L’accumulation du capital au XXème siècle

 

Tiré du webmagazine  CONTROVERSEShttp://leftcommunism.org/

Sommaire de l’article initiateur de la controverse sur l’impérialisme

La décadence du capitalisme selon Rosa Luxemburg
Aires géographiques précapitalistes et marchés extra-capitalistes
Économie ou géographie ?
Appréciation relative ou absolue ?
Luxemburg et l’accumulation depuis 1914
Marchés extra-capitalistes et croissance économique
La théorie de Luxemburg à l’épreuve des ’Trente glorieuses’
A quand remonte le début de la décadence sur le plan économique ?
Une croissance des marchés extra-capitalistes durant la 2ème guerre mondiale ?
Les marchés extra-capitalistes après 1945
Le mystère des fondements économiques de la décadence
Orphelin de la décadence
Des erreurs systématiques de perspective
Matérialisme versus idéalisme Conclusion

**********

Plusieurs composantes actuelles de la Gauche Communiste défendent l’idée que le capitalisme est entré dans sa phase d’obsolescence depuis la première guerre mondiale. Ce diagnostic découle du patrimoine politique hérité de la IIIème Internationale : « II. La période de décadence du capitalisme : Après avoir analysé la situation économique mondiale, le troisième congrès put constater avec la plus complète précision que le capitalisme, après avoir accompli sa mission de développer les forces productrices, est tombé dans la contradiction la plus irréductible avec les besoins non seulement de l’évolution historique actuelle, mais aussi avec les conditions d’existence humaine les plus élémentaires. Cette contradiction fondamentale se refléta particulièrement dans la dernière guerre impérialiste et fut encore aggravée par cette guerre qui ébranla, de la manière la plus profonde, le régime de la production et de la circulation. Le capitalisme qui se survit ainsi à lui-même, est entré dans la phase où l’action destructrice de ses forces déchaînées ruine et paralyse les conquêtes économiques créatrices déjà réalisées par le prolétariat dans les liens de l’esclavage capitaliste. […] Ce que le capitalisme traverse aujourd’hui n’est autre que son agonie» [1].

Les fondements théoriques de cette « période de décadence du capitalisme » n’ont cependant jamais fait l’unanimité : ils vont de la théorie de l’impérialisme de Lénine, à la saturation des marchés extra-capitalistes de Luxemburg, en passant par les différentes explications de Grossman et Mattick sur la baisse du taux de profit. De plus, ce capitalisme qui a été taxé de moribond en 1914 est toujours debout un siècle après et il est même parvenu à entrainer dans son sillage des zones entières du monde que ce diagnostic de décadence condamnait à tout jamais au sous-développement : Chine, Inde, Brésil, Sud-est asiatique…

 

Se pose alors la question suivante : comment toutes ces théories supposées fonder l’obsolescence du capitalisme parviennent-elles à expliquer un siècle d’accumulation du capital ? Tel sera le sujet d’une série de contributions dont les premières se pencheront sur le cadre de compréhension développé par Rosa Luxemburg.

 

Voir la suite de la controverse en cours sur le site WEB :  http://www.leftcommunism.org/spip.php?article223&lang=en

Controverses_4

Contreversie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *