Le dollar américain provoque une récession mondiale

(Le titre de cet article est une fumisterie, mais les données révélées valent la peine d’être diffusées. Ce n’est pas le dollar américain qui provoque une récession mondiale contrairement aux prétentions de l’économiste qui s’exprime ci-dessous. La récession économique mondiale – qui se manifeste de façon particulièrement virulente aux États-Unis – entraîne par le fond  la monnaie américaine – le dollar – la devise servant dans 60% des transactions du commerce international –, avec le reste de l’économie internationale. Lisez chers lecteurs ce nouveau témoignage du désespoir impérialiste que la classe capitaliste cherche à rejeter sur le dos de la classe prolétarienne mondiale. Robert Bibeau. Directeur. Les7duQuébec.com)

 **********

Le dollar américain provoque la récession mondiale, la Réserve fédérale s’apprête à mettre de l’huile sur le feu.

Par Michael Snyder   Source Mondialisation.ca, 08 décembre 2015  The Economic Collapse 22 novembre 2015.  Thème: Crise économique mondiale

 

Le Brésil, 7e puissance économique de la planète, est affecté par une effrayante récession comme une grande partie du continent sud-américain. Cependant, l’Amérique du Sud est-elle la seule à connaitre un déclin économique ? Nous avons appris que le Japon (3e puissance économique mondiale) était entré dans une période de récession, ainsi que le Canada et la Russie. Les dominos tombent et il semble que la crise économique mondiale qui a déjà commencé, s’intensifie alors que la fin de l’année approche. A cet instant, le commerce  mondial a déjà chuté de 8,4% et la semaine dernière le Baltic Dry Index (indice des prix pour le transport maritime de marchandises sèches, comme le minerai) a dégringolé, atteignant un tout nouveau record historique. Malheureusement pour chacun d’entre nous, la Réserve Fédérale est sur le point de réagir rendant ce ralentissement économique mondial encore pire.

 

Tout le long de l’année 2015, le dollar s’est renforcé. Une bonne nouvelle ? Peut-être pas.  Lorsque la dernière crise économique a pris fin, les marchés émergents ont continué à avoir des dettes excessives comme jamais on en avait vues auparavant. Mais la majeure partie de la dette a été libellée en dollar et maintenant cela crée un gros problème. Alors que le dollar montait, le prix des exportations de marchandises des pays émergents chutait. En conséquence, il leur faut beaucoup plus de leur propre monnaie locale pour rembourser et honorer  les dettes qu’ils ont accumulées. Des conditions similaires ont entraîné la crise de la dette latino-américaine des années 1980, la crise monétaire asiatique des années 1990 et la crise financière mondiale de 2008 et 2009.

 

La plupart des Américains s’inquiètent de la prochaine crise économique, mais personne au Brésil ne semble y prêter attention. Du fait de la montée du dollar américain, le Brésil a déjà commencé sa descente dans une période de récession.

 

Alors que le pays, présidé par Dilma Roussef, doit faire face à une économie au ralenti et à des accusations de corruption, l’inflation du pays grimpe de 10% alors que le chômage augmente de 7,9%. La semaine dernière, une note provenant de la banque d’investissement Barclays, faisait état de prévisions alarmantes concernant une contraction de l’économie de 4% pour l’année en cours et d’un rétrécissement abrupt de 3,3% pour l’année à venir.

 

L’instabilité politique et économique a récemment conduit le real, la monnaie brésilienne, à un plus bas depuis plusieurs années. C’est un facteur aggravant la pression sur le prix de actions.

 

Et comme je l’ai mentionné ci-dessus, le Brésil est loin d’être le seul. C’est quelque chose qui s’est produit sur toute la planète, et l’opération semble s’accélérer. Il est possible de le voir très clairement au niveau des chiffres commerciaux. Ce qui suit provient d’un article qui vient d’être posté par Zero Hedge.

 

«Ce marché est un désastre et les taux en sont le reflet», prévient un des plus grands courtiers de la planète, mais tandis que le Baltic Dry Freight Index retient tous les gros titres, reflétant un effondrement record cette semaine, ce qui est le plus terrifiant finalement est ce qu’il se passera une fois que l’index sera descendu encore plus bas que ce record. À une époque où le marché maritime mondial connaît une forte demande, Reuters rapporte que le coût pour transporter les containers d’Asie vers le nord de l’Europe avait chuté de pas moins de 70% durant les trois dernières années. Cette divergence sans précédent et à large échelle a seulement été observée une fois auparavant… en 2008 ! «Cela se présente très mal pour les marchés et il n’y a aucun signe que le marché se réveillera à-court terme.»

 

Plusieurs experts semblent consternés par tout ceci, mais l’explication est très simple.

Depuis des années, la croissance économique mondiale est alimentée par un dollar américain bon marché. Mais depuis la fin du QE [soutien artificiel de la FED aux marchés, NdT], le dollar américain est reparti à la hausse, et d’après Bloomberg, il aurait atteint son plus haut en 12 ans.

 

Pendant une période de 7 mois, la valeur du dollar était plus élevée que celle de l’euro avant le résultat de la réunion de la Réserve fédérale annonçant la montée potentielle des taux d’intérêt pour l’année en cours.

 

Une évaluation de la moyenne pondérée des échanges réalisés avec le billet vert montre le plus haut taux jamais égalé depuis 12 années comme le font remarquer Janet Yellen, présidente de la Réserve fédérale et d’autres décideurs. Il pourrait être intéressant d’augmenter les taux vers le 15 décembre. La probabilité que la Banque centrale agira le mois prochain est passée de 50% à la fin du mois d’octobre à 66% 

 

Cependant, même si les spécialistes de la Réserve fédérale connaissent apparemment les dégâts qu’engendre un dollar fort à l’économie mondiale, ils semblent faire en sorte que les choses empirent en augmentant les taux d’intérêt en décembre. Lors de la réunion de la Réserve fédérale des 27 et 28 octobre, la plupart des décideurs sont convenus que l’économie pourrait être assez solide en décembre afin de supporter la première hausse décennale du taux d’intérêt de la Réserve fédérale. Les responsables ont dit que les problèmes mondiaux se sont réduits et qu’un délai pourrait augmenter les incertitudes du marché et affecter la confiance dans l’économie.

 

La finalité de cette réunion a prouvé que la majorité des décideurs de la Réserve fédérale penchait pour une montée du taux de référence de la banque centrale au cours du mois prochain, faisant l’hypothèse de la poursuite des progrès économiques.

En considérant les nombreux dommages qu’a connus l’économie mondiale, c’est probablement l’une des actions les plus stupides qu’ils pourraient faire.

Mais il semble qu’ils le feront de toute façon.

Il a été dit que ceux qui refusent d’apprendre des erreurs du passé, étaient voués à les répéter. Les schémas qui ont été observés juste avant la crise économique mondiale de 2008 se répètent juste sous nos yeux.

Beaucoup de gens prétendent qu’une fois passés les mois de
septembre/octobre, nous ne serions plus dans la zone de danger.

Mais cela n’est pas vrai du tout.

La vérité et que nous sommes déjà entrés dans une période de récession qui s’accélère rapidement. La secousse du monde financier dont nous avons été témoins en août, était juste un avant-goût de ce qui se prépare.

Espérons que le bon sens commun prévaudra et que la Réserve fédérale ne décidera pas d’augmenter les taux d’intérêt lors de sa prochaine réunion.

Car si elle décide de le faire, la crise économique se fera ressentir de plus en plus.

Michael Snyder

 

Article original en anglais : The U.S. Dollar Has Already Caused A Global Recession And Now The Fed Is Going To Make It Worse, The Economic Collapse, 22 novembre 2015.  Traduit par Frédéric, édité par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone La source originale de cet article est The Economic Collapse  Copyright © Michael Snyder, The Economic Collapse, 2015.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *