LE DOSSIER SYRIE : Les7duQuébec.com

Notre collaborateur, Chérif Abdedaïm d’Alger, a publié un dossier spécial dans le quotidien La Nouvelle République d’Algérie, faisant le point sur la guerre d’agression impérialiste contre la SYRIE, cet État aligné sur les intérêts de l’impérialisme russe plutôt que sur l’impérialisme Étatsunien comme les autres États-nations de la région.

Au cours de la semaine, le webmagazine Les7duQuébec.com, avec l’autorisation de LNR, publiera l’ensemble des articles de ce cahier spécial.

Aujourd’hui… L’entretien que j’ai accordé à Chérif Abdedaïm

bibeau7

SYRIE : « Cette guerre qui ne finira pas de sitôt »

Source : La Nouvelle République. Alger. Octobre 2015. Url: http://lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2015-10-29/Page%20001.pdf

 

Le conflit syrien entre dans une nouvelle phase à même de bouleverser l’équilibre géopolitique international. C’est dans ce sens, que nous avons abordé le sujet avec Robert Bibeau. Pour rappel, ce dernier  est un analyste économico-politique et directeur de la  revue en ligne  « Les7duQuebec.com »  http://www.les7duquebec.com/

 

 

La Nouvelle République/La crise syrienne connaît un nouvel essor avec l’implication directe de la Russie, ce qui bouleverse la donne géopolitique dans la région. Quel impact cela pourrait-il avoir sur la politique de l’Occident dans la région ?

 

Robert Bibeau : Les puissances impérialistes occidentales ont poussé jusqu’à l’extrémité afin de provoquer l’intervention de la puissance impérialiste russe dans la région, et elles y sont parvenues. Elles espèrent maintenant que la puissance russe s’enlisera là-bas comme en Afghanistan auparavant. Qu’elle affichera ses armes sophistiquées, leurs capacités tactiques et stratégiques – et que la Russie engouffrera des ressources dans cette guerre qui ne finira pas de sitôt.

 

La conjoncture économique et politique est toutefois bien différente qu’au temps des talibans afghans.  L’agression des puissances occidentales contre l’Afghanistan (2000-2011) visait à ouvrir  une brèche à l’est de l’Iran pour construire un oléoduc entre l’océan Indien et le Kurdistan et le Kazakhstan au Nord; – une brèche également pour encercler l’Iran pour mieux la faire chanter et l’éloigner de l’axe Moscou-Pékin; – une brèche pour éventuellement miner les oléoducs russes ou d’autres pays de la CÉI approvisionnant le marché chinois. À cette époque le pétrole valait son pesant d’or et l’hégémonie américaine sur les autres puissances impérialistes occidentales était peu contestée. Cette guerre afghane fut le dernier acte de l’apogée de la puissance hégémonique étatsunienne.

 

Depuis, tant de choses ont changé. Il y a eu l’enlisement des Américains en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Yémen et en Libye où ils ont allumé des feux qu’ils ne savent plus maîtrisés. Depuis, il y a eu l’effondrement du prix du pétrole. Depuis, il y a la crise économique systémique du capitalisme qui n’en finit plus de s’approfondir. Depuis, il y a eu la fronde de plus en plus évidente de puissances régionales qui voyant s’effriter la puissance de leur mentor prennent leur distance et développe leur propre politique interventionniste parfois opposée aux visées américaines dans la région. Depuis, il y a eu l’affaiblissement du dollar et des pétrodollars qui ne représentent plus que 60% du commerce international (contre 90% en 1980). Depuis, il y a eu la montée en puissance régionale de l’Iran qui n’est pas du tout encerclé dans cette contrée et qui est lourdement impliqué en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen. La puissance iranienne n’est pas en « faising out » bien au contraire. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle les Émirats arabes et l’Arabie Saoudite se collent de plus en plus à la petite puissance israélienne pour affronter l’Iran leur pire ennemi après la signature de l’entente « légalisant » le développement du nucléaire iranien. Israël leur fournira éventuellement les têtes nucléaires recherchées.

CHINA-RUSSIA-US-APEC-SUMMIT

Comme vous pouvez l’observer, fini l’hégémonie américaine dans la région où la France et la Grande-Bretagne et l’Allemagne se cherchent soudainement un rôle de faire valoir visant à défendre leurs intérêts économiques dans cette partie du monde.  Donc, un camp impérialiste occidental disloqué, désespéré, devant un camp impérialiste russo-chinois-iranien-syrien plus uni.

 

La classe ouvrière de ces pays saccagés, massacrés, victimes de ces djihadistes moyens-ageux et de ces terroristes occidentaux pseudo « contre-djihadistes » instrumentalisés, n’a pas fini de souffrir de ces manigances – revirement d’alliances – et bombardement incessant. Pourtant, elle devra apprendre à travers ce calvaire infernal qu’elle seule détient la clé pour fermer cette boîte de pandores, écraser tous ces gouvernements – États démocratiques bourgeois parias – et construire un nouveau mode de production dont le leitmotiv ne soit pas de s’emparer des ressources et de la plus-value d’autrui.

 

******

 

La Nouvelle République /Peut-on parler d’infléchissement de la position américaine après l’intervention russe en Syrie ?

 

Robert Bibeau : J’ai quelque peu répondu à votre question dans ma première intervention. Ce que vous appelez  « infléchissement » de la position américaine ne constitue que l’adaptation opportuniste de la première puissance impérialiste occidentale devant les développements de l’économie politique mondiale qui ont évidemment leur répercussion dans la région. Vous devez absolument perdre cette habitude qui consiste à penser – à croire – que les hommes politiques décident de quoi que ce soit sur le long terme.  Barak Obama peut décider de délacer la VIIe flotte américaine d’un endroit à un autre, d’un océan vers un autre, mais passé ce pouvoir, bien illusoire, il ne dirige rien d’important pas plus que Hollande – Merkel, Poutine et les autres.

Obama meets with Vladimir Putin during the G8 Summit at Lough Erne in Enniskillen

Le dollar perdant doucement son hégémonie – reflet de la descente aux enfers de l’économie américaine surendettée, et qui engloutira par la suite les autres économies riveraines des  océans étatsuniens  (Atlantique et Pacifique) – Obama n’avait pas le choix que de jeter du lest et de laisser se planter ses alliés israélien, ouest européen, canadien et australien. La signature récente de l’accord de libre-échange Asie-Pacifique entre une douzaine de pays – excluant la Chine – la première puissance « TransPacifique » – est infiniment plus importante pour comprendre le drame du Moyen-Orient que le fait que la Russie ait déployé quelques bombardiers dans le ciel syrien – un pays quasi détruit.

 

Par l’accord Transpacifique, les États-Unis tentent de construire une alternative à la puissance chinoise en offrant à des pays émergents la possibilité d’affronter la puissance impérialiste chinoise sur le terrain du « cheap labor ». Les autres pays capitalistes occidentaux ouvrent eux aussi leurs frontières à ce « cheap labor » au prix de réduire à la famine leur propre prolétariat national afin de maintenir leurs investissements et leurs parts de marché sur l’échiquier mondial.  Le plus tragique dans toute cette histoire c’est que ce geste désespéré n’empêchera nullement l’effondrement de l’économie mondiale. Lors de cet effondrement, la guerre au Moyen-Orient paraîtra secondaire sur l’échiquier impérialiste mondial.

 

Au Moyen-Orient les protagonistes de la guerre mondiale en devenir se mesurent et se jaugent se préparant à une escalade inévitable dans laquelle ils seront entraînés, quelle que soit leur volonté.

 

******

 

La Nouvelle République /Pour les États-Unis et les États européens alliés, deux facteurs compliquent la donne en Syrie. Contrairement à toutes les attentes des diplomaties occidentales, le régime syrien est toujours en place. Ses adversaires semblent donc devenir moins enclins – du moins publiquement – à lui préférer l’EI ou le Front Al-Nosra. Le principe de réalité commence-t-il à prendre forme dans les diplomaties occidentales?

 

Robert Bibeau : Le principe de réalité a toujours gouverné les politiques économiques des puissances impérialistes. Je ne crois pas que les puissances occidentales « préfèrent »  l’EI à Daesh ou à Al-Nostra. Ces bêtes monstrueuses sont nées de manière spontanée, en prenant racine dans la misère séculaire des travailleurs et des paysans du Moyen-Orient. Certaines puissances régionales (Arabie, Émirats Arabes Unis, Turquie, Israël), désespérées et effrayées à la perspective d’un retour de l’esprit de révolte du Printemps arabe qui cette fois ne se laissera pas empêtré-liquidé dans le guêpier démocratique bourgeois et qui risque de poser la question du pouvoir et de la destruction de l’État bourgeois; certaines puissances impérialistes régionales ont donc soutenu ces organisations Pygmalion, les préférant infiniment à un soulèvement populaire de prolétaires enragés.

 syrie4

En effet, la résistance des puissances impérialistes russe et iranienne bloquant la sortie de Bachar al-Assad et le contraignant à diriger la résistance de l’État syrien à sa destruction programmée a probablement surpris les puissances occidentales qui s’étaient habituées à voir déguerpir russe et chinois – en Libye notamment – chaque fois que le camp occidental haussait la voix.  Mais tout cela n’est qu’anecdotique comme je l’expliquais précédemment. L’avenir de l’humanité ne se joue pas en Syrie. Ce qu’il faut déplorer c’est le sort qui est imposé à la classe ouvrière de ce pays sacrifié.

 

******

 

La Nouvelle République /Aujourd’hui, la Syrie est le champ d’un affrontement majeur et particulièrement féroce entre les États à tendance impériale et les États à vocation régionale. En d’autres termes, l’extension de «l’hyperpuissance» américaine se heurte à des résistances de plusieurs types. Les unes d’États puissants ayant des intérêts régionaux importants, comme la Chine, la Russie, l’Iran; les autres de forces modérées au sein même des États impériaux, instruites par les échecs ou résultats parfois catastrophiques d’interventions armées. Serions-nous  en présence d’une nouvelle guerre froide de grande ampleur ?

 

Robert Bibeau : Ça  n’existe pas des États à tendance impériale et des États à vocation régionale.  Pour ce qui est de « l’hyperpuissance »  américaine je vous ai dit précédemment ce qu’il fallait penser de cette puissance sur le déclin – dangereuse justement du fait de son déclin désespéré. Un animal blessé est toujours plus dangereux qu’un animal en croissance, temporairement du moins. Enfin, ça n’existe pas des « États impériaux modérés »… d’où  ça n’existe pas une nouvelle guerre froide de grande ampleur.

 

Qu’est-ce qui existe alors ?  Au Moyen-Orient ce qui existe en terme d’économie politique réelle et concrète, ce sont les plus grandes réserves d’hydrocarbures de la planète, voilà l’enjeu de cette guerre chaude – meurtrière – froide – tout aussi meurtrière par la misère qu’elle impose aux travailleurs régionaux qui se sont mis en migration pour fuir ces régions de chômage chronique. Au Moyen-Orient ce qui existe ce sont des infrastructures d’extraction, d’exploitation de ces ressources énergétiques et de ce travail salarié producteur de plus-value (ce n’est pas l’or noir qui intéresse les capitalistes du monde entier, mais la plus-value qu’ils peuvent en tirer). Au Moyen-Orient ce qui existe ce sont des superstructures capitaliste-bourgeoises étatiques chargées d’aménager les conditions d’extraction de cette plus-value et de son accumulation pour le bénéfice d’un clan ou de tous les clans impérialistes chaque camp possédant ses sous-fifres locaux et ses thuriféraires régionaux.

 

La guerre « froide » d’abord, « chaude » ensuite, survient entre ces deux camps impérialistes rivaux quand les conditions économiques changent ainsi que les parts de chaque groupe de puissances belligérantes. Quand l’Iran, la Russie puis la Chine ont proposé d’abandonner le pétrodollar pour adopter un panier d’autres devises afin de commercialiser mondialement l’énergie fossile,  alors, l’affrontement entre le prétendant au trône hégémonique et le précédent titulaire en titre devenait inévitable dans le cadre du mode de production capitaliste. Chaque État-nation, petit ou grand, fut contraint de choisir son camp afin  de continuer à participer à la curée.

 

******

 

La Nouvelle République /Cette nouvelle configuration présage-t-elle du passage d’un monde unipolaire sous domination occidentale à un monde multipolaire faisant sa place à des pays comme la Russie, la Chine ou l’Iran ?

 

Robert Bibeau : Il n’y a jamais eu de monde unipolaire contrairement à ce qu’on imaginé les pseudo analystes et les géostratèges  universitaires patentés.  Comme je l’ai dit précédemment, le mode de production capitaliste dans son évolution inéluctable s’étend progressivement sur tous les continents, détruisant les reliquats des modes de production antérieurs, ce qui, petit à petit, amène tous les pays à s’intégrer entièrement au mode de production capitaliste en phase impérialiste avancée. De ce processus économico-politique (l’instance économique étant dominante et déterminante) naquit des alliances d’intérêts spontanées diversifiées. Toutes ces puissances sont interreliées par un écheveau d’intérêts compliqué. Prenez la Suisse, qui se dit un État neutre non impliqué dans cette échauffourée, elle a pourtant des intérêts très spécifiques dans la région ne serait-ce qu’à travers ses immenses multinationales qui spéculent sur le prix de l’huile d’olive, du café, du thé, du blé, des armes d’assauts, etc.

 

Sous le mode de production capitaliste qui couvre la Terre entière, il n’y a que deux camps. 1) Le camp bourgeois capitaliste qui se scinde en de multiples alliances de différente nature (oui, dans ce cas vous pourriez tenter de trouver si des pôles se créent parmi ces groupes d’alliés circonstanciels et opportunistes. Mais vous perdriez votre temps, car ces groupements sont éphémères).  2) Le camp prolétarien mondialisé  et anémié, sans voix et sans voie présentement; écartelé, diviser entre de multiples forces et tendances de gauche et de droite bourgeoise; chair à canon de toutes ces guerres de partage des marchés; chassé des usines concurrencées par d’autres ouvriers surexploités de l’autre côté de la planète dégénérée.

enfants-syrien

Mais le fait que le camp prolétarien soit aussi faible et divisé ne signifie pas qu’il n’a aucun impact ni aucune prise sur l’économie politique mondiale.  Je vous donne un exemple. Récemment la FED américaine a résisté aux immenses pressions qui s’exerçaient sur elle pour augmenter le taux directeur du crédit étatsunien.  La FED craint la réaction potentielle du prolétariat étatsunien qui serait ainsi saigné et paupérisé encore davantage. La position de la Chine s’en trouve économiquement renforcée ce qui influe sur la politique américaine au Moyen-Orient.

 

Le dilemme est simple, au Moyen-Orient comme ailleurs dans le monde, le mouvement  ouvrier parviendra-t-il à se reconstituer pour peser sur la destinée de l’humanité jusqu’au point d’éloigner une éventuelle guerre généralisée; ou alors la prochaine guerre mondiale entraînera-t-elle la reconstitution d’un mouvement ouvrier organisé ?

 

Entretien réalisé par Chérif Abdedaïm.  Octobre 2015.

Demain nous publierons  :   SYRIE : Le nouvel échiquier Par Chérif Abdedaïm

La Nouvelle République. Alger. Novembre 2015. http://lnr-dz.com/index.php?page=details&id=47404

2 pensées sur “LE DOSSIER SYRIE : Les7duQuébec.com

  • avatar
    3 novembre 2015 à 17 05 32 113211
    Permalink

    J’aurais aimé que cette entrevue contienne un passage sur Israël qui est devenu après la distraction de l’Irak et de la Syrie et de l’accord nucléaire entre Iran et l’occident le seul gagnant au Proche-Orient.
    En outre, Israël maintenant fait quelques frappes contre HizboAllah et Le Front al-Noussra, comme il a fait au dernier temps, bien sur on pense qu’il y a eu une demande sous la table de la part des États-Unis pour ce frappe.
    Bien sur l’impérialisme occidental et d’autres n’est pas mieux que les nationalistes arabes dont Bachar el-Assad et Saddam Husssein qui ont détruit leurs pays pour rester au pouvoir, et qui ont exterminé leurs peuples pour que leurs familles volent les richesses de leurs pays et vivent dans le luxe bien que la majorité de leurs peuples mangent de la poubelle.
    Il ne faut pas accuser les impérialistes d’avoir cherché leurs intérêts sans regarder les autres (les nationalistes) qui ont utilisé tous les moyens pour rester au pouvoir.
    Je pense que les nationalistes sont pires que les impérialistes, car ils ont transformé leurs pays à leurs manières.
    les impérialistes cherchent d’agrandir leurs pouvoirs, les nationaliste volent leurs pays et tuent leurs peuples pour rester au pouvoir, et finalement le grand perdant est toujours le peuple, car lorsque le tyran perd son pouvoir, il vivra dans un pays d’occident ou un pays qui possède une belle relation avec un pays occidental, car il a volé assez d’argent pour vivre comme un roi, c’est la valeur de l’argent qui compte aux yeux des impérialistes!

    Répondre
  • avatar
    5 novembre 2015 à 12 12 05 110511
    Permalink

    La gauche dégénéré n’a toujours pas compris, des romantiques en déperdition utiles au système pour semer encore plus de confusion dans la tête des dominés. La gauche, l’extrême gauche, la droite et l’extrême droite sont des catégories idéologiques dépassées par l’actualité qui ressemble à s’y méprendre au passé méta-historique de l’humanité, l’éternel retour du même.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *