La tragédie kenyane

Le monde est secoué par le terrorisme.
On explique (sic) souvent le terrorisme de façon simpliste.  Comme si le monde n’était qu’une bande dessinée en noir et blanc où des gens qui n’auraient rien de vraiment humain poseraient des actes presque gratuits, c’est-à-dire sans réelles revendications et sans buts vraiment politiques, bref des gestes purement « méchants ».  On nous sort souvent que la motivation serait comme une sorte de « jalousie » contre notre enviable mode de vie.  Il y a peut-être un peu de vrai dans cette explication très simpliste et très rapide, mais force est de constater que le monde se compose de deux groupes vraiment distincts:  il y a les exploiteurs et il y a les exploités.

L’Afrique est un continent terriblement exploité.  Est-il besoin de le démontrer !  L’Afrique est pourtant un continent ayant des richesses phénoménales et paradoxalement l’Afrique est un continent ou la pauvreté flagrante est une honte pour l’Humanité (L’Humanité ???).  Dans bien des cas, les Africains ont été dépossédés de leur terre.

Le terrorisme est l’arme de dernier recours pour lutter contre l’exploitation.  L’arme de dernier recours pour tenter de faire en sorte de parvenir à un mieux-vivre.  Parler de terrorisme et de mieux-vivre nous paraît presqu’un blasphème.   Notre endoctrinement fait en sorte de toujours condamner le terrorisme sans jamais tenter de le comprendre.  Notre endoctrinement fait en sorte de nous faire vivre dans un monde de bons et de méchants, point à la ligne.  Pourtant, ces terroristes sont aussi des Humains et ils donnent leur vie pour une cause qui nous échappe. Bien sûr, il peut y avoir des fous du allah wakbar qui, par folie religieuse, peuvent en venir à vouloir tuer de l’impur et mourir pour au plus vite aller rejoindre allah et son harem de 56 vierges, mais c’est faire court en vision.

Il y a sûrement des fous, mais il y a aussi sûrement des gens qui par désespoir et pour tenter d’améliorer le sort des leurs et de leur Pays tentent l’impossible en se livrant à du terrorisme. 

Stephen Harper commentait ce terrorisme et parlait d’appui militaire pour le combattre (!!!).  Quelle hypocrisie !  Comme si des armes et des armées étrangères pouvaient atténuer le terrorisme !  On voit les résultats en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, en Libye, bref partout où on exploite les Pays et où on tient sous la botte militaire les populations.
Si Stephen Harper n’était pas cet exploiteur hypocrite, il dénoncerait ces compagnies canadiennes et occidentales qui exploitent ces riches régions en gardant les populations dans cette honteuse misère qui pousse au terrorisme.

Stephen Harper peut débloquer en un claquement de doigts des millions (des milliards) pour aller bombarder en Syrie comme il a fait en Libye, en Afghanistan et partout où le besoin de l’exploitation le ferait sentir.  Il est choquant de voir cet hypocrite s’exprimer sur une tragédie dont il sait très bien qu’elles sont les causes.  Ce laquais au service des exploiteurs mondiaux ne combat pas le terrorisme, mais l’encourage et nous endort avec son visage d’enfant doux et ses paroles dignes de scénarios de films US où les bons s’expriment exactement de la même façon.

Pour tenter de comprendre cette tragédie de Nairobi, RDI a fait EXCEPTIONNELEMENT appel à une personne de qualité.  Il s’agit de M. Aziz Fall, professeur en science politique à l’UQÀM.  M. Fall qui est d’origine sénégalaise et égyptienne est membre du Groupe de recherche et d’initiative pour libérer l’Afrique.
On peut l’entendre à 26 min. 30 sec. du début de l’émission 24h en 60 min. d’hier (23 sept. 2013).

Il est à espérer que RDI-Radio-Canada réinvite M. Fall.  Ses analyses nous changent des explications caricaturales habituelles

Serge Charbonneau

17 pensées sur “La tragédie kenyane

  • avatar
    24 septembre 2013 à 11 11 57 09579
    Permalink

    Bonjour Serge,

    Entrevue honnête et éclairante.

    Je crois aussi que le terrorisme est une arme de dernier recours.

    Toutes ces guerres intestines qui engendrent des tragédies humaines, EXISTE-T-IL UN MOYEN D’Y METTRE UN TERME?

    La situation semble inextricable.

    CAD

    Répondre
    • avatar
      24 septembre 2013 à 14 02 10 09109
      Permalink

      Je crois que la meilleure arme contre le terrorisme est le partage et la fin de l’exploitation.

      Je crois que la meilleure arme contre le terrorisme est de laisser vivre les Pays souverains sans leur dicter leur politique via le FMI, la BM ou l’OMC.

      Je crois que les frontières économiques devraient être remises en fonction (fin de l’exploitation via le libre-échange) et que les frontières humaines devraient être diminuée et utopiquement «abolies».

      Si tous avaient des conditions de vie décentes ne serait-ce qu’accès à l’eau potable et aux services sanitaires, les vagues intenses d’immigration ne seraient pas une menace.

      Mais notre monde est-il prêt à partager ?

      Le regretté Chávez, lors d’une conférence de presse suite à sa dernière élection racontait comment avec quelques millions il avait rendu le bonheur dans quelques villages africains. Quelques millions non pas donnés à des forces militaires, mais pour creuser des puits artésiens.
      Les villageois débordaient de joie pour lui offrir leurs fruits et légumes qu’ils pouvaient enfin faire pousser grâce à ces puits offerts par le Venezuela.

      Si nos gouvernements guerriers mettaient autant de $$$ pour aider vraiment les populations à s’en sortir qu’ils en mettent pour aller bombarder, le terrorisme serait en bonne partie éradiqué, j’en suis persuadé.

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
      • avatar
        24 septembre 2013 à 14 02 52 09529
        Permalink

        Bonjour Serge,

        Je ne peux me départir d’une certaine nostalgie en constatant la situation actuelle et tous ces millions de dollars sans cesse investis dans les mêmes sacs à exploitation.

        Néanmoins, tout ce que vous proposez comme solutions rejoint le simple bon sens; il serait – il est – possible de partager pour le bien du tout. Et j’y aspire. Je crois aussi que bien des personnes (citoyens ordinaires) sont prêtes à changer ou à tout le moins à partager un peu. Pensons seulement au tremblement de terre qui a frappé Haïti en 2010 et 2011, et toutes ces personnes, ici et ailleurs, qui ont cotisé à des cueillettes de fonds. Une telle qui donnait 10 $, un autre 100 $, ou 50 $, ou 20 $, qu’importe? Ce qui est hautement déplorable et criminel est que cet argent ne s’est jamais rendu à ce qu’on dit.

        Si la mondialisation avait pu aider des gens de d’autres pays qui manquent d’eau, de nourriture, d’hygiène et d’éducation, j’étais très consentante à en avoir un peu moins … ce qui ne veut pas dire me retrouver dans la même situation que l’autre, mais partager, oui. Or, je n’aime pas les résultats de cette mondialisation (qui n’est pas la première depuis que le monde existe). Les écarts entre puissants et démunis s’élargissent.

        Il devrait y avoir plus de gens comme Chavez. En attendant, ce que vous faites nous dirige vers le partage : d’abord dans les consciences, puis après, dans la matière, en tout cas, je l’espère. Il y a une contrainte : le temps. Nous ne voyons pas toujours les résultats de nos actions.

        Répondre
  • avatar
    24 septembre 2013 à 12 12 09 09099
    Permalink

    Le principale problème que nous avons c’est notre pensée dualiste qui nous fait choisir les mauvaises actions et les mauvais discours. Le langage dualiste, bien – mal, nous – eux, droite – gauche, blanc – noir, amis – ennemis, moral – immoral, etc. affecte notre système nerveux et nous amène le plus souvent vers la violence envers l’autre et/ou l’incompréhension de ce que l’autre veut nous communiquer. Il y a sûrement une solution à ce problème.

    Répondre
    • avatar
      24 septembre 2013 à 12 12 30 09309
      Permalink

      Tant qu’à la tragédie kényane, personnellement je n’y peut absolument rien. Je n’ai aucun pouvoir d’influencer ceux qui prennent ces décisions. La seul action possible ce serait de financer le moins possible ces adeptes du vol et de l’agression. Nous payons tous des taxes et des impôt sur le revenue ce qui rend l’entreprise hasardeuse sinon impossible si nos gouvernements s’en mêlent. Tant qu’à contester dans la rue, j’en sais maintenant l’efficacité.

      Répondre
      • avatar
        24 septembre 2013 à 12 12 52 09529
        Permalink

        Merci de votre jugement plein de bon sens.

        En fait, il s’agit d’ARRÊTER D’ENVAHIR L’ESPACE DE L’AUTRE …

        Cad

        Répondre
        • avatar
          24 septembre 2013 à 14 02 12 09129
          Permalink

          Comme je disais précédemment:

          « Je crois que la meilleure arme contre le terrorisme est de laisser vivre les Pays souverains »

          Serge Charbonneau
          Québec

          Répondre
  • avatar
    24 septembre 2013 à 18 06 06 09069
    Permalink

    Certaines réalités dont il faut prendre conscience.

    1. Le terrorisme destructeur et mon revendicateur qui constitue l’immense majorité des actions terroristes aujourd’hui est SUICIDAIRE: le auteurs y laisseront leur vie, et il ne peut en sortir aucun profit. Il est donc TOUJOURS l’acte d’un irrationnel manipulé par un autre.

    2. Les victimes du terroristes sont non seulement des innocents, mais la plupart du temps des innocents de pays pauvres; un acte terroriste qui causerait un vrai préjjudice au Systeme est rarissime, pour ne pas dire inexistant.

    3, Le résultat concret du terrorisme est une augmentation de la peur de la population et des mesures de sécurité. Une augmentation du pouvoir du Systeme. Rien d’autre.

    4. QUI PROFITE DU TERRORISME ? Le pouvoir en place. Qui peut donc raisonnablement être soupçonné de planifier, d’organiser et de faire exécuter des attentats terroristes ? Le pouvoir en place. Monstrueux ? Ne voyez vous pas que le Systeme EST monstrueux, ?

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/09/06/le-terrorisme/

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/11/137-is-fecit-gui-prodest/

    Pierre JC Allard

    .

    Répondre
    • avatar
      24 septembre 2013 à 23 11 05 09059
      Permalink

      Je partage totalement vos observations.
      Totalement.

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
  • avatar
    25 septembre 2013 à 0 12 45 09459
    Permalink

    Je posais la question hier : ‘comment savoir si cette affaire est vraiment survenue comme les médias prétendent’. Ils mentent constamment. Pourquoi croire quoi que ce soit sans vérifier? J’ai cherché, et j’ai trouvé ceci. Cela m’a pris 5 minutes.

    Regardez la vidéo dans l’article ici. C’est en anglais, mais c’est facile à comprendre. Si vous ne regardez pas cette vidéo et que vous continuez à croire toutes les niaiseries que vous voyez à la télé, je vais aller jouer ailleurs, car j’ai d’autres choses plus utiles à faire.

    http://northerntruthseeker.blogspot.ca/2013/09/kenyan-mall-false-flag-attack-camera.html

    Répondre
  • avatar
    25 septembre 2013 à 14 02 18 09189
    Permalink

    @ A.L.

    Bien sûr, ce qui est filmé soi-disant en direct est largement scénarisé. Mais ce n’est que le « main feature ». il ne faut pas tomber dans le piège de penser que, simultanément, il ne se passe pas un véritable événement avec de vrais morts ! Je suis sûr qu’a Bagdad, des fanatiques qu’on a endoctrinés et organisés sont a l’oeuvre tous les jours et continueront des attentats aussi longtemps qu’on ne sera pas certain que la zizanie est parfaitement implantée, viable et continuera pour des générations après le départs des agents provocateurs. On travaille sur le long terme, comme avec l’uranium appauvri.

    http://www.les7duquebec.com/non-classe/luranium-appauvri-arme-de-destruction-massive/

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      25 septembre 2013 à 14 02 49 09499
      Permalink

      @PJCA,

      Certains événements se produisent vraiment, mais celui-ci est une mise en scène. Cela semble assez évident.

      Comparez les photos de l’événement diffusées à travers le monde et le récit des mêmes événements (la version officielle) dans Le Figaro, par exemple, qui est probablement identique à tous les autres médias de masse de l’Empire, et on voit clairement que l’histoire est fausse.

      http://www.lefigaro.fr/international/2013/09/23/01003-20130923LIVWWW00396-en-direct-suivez-l-attaque-terroriste-de-nairobi.php

      Ou sont tous ces morts et ces blessés? Ou est le sang dans le mail commercial? Ou sont tous les dommages causés par tous ces coups de feu? Comment se fait-il que le photographe soit partout en même temps et n’ait aucune crainete de se faire tirer? Qui nous dit que le récit des événements est vrai? Pourquoi le récit des événements ne concorde-t-il pas avec les photos?

      Allons… ce n’est pas compliqué à comprendre.

      Problème – réaction- solution. C’est toujours la même recette.

      Je call Bullshit!

      Répondre
  • avatar
    25 septembre 2013 à 15 03 43 09439
    Permalink

    @ PJCA,

    Vous dites : ‘ Bien sûr, ce qui est filmé soi-disant en direct est largement scénarisé. Mais ce n’est que le « main feature ». il ne faut pas tomber dans le piège de penser que, simultanément, il ne se passe pas un véritable événement avec de vrais morts !’

    Vous avez raison, cela est une possibilité, mais on le sait pas, parce qu’on a aucune preuve à cet effet.

    Je comprends que vous dites que le récit des événements est vrai (substantiellement), mais que le public ne peut pas voir les preuves en tant que tel.

    Donc, on fait une espèce de bande-annonce scénarisée de l’événement qu’on diffuse au bulletin de nouvelles pour mettre le public dans l’ambiance, et le lendemain matin les gens lisent le journal pour savoir exactement ce qui est vraiment arrivé.

    Et comment sait-on que cette histoire est vraie, en tout ou en partie, si on la seule preuve est le récit identique (la version officielle) des grands médias?

    Donc, on nous demande simplement de ‘croire’ les grands médias, qui disent toujours la vérité, on sait tous cela…

    Enfin, comme vous dites, de vrais terroristes existent au moyen-orient et ailleurs. Sans doute, il y a toujours une guerre ou une autre dans ce coin de la planète, mais on ne connaît pas la vérité à ce sujet non plus, Tout ce qu’on sait provient d’une série d’histoires racontées au fil des ans par les mêmes médias menteurs dont on parle aujourd’hui.

    Croire ou penser, voilà la question.

    Répondre
    • avatar
      26 septembre 2013 à 6 06 02 09029
      Permalink

      @ A.L

      Comprenez-moi bien. Je ne crois pas un mot de ce qui est rapporté dans les médias, lesquels, pour les agences de presse et les plus grands, sont tous la solde du pouvoir et les autres ne faisant que rediffuser l’Information obtenue de ces sources primaires.

      Je dis simplement qu’il y a deux (2) programmes de désinformation, s’adressant a deux clientèles bien distinctes. Le premier est enfumage et vise la clientèle éloignée, dont au premier chef les USA.
      L’événement de Nairobi est de ceux-la et je partage votre scepticisme.

      La bonne nouvelle, ici, est que l’pn peut, avec du spectaculaire et du virtuel, avoir l’effet de peur recherché à un cout modeste en vies humaines. Dans ce volet, le marathon de Boston est un modèle, Mieux encore pour cette histoire d’avion qui exploseraient au-dessus de l’Atlantique et dont on s’est contenté de parler sans tuer personne ni détruire quoi que ce soit.

      Mais il y a une autre population à terroriser, dans les pays en développement, et là le rapport des médias a la population n’est assez intime , fréquent ni dominant pour qu’on puisse faire semblant. Il faut qu’une large partie des gens aient VU un attentat…. alors on leur en montre.

      Et tout le sang qu’on verse pour vrai en Irak en Syrie et ailleurs a aussi un impact indirect sur la population en Europe et aux USA, rendant plus crédibles les opérations de pur spectacle comme è Boston auxquelles là on peut choisir de se limiter.

      Répondre
      • avatar
        27 septembre 2013 à 13 01 49 09499
        Permalink

        @PJCA,

        Je dois vous dire, depuis mes commentaires précédents, que j’ai vu d’autres photos sur cette affaire qui montrent cette fois beaucoup de dommages aux bâtiments et à des véhicules, de sorte que l’histoire semble maintenant plus plausible. Il demeure toutefois beaucoup d’incohérences.

        Au final, vous avez peut-être raison, ce pourrait être partie scénario et partie réalité. Qui sait vraiment?

        Répondre

Répondre à Pierre JC Allard Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *