera mal placé pour se plaindre du fait qu’un pays ami, la Russie, apporte son soutien à un autre pays ami, le Venezuela, lequel est menacé d’invasion par son pire ennemi, les États-Unis.

Nous ne sommes évidemment plus en 1962, lors de la crise des missiles à Cuba où la menace nucléaire était à 90 kilomètres des frontières étasuniennes.  Au Venezuela, il n’y a pas d’armes nucléaires et les frontières des deux pays sont séparées par des milliers de kilomètres. De plus, l’Amérique latine d’aujourd’hui n’est plus celle des années 1960. De nombreux peuples sont parvenus à vaincre les résistances oligarchiques et impériales pour conquérir démocratiquement les pouvoirs de l’État et les mettre au service du bien commun. De nombreux organismes régionaux se sont développés. Leur présence devient une caution de l’indépendance et d’intégration des peuples de l’Amérique latine. C’est le cas, entre autres, d’UNASUR, de MERCOSUR, de l’ALBA, de CELAC.

De toute évidence, l’Oncle SAM s’acharne à ne pas reconnaître ces changements et continue de vivre comme si l’Amérique latine était toujours sa Cour arrière dont il peut disposer à volonté. Tôt ou tard, il faudra qu’il change son attitude et ses politiques. Ce ne sont plus ces peuples qui doivent changer leurs politiques et leur régime de gouvernance, mais c’est plutôt lui qui doit procéder à ce changement. Ce sont maintenant les peuples qui lui tordent le bras pour qu’il change ses vieilles habitudes impériales en celles de partenaire respectueux et respectable.

 

Oscar Fortin

Le 12 mars 2015

 

http://humanisme.blogspot.com

http://www.telesurtv.net/analisis/Venezuela-Ejercicios-militares-para-la-paz-20150315-0029.html

http://es.rbth.com/internacional/2015/03/15/rusia_participa_en_ejercicio_militar_defensivo_de_venezuela_48259.html

2 pensées sur “La Russie répond à l’appel du Venezuela

  • avatar
    21 mars 2015 à 21 09 07 03073
    Permalink

    Cette nouvelle est grosse de danger d’une guerre mondiale.

    Il est évident que les USA sont les agresseurs, mais le Venezuela est capable de se défendre seul contre l’agression américaine. En invitant l’impérialisme russe il se jette des bras de l’un dans ceux de l’autre et le Venezuela participe à construire un monde de danger d’une guerre mondiale nucléarisée.

    Grand danger pour les ouvriers du monde.

    Répondre
  • avatar
    22 mars 2015 à 8 08 15 03153
    Permalink

    Bonjour Robert, votre commentaire passe complètement sous silence cette présence massive de l’impérialisme américain et de ses alliés européens en Ukraine et dans la grande majorité des pays limitrophes à la frontière Russe. Cette présence, selon mon point de vue, constitue un véritable danger nucléaire pour le monde. Dans le cas du Venezuela, il s’agit d’un pays démocratique, fortement soutenu par l’ensemble des pays de l’Amérique latine et des Caraïbes qui est menacé d’invasion par l’empire étasunien qui veut, là comme ailleurs, ajuster le régime à sa pointure. Dans le cas du Venezuela tout se déroule dans le cadre du droit international. La Russie n’arrive pas comme un envahisseur, mais comme un invité. Il ne vient pas pour empiéter sur le territoire des États-Unis, mais pour défendre avec le peuple vénézuélien le pays en cas d’attaques. Le danger de la guerre nucléaire se pose présentement à la frontière de l’Europe avec la Russie et non au Venezuela, situé à plus de 5000 kilomètres des frontières des États-Unis.

    Avec tout mon respect

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *